Les trois pommes de Maria Keil

Un album original, sobre et ludique.

les trois pommes

Album pour la jeunesse

Les trois pommes
de Maria Keil

Editions Chandeigne, septembre 2018
40 pages

Thèmes: amitié, partage

 

«Un jeune garçon, trois pommes et l’envie de partager… Des prétendants plus nombreux que les fruits… Comment satisfaire tout le monde?»

 

Ce n’est pas la première fois que je découvre un album créé à partir de collages mais celui-ci a quelque chose de différent. Son originalité réside dans le fait que les illustrations des enfants en noir et blanc sont stylisées, cela fait donc ressortir les images d’immenses pommes bien rouges, presque tentantes. «Les trois pommes» illustre parfaitement les dilemmes de l’enfance face au partage, à la peur de décevoir et au désir d’être accepté.

Avec beaucoup d’humour, nous suivons le petit protagoniste dans ses choix et le moins que l’on puisse dire c’est que ces derniers ne sont pas toujours judicieux. Maria Keil a réussi, avec des mots simples et un graphisme sobre, à donner beaucoup de profondeur à cette histoire d’amitié enfantine. Tout comme une bande dessinée, les dialogues sont inscrits dans des phylactères. C’est une très belle découverte.

Petit bonus, véritable pédagogue dans l’âme, Maria Keil a réservé une surprise à ses petits lecteurs en leur proposant au début et à la fin de l’ouvrage des patrons représentant les personnages (à découper ou à photocopier). Grâce à ce procédé, les enfants peuvent soit continuer l’aventure soit créer de nouvelles histoires. J’ai beaucoup apprécié ce supplément très ludique, l’enfant est vraiment acteur par rapport à ce qu’il se passe dans l’histoire.

Je ne connaissais pas du tout cet auteur mais j’ai appris qu’elle est une figure majeure à Lisbonne où elle a laissé une empreinte artistique considérable.


+ Réedition d’un classique portugais, paru pour la première fois en 1988

+ Présentation de Maria Keil (1914-2012) sur le site de l’éditeur.

+ L’article de Télérama

~Melissande~

Et si l’amour c’était aimer ? BD Humour

aimer

Et si l’amour c’était aimer ?

Fabcaro
Éd. 6 pieds sous terre (2017)
*****

Sandrine et Henri vivent heureux dans une belle villa. Mais un soir, Sandrine appelle « Speed Macédoine » pour faire plaisir à Henri et quand elle ouvre, elle a un coup de foudre pour le livreur aux yeux de braise…

*****

L’illustration de couverture et le titre annoncent déjà la couleur : on est ici dans un pastiche des romans photos à l’eau de rose que l’on trouvait dans les magazines à une certaine époque. Certaines cases m’ont vraiment fait hurler de rire, tellement c’est inattendu car les dialogues sont souvent totalement décalés !

Entre les personnages par exemple :

Sandrine a commandé de la macédoine. Le livreur arrive, elle ouvre la porte.

« Tout à coup, Sandrine sentit tous ses sens s’enflammer tel un incendie se propageant dans la forêt de son corps… Le regard de cet homme, noir comme une nuit sans lune, la magnétisait tel un aimant dont elle ne pouvait se détacher…

Il dit : –Vous avez la carte de fidélité ?

Elle répond en le regardant droit dans les yeux : –La fidélité, est-ce si important au fond ?

Et il répond : –Bah quand même, au bout de dix macédoines vous en avez une gratuite… »

Il est certain que cela ne plaira pas à tout le monde, c’est un humour absurde (dans la lignée de certains auteurs de Fluide Glacial par exemple).

Moi je lirai d’autres bd de Fabcaro, ça m’a trop fait rire !!

*****

Du même auteur, j’ai lu également « Zaï Zaï Zaï Zaï » un road movie totalement déjanté qui m’a bien fait rire aussi !

*****

Cette bd me donne en plus l’occasion de découvrir un éditeur que je ne connaissais pas.

Biographie et bibliographie de l’auteur sur le site de l’éditeur

D’autres que moi en ont parlé : Fanny,  MokaJérômeMo’Khadie,  Sabine,  Noukette et Mylène

est en congé pour la période estivale !

Mais je continuerai à vous présenter mes lectures de BD tous les mercredis.

Madame le lapin blanc – Album jeunesse

madame

MADAME LE LAPIN BLANC

Gilles Bachelet
Seuil jeunesse (2012)
*****

Tout le monde, ou presque, connaît « Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll. Et donc tout le monde, ou presque, connaît le lapin blanc qui est toujours en retard, courant, sa montre à gousset à la main. Monsieur Bachelet a eu la très bonne idée de se demander si ce lapin blanc était marié, avait des enfants, bref, ce qu’il faisait en dehors du Palais de la Reine de Cœur.

Et il a trouvé le le journal intime tenu par Madame Le Lapin Blanc. Et l’on verra que non, tout n’est pas rose au Pays des Merveilles…

*****

Si vous n’avez pas lu « Alice au pays des merveilles », que cela ne vous empêche pas de lire cet album. Vous perdrez quelques gags, quelques références, mais cela ne vous empêchera pas de l’apprécier. Si au contraire vous faites partie des fans de ce conte, votre plaisir n’en sera que plus grand !

J’ai tout aimé dans cet album : l’idée de départ (ça ne vous est jamais arrivé de vous poser des questions sur des personnages de romans, de films ? Sur leur enfance, leurs rêves, ce qui leur arrive ensuite… Moi si. Plein de fois. Alors j’adore que quelqu’un ait, pour une fois, répondu à mes questions !!).

L’humour un peu « décalé », omniprésent dans les albums de Gilles Bachelet. Les références, multiples, au conte susmentionné. La double page sur les 100 façons d’accommoder les carottes !!

Les nombreux détails des illustrations (on peut passer pas mal de temps sur chaque page, voilà qui va bien occuper mes neveux et nièces cet été !! Merci Mr Bachelet) Et puis l’avantage avec cet album, c’est que l’enfant, comme le parent l’apprécieront !

Un extrait du journal : « Il m’arrive même parfois d’imaginer – suis-je sotte ! – un monde où les hommes participeraient aux travaux du ménage… » (je vous laisse découvrir l’air béat du lapin blanc passant la serpillère, extra !!)

*****

Du même auteur, ne ratez pas le magnifique « Une histoire d’amour »

Et d’autres présentés plus brièvement mais très drôles également : Les coulisses du livre jeunesse, « Des nouvelles de mon chat »

Madame le lapin blanc a été élu Pépite de l’Album 2012 du Salon du Livre et de la Presse jeunesse en Seine-Saint Denis.

challenge albums 2018

Cet album participe au Challenge « Je lis aussi des albums 2018

Star trip – roman ado ♥

Star

Star Trip ♥

Éric Senabre
Didier jeunesse (2017)
*****

USA. Idaho. 1968.

May Peeples, une adolescente de 15 ans, s’occupe tant bien que mal de son jeune frère Sam, 7 ans, handicapé suite à une chute, fan absolu de science-fiction et notamment de la série Star Trek, pardon, Star Trip. Trois semaines auparavant, leurs parents s’étaient mystérieusement envolés pour une destination inconnue, leur laissant un peu d’argent pour se nourrir, mais aucune explication ni date de retour. Pour faire plaisir à Sam, May et son amoureux Will, vont construire en grand secret une réplique de la petite navette spatiale de la série. Et, oh surprise, qui va débarquer ?

*****

A la suite de May, Sam, Will et deux autres compagnons, nous sommes propulsés dans un road movie à travers l’Idaho puis l’Utah…. C’est franchement inattendu, frais, vraiment amusant, un peu fou avec des personnages intéressants, voir truculents pour certains. May est une féministe avant l’heure et elle a un sacré caractère !

L’auteur est fan de Star Trek c’est sûr, à l’instar de son petit personnage Sam. Mais, même si vous n’êtes fan ni de science-fiction ni de Star Trek, vous pourrez prendre beaucoup de plaisir à lire cette histoire déjantée. Moi, je me suis bien marrée !

Il y a de nombreuses références musicales également avec un invité surprise à la fin ! Je n’en dis pas plus, je vous laisse le plaisir de la découverte.

C’était mon premier roman d’Éric Senabre, ça ne sera pas le dernier, et ça tombe bien puisqu’en même temps que celui-ci j’ai acheté pour la bib « le dernier songe de Lord Scriven » et qu’on avait déjà « Sublutetia » et « Elyssa de Carthage« … J’ai pas fin de me régaler moi !!

*****

Lire les 3 premiers chapitres sur le site de l’éditeur

Ce roman a été lauréat du Prix des Ados du Festival Livres et Musiques de Deauville et  a fait partie de la sélection du Prix Vendredi 2017.

Le blog de l’auteur (pas mis à jour depuis 2014 mais dans lequel on entend parler de… Star Trek !)

La chanson chantée par May :