Frankenstein – Halloween 6

FrankensteinFrankenstein

Ou le Prométhée moderne

Mary W. Shelley

Traduit de l’anglais par Joe Ceurvorst

Marabout (1978 / vo 1818)

*****

Lecture commune avec Hilde et Jojo

*****

St Pétersbourg, décembre 1817. Robert Walton, le narrateur de cette histoire, écrit à sa sœur Margaret Saville, en Angleterre. Il prépare une expédition pour le Pôle Nord. Il rêve d’y faire d’extraordinaires découvertes qui lui apporteraient la gloire.

Au cours de son périple, il a l’occasion de sauver un homme d’une mort certaine. En effet, celui-ci était moribond sur un traineau tiré par un seul chien lorsqu’il le recueille sur son bateau. Après plusieurs jours, l’homme se décide à lui conter son histoire.

Il commence son récit par une enfance heureuse auprès de parents aimants. Puis il décrit une insatiable curiosité pour les secrets de la nature après avoir découvert des ouvrages de Paracelse et de Corneille Agrippa. Déçu, il laissera tomber ces enseignements. Mais un nouvel enseignant, M. Waldman va lui redonner goûts à ceux-ci. Cependant, son intelligence, sa grande curiosité, sa soif d’apprendre, son désir de réussite vont le mener à sa perte…

*****

Étant un peu fatiguée ces temps-ci pour cause de reprise d’études, j’ai mis pas mal de temps à lire ce roman, qui m’a pourtant beaucoup plu. L’écriture est très belle, un soupçon “vieillotte” mais j’aime bien !

J’ai vu une des versions “films” de Frankenstein il y a bien longtemps, je pense que c’est celle de 1931 avec Boris Karloff. En faisant des recherches, j’ai vu qu’il existe plus de 60 films, sans compter les téléfilms et les séries TV !! Dans mon souvenir, Frankenstein c’était la créature. En fait pas du tout, c’est le savant, le docteur qui se nomme ainsi. La créature n’a pas de nom.

Alors que c’est le Dr Frankenstein qui raconte l’histoire, qui se sent coupable de ce qu’il a fait et veut se venger, ma sympathie est plutôt allée vers cette pauvre créature… En effet, d’une part, elle n’avait pas demandé à exister, d’autre part, avec un peu moins d’hostilité à son encontre, elle ne serait peut-être pas devenue ce monstre ! Et puis, Frankenstein est un peu fatigant à “battre sa coulpe” sans arrêt !

Bref, une lecture intéressante pour retrouver l’histoire d’origine !

*****

Une version “ado” du mythe de Frankenstein : Resurrectio

 C’est ma 6ème lecture (sur 13 prévues !)

Pour le challenge Halloween proposé par Lou et Hilde

Il participe aussi au Challenge 2022 en Classiques

2022

Et au Tour du Monde en 80 jours LIVRES

Chez Bidib

monde

Le chant des secrets – LC

secretsLe chant des secrets

Tamara McKinley

Traduit de l’anglais par Catherine Ludet

L’Archipel (2010)

*****

LC avec Blandine

*****

A peine née, Catriona Summers est présentée au public comme le veut la tradition. En effet, ses parents sont des artistes itinérants. Son père est directeur de music-hall et sa mère chanteuse. D’autres artistes, notamment Poppy, une danseuse, sillonnent les routes de l’arrière pays australien, l’outback, avec eux.

Quand Catriona a 10 ans, un nouvel acteur rejoint la troupe. Il s’appelle Francis Albert Kane. Un premier drame se joue quand Catriona atteint l’âge de 11 ans. Puis d’autres suivent. Cela ne l’empêchera pas de devenir, à force de travail et de ténacité, une grande chanteuse d’opéra.

Une vie pleine de péripéties, drames, petites joies et grandes peines cachées. Mais une fois à la retraite, il semblerait que le passé la rattrape et que ses lourds secrets doivent être dévoilés…

*****

C’est une lecture qui m’a emportée à une autre époque, dans un autre lieu. Un livre dépaysant et distrayant donc. Catriona est un personnage particulier, à la fois stricte (pour elle) et généreuse avec ses proches. Moi qui ne devine pas grand-chose en général (je n’essaie même pas !), là, j’ai deviné une partie de la fin. Ça paraissait trop évident.

Il y a des moments qui m’ont plu davantage que d’autres. Et il y a peu de repères temporels, ce qui peut être gênant pour certains.

Bref, un bon moment de lecture tout de même !

N’hésitez pas à aller voir ce que Blandine en a pensé.

*****

Un roman qui participe au challenge

LE TOUR DU MONDE EN 80 Jours LIVRES

proposé par Bidib

Australie

monde

Rêves de garçons – Laura Kasischke

LauraMois Américain

Rêves de garçons

Laura Kasischke

Traduite de l’anglais (usa) par Céline Leroy

Christian Bourgois éditeur (2007)

*****

Lecture Commune avec Hilde du Livroblog

*****

Années 70. Au camp de vacances des pom-pom girls de Pine Ridge.

Kristy Sweetland avait 17 ans à cette époque. Avec sa meilleure amie Desiree et une autre fille, Kristi, elles avaient décidé d’aller se baigner. Dans la Mustang rouge de Kristy, capote baissé, autoradio allumé et cheveux au vent, la route était à elles.

Kristi et Desiree étaient toutes deux très belles. Kristy avait conscience d’être un peu moins belle, mais elle était aimable et souriante. Depuis toute petite on lui avait assené que si elle souriait, tout irait bien. Alors elle souriait à tout le monde.

Ce jour-là, à la station service, lorsque Desiree, lui dit “Mais ne les regarde pas !” en montrant un vieux break rouillé avec deux garçons à l’intérieur, ça ne rata pas. Non seulement Kristy les regarda évidemment, mais en plus, elle leur sourit.

*****

Ce qui me frappe toujours quand je lis un roman de Laura Kasischke, c’est qu’en terme d’action, il ne se passe pas forcément grand-chose. Attention, on ne s’ennuie pas pour autant ! On fait connaissance avec les personnages, leur vie, leur entourage. Et le lieu où ils sont est très bien décrit, donnant même très envie d’y aller (bon sauf pour les cigales peut-être !). Mais en même temps, au fil des pages, il y a comme un malaise qui s’installe. Et qui grandit petit à petit.

Dès l’introduction, on sait qu’il va se passer quelque chose :

Tous les ans, on raconte des histoires autour du feu de camp. (…) Année après année, on répète les mêmes histoires – épouvantables, terrifiantes et véridiques – et il y a toujours des filles pour se cacher le visage dans les mains pendant le récit. (…) On commence par la baby-sitter qui, tard dans la nuit, monte à l’étage parce qu’elle a cru entendre les enfants sauter sur leur lit et qui les découvre égorgés dans la baignoire. (…) Puis celle-ci :

La jeune fille qui, un après-midi d’été, file en douce de Pine Ridge, la colo des pom-pom girls, avec deux copines dans une petite voiture de sport rouge, et qui sourit à deux garçons à bord d’un break mangé par la rouille…

On est d’accord que si ça commence comme ça, ça risque de mal finir, non ?

Une lecture qui m’a beaucoup plu !

J’aime énormément l’écriture délicate de cette autrice.

A découvrir de toute urgence si vous ne la connaissez pas encore !
*****

De cette autrice, déjà lus : A Suspicious riverLa couronne verte (Résumé sur les pages de l’éditeur)

Présenté sur ce blog, mon préféré pour le moment :  Esprit d’hiver

*****

Un roman qui participe au challenge

LE TOUR DU MONDE EN 80 Jours LIVRES” (USA)

proposé par Bidib

monde
Ainsi qu’au Mois Américain

Et pour en savoir plus sur Laura Kasischke

Kinderzimmer – roman

KinderzimmerKinderzimmer

Valentine Goby

Babel

Actes Sud (2013)

*****

Lecture commune avec Blandine

*****

Suzanne Langlois est dans une classe de terminale. Elle est venue raconter sa déportation, le quotidien du camp, la kinderzimmer.

Kinderzimmer, pour ceux qui n’ont jamais fait d’allemand, c’est la garderie, la chambre des enfants. Mais une question inattendue l’arrête dans son récit bien rodé. Une question simple, qui la perturbe pourtant parce qu’elle lui fait perdre le fil de son histoire. Et parce qu’elle doit réfléchir, se replonger dans ses souvenirs douloureux. Elle ne raconte plus, elle revit.

Elles sont quatre cents femmes moins les mortes en arrivant au camp. Mila le sait parce qu’on les a comptées avant de les envoyer en Allemagne. Elle est épuisée, mais les flashs, les aboiements des chiens, les cris des femmes l’empêchent de tomber. Mila est enceinte et a des nausées sans arrêt. Elle se demande si l’enfant est une chance ou non.

*****

Étrangement, en lisant ce roman, je n’ai pas pleuré. Ce n’est pas “tire-larmes” ni même émouvant. Non. C’est juste glaçant. Ce quotidien dans lequel nous sommes plongés, dans les Blocks du camp de concentration pour femmes de Ravensbrück, est tellement insoutenable, monstrueux, inimaginable.

Les phrases sont brutes, directes parfois hachées. Rien ne nous est épargné à nous pauvres lecteurs bien à l’abri dans nos maisons, le ventre plein. Comment se mettre à la place de ces femmes ? La faim, le froid, la crasse, la puanteur, les poux. Les maladies, la violence des soldats. Tenir. Il faut tenir. Le moindre moment de bonheur, une chanson, un souvenir permettent de tenir encore un peu. Alors un nouveau-né, promesse d’un avenir, rassemble les femmes.

Un récit à lire
*****

Extrait p. 25 : (Ce sont des prisonnières françaises qui parlent aux nouvelles venues)

Elles disent qu’il ne faut pas être malade, les malades sont les premières victimes des sélections, qui conduisent à des transports noirs vers d’autres camps, dont ne reviennent que des robes numérotées. Aussi, éviter le [revire], l’infirmerie, qui est un mouroir et vous désigne illico comme charge, plutôt que comme Stück exploitable chez Siemens ou au [betribe], l’atelier de couture. Au Revier on ne soigne pas. On est parfois empoisonné. On côtoie le typhus, la scarlatine, la coqueluche, la pneumonie. Éviter le Revier le plus longtemps possible. Mila entend. Le Revier, c’est la mort. La grossesse, à terme, c’est le Revier donc c’est la mort.

*****

Sur ce blog des médiathèques d’Antony, vous pourrez voir 2 vidéos : l’une de Valentine Goby, l’autre de Marie-José Chombart de Lauwe (la puéricultrice de la kinderzimmer)

Ce roman a obtenu de nombreux prix voir sur la page de l’éditeur

Sophie vous l’avait déjà présenté ici

De cette autrice, j’ai déjà lu et beaucoup aimé “Un paquebot dans les arbres“.

*****

Ce roman participe au challenge “LE TOUR DU MONDE EN 80 Jours LIVRES” (France)

proposé par Bidib

monde