RDL Juin 2020 – avec de la musique et Hunger Games

Une ronde des livres par mois, pour tenter de garder une trace de mes lectures, celles que je n’ai pas pris le temps de présenter, et celles dont j’ai seulement parlé sur Instagram !

En juin j’ai donc lu (entre autre)…

Romans

Le mois de juin est passé si vite, les lectures ont été peu nombreuses en roman, mais j’ai tout de même dévoré le nouvel Hunger Games !

Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteurHunger Games : La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur 

Un nouvel Hunger Games, toujours pas Suzanne Collins, impossible de passer à côté, malgré la peur d’être déçue. Je n’ai pas attendu bien longtemps après sa sortie pour le lire, de peur de lire des avis négatif ou trop positifs… j’aime me faire mon propre avis sur ce genre de “grosse production”.

Le pitch de ce pré-quel  :

C’est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L’avenir de la Maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d’astuce et d’inventivité pour faire gagner sa candidate.

Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des Tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l’échec, au triomphe ou à la ruine. Dans l’arène, ce sera un combat à mort.

Déjà prendre un des personnages que l’on aime le moins dans Hunger Games comme personnage principal, c’est osé… mais en plus nous faire l’origine des Hunger Games… Et finalement je me suis prise au jeu de ce roman, j’ai appris à détester Snow, mais différemment, en découvrant ses failles, son histoire. L’origine des Hunger Games, de ses évolutions, j’ai trouvé ça passionnant, tout comme l’évolution des personnages.

Il y a plusieurs parties dans ce roman, tout commence doucement, pour prendre de l’ampleur, avec une partie, vraiment liée aux Hunger Games que j’ai adoré. Vient ensuite une partie plus étrange, le calme avant la tempête, où l’on cherche à comprendre à l’avance comment Corio peut devenir ce Snow que l’on déteste… et le moins qu’on puisse dire c’est que l’on est pas déçu par la fin !

Un sentiment ambivalent à la fin de cette lecture, avec du très bon par moment, des moments trop lents à mon goût, mais dans tous les cas deux personnages principaux charismatiques ! Je suis heureuse d’avoir replongé dans Hunger Games, surtout que je fais partie des gens qui n’avaient que peu apprécié le tome 3 !

PKJ, 2020

BD et mangas :

Second Summer : Never see you again, un manga en 2 tomes léger malgré sa thématique, avec beaucoup de musique !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🤍Second summer Never see you again 🤍 Ce manga en 2 tomes est une belle histoire d’amour et de musique 🎶 Alors qu’ils viennent de monter un groupe de musique au lycée, Rin meurt. Elle a toujours su qu’elle allait mourir, sans rien dire. Satoshi est effondré d’autant plus que la dernière chose qu’il lui a dite, c’est qu’il l’aimait… Ce qu’elle a mal pris. Quand il se réveille le jour de sa rencontre avec Rin, Satoshi comprend qu’il a une deuxième chance… Et il est bien décidé à ne pas lui avouer ses sentiments cette fois ! Ce manga adapté d’un roman (et qui existe aussi en film) est une histoire classique d’amour caché au lycée, mais entre le côté musique, les personnages attachants et pétillants et cette fin tragique inéluctable, on se laisse porter. Une lecture agréable qui permet de rencontrer des personnages bien campés, servis ici par les illustrations de Motomi Minamoto. Des illustrations adaptées, expressives, avec des personnages ayant chacun leur style propre. Le côté musique apporte une petite touche funky et me donne envie de voir le film pour écouter les chansons de Primember ! Une série parfaite pour mettre dans les cdi de collège : courte, sympa et avec le thème sous-jaccent de la musique. Vous lisez des mangas ? Quel est votre dernier coup de cœur ?

Une publication partagée par Sophie Herisson 📚 Bookstagram (@herissonfamily) le

Billy_C1_RVB okBilly Symphony 

Le jour où le jeune Billy aperçoit un saxophone dans une vitrine, c’est le coup de foudre. Sans un sou en poche, il va devoir redoubler d’efforts pour tenir enfin l’instrument entre ses mains ! Commence alors un long chemin vers le rêve d’une carrière de musicien… 

Encore de la musique, mais cette fois ci en bande dessinée ! Un jeune homme décide de se mettre à la musique, son parcours le mènera à un saxophone… dont il ne tirera que des notes peu appréciables… jusqu’à ce qu’il collabore avec un petit oiseau. Le succès est alors au rendez-vous, mais l’amitié peut elle juste survivre au succès ?

Cette bande dessinée sans texte n’est pas silencieuse pour autant, car au fil des pages les dessins de David Périmony prennent vie et la musique de ce petit oiseau se fait entendre… Une histoire douce et poétique, que l’on suit au gré des pérégrinations du héros. Les belles illustrations aux tons marrons un brun vintage de l’auteur rendent l’ensemble paisible

David Périmony, Editions de la Gouttière, 2020

 

 

 

 

 

J’ai commencé quelques autres romans, repris Filliozat pour essayer de savoir comment aider micro hérisson a traversé le terrible two – et pour l’instant on est plus proche de l’échec qu’autre chose… – mais surtout on a vécu la fin du confinement en prenant l’air, et en reprenant le rythme des réveils école ménage repas… Demain, vacances, on verra bien si j’ai plus de temps pour des romans, mais dans tous les cas on a plein de beaux albums qui nous attendent !

Nous suivre et partager :

Prix des Incos 2020 2021 Sélection 3ème Lycée

La Sélection du 32ème prix des Incorruptibles, pour l’année scolaire 2020 2021 est parue. Vous pouvez la retrouver en entier sur ce blog avec des avis, extraits… Dans cet article je vous présente plus en détail les livres à destination des 3èmes et des lycéens.

Autour de Jupiter
 de SCHMIDT Gary

Bayard Jeunesse
Thèmes : adolescence, adoption, relation fraternelle, ruralité,

Un livre que je vous ai déjà présenté ici, vous pouvez lire mon avis complet Autour de Jupiter.

Autour de Jupiter est un roman très touchant, qui offre des personnages attachants et une histoire singulière, une paternité adolescente très différente de ce que l’on peut croiser habituellement dans la littérature, un roman à découvrir et qui se lit d’une traite.

Autour de Jupiter est un roman qui plaira aux troisièmes et aux lycéens, tant garçons que filles, car il est à la fois touchant et brusque, à l’image de Jack.

 

Dry
de Neal SHUSTERMAN
et Jarrod SHUSTERMAN

Robert Laffont
Thèmes : Amérique, enquête / suspense, peur, dystopie, eau,

Dry est un roman puissant et très visuel qui permet une aventure presque post apocalyptique autour d’un thème tout simple pourtant : l’eau.
Ce roman est à la fois intéressant pour l’alerte écologique mais aussi pour les rapports humains et l’aventure vécue par la bande d’adolescents que nous suivons dans ce récit.

L’ensemble fait penser à une série ou film, avec de nombreux rebondissements et des personnages auxquels on s’attache. C’est rondement mené. Les auteurs n’en font-ils finalement pas trop dans le côté visuel avec Dry ? On perd un peu la poésie des mots pour être très -trop?- souvent dans l’action.

Les personnages sont variés, caricaturaux parfois, mais ils offrent un beau panel de la jeunesse américaine et les relations qu’ils entretiennent, et qui évoluent tout au long du récit, sont à la fois complexes et passionnantes.

Les événements s’enchaînent comme dans une série à la Walking Dead, avec cette part belle à la psychologie des personnages. C’est prenant et nul doute que les lecteurs du prix des Incos aimeront cette aventure malgré sa longueur (362 pages).

Keep hope
de Nathalie BERNARD, Frédéric PORTALET

Thierry Magnier
Thèmes : adolescence, enquête / suspense, identité

Keep Hope est un roman policier coup de coeur pour moi, dont je vous ai déjà parlé : retrouvez l’intégralité de mon avis sur Keep Hope ici !

Un thriller entre psychologie et action qui met brillamment en scène une flic en dépression et une adolescente pleine de question. Si certains aspects de Keep Hope sont assez évidents, ce roman réserve de belles surprises, des rebondissements et une tension  dramatique très réussie.

De la même auteur il y avait cette année Sauvages au prix des Incos !

N’oublie pas de penser à demain
de Siobhan CURHAM

Flammarion
Thèmes : immigration, mort / deuil, musique, Angleterre

N’oublie pas de penser à demain est une très belle histoire d’amitié qui mêle deux adolescences difficiles : Hafiz, réfugié syrien en Angleterre et Stevie, dont le père est décédé et la mère dépressive.

Ces deux personnalités qui se complètent et se soutiennent nous offrent une belle histoire pleine d’espoir. Si certains passages sont un peu longs, c’est surtout le côté anglais qui parlera un peu moins aux lecteurs qu’avec un récit ancré dans leur quotidien, mais nul doute que les lecteurs du prix des incos en profiteront pour partir à la découverte de cette petite ville côtière.

Le thème de l’immigration, très à la mode actuellement dans la littérature jeunesse est ici traité de façon peu originale mais les informations sont à la fois claires et le procédé touchant avec l’histoire personnelle de ces deux adolescents.

Du même auteur : Les filles de Brick Lane, qui montrait aussi la diversité sociale en Angleterre.

incos 2020

Par le feu

de Will HILL

Casterman
Thèmes : adolescence, courage, pouvoir

Par le feu est encore un roman coup de coeur ! C’est à la fois un roman puissant et déstabilisant à l’héroïne attachante. Attention petits spoilers dans la suite de la chronique, puisqu’il peut être intéressant de se laisse complètement surprendre par le thème de ce livre.

Ce roman aborde le thème des sectes sous la parole et les sentiments d’une jeune fille après qu’un drame ait détruit la “base” où elle vivait, sous la “protection” du père John.
Basé principalement sur la relation qu’elle va construire avec son thérapeute et un agent du FBI, son récit permet par flash back de reconstituer sa vie, effrayante et déroutante, même si en apparence elle semble plutôt épargnée.

Par le feu est un roman puissant qu’il est difficile de fermer, et qui nous hante après la lecture… Quelle en sera sa réception par les lecteurs du Prix des Incos ? Je pense qu’ils seront captivés comme moi par cette histoire hors norme, mais peut-être auront-ils envie / besoin d’en parler ensuite ! Je pense que les discussions après la lecture de ce livre peuvent être extrêmement intéressantes !

 

Une très belle sélection du prix des Incos qui devrait plaire au plus grand nombre, et notamment les moyens et bons lecteurs car les livres sont très prenants mais quand même assez conséquents. Pour les faibles lecteurs de 3ème, il pourra peut-être être intéressant de se tourner vers la sélection 5ème 4ème.

Vous avez lu certains de ces livres ? Qu’en avez-vous pensé ? Faites-vous le prix des Incos avec vos élèves ou lecteurs ou bien vous ou vos enfants participez-vous à ce prix ?

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

La tour sans fin – Roman SF Enfant/Ado

 finUn roman haletant pour découvrir la SF !

La tour sans fin
Pascal Brissy

Scrineo (2019)

*****

Titus Prime a 13 ans. La journée a bien commencé, il vient d’être nommé ambassadeur et à ce titre, il a droit à un logement pour lui seul. Cette nomination, il la doit à sa grande soif de réussite tout d’abord, ainsi qu’à la protection du Consul Jasper. Pour le remercier, Titus lui apporte une pomme (car les fruits sont rares et donc chers). Mais les choses se gâtent quand le Consul Jasper est empoisonné et que Titus est déclaré coupable. Sa vie d’ambassadeur aura duré moins d’une demi-journée…

Mais dans sa fuite, il va rencontrer Rukia, une jeune fille de son âge pleine de ressources ainsi que Flip et son rat Slime… Tous les trois vont aider Titus dans sa cavale, mais aussi dans sa quête de la vérité.

*****

Cette histoire se déroule dans un monde terrible. Les sols terriens contaminés par la radioactivité sont inhabitables. Des tours géantes reliées entre elles par des passerelles (les tours-planètes) ont donc été construites pour mettre l’humanité à l’abri. Plus on habite haut et plus on est quelqu’un d’important (et plus on est à l’abri…)

Ce qui va sembler sans fin à Titus, c’est cette journée. Il va vivre une étonnante course poursuite à travers les étages d’un immeuble !

Ce roman est relativement court (126 pages) mais il est très prenant et sans temps mort. Il est très bien pour une première approche de la science-fiction, car il est plutôt facile à lire et c’est une aventure pleine de rebondissements.

A partir de 10/11 ans.

Extrait (p.14) :

“Il ne fait aucun doute que mon mentor a été assassiné. Mais par qui ? Dans quel but ? Je grimace en comprenant que je suis dans de sales draps. Je fais un coupable tout désigné. Mon statut d’ambassadeur semble définitivement envolé, et à cause de mon âge on ne m’accorde plus aucun crédit. Je proteste, ordonne, défie ou même insulte, mais en vain.”

*****

Le blog de l’auteur

D’autres romans de SF pour ados : Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous / Théa pour l’éternité / Sigrid et les mondes perdus

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

Le mot d’Abel – Prix Gulli 2018

le mot d'abelRoman jeunesse /adolescents

Le mot d’Abel

de Véronique Petit

Rageot, 2018
9782700256277, 12,90€
192 pages

Thèmes : dystopie, adolescence, construction de soi, identité

Dans le monde d’Abel chacun découvre à l’adolescence SON mot, un mot personnel, privé, mais qui influence toute la vie. Abel attend le sien, impatiemment… mais dans cette attente, alors qu’il est très attentif aux mots des autres, il est aussi plus attentifs aux personnalités. Abel est en retard, la plupart de ses camarades au collège connaissent déjà leur mot, et dans cette période adolescente, en pleine construction de soi, cela peut tout changer. Il espère qu’il n’aura pas un mot noir, un mot terrible qui peut faire de vous un fou, un voleur, un tueur… Il imagine, essaye de deviner le mot des autres… Quand le mot de Clara, une élève très populaire de son collège, est dévoilé dans un tag aux toilettes, l’angoisse monte d’un cran. Dévoiler le mot de quelqu’un d’autre est un véritable crime !

Le mot d’Abel est un roman très proche de notre réalité, tout semble s’y dérouler exactement pareil, à l’exception de ce mot qui s’attache aux personnes et les défini, les modèle. Quel est son mot ? Faut-il se laisser guider par un mot ?

Un mot peut-il décider de toute notre vie ?

Le récit n’est pas très surprenant, on voit arriver les surprises, mais le propos de l’auteur est intéressant et bien mené, ce qui permet de se pencher sur ces étiquettes que l’on met, que l’on porte, que l’on jette mais qui parfois guide notre vie. Seule petite déception pour le lecteur, le récit est assez court, tant en nombre de page qu’en temporalité, ce qui ne permet pas de découvrir réellement ce monde géré par les mots. L’univers créé pourrait être plus riche, plus développé, mais finalement ce passage rapide dans la vie d’Abel permet de laisser au lecteur toute son imagination et son interprétation.

Ce roman est une métaphore des classes sociales et autres dictats qui nous empêchent de devenir celui que l’on veut être. C’est à la fois simple et efficace !

+ Prix Gulli du roman 2018

+ Sur le site de l’éditeur

+ D’autres titres de Véronique Petit : Une voix en Nord, Le secret des enfants d’Aumelys

+ Challenge YA#8 Participation N°2

Nous suivre et partager :