Bertille & Bertille ♥- Enquête

Bertille

Enquête mêlant histoire, polar et fantastique…

Bertille & Bertille ♥

T1 : L’étrange boule rouge

Éric Stalner

Grand Angle

Bamboo éditions (2022)

*****

Paris, années 20. Le commissaire Bertille est chargé par le Préfet de retrouver un homme, Palovski. Lui et ses hommes l’ont arrêté mais il a profité d’un étrange évènement pour s’échapper. Cet évènement, c’est l’atterrissage d’une grosse boule rouge tombée du ciel. En plus du commissaire et de ses hommes, une jeune femme, Bertille de Chavronnes des Argons, a assisté à la scène. Le commissaire ayant immédiatement alerté ses supérieurs, la boule rouge va être étudiée de près. Mais quand on s’aperçoit qu’elle grossit rapidement, c’est l’émoi ! Qu’est-ce donc que cette “chose” ???

*****

Attirée par cette jolie couverture qui allie historique et fantastique, je l’ai aussitôt empruntée à la médiathèque. Le nom d’Éric Stalner ne m’étant pas inconnu a renforcé ma décision. Et ce côté vintage de la police de caractère aussi !

Bref. Quand je l’ai feuilletée, j’ai tout de suite aimé l’ambiance dégagée par ces illustrations sépia parfois rehaussées d’une touche de rouge. Et au final, tout m’a plu ! L’histoire, l’ambiance, les relations entre les personnages (il y a de l’humour !!), les illustrations et les couleurs.

La mention tome 1 indique qu’il y aura d’autres enquêtes de Bertille & Bertille,
et c’est tant mieux !

*****

D’Éric Stalner, déjà présenté sur ce blog : Blues 46, La zone♥, L’or sous la neige, Saint-Barthélémy

Le site de l’auteur : Les carnets d’Éric Stalner

Cette semaine, ça se passe chez Moka, Au milieu des livres

*****

Celle qui parle – Conquistadors

celleNaissance du Mexique
BD Ado/Adulte

CELLE QUI PARLE

Alicia Jaraba

Grand Angle (2022)

*****

Celle qui parle : Histoire (forcément romancée) de la Malinche (au programme de 2nde ? Je ne me souviens pas de ça…)

1511. Les Mexicas (les Aztèques) dominent d’autres peuples et les capturent pour les sacrifier à leurs dieux. Malinalli, fille du Cacique (chef) d’Ollita, attend leur départ, cachée dans les arbres avec d’autres femmes et enfants.

Son père lui a apprit à parler le Nahuati, la langue des Mexicas. Pour qu’elle puisse un jour défendre son peuple avec ses mots. Elle vit maintenant seule avec sa grand-mère qui lui enseigne les vertus des plantes médicinales.

Vendue comme esclave, elle apprendra ensuite la langue Maya pour survivre. Et enfin l’Espagnol, quand elle sera offerte aux conquistadors de Cortès. Grâce à ses connaissances des différentes langues, elle deviendra la traductrice de Cortès : Celle qui parle.

*****

L’histoire de cette femme, dont je ne connaissais rien (et on en connaît assez peu à vrai dire !) m’a beaucoup plu. La façon dont sont “montrés” les mots qu’elle ne comprend pas au départ (des gribouillis) est très originale.

J’ai beaucoup aimé également les têtes de chapitre, avec la carte du “mexique” (il ne s’appelle pas encore comme ça) et les mots qu’apprend Malinalli.

Une bd qui donne envie d’aller plus loin, d’en savoir plus sur le Mexique, sur les conquistadors, sur cette époque !

Je n’ai pas parlé des illustrations. Les personnages ont des visages expressifs et c’est plutôt coloré. J’ai oublié de dire qu’il y a aussi de l’humour… (Le cacique qui fait “ouuuh” m’a bien fait rire !)

A lire même si vous n’êtes pas spécialement fan d’Histoire, car ça se lit comme une bd d’aventures !

*****

Sur le site de l’éditeur, vous pourrez lire quelques pages

La BD de la semaine est en pause pour la période estivale.

Mais je continuerai à vous présenter mes lectures de BD tous les mercredis (et parfois d’autres jours aussi !).

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

L’adoption – Wajdi – BD

WajdiL’adoption
Wajdi

Zidrou & Monin

Grand Angle

Bamboo éditions (2021)

*****

Wajdi arrive dans sa nouvelle maison. Il vient d’être adopté par un couple aisé et d’un certain âge. Lui a 10 ans et ne comprend pas le français. Il est originaire du Yémen qu’il a quitté parce qu’il y avait la guerre. Un petit migrant de 10 ans, arrivé seul…

*****

C’est un nouveau cycle. Vous pouvez donc tout à fait lire ce tome même si vous n’avez pas lu les deux “premiers”. C’est une “série” avec un thème commun, l’adoption, mais dont les histoires, à priori, sont complètes en deux tomes.

J’ai trouvé ce premier tome tout à fait poignant. Cet enfant qui a vécu la guerre, marché des centaines de kilomètres, s’est sans doute méfié de tout et de tous par la force des choses, ne peut pas se laisser aller et donner sa confiance d’un coup de baguette magique… Il a dû se battre pour survivre. Alors se retrouver au milieu de tous ces gens, qu’il ne connaît pas et qu’il ne comprend pas est forcement très perturbant.

Et ces adultes, qui devraient faire des efforts pour le comprendre et le soutenir, voudraient qu’ils soient un petit garçon bien sage et aimant. Une incompréhension mutuelle qui va finir par un drame.

Une belle histoire, j’ai hâte de lire la suite !

*****

L’avis de Sophie Hérisson :

J’avais beaucoup aimé les deux premiers tomes de L’Adoption et je me demandais vraiment quel axe allait prendre Zidrou cette fois-ci. Et quelle claque. Ce petit garçon si attachant, tout de suite. Cette famille que l’on a du mal à comprendre, avec trop de failles.

Encore une fois l’auteur arrive à faire passer des sentiments forts avec ses mots et l’appuie des illustrations. Ce petit garçon on a tellement envie de l’aider, de l’accueillir. Et pourtant c’est compliqué pour ce couple, un peu âgé, pas très uni, qui essaye comme ça d’oublier un drame.

Ce nouveau tome de la série offre un point de vue complètement différent, très intéressant et très touchant, c’est encore une grande réussite !


+ Ces deux auteurs ont déjà fait un premier diptyque sur ce thème : L’adoption

+ Zidrou, nous vous l’avons déjà présenté ici (Lydie / Les beaux étés / Merci et quelques autres !) + Emma G. Wilford + La vieille dame qui n’avait jamais joué au tennis…+ Shi + Boule à zéro (jeunesse), L’obsolescence programmée de nos sentiments (AD)

+ Petite biographie de Zidrou sur le site de l’éditeur

+ Le site d’Arno Monin

+ Monin est aussi l’illustrateur de l’envolée sauvage

*****

Nos charmantes hôtesses de la BD de la semaine font une pause…

Montagnes Russes – BD sur le désir d’enfant

MontagnesUn si grand désir d’enfant…
BD Adulte (pour le thème)

Montagnes Russes

Gwénola Morizur & Camille Benyamina

Grand Angle

Éd. Bamboo (2021)

*****

Aimée travaille dans une crèche. Elle adore les enfants, mais elle n’en a pas. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé. D’avoir fait des FIV. Mais rien n’a fonctionné. Alors son moral joue un peu aux montagnes russes.

Un jour, elle rencontre Charlie. Une jeune femme lumineuse qui rêve d’être maquilleuse de théâtre. Elle est en formation et c’est un peu la galère avec ses 3 enfants dont elle s’occupe comme elle peut. Aimée, entre cauchemars et résultats de prise de sang, va s’attacher à Charlie et à sa petite famille.

*****

Je savais bien que le nom de ces deux autrices ne m’était pas inconnu…

De Gwénola Morizur, je vous ai déjà présenté deux BD totalement différentes Bleu pétrole et Nos embellies mais que j’ai beaucoup aimé toutes les deux. Et j’avais déjà adoré le dessin plein de douceur et joliment coloré de Camille Benyamina dans le très bel album : Les petites distances.

C’est un sujet difficile qui est traité avec beaucoup de délicatesse et de pudeur. Ce parcours du combattant qu’on n’ose imaginer, pour ceux qui, pour une raison ou une autre, ont du mal à concevoir un enfant “naturellement”.

Le côté “médical” est abordé bien évidemment, mais ce n’est pas ce qui prime. C’est avant tout l’attente, les déceptions, les émotions partagées par ce couple qui s’aime. Avec une belle histoire d’amitié en prime.

Une bien jolie découverte !

*****

Lire les premières pages sur le site de l’éditeur

Et l’avis d’Antigone qui a beaucoup aimé également !

Cette semaine nous nous retrouvons chez Noukette