Ne dites pas à ma mère que je suis voyante…

voyanteNe dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver

Eileen Cook

Presses de la Cité (2009)

*****

Sophie Kintock, une jeune femme pleine de fantaisie, est effondrée parce que son petit ami (avec qui elle sortait depuis tout de même 6 ans) a, du jour au lendemain décidé qu’ils avaient besoin d’une pause dans leur couple.

Le problème, c’est que l’idée de « pause » n’a pas le même sens pour eux ! En fait, Doug a décidé de la quitter, tout en voulant bien sûr, rester son meilleur ami… (Humm…)

Bref, Sophie est bien décidé à reconquérir –par tous les moyens, cela va de soi- son cher Doug. Un universitaire venu dans sa librairie pour lui demander de faire des recherches pour lui, va lui donner une idée de génie.

Elle sait que la nouvelle petite amie de Doug (oui, il n’a pas perdu de temps), Mélanie, est une fervente adepte de la voyance. Qu’à cela ne tienne, elle va devenir voyante et lui envoyer des signaux (bien visibles !) pour lui faire quitter Doug. Son subterfuge va marcher comme sur des roulettes, à quelques détails près, que je ne vais pas vous dévoiler ici, ça ne serait pas drôle !

*****

Au départ, c’est ce long et drôle de titre qui m’a attirée.

Puis la couverture m’a amusée. Et quand j’ai lu le résumé, plein d’humour, j’ai craqué et je ne le regrette pas !

Ce livre est franchement amusant. Mais pas seulement. Il y a aussi une vraie critique des charlatans et des gens qui profitent de la crédulité des autres.

J’avoue ne pas être une grande lectrice des romans de « Chick lit » dans lequel est classé ce livre et je n’ai pas du en lire beaucoup (le journal de Bridget Jones doit être l’unique exception à ce jour !) mais j’ai vraiment passé un très bon moment à lire ce roman. C’est léger, c’est drôle et ça aère bien la tête.

Bonne lecture !

*****

Elle a écrit deux autres romans (que je n’ai pas encore lus).

D’autres idées de romans plus ou moins légers pour l’été par ici.

Nous suivre et partager :

Patience – Roman sentimental

PatiencePATIENCE

John Coates

Collection « Vintage »

Ed. Belfond (2014/EO 1953)

*****

Patience est une jeune femme mariée, mère de 3 enfants. Bonne mère, bonne épouse, soumise à son mari et très satisfaite de son existence. En fait, c’est une jeune femme naïve et innocente à qui ses parents n’ont pas appris grand-chose sur la vie en général et sur la vie de couple en particulier.

Venant d’une famille Catholique et étant elle-même une fervente croyante, elle subit sans broncher le devoir conjugal imposé par son mari mais n’y prend aucun plaisir.

Un soir pourtant, sa vie bascule : elle rencontre un homme, Philip et sans trop comprendre comment se retrouve dans ses bras, puis dans son lit. Autrement dit, en grand état de “Péché” ! Et là ? Elle découvre que ce fameux devoir conjugal très ennuyeux avec son mari, peut devenir une fête des sens éblouissante…

*****

Ce roman date de 1953, mais il est très “frais” malgré son âge et plutôt drôle. On peut parfois trouver Patience agaçante par sa très (trop ?) grande naïveté qui la fait parfois ressembler à une petite fille, mais il est probable qu’à l’époque plus d’une femme lui ressemblait…

Patience est à la fois un roman sentimental à travers l’histoire d’amour que vivent Patience et Philip, une critique de la vie de l’époque (la façon dont le mari traite sa femme) et une critique de la religion poussée à l’extrême (la notion de Péché revient très souvent).

A sa sortie, en 1953, il fut interdit en Irlande.

Au final, un roman très « libertin » pour l’époque ! Certains le comparent à Mme Bovary, peut-être pour l’histoire mais sûrement pas dans le style (je n’ai jamais réussi à lire plus de 50 pages de Mme Bovary, je trouve ça ennuyeux à mourir, alors que j’ai dévoré celui-ci.)

Le style est parfois un peu vieillot, mais ça ajoute au charme du roman…

*****

La collection Vintage chez Belfond

D’autres idées de romans plus ou moins légers pour l’été par ici.

Nous suivre et partager :

Edelweiss – BD inspirée de faits réels

edelweissEDELWEISS

Mayen & Mazel

Vents d’Ouest

Glénat (2017)

*****

Présentation de l’éditeur : Été 1947, Boulogne-Billancourt. Lors d’un bal typique de l’après-guerre, Edmond, jeune ouvrier chez Renault, rencontre Olympe, fille de politicien. Il ne se doute pas qu’elle va bouleverser sa vie. Passionnée d’alpinisme, la jeune femme n’a qu’un rêve : escalader le Mont-Blanc pour égaler la prouesse de son aïeule Henriette d’Angeville. Malgré son manque d’expérience, Edmond promet qu’il l’aidera à le réaliser. Seulement, le train-train quotidien et plusieurs drames vont petit à petit émousser leur détermination… Mais qu’importe, l’amour est plus fort que tout, dit-on. Et s’il est capable de déplacer des montagnes, il peut aussi aider à les gravir.

*****

J’ai beaucoup beaucoup aimé cet album ! Et pourtant ce n’était pas gagné, cette couverture verte et bleue ne m’attirait pas du tout…(j’aime les couleurs chaudes !!) Bref.

Il y a beaucoup de choses dans cet album. L’histoire d’un amour fort, très fort. Des histoires d’amitié, de famille et de boulot aussi. Des gens connus qui passent par là (Simone de Beauvoir ou encore un célèbre couturier). Mais on y parle également de féminisme avec le très beau personnage d’Olympe, femme libre, indépendante et tenace. Et puis, il y a l’amour de la Montagne !

Edmond et Olympe forment un couple attachant que l’on est triste de quitter une fois la dernière page refermée. Une bien belle histoire !

Quand aux illustrations, elles laissent voir toutes les émotions des personnages qui sont très expressifs. J’ai aimé aussi certaines touches de couleur par moments, le bonnet rouge d’Olympe, la chemise jaune d’Edmond…

En fait, j’ai tout aimé ! ♥

P.S : Même si vous n’êtes pas fan d’escalade ou de montagne, cet album pourrait bien vous plaire !

*****

Découvrez les premières pages sur le site de l’éditeur

Qui était en réalité Henriette d’Angeville (grand-mère d’Olympe dans l’histoire) ?

Encore une découverte faite grâce à la BD de la semaine ! Pour cette dernière avant l’été, nous sommes accueillis par Noukette.

Voir les avis enchantés de : Moka, Noukette, Jacques, Lasardine, Lecturissime, Les lectures de Caro, Les petites Madeleines

Nous suivre et partager :

Paul à la pêche – BD Québecoise

pêcheBD Québecoise
Ados / Adultes

Paul à la pêche

Michel Rabagliati

La Pastèque (2006)

*****

Dans ce 5ème album, Paul est adulte, travaille comme graphiste et habite à Montréal. Il est même marié et bientôt père. Avec sa femme Lucie, ils vont passer les vacances au bord d’un lac avec la sœur de Lucie, Monique et sa famille. Paul va y découvrir les plaisirs de la pêche (ou pas) avec son beau-frère Clément. Il va également découvrir avec horreur comment sont chassés l’ours et l’orignal… Ces vacances vont être également l’occasion de se remémorer des souvenirs. Sa rencontre avec Lucie, une partie de pêche avec son père, ses années au collège…

*****

Beaucoup plus épais que Paul à la campagne, cet album-ci fait 208 pages. Paul s’interroge sur beaucoup de sujets.

Notre façon de travailler ou encore de consommer

Entre 1987 et 1995, j’ai donné plus de 40 000 $ à Apple et ses amis pour de l’équipement qui finissait à la poubelle presque aussitôt acheté. Et pour aboutir à quoi ? A m’user les yeux devant un écran lumineux, le dos courbé et la lèvre molle, pour le reste de ma vie professionnelle.”

Il repense à la façon dont les conditions de travail ont évolué aussi. Moins humaines pour plus de rentabilité (et aujourd’hui on s’interroge sur les nombreux “burn out ” ?).

Notre rapport à la nature et aux animaux

Comment on appâte les animaux pendant des mois pour les tuer plus facilement à l’ouverture de la chasse par exemple…

Il parle aussi de la difficulté qu’ont parfois les couples à avoir des enfants et la déprime que peut entraîner une fausse couche pour le couple.

Malgré tout ça, Paul à la pêche est une BD plutôt gaie et optimiste !

Paul est un homme qui pourrait paraître naïf. En fait, je le trouve très gentil et très humain. Il écoute les autres, s’interroge sur la vie. Un homme qu’on voudrait bien avoir comme ami !

*****

Comme c’est une BD québecoise, il y a beaucoup d’expressions que je ne connais pas, mais on comprend très bien et ça donne un côté “exotique” et amusant.

Le dessin, comme vous pouvez le voir sur la planche ci-dessous, est assez simple, très épuré mais néanmoins expressif.

https://static.wixstatic.com/media/2363cd_85e9c441b9464bcda4bdc0bf300709e1~mv2.jpg/v1/fill/w_430,h_611,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/2363cd_85e9c441b9464bcda4bdc0bf300709e1~mv2.jpg

Déjà présenté : Paul à la campagne

D’autres avis : Le petit carré jaune,

Le site de l’auteur

Sur le site de l’éditeur, une petite bio de l’auteur

*****

 

Pour notre rendez-vous de la BD de la semaine, nous faisons Mille et une frasques chez Stephie !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :