Alcatraz Indian Land – Mois américain 4

Alcatraz

A partir de 11/12 ans

Alcatraz

Indian land

Élise Fontenaille

Éd. Oskar (2018)

*****

2012. La mairie de San Francisco, désire célébrer l’anniversaire de l’occupation pacifique d’Alcatraz par les indiens. Little Bird reçoit une lettre l’invitant à venir repeindre les graffiti qu’elle avait tagués en novembre 1969. Dans une longue lettre à sa petite fille, Eden, elle va raconter ce qu’elle a vécu depuis ses 13 ans, depuis que Richard Oakes l’a sortie de la Réserve où elle sniffait de la colle pour oublier un drame.

A cette époque, Richard rêve de créer une université pour toutes les tribus indiennes. Un groupe d’activistes amérindiens va le suivre et occuper Alcatraz pendant 19 mois. Little Bird raconte à sa petite fille ce qu’ils ont vécu, les bons moments, son premier amour, les drames.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/e/e4/Richard_Oakes_%28activist%29.jpg

Richard Oakes (1942-1972)

*****

Il s’agit d’une œuvre de fiction

Mais les faits et les personnages évoqués dans ce court roman sont réels. J’avoue que je n’avais jamais entendu parler de l’occupation de cette célèbre prison. On est un peu dégoûté à la fin quand on apprend de quel façon est mort Richard Oakes (son meurtrier s’en est sorti tranquille).

Bref, on ne peut que comprendre que les indiens se soient révoltés contre leurs conditions de vie (voir comment ils décrivent les réserves) et qu’ils aient souhaité les améliorer !!

J’aime beaucoup ces petits romans dans les collections “Société” ou “Histoire et Société” chez Oskar.

Ils se lisent facilement et on y apprend plein de choses !

*****

D’Élise Fontenaille, nous vous avons également présenté :

Dorothy Counts, affronter la haine raciale, Les 9 de Little Rock, Greta Thunberg, sauvons la planète !

Et pour les plus jeunes : On a volé les poules de Clémentine !

*****

Sur ce que l’on a fait subir aux indiens, il y a aussi le très beau roman “Sauvages” de Nathalie Bernard.

Pour aller plus loin si vous êtes curieux :

Dictionnaire historique et culturel des Indiens d’Amérique du Nord

Blog qui présente la culture Sioux Lakota

Un roman qui m’aura également permis de découvrir un artiste : John Trudell (le texte ci-dessous est toujours très actuel…)

C’est ma 4ème lecture pour ce mois américain organisé par Titine du blog Plaisirs à cultiver  et animé par Mélanie sur Instagram

Logo réalisé par The Cannibal Lecteur

Nous suivre et partager :

Le Mois Américain est de retour !

mois

Logo réalisé par The Cannibal Lecteur

Littérature américaine / Cinéma américain

Le Mois Américain

Le retour !

Chez Titine du blog Plaisirs à cultiver

et animé par Mélanie sur Instagram

*****

C’est la 9ème année que Titine propose ce mois américain, et la deuxième fois que j’y participerai. Il se déroulera du 1er au 30 septembre 2020.

Vous trouverez les rendez-vous proposés ci-dessous. En rose les romans (correspondant aux thèmes) que je vais essayer de lire pendant ce mois et en rouge les thèmes ou lectures que j’ai ajouté par rapport au programme d’origine et enfin, en vert, le programme Instagram ! Ce billet -qui servira également de bilan- sera mis à jour au fur et à mesure de mes lectures…

Un groupe Facebook existe et pour Instagram, le hashtag c’est #lemoisamericain.

Mois américain bilan de 2019.

*****

Le programme proposé est le suivant
  • Le 2 sept : BD Herobear & the kid de Mike Kunkel (sur Insta c’était le thème de la nature)
  • 4 septembre : ladies first (auteure américaine, livre féministe, héroïne marquante) – Le récital des anges de Tracy Chevalier (2002)
  • 6 sept : Album jeunesse – Une super histoire de cow-boy
  • 7 sept : Amérindiens roman jeunesse – Alcatraz Indian Land d’Élise de Fontenaille (2018)
  • 8 septembre : la figure du cow-boy – Arizona Tom : le môme, le shérif et les truands de Norman Ginzberg (2013)
  • Le 9 sept : BD Calfboy de Rémi Farnos (2018)
  • 10 septembre : séries tv –
  • 12 septembre: roman du 19ème siècle ou se déroulant au 19ème siècle – Le fils de Philipp Meyer (2014)
  • 14 sept : BD ou Comics –
  • 15 septembre : le désir –
  • Le 16 sept : BD Black Hole
  • 17 septembre : polar/roman noir/thriller – Killeuse de Jonathan Kellerman (2018)
  • 19 septembre : un roman jeunesse/young adult – La cicatrice de Bruce Lowery (2002)
  • 22 septembre : black lives matter –
  • Le 23 sept : BD Boot black T1 de Mickaël (20
  • 24 septembre : la guerre – Manhattan Beach de Jennifer Egan (2018)
  • 26 septembre : la famille – La perle et la coquille de Nadia Hashimi (2015)
  • 28 sept : SF/Fantasy –
  • Le 30 sept : BD
  • Le 30 sept : Essai/documentaire

*****

Certaines de ces lectures participeront également à d’autres challenges, comme l’Objectif PAL chez Antigone

Nous suivre et partager :

Oksa Pollock – T7 : L’espoir des lendemains

OksaOksa est de retour !
Roman à partir de 13 ans

OKSA POLLOCK

 T7 : L’espoir des lendemains

Anne Plichota & Cendrine Wolf

XO Jeunesse (2019)

*****

Quand la série a commencé, il y a 10 ans, Oksa était sur terre, elle avait 13 ans et découvrait ses pouvoirs.

Dans ce tome 7, elle a maintenant 23 ans, elle est mariée et c’est la Gracieuse d’Édéfia… (Pour ceux qui disent “Hein ? Quoi ?” je vous conseille de commencer par le tome 1 !)

Présentation de l’éditeur : Voilà cinq ans qu’Oksa Pollock et les Sauve-Qui-Peut sont revenus à Édéfia… La Gracieuse Oksa est devenue une jeune femme épanouie. Entourée de ses créatures fantasques et comblée par l’amour de Gus, elle se consacre avec passion à sa mission de régnante.

Et pourtant, Oksa est inquiète. Le monde de Du-Dehors va mal, étouffant sous la pollution. Ses pouvoirs lui permettraient de faire entendre raison aux dirigeants de la planète, mais Édéfia est désormais close. Plus aucun moyen d’en sortir. Alors comment faire ?

Confrontée au désastre écologique qui s’annonce et à la ruse de certains Du-Dedans pour quitter Édéfia, Oksa doit relever le plus grand défi que connaît l’humanité : survivre… et préserver l’espoir des lendemains. Mais pour cela, il lui faudra payer un prix terrible…

*****

Quel plaisir de retrouver Oksa et ses amis !

Mais attention, si vous n’avez pas lu les tomes précédents, vous risquez d’être un peu perdus…En effet, on y parle de personnages rencontrés dans les romans précédents, de choses qui se sont passées… Et si vous n’avez pas fait connaissance avec les créatures peuplant le monde d’Oksa, vous allez peut-être avoir un peu de mal. Bref, le mieux est de commencer par le tome 1 !

J’ai lu, il y a déjà un moment, toute la série, et je l’avais beaucoup aimé. Et je n’ai vraiment eu aucun mal à retourner dans cet univers.

En plus, cette fois-ci, les deux autrices mêlent avec beaucoup de réussite l’aventure fantastique et les préoccupations écologiques que nous rencontrons actuellement. En effet, on y parle beaucoup de pollution (de l’air, de l’eau), de problème de climat avec le réchauffement climatique, de collapsologie, ou encore d’une certaine jeune fille qui s’appelle Greta et qui essaie d’alerter tout le monde.

Bref, il y a toutes les problématiques environnementales d’aujourd’hui, dont les ados auront déjà entendu parler aux infos. Mais si par ce biais elles arrivent à sensibiliser davantage le jeune public, ce sera fantastique.

Un tome très engagé qui m’a beaucoup plu !

*****

Site officiel des deux autrices

Les autres tomes d’Oksa Pollock sur le site des éditions XO Jeunesse

De ces deux autrices, nous vous avons déjà présenté : Tugdual T1, Tugdual T2, Tugdual T3, Les petites histoires de Dragomira, Susan Hopper T1, Les 5/5 T1Les 5/5 T2

Nous suivre et partager :

RDL Juin 2020 – avec de la musique et Hunger Games

Une ronde des livres par mois, pour tenter de garder une trace de mes lectures, celles que je n’ai pas pris le temps de présenter, et celles dont j’ai seulement parlé sur Instagram !

En juin j’ai donc lu (entre autre)…

Romans

Le mois de juin est passé si vite, les lectures ont été peu nombreuses en roman, mais j’ai tout de même dévoré le nouvel Hunger Games !

Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteurHunger Games : La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur 

Un nouvel Hunger Games, toujours pas Suzanne Collins, impossible de passer à côté, malgré la peur d’être déçue. Je n’ai pas attendu bien longtemps après sa sortie pour le lire, de peur de lire des avis négatif ou trop positifs… j’aime me faire mon propre avis sur ce genre de “grosse production”.

Le pitch de ce pré-quel  :

C’est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L’avenir de la Maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d’astuce et d’inventivité pour faire gagner sa candidate.

Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des Tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l’échec, au triomphe ou à la ruine. Dans l’arène, ce sera un combat à mort.

Déjà prendre un des personnages que l’on aime le moins dans Hunger Games comme personnage principal, c’est osé… mais en plus nous faire l’origine des Hunger Games… Et finalement je me suis prise au jeu de ce roman, j’ai appris à détester Snow, mais différemment, en découvrant ses failles, son histoire. L’origine des Hunger Games, de ses évolutions, j’ai trouvé ça passionnant, tout comme l’évolution des personnages.

Il y a plusieurs parties dans ce roman, tout commence doucement, pour prendre de l’ampleur, avec une partie, vraiment liée aux Hunger Games que j’ai adoré. Vient ensuite une partie plus étrange, le calme avant la tempête, où l’on cherche à comprendre à l’avance comment Corio peut devenir ce Snow que l’on déteste… et le moins qu’on puisse dire c’est que l’on est pas déçu par la fin !

Un sentiment ambivalent à la fin de cette lecture, avec du très bon par moment, des moments trop lents à mon goût, mais dans tous les cas deux personnages principaux charismatiques ! Je suis heureuse d’avoir replongé dans Hunger Games, surtout que je fais partie des gens qui n’avaient que peu apprécié le tome 3 !

PKJ, 2020

BD et mangas :

Second Summer : Never see you again, un manga en 2 tomes léger malgré sa thématique, avec beaucoup de musique !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🤍Second summer Never see you again 🤍 Ce manga en 2 tomes est une belle histoire d’amour et de musique 🎶 Alors qu’ils viennent de monter un groupe de musique au lycée, Rin meurt. Elle a toujours su qu’elle allait mourir, sans rien dire. Satoshi est effondré d’autant plus que la dernière chose qu’il lui a dite, c’est qu’il l’aimait… Ce qu’elle a mal pris. Quand il se réveille le jour de sa rencontre avec Rin, Satoshi comprend qu’il a une deuxième chance… Et il est bien décidé à ne pas lui avouer ses sentiments cette fois ! Ce manga adapté d’un roman (et qui existe aussi en film) est une histoire classique d’amour caché au lycée, mais entre le côté musique, les personnages attachants et pétillants et cette fin tragique inéluctable, on se laisse porter. Une lecture agréable qui permet de rencontrer des personnages bien campés, servis ici par les illustrations de Motomi Minamoto. Des illustrations adaptées, expressives, avec des personnages ayant chacun leur style propre. Le côté musique apporte une petite touche funky et me donne envie de voir le film pour écouter les chansons de Primember ! Une série parfaite pour mettre dans les cdi de collège : courte, sympa et avec le thème sous-jaccent de la musique. Vous lisez des mangas ? Quel est votre dernier coup de cœur ?

Une publication partagée par Sophie Herisson 📚 Bookstagram (@herissonfamily) le

Billy_C1_RVB okBilly Symphony 

Le jour où le jeune Billy aperçoit un saxophone dans une vitrine, c’est le coup de foudre. Sans un sou en poche, il va devoir redoubler d’efforts pour tenir enfin l’instrument entre ses mains ! Commence alors un long chemin vers le rêve d’une carrière de musicien… 

Encore de la musique, mais cette fois ci en bande dessinée ! Un jeune homme décide de se mettre à la musique, son parcours le mènera à un saxophone… dont il ne tirera que des notes peu appréciables… jusqu’à ce qu’il collabore avec un petit oiseau. Le succès est alors au rendez-vous, mais l’amitié peut elle juste survivre au succès ?

Cette bande dessinée sans texte n’est pas silencieuse pour autant, car au fil des pages les dessins de David Périmony prennent vie et la musique de ce petit oiseau se fait entendre… Une histoire douce et poétique, que l’on suit au gré des pérégrinations du héros. Les belles illustrations aux tons marrons un brun vintage de l’auteur rendent l’ensemble paisible

David Périmony, Editions de la Gouttière, 2020

 

 

 

 

 

J’ai commencé quelques autres romans, repris Filliozat pour essayer de savoir comment aider micro hérisson a traversé le terrible two – et pour l’instant on est plus proche de l’échec qu’autre chose… – mais surtout on a vécu la fin du confinement en prenant l’air, et en reprenant le rythme des réveils école ménage repas… Demain, vacances, on verra bien si j’ai plus de temps pour des romans, mais dans tous les cas on a plein de beaux albums qui nous attendent !

Nous suivre et partager :