La cuisine des pays celtes – Mois Celte 2

celtesSimple à comprendre et agréable à feuilleter !

Tout public

La cuisine des pays celtes

De Riwanon Kervella

Aquarelles de Béatrice Giffo

Préface d’Alan Stivell

Éd. Des Dessins et des Mots (2008)

*****

Au sommaire de ce livre de recettes, on trouve un peu de tout. Les produits de la mer, les viandes, les potages, potées et salades. Et aussi bien sûr, les gâteaux, crêpes et fars, sans oublier les boissons !

A la fin du livre, quelques pages sont consacrées à des généralités sur les 6 pays celtiques, à savoir : Écosse, Irlande, Île de Man, Pays de Galles, Cornouailles et Bretagne.

Il y a aussi quelques mots ou expressions traduits dans les six langues tels que « Bienvenue », « J’ai soif », J’ai faim » ou encore « Merci »… Et c’est là qu’on s’aperçoit que le Breton et le Cornique sont parfois très proches !

S’ensuivent quelques pages « d’adresses utiles » mais le livre ayant déjà plus de 10 ans, il y a fort à parier que beaucoup ne seront malheureusement plus d’actualité. Et ce recueil de recettes celtes se termine par deux index. Un index par ingrédient, ce que je trouve très utile et l’autre plus classique, par ordre alphabétique de recettes, ce qui peut être pratique également.

*****

Malgré son grand âge (11 ans) et quelques pages (5) probablement obsolètes, ce livre de recettes celtes a gardé toutes ses qualités. C’est un petit format à l’italienne, agréable à feuilleter, les aquarelles sont jolies et appétissantes, la mise en page très simple et très lisible.

Sur chaque page, sur fond beige, sont indiqués : La provenance de la recette et les ingrédients pour 6 personnes. Et dans le centre de la page, le titre, la recette proprement dite plus un petit mot gourmand, un conseil, soit concernant les ingrédients, soit la conservation ou encore une anecdote !

En bref, un livre à la fois très lisible, agréable à feuilleter pour ses aquarelles et ses anecdotes !

*****

Un livre qui n’est pas récent, et dont la maison d’édition n’existe plus, mais que l’on trouve encore d’occasion sur internet, pour celles et ceux que ça intéresse !

L’avis du journal « Le Télégramme »

***

C’est ma 2ème lecture pour Le Mois Celte chez Cryssilda.

https://p0.storage.canalblog.com/06/72/341021/124990852.jpg

C’est un livre qui est dans ma Cuisine/Pal depuis longtemps…

Mais que je n’avais jamais ouvert !!

Il participe donc à l’Objectif Pal chez Antigone

Nous suivre et partager :
error0

Mariée par correspondance – BD de la semaine

mariée

BD adulte

Mariée par correspondance

Mark Kalesniko

Label Discover

Éd. Paquet (2008)

*****

Cet album a remporté Le Prix de la Meilleure BD adaptable au Cinéma

(Forum International Cinéma et Littérature – Monaco – 2005)

*****

Monty Wheeler, un canadien de 39 ans qui n’a encore jamais connu de femme, décide de s’en « offrir » une via une petite annonce. Kyung Seo, jeune femme coréenne, sera l’heureuse élue. Dès le départ cependant, il y a des petits couacs. Monty est étonné parce que sa promise n’a pas d’accent. Elle est aussi très grande alors qu’il s’imaginait toutes les asiatiques petites. Mais il s’en console parce qu’elle est très belle. Petit à petit, il s’aperçoit qu’elle n’est pas aussi docile qu’il l’aurait souhaité… Et qu’elle a d’autres envies que lui.

*****

Ce qui m’a tout d’abord attiré dans cette bd (que l’on m’a offerte), c’est sa couverture que je trouve très jolie. Par contre, je dois bien avouer que je n’ai pas du tout aimé les illustrations à l’intérieur. Pas parce qu’elles sont en noir & blanc, mais parce que le trait est anguleux et ne m’a pas plu (trop « brouillon »).

Le point de départ de l’histoire est intéressant, ce « mariage par correspondance » mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Monty est assez pénible, sa femme est son nouveau « joujou », sa petite poupée chinoise (alors qu’elle est coréenne). Il veut juste qu’elle vive comme il l’a décidé, c’est un nouveau jouet dans sa collection. Mais elle a d’autres envies. Des envies de liberté, de découvertes, d’ouverture au monde… Pourtant elle n’est pas spécialement attachante non plus. J’aurai aimé en savoir plus sur son passé. Savoir pourquoi elle avait choisi cet homme là, cet endroit là. Ils ont juste besoin l’un de l’autre, et au final, j’ai trouvé ça très triste !

J’ai connu des gens qui s’étaient rencontrés par petite annonce. Ils passaient leurs journées à s’engueuler… Je me suis toujours demandée s’il y avait des couples heureux dans de telles circonstances ! Peut-on réussir à s’aimer alors qu’on ne se connaît pas du tout ?

Retrouvez l’avis de Blandine

*****

C’est le retour de la BD de la semaine ! Et c’est chez Moka

Nous suivre et partager :
error0

La passe dangereuse – Somerset Maugham

passeLa passe dangereuse
Somerset Maugham

éd. 10/18 (2008)

*****
Édition originale 1925
*****

Kitty Garstin, 25 ans, ne s’est mariée avec Walter Lane que pour une seule raison : sa sœur Doris, de 7 ans sa cadette, risque d’être mariée avant elle ! Et aussi parce que sa mère la presse de quitter le nid familial…

Elle a donc épousé Walter et l’a suivi à Hong-Kong. C’est un médecin bactériologiste terne et timide. Très amoureux de sa femme, il est émotif et attentionné. Mais elle n’est pas amoureuse de lui et s’ennuie vite en sa compagnie. Lors d’une soirée, elle rencontre Charlie Townsend, dont elle va tomber follement amoureuse.

*****

Le roman s’ouvre sur les deux amants, Kitty et Charlie.

Ils viennent d’avoir une grosse frayeur, quelqu’un vient d’essayer de rentrer dans la chambre de Kitty, alors que personne n’est censée la déranger à cette heure-ci. Si au départ, tout tourne autour des affres de la passion vécue par Kitty, l’histoire se transforme habilement en autre chose au fur et à mesure du récit.

Somerset Maugham a une façon de raconter qui m’a beaucoup plu. Son héroïne, plus qu’agaçante au début, se transforme tout au long du roman au fil des coups que la vie lui assène. Elle finira par trouver ce qui est le plus important pour elle.

Une très belle histoire que j’ai lu d’une traite !

*****

Ce roman a été adapté plusieurs fois en film (merci Wikipédia)

*****

Il participe à 3 challenges : au Mois Anglais, chez Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365  à l’objectif PAL d’Antigone :

et Classique au challenge Je (re)lis des classiques !

Et pour le plaisir…

Nous suivre et partager :
error0

Holmes – T2 Les liens du sang – BD

HolmesHOLMES (1854/ †1891 ?)

Livre II : Les liens du sang

De Cecil (ill.) & Brunschwig

Éditions Futuropolis (2008)

*****

Il y a environ 4 ans, grâce aux 48h de la BD, je découvrais le tome 1 de Holmes (dernière bd présentée).

Le tome 5 (sur 9 prévus) sort en septembre 2019.

****

La première partie de cet album se déroule en 1844 (illustrations couleur ocre jaune) puis on passe en 1891 et les tons deviennent gris, légèrement bleutés. C’est toujours aussi intéressant, mais aussi très frustrant, car chaque tome n’est qu’un chapitre de l’histoire, oscillant entre passé (1844) et présent (1891), et nous n’en apprenons que très peu à la fois !

La partie grise (1891) c’est donc l’enquête de Watson sur les circonstances de la mort de son ami Sherlock Holmes. Watson s’est marié, il a fait tourner son cabinet médical, il a continué à écrire les aventures de Sherlock, mais du coup il a été moins présent auprès de celui-ci. Il s’en veut et a du mal à croire au « suicide » de Sherlock. Il cherche donc à comprendre, mais les fausses pistes et les mensonges s’accumulent…

Dans ce tome 2, plusieurs personnages font leur apparition. Siger Holmes, le père de Sherlock Holmes, que l’on voit relativement jeune en 1844, alors qu’il vient voir sa promise. On le voit ensuite vieux (sénile ?) en 1891… On entend également parler d’Horace Vernet, le grand oncle de Sherlock, un peintre.

Et Watson, malgré l’aide de sa femme et d’un jeune détective, Wiggins, à qui Sherlock a appris quelques « trucs », a bien du mal à faire la lumière sur certaines choses.

*****

Pour résumer, l’histoire est très intéressante, mais j’ai vraiment hâte d’avoir tous les tomes en main !! Et les illustrations sont très belles, les « arrière-plans » (pas sûre que ce soit le bon terme !) sont soignés et pleins de détails (moulures de tableaux ou d’escaliers, dessins de tapisseries ou de rideaux…)

La mauvaise surprise de ce tome 2, c’est que j’en avais déjà lu presque la moitié dans ce tome 1 spécial 48h de la BD (les 15 premières pages du tome 2 avaient été ajoutées à la fin du 1er tome…) Alors vivement que je mette la main sur le tome 3

*****

Cette semaine nous sommes chez Moka Au milieu des livres

Cette BD participe aussi au Mois Anglais, organisé cette année (la 8ème !) par Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Merci à Belette pour les logos.

Les lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais

Nous suivre et partager :
error0