Couleur barbelé – De peintre à soldat

barbeléDe peintre à soldat…
A partir de 10/11 ans

Couleur barbelé

Isabelle Wlodaczyk

avec les élèves de 3ème du collège de Gignac

Pierre Diaz (musique)

Hajnalka Cserhàti (ill.)

Éd. Babouche à oreille (2019)

*****

Couleur barbelé, c’est l’histoire d’une jeune homme qui voulait être peintre. A ce moment précis, il se remémore des souvenirs d’enfance, des moments heureux, des odeurs, des couleurs. Entre autres, il pense aux moments qu’il passait à peindre avec son cousin. A 18 ans, son père, qui sent peut-être pointer l’odeur de la guerre, lui offre un pistolet. Lui décide de partir à Paris pour réaliser son rêve, pour devenir peintre. Au début c’est l’euphorie : Paris, la vie folle et rieuse, la ville folle et heureuse. Il est venu pour être peintre, il sera soldat.

*****

J’ai d’abord lu le roman. Il est très court, à peine une trentaine de pages et contient de nombreuses illustrations (en noir, blanc et dérivés de gris, gris barbelé). C’est un roman très fort. Je n’en dirais pas trop, il faut le lire, sentir la “montée” des choses, les changements de vie forcement non désirés à cause de la guerre qui arrive.

Ensuite, je l’ai écouté. J’ai été surprise parce c’est raconté par une femme à la voix douce, alors que le narrateur est un homme. C’est bête, mais au départ ça m’a perturbé. La musique m’a beaucoup plu par contre. Elle est parfois un peu lancinante, hypnotique, mais elle se marie bien avec l’histoire. La fin, répétée, est là aussi très forte.

Et pour écouter l’histoire, rien de plus simple : soit vous utilisez le flash code donné à la fin du livre, soit vous allez sur le site de l’éditeur (code donné à la fin du livre).

A lire ou à écouter, c’est comme vous voulez !

*****

De cette maison d’édition particulière puisqu’elle propose également des Lectures-concert, nous vous avons déjà présenté :

Sacré chat ! Un album très amusant sur la galette des rois.

Babouche à oreille est une maison d’édition récente. Voici comment ils se présentent :

Une maison d’édition jeunesse créée en 2018 par Isabelle Wlodarczyk (Auteure jeunesse) et Pierre Diaz (Musicien).

Babouche à oreille publie des livres en https://static.wixstatic.com/media/b9456d_4e980c0e49a441eb82f8559f465dbd62~mv2.jpg/v1/fill/w_1148,h_871,al_c,q_90,usm_0.66_1.00_0.01/le%20logo.webpmusique et produit des lectures-concerts autour des textes.  Nos livres abordent des thématiques qui chatouillent les idées reçues et picotent les méninges.

Babouche à oreille propose aux enfants une autre manière de lire, en associant les mots aux sons, et en privilégiant les rencontres humaines avec les textes. Notre maison fait partie d’une coopérative d’entreprises, l’Ariac, et revendique cet esprit collectif.

*****

Un roman qui participe au challenge Première Guerre Mondiale chez Blandine

https://img.over-blog-kiwi.com/0/77/65/37/20200106/ob_82afab_logo-chall-1gm-2020.jpg#width=1200&height=828

Nous suivre et partager :

On les aura ! Carnet de guerre d’un poilu

carnetTémoignage : été 1914
A partir de 9/10 ans

ON LES AURA !

Carnet de guerre d’un poilu

(Août, septembre 1914)

BARROUX

Seuil (2011)

*****

Présentation de l’éditeur : Ce beau projet est né d’un heureux hasard, d’une rencontre fortuite, celle d’un cahier jeté sur un trottoir lors d’un déménagement et d’un illustrateur qui passe, se penche et l’emporte.

Ce carnet contient un témoignage d’une richesse historique et humaine incroyable : le récit des premières semaines de mobilisation d’un homme durant l’été 1914. L’auteur de ce journal raconte les débuts de la guerre, le mois de juillet, quand tous sont encore persuadés qu’ils vont vaincre, jusqu’à son rapatriement, en septembre, alors qu’il est blessé au bras. Ce texte relate donc un quotidien champêtre et bien moins horrible que les traditionnels récits de vie dans les tranchées.

*****

Est-ce une bande dessinée ? Un roman graphique ? Un album ? Un récit imagé ? Je ne sais pas trop…

Barroux a illustré un texte, un vrai carnet de guerre, qu’il a trouvé dans la rue.

 

3 août, l’homme est mobilisé, il doit partir. Jour après jour, nous le suivons dans son quotidien (ampoules au pieds, manque de vin, entraînement…) ses doutes quand à la durée de la guerre, son ennui aussi. Puis le 22 août, la guerre est là.

C’est une sorte de journal intime d’un homme qui vit les premiers jours d’une guerre à laquelle il est obligé de participer, mais dont il ne sait rien, ne comprend rien. Les soldats sont ballotés, emmenés d’un endroit à l’autre sans explications. Ils doivent se débrouiller pour trouver un endroit où dormir et parfois aussi pour trouver à manger.

On ne sent pas trop la peur dans cet album. Plutôt l’ennui. Et les dessins (très doux, au crayon à la mine de plomb) de Barroux illustrent bien ces jours qui passent… (il n’y a que sa façon de faire les nez que je n’aime pas !)

Un récit sur la première guerre mondiale qui change de ceux que j’ai pu lire. Assez peu de violence ici (on ne “voit” réellement le front qu’aux alentours de la page 60/93) mais une grande fatigue, de l’incompréhension ou de l’angoisse (où sont les allemands ? Mes proches sont-ils à l’abri ?) et un ennui profond.

Un album original qui m’a bien plu !

*****

BD sur la première guerre Mondiale

Illustrés par Barroux, nous vous avons déjà présenté plusieurs albums :

Lien vers son site

Interview de Barroux

*****

Cette semaine, on se retrouve chez Stephie pour Mille et une frasques !

*

Une bande dessinée qui participe aussi au Challenge Première Guerre Mondiale chez Blandine

https://img.over-blog-kiwi.com/0/77/65/37/20200106/ob_82afab_logo-chall-1gm-2020.jpg#width=1200&height=828

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

Les guerres d’Albert Einstein – BD Ado / Adulte

AlbertQuand scientifiques et militaires s’acoquinent

BD Ado / Adulte

LES GUERRES

D’ALBERT EINSTEIN

De Closets – Corbeyran – Chabbert

Éditions Robinson (2019)

*****

Diptyque

*****

La première page nous emmène à Berlin en 1912. Albert Einstein est l’invité d’une soirée organisée par son ami Fritz Haber, le célèbre chimiste. Haber veut qu’Einstein quitte Zurich pour venir s’installer à Berlin. Dans un premier temps, Albert Einstein refuse. Pour finir par céder, au grand désespoir de sa femme, Mileva. Quelques mois plus tard, à Sarajevo, le 28 juin 1914, l’assassinat de l’Archiduc François Ferdinand déclenche le début de la première guerre mondiale

*****

Dans ce premier tome, il est beaucoup question d’un ami d’Einstein : Fritz Haber, célèbre chimiste (que je ne connaissais pas !) Si j’ai bien compris, Fritz Haber a fait deux choses très importantes dans sa vie professionnelle. Il a réussi à synthétiser l’azote pour en faire un engrais pour l’agriculture et donc permis de nourrir plus de monde (mais c’est une source de pollution des eaux à l’heure actuelle), et il a créé un gaz mortel qui a blessé ou tué des milliers de soldats en un seul jour lors de la bataille d’Ypres

Cette BD historique m’a beaucoup plu parce qu’elle m’a appris beaucoup ! Évidemment, si vous êtes prof d’histoire ou très renseigné sur la première guerre mondiale, peut-être n’apprendrez-vous pas grand chose (vous verrez peut-être un point de vue différent ?).

J’aime beaucoup les dessins d’Éric Chabbert, je les trouve très beaux.

*****

De Corbeyran, déjà présentés sur ce blog :

Châteaux Bordeaux, Nanami, Uchonie(s) New Harlem, Dracula, METRØNOM’ T1 et 2, METRØNOM’ suite et fin, 14-18 T1 Le petit soldat, 14-18 les autres tomes.

En parlant d’ Albert Einstein, nous vous avions présenté un recueil de lettres présentant, entre autres, une lettre de rupture (plutôt dure !) qu’il avait écrit à sa femme Mileva.

Une biographie d’Einstein avec des photos, des citations…

Une bande dessinée qui participe à la BD de la semaine chez Stephie ainsi qu’au Challenge première guerre mondiale chez Vivrelivre

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

Le garçon de Marcus Malte – Roman

garçon30 ans d’une vie… particulière !

Roman adulte

Le garçon
Marcus Malte

Zulma (2016)

*****

1908 : au départ, le garçon ne connaît rien du monde. Pas parce qu’il vient de naître, non. Mais parce qu’il a vécu isolé dans les bois avec sa mère, sans jamais rencontrer ses semblables. Il ne sait ni lire, ni écrire, et il ne parle pas. Cela ne l’empêchera pas, au fil des années, de rencontrer des gens. Il recevra et donnera de l’amitié, de l’amour aussi. Puis il fera la guerre.

*****

Plus encore que l’histoire, c’est la façon dont elle est (ra)contée qui m’a frappée. L’écriture. Le style. Les descriptions. C’est original. Inhabituel. Prenant. Et c’est beau.

Même si j’avoue avoir survolé rapidement par deux fois quelques pages. Celles (p. 319 à 322) qui parlent des liens entre les “grands” de ce monde. Liste de souverains : Georges V/ Nicolas II / Victor Emmanuel III… ces pages expliquent en quoi la guerre de 14 est une affaire de famille ! Et j’ai carrément sauté la liste des disparus ou morts au combat (p. 441 à 451).

Dépressifs s’abstenir, toute cette histoire, cette vie, n’est pas d’une folle gaité, même s’il y a des moments joyeux.

1908-1938 : 30 années de vie, pour le meilleur, mais aussi et surtout, malheureusement, pour le pire.

Un roman qui est tout à la fois féministe, anarchiste, pacifiste… Il avait tout pour me plaire !
Un gros coup de cœur que je vous conseille fortement. ♥

*****

Extrait : “C’est l’enfant. Celle qui pèse sur ses reins n’a rien d’un chevalier sinon la triste figure. Une femme. Ce qui reste d’une femme. Les reliques. Sous les loques des bouts de bras qui dépassent, des bouts de jambe, la chair qui semble fuir du tas de hardes comme la paille d’une vieille poupée. Elle ne pèse pas lourd en vérité mais c’est un poids presque mort. Ballotant à chaque foulée. Son crâne repose entre les omoplates du garçon. Ses paupières sont closes. Elle a le teint cireux, la peau flétrie des pommes sauvages tombées de l’arbre. On lui donne soixante ans. Elle n’en a pas trente. C’est la mère.”

Des éditions Zulma, nous vous avons déjà présenté “La lettre à Helga

*****

Un roman qui participe à la fois au challenge Première guerre Mondiale chez Blandine et à l’objectif PAL chez Antigone

 

Nous suivre et partager :