NEED : de quoi avez-vous besoin ?

NEED est un roman autour des dérives d’un réseau social. Captivant, avec un suspense permanent, il se révèle finalement presque angoissant…

needRoman de société / thriller pour adolescents dès 12 / 13 ans

NEED

de Joëlle Charbonneau

traduit par Amélie Sarn

Milan, 2016
320 pages
9782745975393, 14,90€

Désir : Envie de posséder un objet ou de réaliser un rêve.
Besoin : Nécessité de détenir quelque chose ou d’accomplir un acte essentiel à votre vie
De quoi avez-vous besoin ?

Quand le réseau social NEED est lancé, les lycées s’aperçoivent qu’il est facile d’obtenir ce qu’ils souhaitent : quelques invitations à des amis par mail, et on obtient le téléphone à la mode ou des places de concert. Mais quand tout le lycée est inscrit sur le réseau, les contreparties changent : laisser une boite devant chez quelqu’un, ajouter une commande dans le cahier de la boulangerie,… Rien de bien méchant, d’autant plus que nos lycéens ont beaucoup de besoins. Mais ne serait-ce pas plutôt des envies ? De petits secrets en contreparties sans gravité, des morts apparaissent.

Kaylee s’est mis tout le lycée à dos à force de les supplier de se faire tester pour donner un rein à son petit frère malade. Son seul ami Nate, pourtant populaire, l’aide à surmonter la double peine de la maladie de son petite frère et de l’abandon de son père. C’est peut être la seule qui a vraiment besoin de quelque chose, et ça pourrait tout changer.

NEED est un roman captivant, avec un suspense permanent, presque angoissant. L’alternance très fréquente des narrations permet de prendre conscience de l’ampleur prise par le réseau NEED, de la toile en train de se former, de ses conséquences, mais, surtout, de voir les réactions d’adolescents prêts à tout pour avoir une récompense.

Kaylee est le personnage principal, le seul d’ailleurs à parler à la première personne, et ce “je” la rend encore plus touchante et attachante. Les événements vont se précipiter et, rapidement, on aura peur pour elle. Les autres adolescents mis en scène le sont, pour la plupart, comme des victimes. Certains pourtant se révèlent peut à peu et cela fait froid dans le dos. Les personnages sont esquissés pour certains, fouillés pour d’autres, mais la narration à la troisième personne permet de mettre une certaine distance avec le lecteur et donc les actes qu’ils réalisent. L’horreur est là, mais on reste en partie à distance. De roman de société le récit dérive peu à peu à thriller… et cela est d’autant plus marquant ! Le côté psychologique du roman se dévoile peu à peu, amenant une part de réflexion pour le lecteur : besoin ou envie ?

Une intrigue parfaitement menée, qui fait de ce roman un vrai page turner. J’ai ouvert ce roman sur les réseaux sociaux avec ma casquette de professeur documentaliste, pour l’utiliser avec les élèves, mais je me suis laissée prendre à l’histoire et c’est la lectrice qui a refermé ce livre ! A tel point que je ne pense pas m’en servir avec les élèves, même si les pistes proposées par Kim (Les petits mots dits) sont intéressantes.


+ D’autres romans autour des réseaux sociaux :

like me

Resurrectio d’Amélie Sarn

Resurrectio - Amélie SarnRoman fantastique pour adolescents
Rentrée littéraire jeunesse 2014

Resurrectio

d’Amélie Sarn

Seuil, septembre 2014
324 pages – 14.50 €

Marie se réveille dans un lit, dans une chambre, dans une maison qu’elle ne connaît pas. Elle n’a aucun souvenir avant ce réveil, tout ce qu’elle sait, tout ce qu’elle connaît de sa vie, c’est Victor qui le lui apprend. Victor, cet homme qui était là à son réveil, qui prend soin d’elle, qui lui fait passer de nombreux tests médicaux… Elle ne sait rien de son passé, mais elle se comporte peu à peu comme une adolescente, et rapidement l’enfermement dans cette maison suisse ne lui suffit plus. Il lui faut sortir, redécouvrir, et même aller au lycée. Mais comment s’intégrer quand on a le corps couvert de cicatrices à cacher, que l’on doit mentir à longueur de journée et qu’on a des flash-back d’adolescents en train de mourir ?

Ce roman, qui alterne la narration entre les personnages, principalement entre Victor et Marie, nous offre un beau tableau de renaissance, celui d’une adolescente qui est en quête d’identité, et de reconnaissance. Si Marie est le personnage central, Victor est indispensable pour comprendre peu à peu l’histoire, à demi-mot…

Il manque un peu de suspense dans ce roman, puisque tout semble rapidement évident au lecteur, même si Marie, elle, ne se doute de rien. Pour autant, voir comment Marie évolue et comment cet inexorable secret fini par éclater rend la lecture sympathique, d’autant plus que les personnages secondaires ont du caractère. L’intérêt de ce roman est de revisiter le mythe de Frankenstein, tout en apportant une dimension adolescente et psychologique au personnage. Marie, avec ses envies d’ado et ses secrets d’adulte, est un personnage profond et intéressant. Amélie Sarn aurait sans doute même pu pousser encore plus loin les pensées de Marie, notamment à la fin…

Des passages au lycée permettent de se raccrocher à l’univers du lecteur, passages qui permettent de bien dépeindre la difficulté d’intégration des nouveaux dans un établissement, surtout s’ils sont un peu différents. Cependant la vision de la bibliothèque du lycée m’a un peu chifonné, en tant que documentaliste. Etrange endroit coupé du monde, où personne ne va jamais et où le documentaliste ne souhaite surtout pas être dérangé… Sans doute le côté suisse!
Mon personnage préféré, un jeune enfant un peu à part, autiste, apporte une dimension très humaine aux relations entre les personnages, et offre la possibilité à Marie de découvrir un autre regard…

Le choix du titre m’a d’abord perturbé, pourquoi ce mot tronqué, ce résurrection incomplet ? Une petite recherche m’a appris qu’il s’agissait en fait de latin, apportant le petit coté médical à ce titre fantastique.

Un roman étonnant, qui manque parfois un peu de rythme au début, mais qui permet de découvrir une adolescente à laquelle on s’attache rapidement. Le côté adolescent, qui devient plus fort en avançant dans le livre, apporte un réel plus à la psychologie des personnages, de même que la force des visions qui habitent Marie !

+ Challenge 1% Rentrée Littéraire 2014
+ Challenge Halloween
+ Challenge YA#4 

Clairvoyance 1 La maison de l’ombre – Amélie Sarn

Roman / thriller pour adolescents

Clairvoyance

1 La maison de l’ombre

d’Amélie Sarn

J’ai Lu, 2012
9782290038017, 12€

Un roman vraiment prenant! Décidément j’aime beaucoup Amélie Sarn ! (remarque idiote pour vous car je n’ai pas encore parlé de mon coup de coeur pour Les Proies… ça viendra sûrement!)

Emma emménage suite à la séparation de ses parents dans une vieille maison. Une maison qui n’a pas été habité depuis longtemps. Il faut dire qu’elle a été le lieu d’un crime atroce, une adolescente de l’âge d’Emma y a été enfermé et torturé, puis tuée sauvagement. Emma n’est pas au courant quand elle emménage, pourtant elle va rapidement découvrir cette histoire. Elle se met à faire des rêves étranges, des rêves où elle est cette jeune fille assassinée, Charlotte.

Je me suis d’emblée attachée à Emma, une jeune adolescente impulsive mais intelligente. La séparation de ses parents, son déménagement , elle prend cela très mal mais sans tomber dans les outrances des scènes d’adolescents qui tapent du pied. Elle claque les portes, mais c’est à peu près tout. Et finalement ce déménagement lui permet de se faire de nouveaux amis rapidement. La séparation de ses parents, l’amitié et l’amour sont des thèmes secondaires dans ce roman, car la vraie histoire, celle qui nous fait tourner les pages, c’est l’enquête qu’elle va mener sur cette adolescente assassinée  Ses rêves la hante et elle veut comprendre ce crime, persuadée que le véritable coupable n’est pas sous les barreaux et que Charlotte a besoin d’elle pour être en paix.

Adolescence, enquête et angoisse, voilà un mélange parfaitement réussi dans ce roman ! Amélie Sarn nous guide exactement où elle le souhaite, nous berne et c’est d’autant plus intéressant que la fin n’est pas celle qu’on imagine dès le début ! L’écriture est fluide et l’alternance entre les rêves et la réalité, Charlotte et Emma, apporte un mouvement au livre… L’action est toujours présente, même dans les réflexions de l’adolescente, et on ne s’ennuie pas pendant ces 200 pages ! Nous n’avons pas non plus vraiment peur, mais une sorte d’angoisse nous saisi tout de même quand certains personnages sont en danger… je ne vous en dit pas plus!

Un roman qui se lit d’une traite, un peu en apnée et que j’ai beaucoup aimé!

Un tome 1 à priori, mais qui se lit indépendamment et offre une vraie fin, promis,  vous ne serez pas obligé de lire la suite!

petit+Amélie Sarn, ce nom ne vous dit peut être rien, mais c’est une traductrice que vous avez sûrement déjà croisé, puisqu’elle a traduit notamment la série de Malorie Blackman Entre chiens et loups. Elle a aussi adapté Thorgal en roman… bref un nom qui ne me disait rien mais que j’ai finalement déjà croisé! A suivre !
Si vous aimez les Zombies, je vous conseille déjà Les Proies!

+ Les avis de Lena, Mya

+ Challenge YA#2 – Challenge Thriller

Nanami 1 & 2 de Nauriel, Corbeyran et Amélie Sarn

 

Nanami


nanami1.gif
Auteur : Nauriel

Illustrateur : Corbeyran et Amélie Sarn

Editeur : Dargaud

Date : 2006 – 2010 (en cours)
Pages : 82 pages
Prix : 12,50€
ISBN
978-287129-876-9

 

 

Bande Dessinée jeunesse


Tome 1 : Le théâtre du vent
Tome 2 : L’inconnu
Tome 3 : Le royaume invisible
En cours…


Thèmes : Théâtre, adolecence, Fantastique

 

 

Présentation

Après la découverte d’un livre étrange et dangereux, Nanami n’a plus qu’une idée en tête : le rendre à son
propriétaire.

C’est ainsi qu’elle fait la connaissance d’Allessandro, prof de théâtre aveugle, et de l’effrayante bande des Black Rose. Cette
rencontre va l’entraîner dans un monde mystérieux, un monde sur lequel elle a un pouvoir qu’elle ne soupçonne pas…

 

Avis :

Je n’ai pour le moment lu que les deux premiers tomes de cette série en cours. Des couleurs très vives, une histoire qui
mèle adolescence, théâtre et fantastique, les bons ingrédients pour une BD qui plait aux collégiens. C’est sur les conseils de Noukette que j’ai commandé cette BD pour mes
élèves… et je ne le regrette pas, les filles surtout adorent!

nanami2.gif

Personnellement par contre je n’ai  pas vraiment adhéré à cette histoire. De nombreuses choses m’ont plu, vraiment, comme
les dessins… un brin de Corbeyran, mais plus dynamique, plus jeune, plus coloré aussi peut être… Ca pulse et c’est plaisant! Du coté de l’histoire, l’idée est intéressante, celle d’une troupe
de théâtre qui se retrouve propulser dans un autre monde quand elle joue. Cet autre monde est différent, intéressant, avec une histoire particulière, un gouvernement oppressant, ça promet de
nombreuses aventures. Surtout qu’il semblerait que certains personnages se soient aussi échapper de ce monde là pour venir dans notre monde… ou quelque chose dans ce genre, mystérieux…

Venons en à ce que je n’aime pas… J’ai la nette impression que cette BD n’avance pas assez vite. Cela préserve le mystère bien
sûr, mais en deux tomes il y a encore de nombreuses choses très floues… et moi ça me frustre. J’en ai un peu marre en ce moment de ces BD et manga qui ont besoin de 10 tomes pour ce qu’Hergé
aurait raconté en 1… Evidemment ce n’est pas la même époque, et c’est superbe de prendre le temps, grace aux images de découvrir l’histoire, sa poésie… mais je dois être trop impatiente en ce
moment. Tous ces détails superflux, et improbable, comme cette jeune fille qui se retrouve à faire du théâtre avec un groupe qu’elle n’aime pas, et même dont elle a peur… Bref je pense que
cette BD n’est pas tombée au bon moment pour moi…

   


 

 

***

 Le mercredi
c’est BD, avec Mango et pleins d’autres !

Et chez Liyah : Mercredi journée des enfants !


Logo-Mercredi-journee-des-enfants-Les-lectures-de-Liyah1.jpg