L’abri – Album sur le partage

abri

Album à partir de 4 ans

L’abri

Céline Claire & Qin Leng (ill.)

Bayard Jeunesse (2017)

*****

C’est le matin. Dans la forêt, les renards, les lapins, les oiseaux, tout le monde se réveille plus ou moins facilement. Mais une mauvaise nouvelle circule : LA TEMPÊTE ARRIVE !!! Chacun se met au travail. Il faut se préparer. Ramasser le bois, faire des provisions… Le vent commence à souffler fort, mais tout le monde est au chaud, à l’abri. Alors, petit renard demande : « Et si des gens sont dehors ? » Et justement, deux étrangers arrivent. Mais que veulent-ils ??? Un abri.

*****

Une très jolie histoire qui parle de partage, d’entraide, de solidarité. Et de la peur que l’on peut avoir face à l’inconnu (aux inconnus). La méfiance peut-être une bonne chose, mais à trop forte dose, on y perd son humanité. Alors comment accueillir l’autre, celui qu’on ne connaît pas ?

Je trouve les illustrations absolument adorables. Elles sont très mignonnes et toutes douces. De l’aquarelle ?

A noter, le papier, très épais, est très agréable au toucher.

https://freight.cargo.site/w/1000/i/19a4bee3fb6599581f3a1568d6d110c25a692b61479ead993a00ee3e77f5c33c/Abri_005.jpg

L’abri – Texte de Céline Claire et Illustrations de Qin Leng

*****

Le site de Céline Claire

Celui de Qin Leng

D’autres avis : Ricochet, Livres et merveilles

Un autre album sur le thème de la solidarité :

Petit Elliott dans la grande ville

 

Nous suivre et partager :
error0

Quelqu’un m’attend derrière la neige – solitude…

solitudeQui, mieux qu’une hirondelle, peut parler de migration ?

7-12 ans et plus

Quelqu’un m’attend derrière la neige

Timothée de Fombelle

Thomas Campi (ill.)

Gallimard Jeunesse (2019)

*****

Il y a bien longtemps, un matin de Noël, un enfant ramassa une hirondelle blessée. Il la soigna, la nourrit et la réconforta. Elle se reposa pendant plusieurs semaines et reprit des forces grâce à ce petit garçon. Il lui donna même un nom, Gloria, alors que les oiseaux n’ont pas de nom. Elle n’avait pas de nid, pas de petits. Elle était unique en son genre et cet hiver, contrairement aux autres hirondelles, elle remontait vers le nord.

Freddy, d’une certaine façon, était semblable à Gloria. Lui aussi remontait vers le nord dans son petit camion jaune et il souffrait de solitude. Il était livreur de glaces et depuis l’Italie, il devait remonter tout là-haut jusqu’à Londres.

*****

C’est un très joli conte de Noël à la lecture duquel on ressent beaucoup d’émotions. On sent l’urgence dans le vol de cette hirondelle pas comme les autres, qui ne sait pas pourquoi elle doit aller par là, mais sait qu’elle doit y aller. Et on a conscience de la tristesse de cet homme, seul à son volant, qui n’a parlé à personne depuis longtemps.

Ça pourrait paraître triste, mais en fait ça ne l’est pas. La fin est plutôt porteuse d’espoir !

Les illustrations sont magnifiques. J’ai tout aimé : les couleurs, le trait, le côté un peu Bd de certains dessins.

En bref : Une histoire qui parle d’humains, de solitude, de migration mais aussi d’entraide et d’amitié.

Une très belle histoire.

 A lire sans hésiter ! ♥

*****

Du même auteur : Georgia, tous mes rêves chantent, Victoria rêve (6ème roman présenté), Thimothée de Fombelle (5 romans présentés), Le livre de Perle

Du même illustrateur : Les petites gens et Macaroni (2 BD)

Le site de l’illustrateur Thomas Campi

Nous suivre et partager :
error0

Les Rhinos ne mangent pas de crêpes – Album

crêpesQui veut des crêpes ?

Album à partir de 4 ans

Les Rhinos ne mangent pas de crêpes

Anna Kemp & Sara Ogilvie

Little Urban (2017)

*****

Mathilde a souvent l’impression que ses parents ne l’écoutent pas vraiment. Quoi qu’elle dise, ils répondent toujours « C’est bien ma chérie ! » ou « Tu devrais raconter ça à Mamie » ou encore « Ce n’est pas le moment, va voir ton père » ou alors « Mathilde, tu ne vois pas que nous sommes occupés ?« . Le problème, c’est qu’un jour que Mathilde prenait son petit déjeuner, un énorme rhinocéros violet a traversé la cuisine. Il était aussi gros qu’un camion et violet comme une prune. Et comme il avait un peu faim, il a mangé un morceau de la crêpe de Mathilde, puis il est monté à l’étage. Bien sûr, quand elle a voulu parler de ça à ses parents, elle a eu les réponses habituelles ! Alors Mathilde et le rhinocéros sont devenus amis.

*****

La chandeleur, jour des crêpes, c’est dans 15 jours, le dimanche 2 février 2020. Elle se déroule toujours 40 jours après Noël.
Et il n’y a pas tant d’albums que ça avec des histoires de crêpes… Même si celui-ci ne parle pas spécialement de la Chandeleur, il parle de crêpe et il est très drôle !

La petite fille a une bouille adorable et très expressive. C’est une histoire plutôt loufoque, mais très amusante. J’ai adoré la fin.

Et je ne sais pas si c’est toujours d’actualité ou non, mais lorsqu’il est sorti, cet album était vendu avec une affiche qui donnait une recette de crêpes in-ra-tables !!

*****

Pour voir plusieurs illustrations, le site de l’éditeur, Little Urban

J’ai trouvé deux sites pour Sara Olgilvie. Voici le premier et le deuxième (plus jeunesse)

*****

Un album qui participe au Challenge Je lis aussi des albums sur ce blog

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

La Chasse à l’ours – DVD #Concours

Album et adaptation animée en DVD
pour enfants à partir de 3 ans

La Chasse à l’ours

de Michael Rosen

illustré par Helen Oxenbury

adapté par Joanna Harrison et Robin Shaw

Ecole des Loisirs / KMBO little
album paru en 1997
adaptation en film d’animation 2018, sortie en DVD 2019

L’avis de Mini hérissonne (4 ans et demi) et Sophie Hérisson

La Chasse à l’ours est un album devenu un grand classique des écoles maternelles depuis sa sortie en 1997. Dans cette histoire 5 enfants, frères et sœurs (dont un bébé), se lancent à l’aventure, à la chasse à l’ours. Ils vont traverser de nombreux paysages, par tous les temps… et peut être même trouver l’ours !

La Chasse à l'Ours

Ce qui fonctionne très bien dans cette histoire c’est que c’est une aventure à hauteur d’enfants, avec une fin qui rassure et surprend. Le côté répétitif, comptine, ainsi que les nombreux bruits rendent cette histoire vivante. Les enfants passent par toutes les émotions au cours de la lecture de cet album, servi par les illustrations réalistes d’Helen Oxenbury.

L’adaptation en film d’animation est fidèle au livre, elle en reprend à la fois le style graphique (tout en le modernisant largement), l’histoire et la chute, pas de surprises donc pour les enfants qui connaissent l’album, mais des yeux qui brillent devant cette histoire qui s’anime !

Mini hérissonne a « étudié » le livre en classe en PS2, et est allée voir ce programme au cinéma avec sa classe. Elle est revenue enchantée et était très heureuse de le revoir à la maison grâce au DVD.

Dans le DVD de la Chasse à l’ours, on trouve aussi deux courts-métrage aussi destinés aux tout-petits, Un printemps en automne, un adorable dessin animé sur la nature, avec notamment un petit hérisson et Le rêve de l’ours, là aussi autour de la nature. Ma mini hérissonne a moins accroché à celui-ci.

La collection Cinéma pour les tout petits est une jolie alternative à la télévision, avec des programmes choisis et des accompagnements pour ne pas rester simple spectateur !

L’avis de Melissande

Dans l’ensemble, j’ai aimé les trois courts-métrages même si je m’attendais à des histoires plus joyeuses. Cela dit, je trouve important de pouvoir aborder avec les jeunes enfants des thématiques telles que le deuil ou encore la maladie. Dans  »Un printemps en automne » et « La chasse à l’ours », j’ai ressenti beaucoup de mélancolie. « Le rêve de l’ours » est moins triste.

Concernant les techniques utilisées, j’ai adoré l’effet du papier découpé dans « Un printemps en automne » et « Le rêve  de l’ours ». Ça change des procédés d’animation auxquels je suis habituée.

« Un printemps en automne » met un scène un petit garçon qui se morfond en attendant le retour du soleil. Sa grande soeur décide de lui venir en aide en réveillant ce dernier. C’est un très beau conte, mêlant métaphores et allégorie (je pense notamment à la personnification du soleil). Cet animé de 10 minutes est très poétique.

Même si la technique est identique à celle du premier film d’animation, « Le rêve de l’ours » a un rendu complètement différent. Ce n’est pas du tout mon style de dessins mais je me suis laissée prendre au jeu et finalement je n’y ai plus du tout fait attention. Le narrateur est un enfant, le récit suit les codes du conte traditionnel. Les villageois et le narrateur en ont assez de l’hiver qui s’éternise. Il est donc temps de réveiller l’ours pour qu’il libère le soleil. En 6 minutes, Ruslan Sinkevich nous offre un récit insolite.

Mon film d’animation préféré reste malgré tout ‘La chasse à l’ours ». Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire l’album dont l’animé est tiré mais je connais déjà le travail d’Helen Oxenbury et le film reproduit fidèlement le style de l’illustratrice. La beauté de la campagne et des paysages que les enfants vont traverser dans leur chasse est à couper le souffle. De plus, les protagonistes reprennent en chœur des phrases: ce rituel devient très vite un couplet qu’ils scandent pour se donner du courage. J’ai trouvé la fin très triste, je m’attendais à tout sauf à ça. J’avoue être restée un peu perplexe mais en même temps cette fin ouverte permet de mieux réfléchir au récit  qui nous a été conté.

Autre point positif, le livre d’accompagnement est lui aussi très bien pensé. En plus d’y retrouver les secrets des films d’animations, l’éditeur propose deux activités amusantes à réaliser avec les petits ainsi que des jeux et une retranscription de la comptine présente dans « La chasse à l’ours ».

En somme, je vous recommande la collection Cinéma pour les tout-petits de Little KMBO (à découvrir dès trois ans).

~Melissande~

UN PRINTEMPS EN AUTOMNE, Tatiana Kublitskaya, Biélorussie, 10’, 2015.

L’automne a chassé le beau temps et apporté la pluie. Le petit Yanka s’est blotti au fond de son lit, mais sa grande sœur ne l’entend pas de cette oreille. La voilà partie à travers champs à la recherche d’un rayon de soleil !

LE RÊVE DE L’OURS, Ruslan Sinkevich, Biélorussie, 6’30, 2015.

Dans une forêt lointaine, là où le soleil se lève et se couche, vit un ours. À l’arrivée des premiers flocons, il emporte le soleil dans sa tanière et dort avec lui tout l’hiver. Un jour, un enfant impatient de revoir le printemps décide d’aller les réveiller…

LA CHASSE À L’OURS, Joanna Harrison et Robin Shaw, Royaume-Uni, 28’23, 2016.

Quand Papa et Maman partent chercher Grand-Mère, Rosie et ses quatre frères et sœurs se retrouvent seuls à la maison. Que vont-ils bien pouvoir faire ? Se chamailler, regarder la télévision, jouer au foot…? Et s’ils partaient à la chasse à l’ours ?

concours

Vous voulez le voir vous aussi ? Ça tombe bien KMBO nous offre la possibilité de vous faire gagner ce DVD !

Pour participer répondez à la question suivante en commentaire : 

Quel DVD de la collection Cinéma des tout petits vous tente le plus ou aimez-vous ? 

Pour ne pas manquer les prochains concours et les résultats, n’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram (j’y poste les copies d’écran et le résultat du tirage au sort)
Twitter
Facebook 
Une autre chance de gagner en participant sur Instagram !

Jeu concours ouvert à la France Métropolitaine, la Belgique et la Suisse, du 3 au 11 janvier 2020. Règlement des jeux concours.

 

 

Nous suivre et partager :
error0