La guerre – Album jeunesse nécessaire

GuerreQu’est-ce que la guerre ?
A partir de 8 ans

La guerre

José Jorge Letria & André Letria

La Joie de Lire (2020)

*****

Des serpents glissent à travers la plaine, bientôt rejoints par des oiseaux noirs puis des araignées… Le tout se transformant en un gigantesque oiseau de proie dont l’ombre plane, menaçante (et rappelant, pour les adultes, de mauvais souvenirs). La haine, la rancœur, les peurs et l’ambition sont le moteur de la guerre, sa nourriture. Les rêves de gloire de quelques uns deviennent le cauchemar de beaucoup.

*****

Peu de texte dans cet album, mais des phrases fortes, des phrases “choc”. Et des illustrations frappantes, aux couleurs grisâtres, verdâtres, kaki… sombres comme la guerre.

Un album qui a beaucoup de force, tant par son texte que ses illustrations. S’il pouvait servir à diminuer cette violence qui devient quotidienne dans nos journaux télévisés, y compris en France, pays censé être en paix… La guerre, la violence, en parler, c’est déjà chercher à comprendre…

Que dire de plus ? Lisez-le, faites le lire, parlez-en.

Un album important à mettre en toutes les mains à partir de 8 ans.

Guerre

*****

Plus d’illustrations sur le site de l’éditeur : La Joie de Lire

Éditeur : Paru en portugais chez Pato Logico, cet album a reçu de nombreux prix dont le Little Hakka 2018, le Prix du Talking Pictures Award de la New York Rights Fair 2019, le Prix d’excellence de la Communication Arts Illustration Annual 2019 et le Prix National de l’Illustration au Portugal 2019. Il a également fait partie de la sélection du prix des illustrateurs de la Foire du livre pour enfants de Bologne 2019 et dans celle des White Ravens 2018.

D’autres albums sur le même thème : Le petit inconnu au ballon, Capitaine Rosalie, Petit soldat, L’horizon bleu, Maudite soit la guerre

Nuit étoilée de Jimmy Liao

Jimmy Liao est un remarquable conteur, à découvrir absolument!

Nuit étoilée

Album pour la jeunesse dès 10 ans

Nuit étoilée

de Jimmy Liao

Editions HongFei, hors collection, août 2020,
144 pages, couverture cartonnée
19,90 euros

***

Thèmes : solitude, deuil, différence, famille, amitié

***

 

Présentation de l’éditeur: “Parfois tu te sens seul au monde. Au coeur de la nuit sans fin, essaie cependant de lever les yeux vers le ciel étoilé. Quand le jour se lève, ta peine apaisée, garde en mémoire les ténèbres qui n’étaient pas sans beauté.”

 

C’est la première fois que je lis un album dessiné et écrit par Jimmy Liao et je suis conquise. Nuit étoilée est un véritable chef-d’oeuvre, tout comme la toile de Van Gogh dont l’auteur s’est inspiré pour son titre. En effet, dans ce récit il y a un rapport étroit entre peinture, création et magie. D’ailleurs, nous retrouvons dans certaines illustrations des reproductions de René Magritte, un autre grand maître de la peinture.

Moi qui suis passionnée par le surréalisme, j’ai adoré ce petit clin d’oeil. Mais ces toiles n’ont pas été choisies par hasard. Selon leur signification, elles accentuent le sentiment de la petite fille. Nuit étoilée n’est pas un album anodin. Il s’agit d’une oeuvre poétique décrivant les douleurs et la solitude ressentis lorsqu’on grandit.

En parcourant les illustrations pourtant très colorées, on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine mélancolie. Les dessins sont doux, les décors foisonnants et pourtant la solitude de la protagoniste nous étouffe au début de l’histoire. Mais l’arrivée d’un mystérieux voisin va modifier sa perception du monde. Les  sujets les plus graves, comme le harcèlement scolaire, sont abordés mais toujours avec cette finesse qui caractérise l’oeuvre de Jimmy Liao.

 

Bien que je n’aie jamais lu cet auteur auparavant, la plupart des critiques mettent en avant sa capacité à permettre aux sentiments de prendre corps de manière très onirique. Il me tarde de découvrir d’autres titres car l’univers de Jimmy Liao est fascinant.

 

Un véritable coup de coeur!

 

A découvrir sans tarder!!!

 

~Melissande~

 

+ Un autre album sur l’amitié entre deux renards bien différents présenté par Nathalie: Renard & renard de Max Bolliger et Klaus Ensikat

+ Un magnifique roman traitant du deuil et de la solitude de manière très délicate que je vous ai présenté récemment: La maison qui parcourait le monde de Sophie Anderson

Capitaine Rosalie – Album jeunesse ♥

RosalieRéussira t-elle sa mission ?
A partir de 7 ans

Capitaine Rosalie ♥

Timothée de Fombelle

Isabelle Arsenault (ill)

Gallimard Jeunesse (2018)

*****

Hiver 1917. Rosalie est une petite fille de cinq ans et demi, aux cheveux roux. Son père est parti au combat et sa mère travaille à l’usine. Comme elle est trop grande pour aller chez la nourrice, elle passe la journée à l’école, au fond de la classe des grands. Elle est calme et silencieuse, alors on croit qu’elle rêve, qu’elle dessine dans son cahier. Mais non. Rosalie est un soldat en mission, elle espionne l’ennemi pour réaliser son plan. C’est une petite fille très décidée à atteindre son but.

*****

Quelle magnifique histoire !

Elle n’est pas très gaie, mais elle est très jolie et surtout très émouvante. On sent bien toute la volonté, la persévérance que met cette petite fille dans la réussite de sa mission. Ce qui montre à quel point elle est vitale pour elle. Mais je n’en dis pas plus. Lisez cette histoire, la plume de Timothée de Fombelle y est très belle !

Quand aux illustrations

Elles sont délicates, douces, presque duveteuses. Et cette petite Rosalie est tellement adorable ! Les illustrations adoucissent un peu le côté terrible de l’histoire.

A lire bien sûr !!

*****

Feuilleter les premières pages

Du même auteur : Georgia, tous mes rêves chantent ♥, Victoria rêve (6ème roman présenté), Thimothée de Fombelle (5 romans présentés), Le livre de Perle

Le site de l’illustratrice

Un site qui présente l’auteur et ses livres

D’autres avis : Blandine, Noukette, Moka

*****

Un album qui participe au Challenge Première Guerre Mondiale chez Blandine

https://img.over-blog-kiwi.com/0/77/65/37/20200106/ob_82afab_logo-chall-1gm-2020.jpg#width=1200&height=828

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Inventer les couleurs de Gilles Paris

Un artiste en herbe, des couleurs chatoyantes, une très belle leçon de vie!

inventer les couleurs

Album pour la jeunesse de 10 à 13 ans

Inventer les couleurs

de Gilles Paris

Editions Gallimard jeunesse, mars 2019,
hors-série Giboulées,
illustrations d’Aline Zalko,
48 pages- 11,90 euros

Thèmes: enfance, couleurs, apprentissage, école

 

Présentation de l’éditeur d’Inventer les couleurs : “Hyppolite vit avec son papa à Longjumeau. La vie pourrait être grise, avec un papa qui s’échine entre les quatre murs d’une usine, et l’école où Hyppolite fait l’apprentissage d’une vie avec ses copains Gégé et Fatou. Seulement voilà Hyppolite dessine et les couleurs transfigurent tous ceux qui l’approchent. Et si un enfant pouvait faire grandir les adultes autour de lui?”

 

Superbement illustré par la talentueuse Aline Zalko, ce premier album jeunesse adapté du roman de Gilles Paris est très touchant et ne peut laisser indifférent.

Depuis le départ de sa mère, Hyppolite voit son père tomber dans le cercle vicieux de la dépression. Pourtant, il l’aime ce père qui a perdu tous ses repères. C’est pourquoi, à l’aide de ses crayons, le petit garçon va l’aider à redonner des couleurs à son existence.

“Inventer les couleurs” c’est réinventer la vie afin qu’elle soit merveilleuse, loin de la grisaille quotidienne. Un récit court mais terriblement évocateur d’un quotidien qui nécessite d’être sans cesse réenchanté. Un message fort donc, mit en valeur par les illustrations réalistes, très colorées et dynamiques d’Aline Zalko.

En temps normal, les histoires réalistes ne me tentent pas mais j’ai beaucoup apprécié cette lecture. J’ai été ravie de découvrir l’univers de cet auteur et le fabuleux travail de cette illustratrice que je ne connaissais pas.

C’est un très bel ouvrage que je vous recommande chaudement!

 

~Melissande~

 

+ Un album traitant de l’école du point de vue des élèves chroniqué par Hérisson: Dans la cour de mon école de Sylvain Victor

+ Cet album parle plutôt de la difficulté pour un enfant jugé différent de trouver sa place, également chroniqué par Hérisson: Ma couleur de Catherine Leblanc