Cannibale

Paris 1931, l’exposition coloniale
Roman ado/adulte

Cannibale

Didier Daeninckx

Éditions Verdier (1998)

*****

LC avec Enna

*****

A Paris en 1931, l’Exposition coloniale ouvrait ses portes. Elle proposait aux visiteurs de faire le tour du monde en un jour.  Et elle était destinée à montrer l’étendue des “possessions” et colonies françaises. Quoi de plus normal alors que d’y faire participer des Kanaks de Nouvelle-Calédonie ? Une centaine de jeunes Kanaks, garçons et filles, sont ainsi invités par la France à venir montrer leur culture, leurs chants et leurs danses à Paris.

Ils seront transportés comme des passagers de dernière catégorie, sur le 3ème pont, ayant trop chaud le jour et trop froid la nuit. Plusieurs mourrons. Arrivés à Paris, ils seront “parqués derrière des grilles, dans un village kanak reconstitué au milieu du zoo de Vincennes.”

Quand l’histoire commence, nous sommes à la fin des années 80. Gocéné, un vieil homme Kanak, essaie de rentrer chez lui. Il est conduit en voiture par un vieil homme blanc, Caroz, qui va être obligé de faire demi-tour car deux hommes armés font barrage. Dans un long “flash-back” Gocéné va alors raconter aux deux jeunes gens comment il a rencontré Caroz à Paris et ce que celui-ci à fait pour lui…

*****

J’ai un vague souvenir de ce qui s’est passé il y a plus de 20 ans en Nouvelle Calédonie.

Mais je ne connais pas du tout l’histoire ou la culture Kanak ni la Nouvelle Calédonie.

Ce roman était sur mes étagères depuis plus de 10 ans. On l’avait acheté car un des enfants devait le lire pour l’école. Je le gardais en me disant que je le lirai… un jour. Le titre et la couverture ne m’inspiraient pas. Et puis Enna l’a montré sur Instagram et j’ai décidé de la rejoindre pour une lecture commune !

Et c’est comme ça que j’ai découvert l’horrible aventure d’une centaine de Kanaks arrachés à leurs famille pour “jouer” les cannibales à l’exposition coloniale de Paris en 1931… Terrible !!

Un roman intéressant et instructif que je vous recommande !
https://www.palais-portedoree.fr/sites/default/files/styles/moyen-demi/public/thumbnails/image/affiche_exposition_coloniale_1931_desmeures.jpg?itok=OSuQjIIi

Affiche de l’Exposition coloniale, Victor Jean Desmeures © Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

 

Plus d’informations sur l’Exposition coloniale sur le site du Musée national de l’histoire de l’immigration.

La page Wikipédia sur ce roman (très intéressante)

Du même auteur, présenté sur ce blog : Maudite soit la guerre

Un roman qui participe à l’Objectif Pal chez Antigone

car il était là depuis 10 ou 12 ans…

Noël Actually – Romances de Noël

Nouvelles romantiques
Ado/Adulte
Actually

Noël Actually

#TeamRomCom

Isabelle Alexis, Marie Vareille, Tonie Behar,
Adèle Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Levy

Charleston poche (2020)

*****
Six nouvelles reliées par un lien cinématographique :
le film “Love Actually” avec Hugh Grant, aimé par tous les protagonistes (ou presque !).
*****
Fortune cookie Sophie Henrionnet

Cette année, pour le réveillon de Noël, le programme d’Elsa est simple : Se blottir sous sa couette et regarder une ânerie à la TV en mangeant des sushis et en descendant une bouteille de rouge !

Mais un fortune cookie et une panne d’ascenseur vont modifier un peu ses projets… #AllIWantForChristmasIsYouuuu

Love is all around – Adèle Bréau

Isabelle adore les animaux, mais elle bosse tout le temps et trouverait égoïste d’en accueillir un chez elle. Pourtant quand un copain lui parle de cette famille qui s’expatrie et ne peut pas emmener son vieux chien, elle craque.

Une histoire amusante qui change un peu des classiques romances de Noël !

La revanche de Louison Cerfeuil – Isabelle Alexis

Le moins qu’on puisse dire de Louison, c’est que les fées ne se sont pas penchées sur son berceau. Elle a un physique ingrat comme on dit. Les yeux, le nez, les dents, rien ne va ! Et les gens ne se privent pas de parler dans son dos. Alors trouver l’amour…

Certaines choses ne m’ont pas plu dans cette histoire, mais c’est peut-être une affaire d’interprétation !

All I want for Christmas – Marianne Levy

Joséphine, dite “Jo” est critique de cinéma. Mais quand sa rédactrice en chef lui demande de la dépanner et d’écrire “un petit papier enlevé” sur les films de Noël, elle cherche par tous les moyens à refuser. Sans y arriver, bien entendu.

#CeSeraitBeaucoupMoinsDrôle

Sept jours et une vie – Tonie Behar
J’ai beaucoup aimé le personnage de Mira avec sa routine de gardienne d’immeuble et ses rêves pas toujours inaccessibles !
Une de mes histoires préférées. #CroireEnSesRêves
A pile ou face – Marie Vareille
Juliet a quitté l’Angleterre depuis des années pour aller en Australie où elle vit avec Julian. Elle n’est de retour dans son village natal que pour assister à l’enterrement d’un ami très cher perdu de vue depuis longtemps.
Sans doute l’histoire que j’ai préféré dans ce recueil !
Un bon moment de lecture !
*****
Sur le site de la maison d’édition, une petite bio de chacune des autrices

Un recueil de nouvelles qui participe au Challenge Christmas Time chez Mya

christmas time

Les étoiles brillent plus fort en hiver – Comédie

Comédie de Noël
Roman Ado/Adulte

étoiles

Les étoiles brillent plus fort en hiver

Sophie Jomain

Charleston (2020)

*****

Agathe Murano, décoratrice aux Galeries Hartmann, contemple son œuvre d’un œil satisfait. Le magasin est quasiment prêt pour les “Féeries” qui se dérouleront à partir de la semaine suivante jusqu’à la veille de Noël. Voilà 5 ans qu’Agathe travaille ici et elle adore son métier et cette période de l’année. Un grand bouleversement va cependant se produire. Le vieux Monsieur Hartmann étant décédé, c’est son fils Alexandre qui va reprendre les galeries. Et le fils n’a pas les mêmes goûts que le père. Il trouve même la décoration affreusement surchargée ! Il va donc obliger Agathe à refaire une bonne partie de son travail. Et elle ne va pas apprécier !!

*****

Alors oui, on se doute un peu de ce qui va se passer. Puis… on doute. On s’amuse des échanges entre les deux protagonistes. On rit, on pleure… Et on est parfois bien surpris !

En tous cas, moi, j’ai marché à fond !

Une histoire dans laquelle on parle d’amour filial, d’amour maternel, d’amour tout court, mais aussi de la famille et des différents problèmes qu’on peut y rencontrer… On passe un bon moment avec cette comédie de Noël (pas si légère que ça) et n’est-ce pas ce dont on a le plus besoin en ce moment ? Un peu de magie et d’évasion, moi, ça m’a fait du bien !

*****

Le site de l’autrice

Un roman très agréable qui participe au Challenge Christmas Time chez Mya

christmas time

La nuit de Noël – Nicolas Gogol

Conte
Ado/Adulte

nuit

La nuit de Noël

Nicolas Gogol

Traduction d’Eugénie Tchernosvitow

Librio (1998 / VO 1832)

*****

C’était la nuit avant Noël. Les étoiles brillaient, c’était une froide nuit d’hiver et la lune éclairait tout. Une sorcière ramassait des étoiles qu’elle rangeait dans sa manche. Tandis qu’un diable se brûlait les doigts en essayant d’attraper la lune. Ce diable en voulait tout particulièrement à Vakoula le forgeron. Et comme c’était sa dernière nuit sur terre, il voulait absolument se venger de lui. Et pour cela, il voulait l’empêcher d’aller voir la belle dont il était amoureux, la fille de Tchoub : Oksana.

*****

Au bout de 40 pages, j’ai failli m’endormir… Il faut dire qu’il faisait froid dans mon salon !

Et que je n’ai pas l’habitude de la littérature Russe. Méconnaissance des us et coutumes, mais également des noms ont rendu difficile mon entrée dans cette histoire. Ainsi que pas mal de digressions de la part de l’auteur ! Mais j’ai tenu bon (il n’y a que 70 pages !) et au final, je me suis plutôt amusée de cette rencontre entre le diable et le forgeron.

*****

Un extrait :

“Soudain, un autre petit point apparut en face du premier, qui grandit, s’étendit, devint tout autre chose qu’un simple point. Un myope, eût-il chaussé son nez des roues de la voiture du commissaire en guise de lunettes, même alors, un myope n’aurait pu distinguer ce que c’était. Par-devant, on aurait juré un étranger : un petit groin effilé, qui était sans cesse en mouvement et qui flairait tout ce qui était à sa portée. Ce groin était terminé par une petite plaque ronde, comme l’est celui de nos cochons. Les jambes étaient si grêles que si le maire de Iareskov en avait de semblables, il les casserait dès la première “cosaque” qu’il danserait.”

*****

A lire ici en PDF (cette traduction est différente de celle que j’ai lue)

Un livre qui participe à l’objectif PAL chez Antigone, car je devais déjà le lire l’an dernier pour le Christmas Time chez Mya ainsi qu’au challenge Cette année, je (re)lis des classiques.

christmas time