Le secret de Lomé – Livre II : L’odyssée de Lomé

odyssée

Le secret de Lomé
Livre II : L’odyssée de Lomé
Alexiane De Lys

Michel Lafon (2019)

*****

Déjà présenté : le tome 1

*****

Dans le tome 1, Lomé, en tombant dans l’eau glacée d’une grotte lors d’une sortie scolaire, se retrouve dans un univers parallèle (et assez inhospitalier !) nommé « Bâl Shanta« . Elle y rencontre le prince Iollan, dont elle tombe éperdument amoureuse. Au cours de ce 2ème tome, elle va enfin comprendre qui elle est, qui l’a attirée là et pourquoi…

*****

Ce deuxième volume, est, comme le premier, plein de rebondissements, d’action et de secrets ! Lomé se découvre de nouveaux talents et on en apprend un peu plus sur les différents personnages, notamment sur le prince Iollan et sur le redoutable Maïkan.

On fait également connaissance avec la faune (pas toujours très sympathique !!) de Bâl Shanta…

J’ai dévoré ce roman comme j’avais dévoré le premier ! L’écriture est fluide et on ne s’ennuie pas une minute.

Un petit regret

qu’il n’y ait pas de résumé du 1er tome ! Je l’ai lu il y a presque un an (et j’ai beaucoup lu depuis…) et du coup, j’ai eu un peu de mal au départ pour m’y retrouver. En général, je ne garde pas les livres, je les donne à mes sœurs. Ce qui fait que je n’ai pas pu relire ce premier tome. Une carte du monde de Bâl Shanta (même très simple) ça pourrait être sympa aussi !

Et maintenant ? Ben… j’attends le tome 3 !

*****

Extrait (p. 25) : « Je suis Yarel qui me guide vers un laïmo, un étalon gigantesque, à la robe d’un blanc immaculé. La corne qu’il a sur le front est colossale, et de la même couleur que le reste de son corps puissant. Alors que je m’approche de lui avec une certaine appréhension, il se tourne vers moi et je me fige, pétrifiée. L’animal a les yeux mordorés, fendus comme ceux d’un chat. Et je ne sais pas si c’est à cause de cet étrange regard, mais il n’a pas l’air commode. »

Petite bio prise sur le site de l’éditeur :

Passionnée de fantasy et de dystopie, Alexiane de Lys a connu le succès à 20 ans avec son premier roman, Les Ailes d’Émeraude, Prix de l’imaginaire 2014. Elle vit en Dordogne avec sa famille et ses nombreux animaux.

Sa page Facebook

*****

Nous suivre et partager :
error0

Le grand Meaulnes – Un classique !

Meaulnes

A partir de 12/13 ans

Le Grand Meaulnes

Alain – Fournier

Le livre de poche (1971/ EO 1913)

*****

Une lecture commune avec Blandine et Une ribambelle d’histoires

*****

François Seurel, un jeune garçon de 15 ans, habite avec ses parents dans la grande maison rouge qui jouxte l’école. Ses parents sont instituteurs. François, suite à une maladie, ne sort guère jouer avec les autres enfants… Pour s’occuper, pendant que son père est à la pêche et que sa mère coud, il lit. Sa vie va être bouleversée par l’arrivée d’Augustin Meaulnes, mis là en pension par sa mère.

*****

Le Grand Meaulnes, c’est un roman que j’ai essayé de lire au moins deux fois. Sans succès, à chaque fois il m’était tombé des mains au bout d’une quarantaine de pages. Cette fois-ci pourtant, encouragée par la lecture commune, je me suis dit qu’il fallait que j’aille jusqu’au bout. J’ai donc persévéré dans ma lecture, et je ne le regrette pas !

En effet, passé les 40/50 premières pages, l’histoire prend un tout autre tournant avec « l’aventure » vécue par Augustin Meaulnes. Une aura de mystère, de romantisme vient planer sur cette équipée au cours de laquelle il est tombé désespérément amoureux d’une jeune femme rencontrée par hasard au cours d’une étrange fête…

*****

Extrait :

« Je n’avais guère été, jusqu’alors, courir dans les rues avec les gamins du bourg. Une coxalgie, dont j’ai souffert jusque vers cette année 189…, m’avait rendu craintif et malheureux. Je me vois encore poursuivant les écoliers alertes dans les ruelles qui entouraient la maison, en sautillant misérablement sur une jambe…

Aussi ne me laissait-on guère sortir. Et je me rappelle que Millie (sa mère), qui était très fière de moi, me ramena plus d’une fois à la maison, avec force taloches, pour m’avoir ainsi rencontré, sautant à cloche-pied, avec les garnements du village.

L’arrivée d’Augustin Meaulnes, qui coïncida avec ma guérison, fut le commencement d’une vie nouvelle. »

*****

Texte intégral en PDF

Site consacré au Grand Meaulnes

*****

Un livre qui participe à notre challenge : Cette année, je relis des classiques

Classique

Nous suivre et partager :
error0

Mers mortes – Roman jeunes adultes

Mers

Je n’ai plus envie de manger du poisson après cette lecture…

A partir de 15 ans

MERS MORTES
Aurélie Wellenstein

éditions ScriNeo (2019)

*****

Les mers et les océans se sont évaporés et les animaux marins ont totalement disparus à cause de la bêtise humaine et de la pollution. Des années plus tard, des marées fantômes pleines de revenants marins (poissons, méduses, baleines, dauphins ou encore requins) déferlent sur les humains, arrachent leurs âmes et les dévorent… Seuls quelques humains, très recherchés car très rares, sont capables de repousser cette menace : les exorcistes. Oural est un exorciste, protecteur de l’humanité, il est vénéré par les habitants qu’il protège. Jusqu’au jour où il est enlevé par l’équipage d’un bateau pirate… Le capitaine des pirates, Bengale, a une vision très particulière des marées. Il a également une idée précise pour les arrêter.

*****

Un roman qui se dévore très rapidement.

 

Au départ bien sûr, on plaint les humains et on maudit les marées fantômes et leurs revenants. Et puis, petit à petit, avec la compréhension du phénomène, les sentiments s’inversent et on maudit les humains qui ont tout détruit !!

A la fin, je dois bien l’avouer, je n’avais plus envie de manger du poisson. A un moment, on se retrouve dans la « peau » d’un poisson hissé hors de l’eau par un filet ou une canne à pêche ou encore d’un requin à qui on coupe la queue et les ailerons et qui coule lentement, impuissant, mais encore vivant… Abominable !!

Un roman « écologique » qui prêche pour la protection des mers, des animaux marins et du monde sous-marin.

Je ne peux qu’applaudir !

*****

Lire les premières pages

*****

Plusieurs romans de cette autrice sont déjà parus chez Scrinéo : Le Roi des fauves (2015), qui a reçu le Prix des Halliennales et Les Loups chantants (2016), qui a reçu le Prix Elbakin (pas encore lus, mais ça ne saurait tarder !!)

Déjà présentés sur le blog : « Chevaux de foudre » et « La fille de Tchernobyl » parus chez Magnard Jeunesse, La mort du temps et Le Dieu Oiseau chez ScriNeo.

*****

Un grand merci à Aurélie Wellenstein pour sa sympathique dédicace !!

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

THE HATE U GIVE – La haine qu’on donne ♥

Hate

« Pour les Blancs, être noir c’est la classe jusqu’au jour où c’est la poisse »

Roman Jeunes Adultes

THE HATE U GIVE ♥

La haine qu’on donne

Angie Thomas

Nathan (2018)

*****

Starr a 16 ans, elle est noire et vit dans un quartier gangréné par la guerre des gangs, mais ses parents l’ont mise à l’école dans un lycée blanc d’une banlieue chic. Elle s’adapte chaque jour à ces deux mondes totalement différents.

Ce soir, Starr accompagne sa quasi-sœur Kenya à la soirée de Big D. La musique trop forte lui file mal au crâne, l’odeur de la beuh lui donne la nausée et il y a vraiment trop d’alcool dans le punch. Elle regrette d’être venue car elle ne se sent tout simplement pas à sa place au milieu de ces corps qui se trémoussent.

Soudain ça se gâte et plusieurs coups de feu sont tirés. Starr suit son ami d’enfance, Khalil, vers la sortie la plus proche. Il va la raccompagner chez elle en voiture. Enfin, ça c’était le programme d’origine… Car en fait, Khalil va se faire tuer de trois balles dans le dos par un policier, sous les yeux terrifiés et horrifiés de Starr.

*****

L’année de ses 12 ans, Starr a eu droit à deux explications de la part de ses parents. La première, c’était pour lui expliquer en gros, « comment on fait les bébés ». Et l’autre explication, moins « courante » : Comment réagir si tu es contrôlée par un « flic »…

« Starr-Starr, tu fais tout ce qu’ils te disent de faire. Garde tes mains en évidence. Ne fais pas de mouvement brusque. Ne parle que si on te pose une question. »

J’avoue que ce petit passage m’a choquée.

J’essayais de m’imaginer disant la même chose à mon fils… Fais attention mon fils, ces personnes sont censées te protéger mais en fait elles peuvent te tuer ?? Et pourtant, aux États-Unis au moins, cela s’est produit de nombreuses fois (et à chaque fois des afro-américains…)

Il est difficile de rester indifférent en lisant ce roman. On est dans la peau d’une jeune fille noire, on ressent ce qu’elle ressent. Et on comprend comment certains propos, que l’on pourrait banaliser ou trouver amusants (le racisme ordinaire) peuvent être reçus/perçus de façon très violente.

Un roman qui parle certes de gangs, de drogue, de ghettos, mais aussi et surtout de jeunes, qui voudraient juste vivre une adolescence « normale »…

Pour les explications concernant le titre « THUG » The Hate U Give, Sophie vous en a déjà parlé, vous pouvez aussi voir le billet de Blandine (de Tupac, moi, je ne connais que le nom !) et pour les explications plus « politiques » voir celui d’Enna (qui vous parle du mouvement des Black Lives Matter).

Quand à moi, je vous conseille juste de le lire et de le faire lire aux jeunes (et aux moins jeunes) de votre entourage.

***

Il a reçu le Prix Libr’à Nous Littérature Jeunesse 2019

Résultat de recherche d'images pour "the hate u give livre"

(Prix décerné par des libraires francophones)

 

***

Le roman devient un film, sorti en France le 23 janvier 2019

Il participe (un peu hors délais…) au Challenge d’Enna

 

Retrouvez sur le blog un autre avis, celui de Sophie

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0