Rendez-vous n’importe où – Album

rendez

Lettres, poésie, tendresse !

Album

rendez-vous n’importe où

Thomas Scotto & Ingrid Monchy

Éd. Thierry Magnier (2003)

*****

 » rendez-vous n’importe où« , c’est l’histoire d’une rencontre. Mais c’est surtout l’histoire de l’attente avant la rencontre. Jour après jour, « Monsieur » et « Madam’zelle » s’écrivent des petits mots. Des petits doux, légers, tendres. Des petits mots dans lesquels on ressent leur plaisir à l’idée de cette rencontre. Leur impatience, mais leur peur aussi. Et leur plaisir d’écrire et de lire les mots de l’autre.

*****

Les illustrations sont amusantes, colorées (de couleurs vives !), enfantines et parfois aériennes.

Mais ce qui m’a vraiment plu dans cet album, c’est le texte. Dans ces petits mots que s’envoient ces deux personnes, on sent vraiment tout un tas d’émotions. Deux personnes qui ne se connaissent pas, qui attendent de se rencontrer. Un petit moment de vie, une semaine,  fait de fébrilité, de désir, d’appréhension, de petits secrets révélés, de petites histoires un peu folles, de poésie et de tendresse.

Au passage, s’il ne les connaît pas encore, votre enfant pourra apprendre les jours de la semaine !

Un album que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire !!

*****

Du même auteur, Sophie vous a présenté un roman ado « Juste une étincelle« .

Le blog de Thomas Scotto

L’album n’était plus édité, il a bénéficié d’une campagne Ulule en 2017. Voir sur le site de l’auteur pour le commander.

*****

Et il participe au challenge « Je lis aussi des albums 2019 » bien entendu !!

Un livre qui participe aussi  à l’objectif PAL chez Antigone

Nous suivre et partager :
error0

Prix Vendredi, c’est reparti !

Résultat de recherche d'images pour "prix vendredi 2018"Prix National de littérature ado

PRIX VENDREDI

2ème édition

*****

Première édition présentée ici : Prix Vendredi 2017

*****

Lauréate 2017 : Anne-Laure Bondoux avec « L’aube sera grandiose » (que je n’ai toujours pas lu, alors que j’apprécie beaucoup cette auteure !)

*****

Comme l’an dernier, je vais me faire un mini-challenge (en 2017, j’en ai lu 5/10 et les 5 ont été des coups de cœur !)

Si ça vous dit, n’hésitez pas à vous joindre à moi (j’ajouterai les billets au fur et à mesure).

En quoi ça consiste ? Rien de bien compliqué : lire tout ou partie de cette sélection…

Dans cette sélection, il y a des auteurs que je connaissais bien sûr, mais d’autres pas du tout ! Gaston Boyer, Vincent Mondiot ou encore Nastasia Rugani par exemple… Les connaissez-vous ?

*****

Voici les dix romans sélectionnés

  • La tête sous l’eau, Olivier Adam, Robert Laffont
  • Brexit romance, Clémentine Beauvais, Sarbacane
  • Pâquerette. Une histoire de pirates, Gaston Boyer, Gallimard Jeunesse
  • Rester debout, Fabrice Colin, Albin Michel
  • Les amours d’un fantôme en temps de guerre, Nicolas de Crécy, Albin Michel
  • Un mois à l’ouest, Claudine Desmarteau, Thierry Magnier
  • Nightwork, Vincent Mondiot, Actes Sud Junior
  • Trois filles en colère, Isabelle Pandazopoulos, Gallimard Jeunesse
  • Milly Vodović, Nastasia Rugani, MeMo
  • Pëppo, Séverine Vidal, Bayard
*****
Le jury
Pour cette édition 2018, le jury est à nouveau composé de Philippe-Jean Catinchi (Le Monde), Françoise Dargent (Le Figaro), Catherine Fruchon-Toussaint (RFI), Michel Abescat (Télérama), Raphaële Botte (Mon Quotidien ; Lire), Marie Desplechin (journaliste et auteure) et Sophie Van der Linden (auteure et critique littéraire).

Le lauréat de l’édition 2018 du Prix Vendredi sera dévoilé

le mardi 16 octobre 2018

Nous suivre et partager :
error0

Tu ne sais rien de l’amour : un roman souvenir

Tu ne sais rien de l’amour est un roman touchant sur l’amour, les amours, qui entremêle amitié, adolescence, famille et secrets.

Tu ne sais rien de l'amourRoman pour adolescents dès 14 ans

Tu ne sais rien de l’amour

de Mikaël Ollivier

Thierry Magnier, 2016
Collection Grands Romans
9782364749522, 15,90€
240 pages
Disponible en epub numérique

Thèmes : amour, souvenir, amitié, famille, secret

***

!! Attention, ne lisez pas la 4ème de couverture de ce roman, trop explicite, pour préserver le suspense !!

Nicolas est médecin, sa garde commence dans quelques heures quand un mail de sa mère vient troubler sa nuit. Il hésite à l’ouvrir. Ce mail est aussi adressé à Malina, alors il se met à penser à elle, à son enfance, son adolescence. Peu à peu, entre présent et passé, on suit le fil de la vie de Nicolas, mais aussi celle de cette Malina. Cette petite voisine, orpheline de mère, qui venait tout le temps chez eux, partait en vacances avec eux, au point qu’à deux ans déjà, ils étaient inséparables.

Au fur et à mesure du récit, des secrets apparaissent, des révélations. Des histoires secondaires qui aident à mieux comprendre les protagonistes de ce récit, et notamment les parents de Nicolas. Ses parents qui selon les périodes du récit sont de simples toiles de fond ou de vrais acteurs au coeur de l’intrigue. Enfin Malina est un personnage que l’on a du mal à cerner, tout au long de ce récit, et qui pourtant hante complètement le héros.

Plusieurs passages font facilement écho à des expériences personnelles… celui-ci m’a touché :

C’était à l’époque du premier arrêt maladie de mon père, quand je me suis mis à fermer moi-même les volets, le soir. Période – je ne m’en rends compte qu’aujourd’hui, avec le recul des années – étrange et fébrile, durant laquelle je savais inconsciemment que quelque chose de grave était en marche, dont personne ne me parlait, et dont je n’avais d’ailleurs pas du tout envie que l’on me parle, bien trop agrippé à l’égocentrisme de l’enfance. Pourtant, je ne pouvais manquer de m’apercevoir que ma mère était nerveuse et tendue.

L’alternance entre deux périodes, avec ce Nicolas adulte est intéressante, mais elle rend les personnages finalement moins attachants. Un détachement se crée entre le lecteur qui s’attache assez facilement aux adolescents que l’on suit, et le personnage adulte dont la réflexion plus mûre vient troubler les jolis souvenirs. Car ce récit oblige à une vraie réflexion sur l’amour et la famille. Une réflexion difficile, parfois dérangeante, mais dans l’air du temps. Proposer un récit double permet aussi d’apporter une fin bien plus construite et profonde.

Tu ne sais rien de l’amour est un récit poignant à la chute surprenante, qui touche le lecteur et marque sa vision de l’amour. Rien de choquant dans ce récit pour un lecteur adolescent, mais sa lecture réclame je pense une certaine maturité pour l’apprécier, 14-15 ans sans doute…


+ De Mikaël Ollivier nous vous avons déjà présenté :

Petit poche : – Jack est là   et   Trop fort, Victor

petitetropfortvictor

+ D’autres romans de Mikaël Ollivier à découvrir (et que j’ai beaucoup aimé) :
La vie en gros
Tu sais quoi ?
Le monde dans la main

 

Avez-vous déjà lu des titres de cet auteur ?

Nous suivre et partager :
error0

Petite poche chez Thierry Magnier

PETITE POCHE

http://www.editions-thierry-magnier.com/css/img/logo.png

Petite poche, c’est une collection de petits romans : « des romans comme les grands« 

proposée par l’éditeur Thierry Magnier depuis déjà quelques années (2002 ?)

Ces petits romans sont adaptés aux enfants dès qu’ils aiment lire tout seuls, à partir de 6/7 ans (parfois plus).

Les histoires sont courtes (40 pages environ), la police de caractères assez grosse, il n’y a pas d’illustration (dans ceux que j’ai lu en tous cas) et les livres sont de petit format (10 x 15 cm – on peut les mettre dans la poche !) .

petite

Le neveu de mon oncle de Véronique M. Le Normand (2006)

Tel est pris qui croyait prendre, où les affres de la jalousie…

Un jeune garçon qui vit avec sa mère et n’a jamais connu son père, nous raconte la visite de son oncle Boris, qu’il adore. Là où ça se corse, c’est que l’oncle Boris va se marier, et que sa future femme a également un neveu. Avec lequel l’oncle Boris s’entend très bien…. Alors, lorsque Boris lui demande son avis pour faire un cadeau à Brad, le neveu de sa femme, notre jeune narrateur a une drôle d’idée.

Une petite histoire avec une chute amusante, même si on se dit que le pauvre gamin devait se sentir très mal… 

*****

petite

Le rêve de Rahim de Sabine du Faÿ (2006)

Si l’on croit très fort à un rêve…

Rahim habite dans un petit village d’Afghanistan, et il a un rêve : aller au cinéma. Le jour où son oncle lui propose d’aller en ville avec lui, à Kaboul, il est surexcité ! C’est la première fois qu’il quitte son village. Une fois arrivés, ils font le tour du marché. Puis l’oncle de Rahim lui demande de garder le camion, ce que Rahim fait bien volontiers jusqu’au moment où son regard est attiré par une grande enseigne : CINÉMA.

Là aussi, c’est une petite histoire de vie toute simple, très mignonne et qui finit bien.

*****

petite

Jack est là de Mikaël Ollivier (2005)

Hugo est un jeune garçon de 4 ans dont les parents viennent de se séparer. Pour se rassurer, Hugo s’invente un ami imaginaire, Jack. C’est bien pratique en plus. Car c’est toujours Jack qui fait les bêtises… Mais Hugo grandit. Qu’adviendra-t-il de Jack ?

Une histoire très mignonne sur les peurs nocturnes et les amis imaginaires !

*****

En bref : de petites histoires faciles à lire et à comprendre et qui finissent bien.

Nous avons beaucoup de titres de cette collection à la bibliothèque et elle a énormément de succès auprès de nos jeunes lecteurs !

*****

Sophie vous avait déjà présenté Nulman et Romain Desbois Prince des menteurs.

Blandine vous présente d’autres titres ici.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0