Alabama 1963 – Roman policier

Alabama
Vous avez aimé “La couleur des sentiments ?”
Roman Policier Adulte

ALABAMA 1963

Ludovic Manchette & Christian Niemiec

Cherche Midi éditeur (2020)

*****

Nous sommes en Alabama, plus précisément à Birmingham, en août 1963. Une petite fille noire de 11 ans, Dee Dee a disparu. Ses parents sont allés voir la police à plusieurs reprises, sans grand succès. Des battues ont été organisées par les voisins, sans plus de succès. Au bout d’une semaine, ses parents se sont résignés à faire appel à un détective privé blanc, dont on leur a dit qu’il n’était pas cher -pour un blanc-. En arrivant chez Bud Larkin dans leurs habits du dimanche, Ellis et Lottie ne s’attendaient pas à trouver un tel bazar. On aurait dit qu’une bombe avait explosé à l’intérieur…

Les anciens collègues de Bud voulant lui faire une blague ont mis une annonce demandant une femme de ménage pour lui. Adela ayant malencontreusement perdu un de ses emplois va se présenter pour le poste. Et ils ne le savent pas encore, mais cela va changer beaucoup de choses pour plusieurs personnes.

*****

C’est bien un roman policier, il y a des meurtres et une enquête, mais dans lequel on retrouve un peu l’ambiance de “la couleur des sentiments” de Kathryn Stockett. Il y a d’ailleurs une allusion à une “Minnie” qui habite Jackson et a fait un sale coup à sa patronne… La tarte, vous vous souvenez ?

Bref. Les meurtres sont sordides mais il y a quand même un petit côté “feel good” grâce à différents personnages. Adela bien sûr. La charmante Miss Gloria. Et Shirley également. Sans parler du bougon Bud qui évolue plutôt bien au fil des pages. Le tout sur fond de ségrégation raciale, n’oublions pas que nous sommes dans le sud des USA en 1963…

Une lecture bien agréable !

*****

Voir ce qu’en pense le “web” sur Bibliosurf

Un roman lu dans le cadre du Mois Américain

Merci à Belette pour les logos !

Mon territoire – Tess Sharpe – Roman noir

territoire
Grand Prix des Lectrices de ELLE
dans la catégorie polar

Mon territoire

Tess Sharpe

Sonatine (2019)

*****

Une lecture commune avec Enna

*****

A l’âge de 8 ans, Harley voit sa mère mourir sous ses yeux. Quelques semaines après ce décès, elle voit son père, Duke, torturer puis tuer un homme. C’est aussi à ce moment là qu’elle rencontre Will, à peine plus âgé qu’elle et déjà orphelin. Il y a peu de personnes sur qui Harley peut compter. En plus de son père et Will, il y a Tonton Jake, le frère de sa mère et Mo qui s’occupe du motel des “rubinettes”, qui accueille des femmes battues ou en danger.

Au fil du temps, Harley va être “dressée” par son père pour prendre sa suite, gérer ses affaires et son territoire. Elle va apprendre à se battre, à tirer, à se défendre et beaucoup d’autres choses qu’on n’apprend pas à l’école. Fille d’un baron de la drogue, elle doit avant tout apprendre à survivre.

*****

Commencé il y a… 3 jours, j’ai eu du mal à le lâcher ! Le personnage principal est très bien campé, très fort mais on a envie de la protéger malgré tout. C’est un vrai “page-turner”. Pendant 3 jours, je n’attendais que le moment de pouvoir reprendre mon bouquin pour lire la suite. Les paragraphes alternent entre l’enfance d’Harley et le présent.

Il y a beaucoup d’action, de surprises et pas mal de violence aussi,
âmes sensibles s’abstenir.
Amateurs de romans noirs ou thrillers, foncez !
*

Ce roman m’a fait penser à un très beau roman graphique “Un hiver de glace” pour sa jeune héroïne plongée malgré elle dans un monde de drogue et de violence, mais qui se bat pour pour sa survie et celle de ses proches.

*****

Si je ne vous ai pas convaincu, d’autres avis par ici : Yvan (blog ÉmOtionS), Belette (The Cannibal Lecteur) et Blandine (Vivrelivre) grâce à qui je l’ai lu, merci !

Des éditions Sonatine, nous vous avons également présenté : L’empreinte et La disparition d’Adèle Bedeau

Un roman lu dans le cadre du Mois Américain (pas chez Titine cette année, elle prend une pause)

Merci à Belette pour les logos !

Chez Antigone

leurs enfants après eux – Roman

PRIX GONCOURT 2018
Roman

leurs enfants après eux ♥

Nicolas MATHIEU

Actes Sud (2018)

*****

LC avec Enna et Manika

*****

Août 1992. Heillange, une ville quelque part dans l’Est. Deux vies en parallèle. Celle d’Anthony, 14 ans, qui vit avec ses parents dans une petite maison et dont le père boit. Beaucoup.

Et celle d’Hacine, mineur aussi, qui vit avec son père en HLM, sa mère étant repartie au Maroc.

Il y a l’ennui des jours d’été, les pétards qui tournent, les bières fraîches que l’on ingurgite, le désir des garçons pour les filles et inversement. Il y a les potes avec qui l’on traîne. Le désœuvrement.

*****

En lisant mon résumé, je me dis que je ne “vends pas du rêve” et que je ne vais donner à personne envie de lire ce roman ! Pourtant, je l’ai adoré. Malgré ses 426 pages, je l’ai lu en 3 jours. On suit l’histoire de ces deux personnages sur 6 ans. Il y a de l’ennui, du sexe, de la drogue, de la violence et l’envie d’un ailleurs. Mais pas seulement. On voit aussi l’évolution de la ville, des mentalités. Il y a une vision du monde “cyniquement réaliste” et totalement décomplexée. Un roman beau et triste à la fois que certains pourront trouver déprimant. Moi j’ai trouvé qu’il jetait un rai de lumière cru sur la réalité.

Pas un feel-good c’est sûr, mais quel magnifique roman !
A lire !
*****

Prix “Goncourt présents sur ce blog :

Ceux que j’ai lu mais pas présenté sur ce blog :

  • Les noces barbares de Yann Quéffelec (1985) – Lu il y a longtemps, j’en garde le souvenir d’un livre terrible ! Mais j’avais bien aimé.
  • Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé (2004) ♥ J’ai adoré !
  • Trois jours chez ma mère de François Weyergans (2005) – Je n’en garde pas un très bon souvenir, je crois que je me suis ennuyée…

Et d’autres encore attendent gentiment dans ma PAL que je veuille bien leur prêter attention : Si une LC vous tente, n’hésitez pas !

  • Le feu d’Henri Barbusse (1916)
  • La condition humaine d’André Malraux (1933)
  • La vie devant soi d’Émile Ajar (alias Romain Gary – 1975)
  • Le rocher de Tanios d’Amin Maalouf (1993)
  • Un aller-simple de Didier VAN CAUWELAERT (1994)
  • Le Testament français d’Andreï Makine (1995)
  • Trois femmes puissantes de Marie NDiaye (2009)
  • Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari (2012)
  • Au revoir là-haut de Pierre Lemaître (2013)
  • Chanson douce de Leïla Slimani (2016)

Un roman que l’on m’a offert il y a déjà plusieurs mois…

Il participe donc à l’objectif PAL chez Antigone

Merci Blandine !

Les champs d’honneur – Roman

champsPremier roman

Les champs d’honneur

Jean Rouaud

Les éditions de Minuit (1990)

*****

Prix Goncourt 1990

*****

À partir du décès de son grand-père, dernier de 3 décès successifs, le narrateur remonte le fil du temps et nous parle de sa famille… Un roman constitué de 4 parties.
La 1ère nous parle donc du grand-père, de sa manie d’allumer sa cigarette au mégot de l’autre, même en conduisant sa 2 CV…
La 2ème raconte la vie et la mort de la tante Marie, très pieuse, presque une béguine et qui soignait tout le monde avec des prières adressées au Saint concerné selon le mal.
La 3ème parle du père, mais aussi de la guerre, des gaz de combats, de la souffrance de tous. La dernière partie est une sorte de conclusion.

*****

Je cherchais un livre pour participer au challenge de Blandine, du blog Vivrelivre sur la 1ère guerre mondiale. J’ai feuilleté celui-ci, trouvé dans ma bibliothèque, parce que je ne savais plus s’il parlait de la première ou de la seconde guerre mondiale. Puis j’ai commencé à le lire et je n’ai plus arrêté.

Cette chronique familiale, apparemment autobiographique, raconte l’histoire d’une famille française en Loire Inférieure (Loire Atlantique) des années 1900 à 1940. Par contre, si vous n’aimez pas les descriptions, passez votre chemin, ce roman n’est pas pour vous !

Ce n’est pas vraiment chronologique et pas toujours facile à suivre, malgré un style fluide. Les anecdotes sont nombreuses et souvent amusantes, même si le fond de l’histoire n’est pas très gai. Un roman que j’ai bien aimé pour son style.

*****

Un extrait : « C’est ainsi que Joseph vit se lever une aube olivâtre sur la plaine d’Ypres. Dieu, ce matin-là, était avec eux. Le vent complice poussait la brume verte en direction des lignes françaises, pesamment plaquée au sol, grand corps mou épousant les moindres aspérités du terrain, s’engouffrant dans les cratères, avalant les bosses et les frises de barbelés, marée verticale comme celle en mer Rouge qui engloutit les chars de l’armée du pharaon. L’officier ordonna d’ouvrir le feu. Il présumait que derrière ce leurre se dissimulait une attaque d’envergure. C’était sans doute la première fois qu’on cherchait à tuer le vent. »

*****

Un roman lu il y a déjà quelques années. Ce que je ne savais pas :

Les Champs d’honneur constitue le premier volet d’une suite romanesque qui se poursuit par Des hommes illustres (sur la figure du père), Le Monde à peu près (sur le deuil du père) et Pour vos cadeaux (portrait de la mère), et qui se clôt avec Sur la scène comme au ciel (la cérémonie des adieux), l’ensemble composant une sorte de livre des origines. (éditeur)

Lire les premières pages (site de l’éditeur)

Logo 1ere guerre 2021