PREFERENCE SYSTEME – BD SF

Preference

PREFERENCE SYSTEME

Ugo Bienvenu

Denoël Graphic (2019)

*****

Yves travaille dans une société qui sauvegarde tous les fichiers de l’humanité. Les films, la musique, les livres, les discours politiques, tout est stocké informatiquement. Son boulot consiste à apporter les “dossiers” à des juges qui décident de les effacer ou non en fonction de l’intérêt qu’ils suscitent.

Aujourd’hui il doit leur apporter le dossier de 2001 : l’odyssée de l’espace. Le film, mais également tout ce qui le concerne, les différentes versions du scénario, les partitions musicales, les photos du tournage… Il va essayer de le sauvegarder, mais les juges seront impitoyables. Pour que tout le monde puisse stocker ses photos de vacances ou ses vidéos Youtube, il faut faire de la place…

Alors Yves va tricher et prendre des risques. Il va sauvegarder dans Mikki, le robot, tout ce qu’il trouve beau. Des films, de la poésie…

*****

Décidément, qu’est-ce qu’ils tous, à vouloir me faire aimer leurs robots ?? Encore une fois (voir le robot de DESCENDER), je vous mets au défi de ne pas être ému par Mikki, le robot à tout faire (même le bébé !!) de cette histoire. Une histoire de science-fiction certes, mais est-elle si loin de la réalité ?

Cette femme qui fait porter son bébé par son robot par peur de voir son corps se déformer, est-ce loin des préoccupations esthétiques de notre siècle ? Ces œuvres que l’on efface pour faire de la place aux photos de vacances de Mr tout le monde, n’est-ce pas ce que les réseaux sociaux “participent à faire” tous les jours ? On regarde des vidéos de chats et de bébés “trop” mignons alors qu’on pourrait ouvrir/cultiver son esprit avec de la littérature, de la musique, de la poésie…

Je ne jette la pierre à personne hein ? Je constate, c’est tout…

La première partie de ce roman graphique (en ville) est assez froide, un peu figée. La deuxième partie (à la campagne) est plus douce et très poétique !

Une lecture très intéressante, qui m’a beaucoup plu !

(malgré mes à priori de départ car le dessin et les couleurs ne m’attiraient pas trop)

Je viens de voir qu’Ugo Bienvenu vient de sortir un nouvel album : TOTAL

Un auteur que je vais suivre !

*****

Sensation

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

Arthur Rimbaud – Mars 1870

*****

Grand Prix de la critique ACBD 2020

*****

Sur son compte Instagram, vous pourrez voir de nombreuses illustrations.

Ils en ont parlé avant moi : Jérôme, Noukette, Pativore et Sur mes brizées

Lire le début (site de l’éditeur)

Du même auteur, j’ai également lu Paiement accepté (non présenté sur ce blog, mais j’ai bien aimé même si j’ai toujours un peu de mal avec les couleurs flashy !)

et TOTAL (Histoire d’un businessman – Intéressant mais cynique et trop “philosophique” pour moi)

Cette semaine, nous sommes chez Moka

Les oiseaux ne se retournent pas ♥

oiseauxSur le chemin de l’exil…
Roman graphique

Les oiseaux ne se retournent pas ♥

Nadia Nakhlé

Delcourt/Mirages (2020)

*****

Amel est prête. Elle a dit adieu à son pays, à ses amis, aux maisons, aux arbres, aux oiseaux, à sa terre. “Les hommes en noir ont piétiné tous nos espoirs“. Son pays est en guerre. Elle a 12 ans et est orpheline. Élevée par ses grands-parents trop vieux pour partir, elle va devoir les quitter pour s’engager sur les chemins de l’exil avec une famille de voisins.

Ses grands-parents lui ont dit :”Il faut que tu sois forte Amel. Tu dois vivre.”  Ils lui ont appris les règles à respecter pour survivre pendant son voyage. Avancer quoi qu’il arrive. Ne pas montrer ses peurs. Éviter les passeurs et les militaires. Ne faire confiance à personne. Amel doit même changer de nom. Elle s’appellera Nina. Nina Hudhad. Elle rejoint la famille Hudhad et ils partent. Mais rapidement, Nina va être séparée des autres et devoir apprendre à se débrouiller seule…

*****

“Les oiseaux ne se retournent pas” est un merveilleux roman graphique fait de beauté, de poésie et d’espoir…♥️

C’est sûr, le thème (une fillette de 12 ans chassée de chez elle par la guerre) n’est pas franchement drôle, ni gai. Mais ce n’est pas larmoyant du tout. On a parfois peur pour elle évidemment. On la plaint aussi. Mais au final, ce qu’on retient, ce sont les rencontres, les échanges, les apprentissages.

C’est un très bel ouvrage, tant pour l’histoire que les illustrations.

Le papier est épais, “texturé”, avec un grain que l’on sent en caressant les pages. Des pages très joliment ornées de motifs délicats, fleurs, oiseaux ou motifs orientaux. C’est vraiment très beau ! Je ne peux que vous encourager à aller le feuilleter en librairie ou en bibliothèque.

A lire !! ♥♥♥

*****

Feuilleter les premières pages (site de l’éditeur)

L’avis de Mo’

https://www.editions-delcourt.fr/sites/default/files/styles/bandeau_produit/public/2020-08/oiseaux-ne-se-retournent-pas.jpg?h=9ac45ef8&itok=V_IUzK0P

 

Cette semaine, nous sommes chez Moka

“Un monde à inventer” de Stéphanie Demasse-Pottier et Magali Dulain

Un album en noir et blanc reflétant à merveille le pouvoir de l’imagination

Album pour la jeunesse dès 7 ans

Un monde à inventer
de Stéphanie Demasse-Pottier
et Magali Dulain

Editions L’étagère du bas, octobre 2020,
32 pages- 13,20 euros

***

Thèmes: art, imagination, expressions artistiques, monde intérieur

***

 

Présentation de l’éditeur: “Une petite fille se promène au gré de ses réflexions, de ses inspirations et de ses découvertes. Le chemin de la création est sans fin… Au fil de sa promenade, au milieu des arts, l’enfant finira-t-elle par trouver son propre chemin?”

 

Cet album en noir et blanc est une véritable ode à l’imagination. Il explore avec délicatesse les différentes formes d’expression artistique.

Sur la première double-page d’Un monde à inventer, une étrange petite fille à la chevelure sumontée d’un paysage se met en mouvement. Elle découvre un carnet sur le sol et s’interroge. Sur la page de garde, elle se saisit du carnet et l’aventure peut commencer…

Les décors sont sobres et stylisés. Notre héroïne évolue dans son propre monde, un univers qu’elle façonne au gré de ses envies et de ses besoins. C’est un très beau message que nous livrent les illustrations de Magali Dulain et le texte de Stéphanie Demasse-Pottier.

Pour animer cet album original, Magali Dulain a utilisé une seule technique: un crayon épais noir. Et cela a donné naissance aux dessins épurés d’Un monde à inventer. Quant au récit, il est simple et efficace. En effet, en quelques lignes, Stéphanie Demasse-Pottier parvient à donner corps aux plus belles formes de créativité. On y retrouve le dessin, la peinture ou encore la musique. La danse y est même représentée sur les 3ème et 4ème de couverture.

La petite fille (dont on tait le nom) s’initie donc à tous les arts, y compris la photographie. Elle se cherche en réinventant son monde.

Un monde à inventer est donc un ouvrage peu commun, poétique et novateur. Quelle meilleure manière de faire prendre conscience aux enfants qu’ils possèdent tous un don qu’il leur faudra exploiter afin de faire vivre leur monde intérieur?

En somme, une très belle découverte!

 

~Melissande~

 

+La chronique de Un monde à inventer, par Nicole Tharin sur ricochet-jeunes.org

+Un autre album évoquant la poésie de l’enfance:   Tu te souviens de Zoran Drvenkar et Jutta Bauer (présenté par Nathalie)

Mon coeur de Corinna Luyken

Un album tout en douceur pour apprendre aux petits à décrypter leurs émotions

mon coeur couverture

Album pour la jeunesse dès 5 ans

Mon coeur

de Corinna Luyken

Editions Kaléidoscope, octobre 2020,

texte et illustrations de Corinna Luyken,

40 pages, 13 euros

 

Thèmes: émotions, sentiments, enfance, amour

 

 

Présentation de l’éditeur:

“Quelques fois il se brise,

oui, mais tout se répare,

et un coeur verrouillé

peut se rouvrir plus tard.

Il n’est pas toujours facile de comprendre et d’acccepter les émotions changeantes qui nous animent. Cet album tout en délicatesse explore avec bienveillance le langage de notre coeur.”

 

La couverture donne le ton, nous avons un album très délicat entre les mains. Tout comme cette petite fille qui se penche afin de cueillir son coeur avec beaucoup de précaution, tournons les pages de cet ouvrage peu ordinaire…

 

Mon coeur est un album très tendre et poétique. L’autrice n’utilise que des tons noirs, gris ou jaunes; elle parvient cependant à transmettre un panel d’émotions! L’histoire est simple mais efficace. La petite protagoniste nous décrit ses sentiments selon les situations avec des images très précises. Le texte est écrit en rimes, ce qui lui confère une certaine musicalité.

 

Les illustrations de Mon coeur  sont sobres et faciles à interpréter. Au fil des pages, le petit lecteur se rend compte que son coeur peut vivre mille choses, positives ou non et que c’est à lui d’en décider. Une très belle conclusion qui permet aux enfants de ne pas se sentir coupable face à certains ressentis.

 

Mon coeur est une oeuvre très délicate que je vous invite à découvrir.

 

 

~Melissande~

 

+Un challenge d’albums sur les sentiments présenté par Nathalie

+Une autre manière de parler de certaines émotions avec les plus grands: Nuit étoilée de Jimmy Liao