La BD historique partie 4/5 – LES TEMPS MODERNES

Billet en cours de réalisation !

LA BD HISTORIQUE

*

4-LES TEMPS MODERNES

**
Période qui s’arrête en 1789, à la révolution Française.
***

Albums déjà présentés sur ce blog :

*****

modernes  Révolution (2 T) Trilogie en cours de Grouazel et Locard

Éditeur :

T1 : “Liberté” ressuscite 1789 en se promenant dans tous les étages de la société. Une fresque grandiose, brassant de multiples personnages et qui totalisera près de 1000 pages.

T2 : Égalité. Seize mois après les événements narrés dans le tome 1, un nouveau chapitre de la chronique grandiose de la Révolution française, mêlant anciens et nouveaux personnages.

Très intéressant, mais très dense ! Il vaut mieux connaître un peu l’époque… J’étais parfois un peu perdue !

***

modernes  Le serpent et la lance (3 T) Série en cours – HUB (Aslak / Okko) ♥♥♥

Éditeur : Un thriller aztèque digne du Nom de la Rose.

Depuis plusieurs mois, certains paysans découvrent les cadavres momifiés de jeunes femmes sauvagement assassinées. Afin d’éviter tout trouble, les autorités tentent de dissimuler ces horribles meurtres à leur peuple. L’enquête est discrètement confiée à Serpent, un haut fonctionnaire cruel privé de ses deux bras. De son côté, le prêtre Cozatl s’adjoint les services de son ami d’enfance, OEil-Lance…

Une « drôle » d’enquête dans l’empire Aztèque. J’ai tout aimé : le scénario sans temps morts, l’incursion dans la culture aztèque, les magnifiques illustrations, les couleurs… Original et passionnant !

Du coup, j’ai très très envie de lire sa série précédente : Okko

***

modernes Les esclaves oubliés de Tromelin de Sylvain Savoia (1 T)

Dans la nuit du 31 juillet 1761, en suivant une trajectoire hasardeuse afin d’éviter une saisie – suite à une famine endémique, le trafic de bois d’ébène été interdit dans la colonie française – le navire négrier l’Utile s’échoue contre un banc de sable et sa structure éclate, libérant sa cargaison frauduleuse dans les flots. Blancs comme noirs, en état de choc, les survivants rejoignent un îlot stérile perdu au milieu de nulle part. Commence donc une longue et pénible cohabitation entre les Français et leur marchandise.

Avis mitigé : J’ai beaucoup aimé la partie « fiction » qui raconte l’histoire des esclaves. Par contre l’autre partie m’a un peu ennuyée…

***

modernes  Jéronimus (3 T) Série terminée – Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx

29 octobre 1628, le Batavia quitte le port d’Amsterdam. À son bord, 341 personnes, dont 38 femmes et enfants: des marins, des artisans, des soldats, des officiers et quelques passagers qui voyageront sur le Château arrière, le lieu de l’élite du navire. Le navire appartient à la toute-puissante Compagnie hollandaise des Indes orientales, la VOC. Il doit rejoindre Java pour y charger les épices qui font la richesse des actionnaires de la Compagnie.

J’ai adoré les illustrations qui sont de vrais tableaux. Et j’ai bien aimé la critique de la Société des Indes Orientales (et du capitalisme par la même occasion !) Par contre, j’ai trouvé que la “voix off” qui raconte l’histoire faisait que ça manquait un peu de dynamisme… C’est un peu trop “introspectif” pour moi. Et âmes sensibles s’abstenir, c’est une histoire épouvantable ! Sur le même sujet, j’ai préféré “1629… Ou l’effrayante histoire des naufragés du Jakarta” (lien en haut de ce billet)

***

modernes  Vanikoro (1T) – Patrick Prugne – Ed. Daniel Maghen

Une grande aventure sur fond de vérité historique pour retracer l’histoire de l’expédition Lapérouse et lever le mystère qui entoure son naufrage.

Que sont devenus les rescapés des deux frégates, la Boussole et l’Astrolabe, échouées une nuit de juin 1788 sur les récifs coraliens de Vanikoro ? Ils ont élevé une palissade de bois, les fouilles récentes à terre l’attestent. Quels ont été alors leurs rapports avec les naturels de cet archipel où plane encore le spectre des coupeurs de têtes ? Qu’ont-ils espéré sur cette île lointaine ? Partir ? C’est sûr ! Ont-ils pu appareiller sur ce petit bateau qu’ils ont construit ?

J’adore les illustrations de Patrick Prugne, elles sont magnifiques ! Le grand format de l’album permet d’en profiter pleinement.

***

modernes Les damnés de la commune (3T – série terminée) – Raphaël Meyssan

Le narrateur découvre par hasard qu’une figure de la Commune de Paris, Charles Lavallette, a habité dans son immeuble de Belleville. À la bibliothèque, dans les archives de la Ville, de la police et de l’armée, il reconstitue minutieusement la vie de cet individu qui a joué un petit rôle dans l’insurrection, mais que les historiens ont oublié. Il y a deux narrations dans cet ouvrage. L’une racontée dans les cartouches crème (la voix du chroniqueur), l’autre dans les cartouches blancs (celle des participants à la révolte).

Pas encore lue, je ne l’ai pas  encore reçue…

***

modernes Cortés : La guerre aux deux visages (2T) – Christian Chavassieux et Cédric Fernandez (a dessiné aussi « Les faucheurs de vent »)

En 1492, un continent inconnu émerge au-delà de l’Atlantique. Alors enfant, Hernán Cortés est voué à y accomplir son destin deux décennies plus tard. Ayant traversé l’océan et devenu l’un des notables de Cuba, il pourrait vivre de ses rentes. Pourtant, la fièvre des prouesses militaires demeure, enflammée par les rumeurs : plus à l’Est, un vaste territoire recèle des richesses fabuleuses.

Pas encore lue, je ne l’ai pas encore reçue…

 

*****

1) La BD historique : LA PRÉHISTOIRE

2) La BD historique : L’ANTIQUITÉ

3) La BD historique : LE MOYEN ÂGE

4) La BD historique : LES TEMPS MODERNES

5) La BD historique : L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE

*****

Vous avez lu et aimé d’autres bd sur cette période ? N’hésitez pas à me donner les titres en commentaires. Merci !

Cette semaine, nous sommes Dans la bibliothèque de Noukette

NINN – BDJ série

NiNN

Aventure fantastique
A partir de 9/10 ans

NiNN

Jean-Michel Darlot & Johan Pilet

Kennes éditions

*****

Une série toujours en cours

*****
  • T1 : La ligne noire (2015)
  • T2 : Les grands lointains (2016)
  • T3 : Les oubliés (2018)
  • T4 : La cathédrale de fer (2019)
  • T5 : Magic City (2021)
  • T6 : Lune de glace (2022)
  • T7 : Peut-être en 2024 ?
*****

Il y a 11 ans, Ninn, un bébé, a été trouvée dans le métro parisien par deux ouvriers. Mattéo et Omar sont devenus ses deux pères adoptifs. Depuis, elle est obsédée par le métro et y passe tout son temps libre. Alors quand on lui demande de présenter son endroit préféré lors d’un exposé à l’école, elle n’hésite pas : elle parlera du métro ! Et tant pis si ses copains ne sont pas d’accord…

Comme tous les enfants adoptés, Ninn se pose beaucoup de questions. D’où vient-elle exactement ? Pourquoi a-t-elle été abandonnée comme un vulgaire bagage ? Et dans le métro en plus ?

Une étrange rencontre, suivie de visions non moins étranges, va renforcer son envie d’en savoir plus…

*****

Voilà une série que j’avais envie de lire depuis longtemps. J’avais le tome 1 à la maison (acheté lors des 48h BD de 2022), restait à me décider… En fait, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire le premier album de cette série jeunesse ! Du coup, je me suis empressée d’emprunter toute la série à la bibliothèque.

L’histoire, de très réaliste au départ, prend rapidement un tour fantastique pour notre plus grand plaisir (le mien en tous cas !) Mais la première originalité de ce récit, c’est qu’il se déroule en grande partie dans le métro.

La mise en page est variée, dynamique avec par moments des dessins sans contours, des pleines pages ou encore des cases de formats variables. Et j’ai vraiment apprécié les illustrations, colorées, au trait doux mais néanmoins dynamique.

J’ai lu toute la série jusqu’au tome 6, et je lirai la suite avec plaisir, l’histoire ne faiblit pas, la qualité des illustrations non plus. Une belle réussite.

Original, avec du suspense, de l’humour, de belles illustrations. Que vous faut-il de plus ?

*****

D’autres avis : BidibEnnaJojoMylène

Cette semaine nous sommes chez Noukette

EDISON – Album ♥

EdisonAlbum
A partir de 6/7 ans

EDISON

La fascinante plongée d’une souris au fond de l’océan

Torben Kuhlmann

Éditions NordSud (2019)

*****

Ce jour-là, à l’université des souris, le vieux professeur aperçut un élève qu’il n’avait encore jamais vu. Cette souris attendit la fin des cours pour l’aborder. -“Pardonnez-moi, Monsieur le professeur, mais j’ai besoin de votre aide, dit-elle d’une voix un peu tremblante. Je suis à la recherche d’un trésor.” Et pour confirmer ses dires, elle sortit de son sac un vieux papier jauni avec un message. Il y était question d’un voyage en mer et d’un trésor… Le professeur était sérieux et ne voulait pas perdre son temps. Mais, d’un autre côté… cette histoire l’intéressait drôlement ! Il décida donc d’aider Peter dans ses recherches. Quel rapport avec Edison me direz-vous ? Ça, vous le saurez en lisant cette histoire !!

*****

Si vous ne connaissez pas encore le travail de Torben Kuhlmann, je ne peux que vous encourager à le découvrir de toute urgence. Non seulement les histoires qu’il invente sont intéressantes mais ses illustrations sont magnifiques ! De plus, pour les enfants, c’est une façon très amusante de découvrir des scientifiques ou des découvertes.

Cet auteur compte plusieurs albums à son actif. Il a déjà parlé de Lindbergh (2014), d’Armstrong (2016) et d’Einstein (2020), toujours dans ce même univers de souris (voir plus bas le lien vers les éditions NordSud).

*****

https://image.jimcdn.com/app/cms/image/transf/dimension=1920x10000:format=jpg/path/sfb73b8be55798120/image/i69ce1cd1f7ac9051/version/1535631458/image.jpg

D’autres magnifiques illustrations sur le site de l’auteur (en Allemand, mais pour les illustrations, ce n’est pas gênant !)

La page qui lui est consacré aux éditions NordSud

Pour rester dans le monde de l’électricité : ÉLECTRIQUE, la vie survoltée de Nikola Tesla (doc jeunesse à partir de 7 ans)

Ada – Bande dessinée

AdaRésiste !
BD

Ada

Barbara Baldi

Traduit de l’Italien par Laurent Lombard

ICI MÊME (2019)

*****

Autriche, 1917, à quelques kilomètres de Vienne. Une jeune fille, Ada, vit seule avec son père. Un homme rustre et aigri qui lui crie dessus à longueur de temps. Et qui la fait travailler sans arrêt. Heureusement, il y a, quelque part dans ces bois, une cabane, dans laquelle la jeune fille peut s’adonner à sa passion : la peinture. Et puis il y a son petit chien Gertha, qui lui apporte de l’affection. Et elle correspond via une cachette dans un tronc d’arbre, avec un mystérieux “E”, qui lui apporte parfois des pigments pour sa peinture et l’encourage à continuer.

*****

Peindre, pour Ada, c’est résister à la haine et à la violence. Celle de son père envers elle, mais également celle de la guerre qui bouleverse toutes les vies. On pourrait faire le même reproche à “Ada” qu’à la 1ère BD de cette autrice. Elles ne sont pas très bavardes. Il y a juste assez de texte pour donner quelques indications de temps et de lieux. Mais pour moi, ce sont des bd avec une “ambiance”, une atmosphère très particulière. Et cela suffit à mon bonheur ! Toute la beauté, toute l’émotion passe par les illustrations si reconnaissables de Barbara Baldi.

Le visage d’Ada est parfois d’une telle tristesse…

Les paysages sont splendides et certaines cases sont de véritables tableaux. Le visage du peintre avec qui Ada discute ainsi que d’autres d’ailleurs (p.56/57) sont facilement identifiables, mais je n’en dis pas plus, vous verrez par vous mêmes !

Une très belle bande dessinée ♥
*****

De la même autrice, j’avais adoré “La partition de Flintham

Une petite bio sur le site de l’éditeur ICI MÊME

La BD de la semaine est réunie chez Fanny

Une bd qui participe également au challenge “de 14_18ànous” chez Blandine, même si la guerre n’est qu’évoquée…