Marcel le magicien – Album jeunesse

MarcelCroire en soi, c’est le début de la victoire !
Album à partir de 3/4 ans

MARCEL LE MAGICIEN

Anthony Browne

Kaléidoscope (1995)

*****

Marcel était un chimpanzé qui adorait le foot. Il allait s’entraîner chaque semaine, mais sur le terrain, personne ne lui passait jamais le ballon. Et il n’était jamais choisi pour faire partie de l’équipe. Un soir en rentrant chez lui, il fait une étrange rencontre, qui va changer sa vie…

*****

Tout comme Marcel, parfois, on a l’impression que certaines choses n’arriveront jamais. Quels que soient nos efforts, notre envie…

Et pourtant ! Parfois, il suffit seulement d’y croire pour que tout change ! Une belle histoire sur la confiance et l’affirmation de soi. Comme toujours chez cet auteur, les illustrations sont très colorées et il y a des petits détails amusants à chercher dans les pages (ici c’est la lune ou un lampadaire qui sont en fait des ballons de foot ! Je vous laisse trouver les autres…)

Un bel album à offrir à tous les enfants qui doutent d’eux-même !

Et pas seulement à ceux qui aiment le foot ou les singes… ;)

*****

Du même auteur : Et si jamais ?

Biographie de l’auteur sur le site de la petite bibliothèque ronde

Anthony Browne a reçu plusieurs prix (Wikipédia) :

  • La “Mention” Premio Grafico Fiera di Bologna per l’Infanzia de la Foire du livre de jeunesse de Bologne 19874 pour Piggybook (A calicochon)
  • “Mention” Premio Grafico Fiera di Bologna per la Gioventù de la Foire du livre de jeunesse de Bologne 19905 pour ses illustrations de Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
  • Médaille Kate Greenway pour Zoo en 1992
  • Le Prix Kurt Maschler pour Une histoire à quatre voix et Alice au pays des merveilles.
  • Prix Kurt Maschler et médaille Kate Greenway pour Anna et le gorille.
  • Et le Prix Hans Christian Andersen Illustration, en 2000 pour l’ensemble de son œuvre.

Image associée à la récompense

Mercredi, c’est raviolis ! Album

raviolisQuel plaisir de faire soi-même son repas
Album à partir de 3 ans

Mercredi, c’est raviolis !

Makoto Tachibana (ill.) & Setsuko Hasegawa

Adapté du Japonais par Florence Seyvos

L’école des Loisirs (2008)

*****

Deux enfants décident de mettre la main à la pâte pour fabriquer des raviolis japonais, des gyôzas. Pas à pas, nous les suivons dans la fabrication de cette recette. Pendant que le narrateur tient le plat, sa grand sœur malaxe la pâte, puis c’est l’inverse. A tour de rôle ils ajoutent les ingrédients. Un petit moment de repos et de patience, le temps que la pâte lève. Puis vient le moment de la travailler en faisant des serpents dont on fait des boulettes que l’on aplatit.  Ensuite on ajoute la farce faite par Maman. Même si d’habitude c’est rond, on peut en faire en forme d’animaux ! Puis il ne reste plus qu’à les cuire. Il y a deux façons : on les fait bouillir à la casserole ou frire à la poêle !

*****

Une petite histoire toute simple, mais très plaisante. Contrairement à ce que pourrait laisser penser la couverture, les deux enfants prennent beaucoup de plaisir à réaliser leur recette.

A peine l’album fini, j’ai eu envie de prendre le paquet de farine et de me mettre à faire de la pâte à raviolis moi aussi !

La recette est très bien expliquée et les illustrations sont adorables. Il y a, en plus, le côté “sensuel” de la cuisine qui ressort (la farine : Mmmm, c’est doux !)

Bref, un album que les enfants auront plaisir à regarder, surtout s’ils peuvent ensuite faire la recette avec Papa ou Maman…

*****

Un album découvert il y a peu lors du dernier Challenge Un Mois au Japon (chez Lou et Hilde) grâce à Jojo et que j’ai trouvé dans une boîte à livres !

Isabelle l’avait déjà présenté dans le challenge Albums en 2018, le tiroir à histoires en… 2014 et Jérôme avait testé la recette en 2012 (photo à l’appui !).

D’autres albums japonais présentés sur ce blog : Tut-Tut ! + La pomme rouge /

Un album qui participe au Mois du Japon chez Lou et Hilde

La naissance du printemps de Roxanne Marie Galliez et Eric Puybaret

La naissance du printemps est un très beau conte sur l’origine du monde. A découvrir!

Album pour la jeunesse dès 6 ans

La naissance du printemps

de Roxanne Marie Galliez

et Eric Puybaret

Editions Balivernes, avril 2019,
ill. d’Eric Puybaret,
32 pages, 14 euros

***

Thèmes: mythe, printemps, origines, amour

***

 

 

Présentation de l’éditeur: “L’Histoire commence bien avant l’arrivée des Hommes… Parmi toutes les divinités, Orithye la nymphe a le pouvoir de donner des couleurs à la vie et Borée est le vent sauvage, furieux et incontrôlable. Ces deux êtres si différents vont s’apprivoiser, se perdre, se retrouver et s’aimer. Et de leur union naîtra le printemps.”

 

Quel magnifique album ! Comme toujours, les éditions Balivernes se sont surpassés pour nous offrir une fable poétique et tendre. Le texte et les illustrations délicates de La naissance du printemps sont tout simplement sublimes !

 

L’histoire d’amour entre Orithye et Borée est peu commune, que voilà une jolie façon de faire naître le printemps! Et ces décors dignes des plus beaux contes de fées ravira petits et grands. Dans La naissance du printemps, c’est tout un univers mythique bien mystérieux qui se déploie sous nos yeux.

 

Eric Puybaret est un illustrateur de talent, ses dessins décrivent parfaitement les émotions d’Orithye. Tout en finesse, l’amour de ses deux êtres que tout oppose prend vie sous nos yeux. C’est un déploiements de formes et de couleurs fabuleuses. Le texte de Roxanne Marie Galliez est enchanteur, cet amour surprenant est une ode à la vie.

 

ill. Furet.com

Je ne connaissais pas du tout leur travail mais j’ai vu récemment que Roxanne Marie Galliez et Eric Puybaret ont collaboré sur un autre l’album intitulé “J’ai laissé mon âme au vent”. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire mais ça ne saurait tarder!

La naissance du printemps est donc un très bel ouvrage. Je vous le recommande chaleureusement!

 

~Melissande~

 

+Un album original sur un mythe célèbre, présenté par Nathalie: Le fil d’Ariane. Mythes et labyrinthes de Jan Bajtlik

+ Un autre mythe dans une version moderne, également présenté par Nathalie: Orphée et la morsure du serpent d’Yvan Pommaux

Le poisson qui me souriait de Jimmy Liao

Le poisson qui me souriait est une très belle histoire d’amitié, hors du commun

Album pour la jeunesse dès 7 ans

Le poisson qui me souriait

de Jimmy Liao

Editions HongFei, mars 2021,
hors collection,
texte et illustrations de Jimmy Liao,
104 pages- 14,90 euros

 

Thèmes: poisson, mer, liberté, amitié

 

Après le magnifique Nuit étoilée, c’est sans aucune hésitation que je me suis plongée dans cette nouvelle histoire de Jimmy Liao. Dans Le poisson qui me souriait, il y a un côté délicieusement absurde que j’ai adoré. Rêve et réalité s’entrelacent savamment afin de faire vivre au lecteur une aventure hors du commun.

 

On sent que l’auteur a un lien étroit avec la nature. En effet,  le message véhiculé par Le poisson qui me souriait est un véritable appel à la liberté. Et la liberté, ce n’est pas tourner en rond dans un aquarium simulant un environnement aquatique…

 

Le poisson qui me souriait raconte l’histoire d’un homme attiré par un poisson qui, comme le titre l’indique, sourit constamment. Ce poisson semble heureux de sa condition. Mais au fur et à mesure, cette cohabitation singulière va permettre à l’homme d’ouvrir les yeux sur une situation affligeante.  Cette fois je n’ai pas mis le résumé de l’éditeur car il raconte comment l’histoire se termine. Et ce serait dommage de gâcher le plaisir d’une si belle lecture!

À l’instar de Nuit étoilée, le texte et les illustrations sont l’oeuvre de Jimmy Liao. Pour Le poisson qui me souriait, Jimmy Liao a principalement utilisé une palette de tons froids au début du récit. Par la suite, grâce à l’introduction de notes de jaune et de vert fluorescent, les bleus dominants font place à des couleurs plus lumineuses. Les décors sont assez minimalistes; seul le dessin de la ville est plus détaillé. Cette sobriété met parfaitement en valeur les personnages.

 

J’apprécie beaucoup l’illustration  de couverture. On y voit parfaitement le contraste entre la ville synonyme d’entrave à la liberté et l’immensité de la mer. C’est un album qui invite le lecteur à réfléchir sur diverses notions. Les sentiments de l’homme sont légitimes mais n’est-ce pas une forme d’égoïsme au final?

 

À lire!

 

~Melissande~

 

+ Sur le même sujet: Amélie et le poisson de Helga Bansch, présenté par Nathalie

+ Un album humoristique présenté par Nathalie: Totoche et le poisson malheureux de Catharina Valckx