DIX JOURS AVANT LA FIN DU MONDE

dixEt s’il ne vous restait que 10 jours à vivre ?
Roman SF

DIX JOURS AVANT LA FIN DU MONDE

Manon Fargetton

Folio SF (2022)

Gallimard Jeunesse (2018)

*****

H-239 : Gwen essaie d’écrire un roman. Mais quand il relit ce qu’il vient d’écrire, ça ne va pas, l’histoire lui échappe. Sara, sa compagne, est en plein boulot aussi, elle développe des drones de secours. Au même moment, Lili-Ann se balade en prenant des photos et en pensant à son mémoire de master qui n’avance pas.

Valentin est revenu habiter chez sa mère. Elle est malade et ne s’en sortirait pas seule. Béatrice est policière et c’est son jour de repos. Sa sieste est brutalement interrompue par le téléphone.

Tous vont apprendre en même temps ou presque la terrible nouvelle. Des explosions parties de Nouvelle-Zélande ravagent la planète. En France, si rien ne change, il ne reste que dix jours avant la fin du Monde.

*****

Vous êtes-vous déjà posé cette question ? S’il me restait un mois ou un an à vivre, qu’est-ce que je ferais ? Quelles seraient mes priorités ? Pour les héros de cette histoire, il ne reste que dix jours…

Les personnages sont présentés de telle façon qu’on y croit et qu’on a envie de les connaître davantage (Mon préféré, c’est Brahim). Et comme ils sont présentés les uns après les autres au fil des chapitres, on se demande ce qui va les relier, les attirer les uns vers les autres.

J’ai trouvé la fin un peu rapide, ce sera mon seul bémol… Mais j’étais bien dans cette lecture, dans cette histoire et je n’avais pas envie qu’elle se termine !

J’ai beaucoup aimé aussi le livre dans le livre, la façon dont c’est amené et l’urgence d’écrire que ressent Gwen.

Un roman très addictif !

*****

Si vous voulez en savoir un peu plus : Sa page Facebook – Son compte Instagram

+ Retranscription d’une conversation que j’ai eu le plaisir d’avoir avec elle

Romans de Manon déjà présentés sur ce blog :

***

Manon Fargetton – Autrice

Rencontre avec

MANON FARGETTON

Autrice

A “la petite librairie” d’Hennebont (56)

Le 26 mars 2022

*****

Le 26 mars dernier, Manon Fargetton était venu présenter son dernier roman, “Tout ce que dit Manon est vrai” à la petite librairie d’Hennebont. Un roman autobiographique, et, si je ne dis pas de bêtises, son premier roman en littérature “adulte”.

Sachant que j’allais la rencontrer, je me suis dit que ça serait bien de lui poser quelques questions, sur sa façon de travailler, ses envies, ses projets… Afin de vous la présenter.

Elle a très gentiment accepté de me répondre. Mes questions ne sont peut-être pas toutes très pertinentes, mais je débute dans l’interview ! ;)

*****

Donc, après les questions-réponses des personnes présentes et la séance de dédicaces, je lui ai posé les questions suivantes :

  • D’où viennent vos histoires ? De votre vie, des personnes rencontrées, de l’actualité, de vos lectures ?

Les idées peuvent venir de plein d’endroits différents, j’ai même écrit des romans à partir de rêves que j’ai fait. Ça peut venir d’expériences personnelles, de choses que d’autres personnes te racontent de leur vie, des témoignages que tu lis, des articles de journaux, des livres que tu as lu, des films que tu as vu…

Et puis souvent, ce n’est pas une idée qui donne un roman. Ce sont plusieurs idées qui s’agglomèrent entre elles et qui donnent un roman. On peut aussi être inspiré par une situation aperçue dans la rue !

  • Et comment procédez-vous ? Vous notez les idées dans un carnet pour les reprendre plus tard ?

Les idées vraiment importantes restent dans la tête. Je commence à noter quand je travaille sur l’histoire.

  • Comment choisissez-vous vos personnages ? Ils existent déjà dans un coin de votre tête, ils se développent au fur et à mesure de l’histoire ?

Quand j’ai une idée de roman, je cherche le meilleur personnage possible pour raconter mon histoire. Tout simplement. Celui qui va me permettre de raconter l’histoire que je veux raconter.

  • Comment construisez-vous vos romans ? Avec des carnets pour la prise de notes, les personnages ? Par quoi ça débute ?

C’est d’abord l’histoire. Je peux avoir des envies de personnages qui traînent mais en fait ils vont être les vaisseaux pour raconter l’histoire. Donc je vais chercher les meilleurs personnages possibles, les personnages les plus différents les uns des autres aussi, pour que leur image du monde se confronte et s’influence parfois et c’est à partir de là que se fait le travail préparatoire.

Je me demande comment le personnage va t-il évoluer ? Quels sont ses défauts, ses désirs, ses besoins ?

*****

  • Quels sont vos projets en cours ?

Les tisseurs de rêves, une série jeunesse en cours dont les tomes 3 et 4 vont sortir prochainement (2022/2023), un gros pavé de fantasy adulte qui sort à l’automne (la série s’appellera “Le cycle des secrets“), le 2ème tome est en cours d’écriture et un album jeunesse (avec l’illustrateur Guillaume Bianco) qui sort à l’automne…

  • Vous avez su très tôt que vous vouliez être écrivain ?

Non, je n’imaginais pas du tout en faire un métier. J’écrivais, j’avais un rapport à l’écriture depuis toute petite, un rapport très intime en fait, j’écrivais toute seule dans mon coin, des chansons en particulier. Et à un moment donné j’ai eu envie de partager les histoires que j’avais dans la tête. Et donc je suis venue à la publication. Mais même là, au début, je ne pensais pas en faire un métier ! C’est vraiment venu petit à petit. (Manon se consacre à plein temps à l’écriture depuis 2 ans et demi)

  • Vous imposez-vous un rythme de travail quotidien, des horaires ?

Je ne peux pas vraiment faire ça, parce qu’il y a des jours où je suis en rencontre scolaire, des jours où je suis sur des salons du livre, des jours où j’ai de l’administratif en retard et où il faut que je fasse de l’administratif toute la journée… Donc ce n’est pas aussi simple. Je me fixe plutôt des objectifs par mois, par exemple, je me dis ce mois-ci j’essaie d’écrire “tant de mots”… Je fonctionne plus comme ça.

  • Qu’est-ce que l’écriture pour vous ? Un plaisir, une libération, un jeu, une passion ?

Un plaisir, mais pas tous les jours, il y a des jours où je galère, comme tout le monde, ce n’est pas une entreprise très simple d’écrire un roman donc il y a des fois où on galère, heureusement que c’est quand même un plaisir.

  • Auriez-vous un conseil de lecture ? Un auteur ou un livre que vous aimez particulièrement ou que vous souhaiteriez faire découvrir ?

Déluge d’Henri Bauchau (sur la création)

Merci beaucoup à Manon d’avoir accepté de répondre à mes questions avec autant de gentillesse !

Une conversation qui m’a donné encore plus envie de lire ses romans, je vous en présenterai donc plusieurs dans les prochains mois.

*****

Si vous voulez en savoir un peu plus : Sa page Facebook – Son compte Instagram

Romans de Manon déjà présentés sur ce blog :

Le convoyeur – Monde post-apocalyptique

convoyeurViolence d’un monde post-apocalyptique
BD Ado/Adulte

LE CONVOYEUR

Armand & Roulot

Le Lombard (2021)

*****

Série en cours- 2 tomes parus

T1 : Nymphe – T2 : La cité des mille flèches

*****

Le convoyeur était enfant lorsque la rouille est arrivée. La rouille, cette bactérie qui a modifié le fer, le rendant fragile, friable. Celui présent dans les armatures des bâtiments, des voitures, des armes. Et aussi celui présent dans le sang des êtres vivants, amenant de terribles mutations chez les humains. Pour survivre, certains se sont isolés, d’autres se sont mis en bande pour piller plus facilement ou monnayer leur protection. Le convoyeur, lui, livre des colis ou retrouve des personnes. Et il respecte toujours ses contrats. “Sa parole est sa loi”. En échange, il n’a qu’une seule exigence : que les personnes lui ayant demandé un service avale un œuf…

*****

J’ai bien aimé ce premier tome. Armand est un illustrateur que j’aime beaucoup, tant pour ses paysages souvent dévastés, que pour ses personnages, qui ont de vraies “gueules”. L’univers de cette histoire est sombre mais je crois que c’est une bd qui plaira aux amateurs de westerns tragiques ou de thriller fantastique. Quand au héros de l’histoire, le convoyeur, on a du mal à savoir qui il est en réalité. De quel côté penche t-il ? Le bien, le mal ? Ou est-ce qu’il essaie simplement de survivre comme les autres ? On ne sait pas non plus exactement ce que font ses “œufs” aux personnes qui les avalent… Bref, j’ai hâte de lire la suite, et comme le tome 2 est à côté de moi…

Un univers très sombre, un personnage mystérieux mélange de “cow-boy solitaire” et de Mad Max et un premier tome  qui nous laisse avec de nombreuses questions…

https://www.lelombard.com/uploads/actualite/BD-CONVOYEUR-DimitriArmand-TristanRoulot-Extrait-A.jpg

Voir quelques pages (site de l’éditeur)

Illustré par Dimitri Armand, nous vous avons déjà présenté : Texas Jack et Sykes

Le blog de Dimitri Armand (plus en service ?)

Une interview des deux auteurs

Cette semaine nous sommes Au milieu des livres chez Moka

Nina Simone, mélodie de la lutte ♥

NinaNina Simone, mélodie de la lutte

Jeune, douée et noire : l’origine d’une légende

Sophie Adriansen

Coll. Les indomptées

Éd. Charleston (2022)

*****

Lecture Commune avec Blandine

Enna l’a lu avant nous !

*****

Mary Kate est mariée et elle a des enfants. Pour compléter les revenus rapportés au foyer par son mari, elle fait le ménage chez une femme, Mrs Miller. Mary Kate a une fille, Eunice, qui adore la musique et joue du piano. Elle en joue tellement bien que Mrs Miller décide de payer à Eunice des leçons de piano pendant un an.

Dit comme ça, ça paraît banal. Sauf que nous sommes aux États-Unis, en Caroline du Nord, dans les années 40. Que Mrs Miller est blanche et que Mary Kate, sa femme de ménage, est noire. Eunice, grâce à son talent, et à cette femme, va donc avoir la chance de prendre des cours de piano auprès d’un bon professeur. Alors même qu’elle doit manger son sandwich au fromage à l’extérieur du drugstore parce que les Noirs n’ont pas le droit de s’asseoir à l’intérieur…

Eunice, vous l’aurez compris, c’est Nina Simone. Une merveilleuse musicienne (et chanteuse !) qui deviendra la femme engagée que l’on connaît.

*****

Même si j’aime les chansons de Nina Simone depuis très longtemps, je connaissais très peu sa vie.

Dans cette biographie (partielle) qui se lit comme un roman, j’ai appris beaucoup de choses et j’ai été franchement désolée pour elle. Car, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres personnes d’ailleurs, sa vie aurait sans doute été très différente avec une autre couleur de peau.

Et ça, c’est juste terrible ! Car comme dit Maxime Le Forestier “Être né quelque part, pour celui qui est né – C’est toujours un hasard”.

Nina Simone, j’ai eu la chance de la voir en concert à Paris à la fin des années 80. Cadeau de rupture de mon petit ami de l’époque (Salut Thierry !) Je me souviens avoir été assez déçue en la voyant arriver. Elle était très en retard, sa robe était tâchée et elle avait l’air malade. Mais quand elle s’est mise au piano, tout le monde s’est tu.

*****

Extrait : Quand, noirs ou blancs, les individus se rencontrent vraiment, ils peuvent mesurer leur valeur. C’est ce qui s’est passé à la chapelle, un dimanche de cette étrange année 1939, lorsque Mrs Miller est venue écouter Eunice jouer du piano. Elle l’a écoutée véritablement. Pour cela, le mieux est de fermer les yeux. On se rend compte alors que la musique n’a pas de couleur. Elle peut venir de l’âme, elle peut venir du cœur, peu importe, les organes sont identiques chez tous les êtres humains.

L’autrice nous explique en quelques pages à la fin pourquoi elle a choisi d’écrire sur Nina Simone.

Un ouvrage facile d’accès et très agréable à lire, avec des repères sur la société de l’époque.

Ça m’a beaucoup plu !

*****

De Sophie Adriansen déjà présenté sur ce blog : La remplaçante (BD sur la maternité), J’ai passé l’âge de la colo, Je vous emmène au bout de la ligne (témoignage) et Quart de frère – Quart de sœur

Le  site de Sophie AdriansenSon blog – Sa page Facebook – Son Instagram

La chanson qui me hérisse les poils à chaque fois que je l’entends : Strange fruit