Inaccessibles : plus dure sera la chute

InaccessiblesRoman pour adolescents

Inaccessibles

de Katherine Mc Gee

Michel Lafon, février 2017
9782749928265, 17,95€

 

Dès les premières pages, alors même que l’on ne comprend pas vraiment la construction étrange de cette société, on sait qu’une jeune femme va mourir. Est-elle tombée ou bien l’a t’on poussé d’en haut de la tour de mille étages ? On ne sait ni qui, ni pourquoi. On repart alors quelques semaines en arrière, et on découvre, peu à peu, toute une galerie de personnages adolescents. Avec eux on va peu à peu comprendre les lois qui régissent ce futur New-York.

Manhattan, 2118. Les gens se sont entassés dans La Tour. Mille étages, des milliers de logements, mais aussi des commerces, des écoles, des parcs… Un microcosme complet, très peuplé, avec des disparités sociales énormes. Le haut du panier vit dans les derniers étages, et ce sont les principaux protagonistes.

Avery, jeune fille parfaite, extrêmement belle car conçue à partir de gênes sélectionnés, habite au millième étage. En apparence, on ne peut que l’envier, mais elle cache un secret qui la ronge… Tout comme Leda, qui tente de cacher son addiction et son séjour en desintox. Eris aussi doit se taire, quand elle découvre un secret familial qui détruit sa famille. Et que dire de Rylin, qui ne vient pas de ses étages supérieurs mais y travaille ? Ou de Watt, lui aussi d’un étage inférieur mais qui a crée une IA très puissante qui lui sert à mieux comprendre les autres ?

Les protagonistes de cette histoire sont complexes, tout comme les liens qui les lient. On plonge avec eux dans un monde pas si différent du notre finalement, celui d’adolescents que le rang social classe, d’adolescents qui cachent des secrets, et qui essayent de se construire malgré tout.

Inaccessibles est un peu difficile à appréhender au départ tant la galerie de personnages est complexe, mais on apprend peu à peu à connaître ces adolescents et leurs secrets, on les apprécie, on s’attache… Et l’on redoute la fin, que l’on connait, que l’on attend. On sait que l’un d’entre eux va mourir, et ce ne sont pas les mobiles qui manquent. Cette tension, que propose l’ellipse temporelle, permet de garder l’attention du lecteur au fil du récit, dans une intrigue pourtant multiple.

Si vous aimez les dystopies sans trop aimer la science-fiction,
Si vous aimez les romances adolescentes, sans aimer le nian-nian,
Si vous aimez les secrets et les histoires d’amour cachées,
Si vous aimez le suspense, et que vous avez de la patience,
ce roman est fait pour vous !

 

Moon, tome 1 : La révolte de la colombe

Moon La révolte de la colombeMoon

Tome 1 : La révolte de la colombe

Karen Bao

Collection Macadam

Éditions Milan (2015)

φφφ

L’histoire : Moon nous raconte l’histoire de Phaet. Phaet n’a jamais senti le soleil sur sa peau, le vent dans ses cheveux, elle n’a jamais marché dans la neige ou plongé dans l’océan. Elle a grandi sur la Lune, colonisée par les humains depuis des décennies. A 15 ans, elle ignore tout de la liberté. Quand sa mère Mira est arrêtée, Phaet n’a plus le choix. Pour subvenir aux besoins de sa famille, elle s’engage dans la Milice et entre au service de la dictature.

φφφ

Mon avis : On sent bien que c’est un roman « jeunesse » et pas « young adulte » comme je l’ai vu noté sur certains blogs. Par l’illustration de couverture déjà, qui fait un peu « enfantin », mais aussi et surtout par le manque d’approfondissement de certaines choses, tel que l’entrainement par exemple qui passe un peu vite.

La première partie du roman nous fait découvrir le monde de Phaet, sa famille et ses amis. La deuxième partie, c’est son apprentissage comme milicien et dans la troisième partie, tout bascule : elle apprend pourquoi sa mère a été arrêté, pourquoi son père est mort et un tas d’autres choses encore… Dont je ne peux pas parler sans dévoiler une bonne partie de l’histoire, ce qui serait un peu dommage.

Karen Bao nous décrit un monde totalitaire plutôt terrifiant, où tout le monde vit dans une bulle sans possibilité de s’échapper puisqu’il n’y a pas d’endroit viable en dehors des bases. De nombreuses questions restent en suspens, on attend donc le deuxième tome pour avoir les réponses à nos questions !

Une lecture agréable, je lirai le tome 2 avec plaisir.

φφφ

Pour la petite histoire, Karen Bao a commencé à écrire ce roman à… 17 ans !

φφφ

Challenge Petit Bac 2016 chez Enna, 1ère ligne, catégorie ANIMAL

SignatureNat

U4 * Yannis * Stephane * Koridwen

 

U4U4.YANNIS — Florence Hinckel

U4.STEPHANE — Vincent Villeminot

U4.KORIDWEN — Yves Grevet

U4.JULES — Carole Trébor

 Syros/Nathan (à paraître le 27 août 2015)

Ξ Ξ Ξ

4 auteurs réunis autour d’un projet commun, soutenus par 2 maisons d’éditions = 4 romans et 4 personnages pour 4 histoires (une « même » histoire vécue différemment par chacun !)

Les auteurs ont créé les personnages féminins et les auteures se sont chargées des personnages masculins.

Dans une interview à 4 voix (plus celle qui pose les questions !) les auteurs nous expliquent la naissance du projet : Une rencontre sur un salon en 2013, où un joyeux groupe se forme, des idées jaillissent et décision est prise d’un projet commun.

Dans un petit livret très chouette les deux maisons d’édition nous présentent l’univers post-apocalyptique de ces romans puis chaque roman séparément ainsi que quelques mots de chaque auteur.

Ξ Ξ Ξ

U4Yannis

U4.YANNIS Florence Hinckel

Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts. Maintenant, il voit leurs fantômes un peu partout– peut-être qu’il devient fou ? Quand il sort de chez lui, terrifié, son chien Happy à ses côtés, il découvre une ville prise d’assaut par les rats et les goélands, et par des jeunes prêts à tuer tous ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis se cache, réussit à échapper aux patrouilles, à manger… Mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que ce dernier se fait tuer sous ses yeux. Il décide alors de fuir Marseille et de s’accrocher à son dernier espoir : un rendez-vous fixé à Paris…

Mon avis : Yannis est un personnage sympathique, assez « timide » au début, il s’affirme au fil des pages. L’histoire en elle-même n’a rien d’extraordinaire, mais les personnages, l’ambiance, font que l’on y croit et qu’on tourne les pages pour connaître la suite. La fin, qui n’en est pas une, m’a un peu déçue, mais j’attends de lire le 2ème roman (Stéphane) pour avoir une idée plus globale puisque les 4 romans vont ensemble…

Ξ Ξ Ξ 

 

U4.SU4-StéphaneTEPHANE Vincent Villeminot

Stéphane vit à Lyon avec son père, un éminent épidémiologiste. Si des adultes ont survécu, son père en fait partie, elle en est convaincue. Alors elle refuse de rejoindre le R-Point, ce lieu où des ados commencent à s’organiser pour survivre. Elle préfère attendre seule, chez elle, que son père vienne la chercher. Et s’il ne le fait pas ? Et si les pillards qui contrôlent déjà le quartier débarquent avant lui ? Tout espoir s’écroulera, à l’exception d’un seul : un rendez-vous fixé à Paris…

Mon avis : Finalement, j’ai préféré le premier tome que j’ai lu. Tout simplement parce que j’ai préféré le personnage de Yannis, plus humain, à celui de Stéphane, plus dure. Et puis Yannis est un ado équilibré, il a été aimé, il est gentil, il veut juste s’en sortir, rebâtir quelque chose. Alors que Stéphane a plus souffert, on ne sait rien de sa mère, elle a le sentiment que son père s’est plus occupé de son boulot que d’elle, elle pense plus à elle-même qu’aux autres. Je l’ai trouvée beaucoup moins sympathique que Yannis…

Au final, une idée intéressante, des romans agréables à lire, mais le tout ne me laissera pas un souvenir inoubliable… Je ne peux pas en dire beaucoup plus pour ne pas dévoiler l’histoire, mais il y a une sorte de « non-fin » qui ne m’a pas plu ! On reste sur sa faim si je puis dire… Sauf, sauf… s’il y a une suite de prévu ?  

SignatureNat

U4. KORIDWEN — Yves Grevet

Koridwen est une jeune bretonne, que l’on va suivre dans cette aventure. Vivre seule, appréhender ce qui l’entoure. Koridwen est touchante, par son côté très sympathique et attentif aux autres. Elle va se faire accompagner dans son périple par son cousin, handicapé mental, qu’elle n’a pas voulu laisser derrière elle. Mais ce qui fait la force de Koridwen, ce sont ses origines. Son nom, donné par sa grand mère, un peu sorcière, et les secrets de cette dernière qui l’aide à s’adapter à ce nouveau monde.

Koridwen va faire de nombreuses rencontres sur sa route, des personnages sympathiques, d’autres moins… mais tous ont un fort potentiel qui donne un véritable peps à cette histoire ! On croisera aussi bien sûr les trois autres héros, mais sans trop en dévoiler sur eux. Juste assez pour avoir envie de lire les autres tomes pour les découvrir, et avoir leur point de vue sur certaines situations.

Le mystère est présent tout au long du livre, et il ne faut pas s’attendre à avoir trop de réponses… mais la fin m’a suffit comme elle est, dans les secrets qu’elle renferme et ceux qu’elle met en lumière !

J’ai maintenant hâte de découvrir les autres personnages, même si j’ai peur qu’ils me plaisent moins.

U4 est une série originale qui tire toute sa force de ses personnages, des personnages que l’on découvre peu à peu, au fil des tomes. Une quadrilogie dystopique prenante qui renferme bien des mystères… et des surprises !

Sophie Hérisson

+ L’avis d’Azilis

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Atlantia d’Ally Condie

atlantiaRoman pour adolescents
Dystopie

Atlantia

d’Ally Condie

traduit par Vanessa Rubio-Barreau

Gallimard Jeunesse, 2015
9782070663385, 16,50€
epub 11,99€

L’auteur de Promise revient avec un nouveau livre pour adolescent, une dystopie qui se passe au fond des mers!

Rio vit dans une cité sous-marine, le monde d’en Bas, avec sa soeur jumelle. Depuis toute petite elle rêve de découvrir le monde d’en haut. Après la mort de leur mère, sa soeur lui fait jurer de ne pas partir en haut et de rester avec elle. Alors qu’elle n’est pas sa surprise quand celle ci part pour le monde d’en haut ! Rio va chercher à comprendre le départ de sa soeur, mais fera tout aussi pour la rejoindre.

Atlantia est un monde sous marin crée par Ally Condie, peu original et détaillé sur le côté technique, il est développé dans ses personnages qui permettent de le dévoiler petit à petit, avec tous ses secrets. Un monde gouverné par la religion, conduit par un chef spirituel peu appréciable, avec des miracles : les sirènes. Les humains vivants dans le monde d’en bas se sont en effet développés, pour certains, avec des pouvoirs, notamment celui de pouvoir dicter leur volonté aux autres. Des pouvoirs dangeureux, que ce monde cherche à controler.

Rio est une jeune fille farouche, volontaire, qui a passé sa vie à se cacher. Elle se révèle peu à peu après le départ de sa soeur, prend des risques, mais découvre aussi l’amitié et l’amour ! De secrets en secrets, à travers les dangers, Rio se rapproche peu à peu de sa soeur…

Un roman en un tome unique, mené avec beaucoup de finesse, du suspense et de l’action. Peu d’originalité, mais cela n’enlève rien aux personnages. On s’attache rapidement à Rio et à ceux qui l’entourent, comme True, ce jeune garçon qui semble timide mais qui cache lui aussi ses sentiments.

Une belle histoire prenante, qui permet de s’avader sous la mer pendant les vacances, faute d’y être !

Petit bémol pour la couverture cependant, si les coquillages ont un rôle dans l’histoire je trouve cette couverture vraiment sombre, loin de l’univers du roman !