Y aura-t-il trop de neige à Noël ? Nouvelles

NeigeY aura-t-il trop de neige à Noël ?

I. Alexis – T. Behar – A. Bréau – S. Henrionnet – M. Levy – M. Vareille
Ed. Charleston (2017)
*****

Crush et crashIsabelle Alexis

C’est Noël ! Pour l’occasion, Nicole et Patrick accueillent leurs filles, Charlotte (avec son mari Stan et leurs filles Augustine et Cerise) et Audrey, qui n’est pas encore arrivée au moment où débute ce récit (et l’apéro), ainsi que Martine, la sœur de Nicole qui est venue avec Yves son nouvel ami.

Nicole est ravie de pouvoir faire un beau discours sur cette famille unie et si parfaite ! Parfaite ? Heu… Vraiment ?

Y aura-t-il trop de neige à Noël ?Tonie Behar

Nina Samba est une jeune avocate américaine en stage à Paris. Elle qui aime tant passer Noël en famille a accepté de rester à Paris afin de passer le réveillon avec son collègue et petit ami, Henri. Nina, qui n’aime rien laisser au hasard, a tout prévu : le repas bien sûr, la musique, les bougies, la déco, sa tenue, le feu qui brûle dans la cheminée, jusqu’au DVD qui est déjà dans le lecteur (« la vie est belle » de Capra – film magnifique !)

Tout a été prévu dans les moindres détails ! Tout ? Oui, sauf l’imprévisible bien sûr !

Le marché de NoëlAdèle Bréau

Le brie à la truffe de Noël, c’est sacré pour Lalie, expatriée avec sa famille à Londres. Pourtant cette année, Mr Marsac, père de Lalie et Catherine, a oublié de commander le fromage… Catherine part donc au marché dans l’espoir de trouver le fameux brie. Va-t-elle en trouver ? Tout est possible grâce à la magie de Noël !

La théorie du pingouinSophie Henrionnet

Une fois de plus, Pauline s’est fait larguer. Du coup, pour ne plus croiser la nouvelle copine de son ex (ils bossent ensemble tous les 3), elle accepte une mission en Italie. #Docevita

Mais tout ne va pas se passer comme prévu… #Mondecruel

Keep calm & love ChristmasMarianne Levy

Sam est psychiatre et célibataire. Suite à un pari, sa sœur Imogène lui présente chaque année une jolie célibataire. Sam souffre à l’avance en pensant à cette pénible soirée, mais elle ne va finalement pas se dérouler comme prévu ! #Cendrillon

Cap ?Marie Vareille

24 décembre – 20h : Suite à un malencontreux concours de circonstances, Valentine se retrouve coincée dans une cabine d’essayage des Galeries Lafayette, dans le noir et sans son portable. Avec, pour toutes provisions jusqu’à la réouverture le 26, une bouteille de champagne et un paquet de chewing-gum.

On peut rêver mieux comme réveillon !

* * * * *

De bien jolies histoires sur la « magie de Noël ». Agréables à lire, légères, pétillantes, romantiques, elles sont, de plus, très amusantes !

L’une de ces nouvelles m’a rappelé un film « Elle et lui » de Leo McCarey, une comédie fort romantique…

Parfois, avec les nouvelles, on est un peu frustré parce que c’est très court et qu’on aimerait connaître la suite de l’histoire, savoir ce qui s’est passé après le point final.

L’originalité de ce recueil, c’est justement de nous donner la suite de l’histoire. Suite aux 6 premières nouvelles, on a donc le plaisir de retrouver les personnages, un an près !

 

Éditions Charleston/Leduc

challenge rentrée littéraire 2017

Ma 6ème participation au Challenge 1% Rentrée Littéraire

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Immunisés ? Un nouveau regard sur les vaccins

VaccinsImmunisés ?

Un nouveau regard sur les vaccins

Lise Barnéoud

Premier Parallèle (2017)

^ ^ ^ ^ ^

Je lis relativement peu de documentaires ou d’essais, mais parfois, un titre ou un sujet m’interpelle. Au fil des années, j’ai entendu bien des gens dire qu’ils ne voulaient pas se faire vacciner, que certains vaccins contenaient des poisons tels que le mercure ou des sels d’aluminium (produits effectivement toxiques) ou encore que certaines personnes avaient été gravement malades à cause de la vaccination (sclérose en plaques par exemple).

En brave petit soldat obéissant que je suis, j’avoue que j’ai toujours écouté le médecin et fait mes vaccinations et celles des enfants en temps et en heure. Mais tous ces « on-dit » ont fini par me faire me poser quelques questions sur le sujet, et je me suis dit, en voyant une présentation de ce livre, que j’aurai peut-être quelques réponses à mes questions en le lisant.

^ ^ ^ ^ ^

Après un historique sur les origines de la vaccination, une explication sur les différentes façons de fabriquer les vaccins puis un questionnement sur le « pourquoi » de la vaccination (intérêt collectif ou individuel ?), Lise Barnéoud nous donne des informations, nous parle des différentes études menées, mais aussi des controverses existantes ou ayant existé, vaccin par vaccin.

Une enquête relativement facile à lire (je n’ai absolument aucune base scientifique et j’ai tout compris !) et très intéressante. Une bonne lecture avant de se dire « pour » ou « contre » la vaccination.

Dès le 1er janvier 2018, notre gouvernement va imposer 11 vaccinations obligatoires aux tout-petits.

Ce livre tombe donc à pic pour informer tous les jeunes parents, mais également celles et ceux qui s’intéresseraient à ce sujet.

Un ouvrage vulgarisé tout à fait accessible.

A lire !

^ ^ ^ ^ ^

Biographie de l’autrice par l’éditeur : Journaliste scientifique indépendante, Lise Barnéoud collabore régulièrement à divers journaux (notamment Science et Vie et Le Monde). Auteure d’ouvrages scientifiques et de documentaires, elle a consacré plusieurs années de recherches à la question des vaccins. Elle a reçu, en 2008, le prix scientifique de la presse quotidienne nationale de la fondation Varenne et, en 2016, le Grand Prix des trophées signatures santé.

Le site de l’éditeur Premier Parallèle

D’autres avis (plus « éclairés » que le mien) : Le Monde, France Inter, L’Express

challenge rentrée littéraire 2017

Ma 5ème participation au Challenge 1% Rentrée Littéraire

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Une soeur – Bd ado/adulte

sœur Une sœur

Bastien Vivès
Casterman (2017)
*****

Antoine 13 ans et son petit frère Titi 9 ans, sont en vacances au bord de la mer, dans la maison familiale, quelque part dans le sud de la Bretagne. Dans la voiture, ils ont entendu leurs parents parler d’une amie de la famille, Sylvie, qui a fait une fausse couche. Le lendemain, quand ils se réveillent, une jeune inconnue dort dans le lit d’à côté. Elle s’appelle Hélène, elle a 16 ans et c’est la fille de Sylvie. Antoine, qui par bien des côtés est encore un petit garçon, va, en une semaine avec Sylvie, quitter l’enfance…

*****

J’aime beaucoup le dessin de Bastien Vivès. Ce qui me gênerait peut-être chez d’autres, l’absence de traits du visage par exemple (parfois il n’y a pas de nez, pas d’yeux, pas de bouche !) ne me dérange absolument pas ici. Il y a, je trouve, une grande douceur dans son dessin, et à la façon dont se tiennent les personnages, on comprend bien leurs émotions.

Tout est bien vu. La relation des deux frères, les relations entre Antoine et Hélène, celles avec les autres ados… Les parents sont très peu présents et ne se rendent pas vraiment compte de ce qui se passe.

Quelques passages ‘initiatiques » sont un peu cru (une bd plus à partir du lycée que du collège à mon avis) et je mentirais si je disais que rien ne m’a « choqué ». Ces deux jeunes qui sont au départ comme un frère et une sœur ou encore deux copains et qui finissent par « jouer au docteur » (je ne dis pas ça par excès de pudibonderie, mais parce qu’il n’y a pas « d’acte sexuel » à proprement parler) m’ont surprise. J’ai, en fait, surtout été étonnée par l’âge du jeune garçon, qui n’a que 13 ans (et fait très « bébé » par certains côtés).

En bref : j’ai beaucoup aimé le dessin, la relation entre les deux frères et la douceur qui émane de toute cette histoire !

sœur

Le blog de Bastien Vivès

Pour feuilleter la bd et voir une vidéo de présentation, rendez-vous sur la page de l’éditeur Casterman

Du même auteur, j’ai lu aussi :

sœur sœur sœur

La 1ère bd de cet auteur que j’ai lu, « Dans mes yeux » m’a beaucoup plu. Par ses couleurs, vives, chaudes, lumineuses et le dessin au crayon de couleur, original. De plus, on est à la place de la personne, on voit par ses yeux, c’est assez particulier, mais très réussi.

La 2ème « Le goût du chlore » m’a déçue. Une rencontre à la piscine, des couleurs et une ambiance froides, très peu de dialogues et des dessins que j’ai trouvé moins beaux. Ceci dit, on s’y croirait, on sent presque l’odeur du chlore…

La 3ème « Polina » m’a énormément plu. A un détail près, j’ai tout de suite détesté le nez de Polina (trop appuyé, trop noir ?) mais ce doit être le seul défaut que j’ai trouvé à ce roman graphique aérien (on « voit » les danseuses en train de virevolter).

L’avis enthousiaste de Lasardine, fan de Vivès

Cette semaine, nous sommes reçus par Moka

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

180 °C, revue culinaire, mais pas que !

180

180 °C

Des recettes et des hommes

Reportages / Réflexion / Humeur / Recette

Rédacteur en Chef : Philippe Toinard

Édité par Thermostat 6 (Non, non, c’est pas une blague !!)

* * * * * * *

N°8 : Automne-Hiver / Le 1er numéro est sorti en 2013 (Printemps-été)

Au sommaire :

  • Un portrait de Jacques Decoret, restaurateur ** dans l’Allier
  • C’est bon maintenant – 30 pages de recettes à base de fruits et légumes de saison
  • Au four et au moulin présente l’histoire d’un homme Jean-Charles Leblanc qui produit de l’huile « à l’ancienne »
  • 10 pages des recettes préférés des collaborateurs de la revue
  • Fiche « technique » (comment bien réussir les œufs pochés) + recettes
  • Les archives de la cuisine (savez-vous ce qu’est un livre « truffé » ? Moi je ne savais pas !!)
  • Bon, beau, bio, 20 pages de recettes maisons et « naturelles »
  • Un homme dans le Morvan : Jean-Claude Martin, agriculteur par François d’Epenoux
  • Plus simple, tu meurs : des recettes bien de chez nous !
  • Le navet du Pardailhan, l’or noir du haut-languedoc + recettes
  • Goncourt culinaire : Mathias Enard nous conte l’histoire de la morue
  • Les desserts du Blue Valentine : Recettes de Terumitsu Saito, Chef japonais
  • Raisin et sentiments : découverte d’un vin savoyard pas comme les autres, le domaine Belluard
  • Fight autour des recettes mythiques : la tarte tatin, la fondue savoyarde, les tripes à la mode de Caen et le cassoulet

* * * * * * *

Cherchant sur internet de nouvelles idées de revues pour renouveler un peu celles de la bibliothèque, je suis tombée, un peu par hasard, sur cette magnifique revue. Avec sérieux, mais sur un ton plein d’humour, on nous fait voyager dans les différents « pays » de la gastronomie. Les reportages sont écrits avec passion, ça se sent, et les photos accompagnent superbement le texte.

Une revue qui parle de cuisine, mais surtout de plaisir culinaire, d’envie de manger -et de boire- mieux, plus sainement. On y parle donc du bio, mais pas seulement. J’avoue que je lis peu de revues (les livres me prennent tout mon temps) même si j’ai, un temps, été abonnée à Géo, Animan (des photos magnifiques !) ou encore National Geographic, mais j’ai vraiment apprécié celle-ci.

180 °C, que ce soit pour la qualité de ses textes, de ses photos ou pour son format (presque un A4 et plus de 190 pages) est une revue que l’on va traiter comme un livre, avec soin, que l’on va relire, qu’on aura envie de conserver, mais aussi de prêter et faire connaître.

Alors certes, pour une revue 20 euros ça peut paraître beaucoup. Mais que ce soit pour les recettes plus qu’appétissantes, les conseils techniques (je vais peut-être enfin réussir à faire des œufs pochés !!!), les voyages dans les régions françaises ou les rencontres avec des passionnés, croyez-moi, vous en aurez pour votre argent !

Vous l’aurez compris, cette revue m’a beaucoup plu ! En plus il y a de l’humour à chaque page ou presque, et ça, ça n’a pas de prix !

Un dernier détail, mais il a son importance : il n’y a pas une page de publicité (ah si, une, tout à la fin, mais ça ne compte pas vraiment !) ;)

* * * * * * *

Le site internet de la revue 180°C

Le blog de Cécile Delarue (une des journalistes de cette revue) en anglais

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer