L’espoir sous nos semelles – Roman Ado

espoirFeriez-vous 1000 kms pour sauver votre famille ?

Premier Roman (Ado 13+)

L’espoir sous nos semelles ♥

Aurore Gomez

Magnard Jeunesse (2018)

*****

Adélaïde Décembre dite « Juno » a décidé de tenter le « trek du Pownal » une course en montagne. Depuis la mort de sa mère, deux ans auparavant, son père s’est laissé couler. Juno a dû arrêter ses études et travailler à l’usine de poissons pour nourrir la famille. Au départ, elle avait pris le règlement du trek dans le supermarché pour s’occuper le temps que la pluie cesse. Puis, en voyant le montant remporté par le vainqueur, elle s’était prise à rêver et à envisager sérieusement d’y participer. Une façon rapide (mais pas si simple !) de sortir sa famille de la crise.

*****

L’espoir !

C’est ce qui les porte tous. L’espoir d’une vie meilleure, grâce à l’argent. Pour certains, celui de faire des études. Pour d’autres, faire vivre ses proches, ou les guérir. D’autres encore rêvent d’être reconnus à leur juste valeur. Certains espèrent pouvoir partir « ailleurs ». Juno, elle, espère gagner pour améliorer sa vie et celle de sa famille. Et pour pouvoir reprendre des études aussi. Pourtant, c’est un espoir d’un tout autre genre qui l’aidera à avancer dans les moments de doute ou de ras le bol.

J’ai lu ce roman en moins de deux jours. Juno est très attachante et malgré qu’il y ait peu d’espoir dès le début, on espère qu’elle va y arriver, qu’elle va gagner. Même si c’est un roman d’aventure (avec aussi un peu d’amitié, d’amour et de rebondissements), j’ai presque envie de dire que c’est un roman sur la motivation. Qu’est-ce qui peut pousser quelqu’un à se surpasser ? A aller chercher ses limites, quitte à se mettre en danger ? Chacun va apporter sa réponse. A la fin, je me suis demandée ce qui me motiverait suffisamment pour aller au bout d’un truc pareil…

Un très bon moment de lecture !

*****

Extrait (p. 8)

4.2. Chaque concurrent se voit remettre par l’organisation, la veille du départ :

  • un bracelet à fonction de balise GPS, monitorage de santé en temps réel, bouton SOS. En cas de casse ou de perte du bracelet, le concurrent doit envoyer via sa tablette un message avec une brève description de son état de santé ;
  • une caméra embarquée, fixée sur harnais ventral ;
  • une tablette connectée uniquement au profil du concurrent sur la plateforme technique et sur le site Internet du trek du Pownal ;
  • une fusée de détresse.

*****

D’autres avis : Bob et Jean-Michel, Blandine

Lire les 15 premières pages :

Ce roman participe au Challenge Petit Bac chez Enna

Catégorie Objet !

Et vu que ce roman traînait dans ma PAL depuis plus d’un an…

Il participe aussi à l’objectif PAL du 31 août chez Antigone !

Nous suivre et partager :
error0

Rendez-vous n’importe où – Album

rendez

Lettres, poésie, tendresse !

Album

rendez-vous n’importe où

Thomas Scotto & Ingrid Monchy

Éd. Thierry Magnier (2003)

*****

 » rendez-vous n’importe où« , c’est l’histoire d’une rencontre. Mais c’est surtout l’histoire de l’attente avant la rencontre. Jour après jour, « Monsieur » et « Madam’zelle » s’écrivent des petits mots. Des petits doux, légers, tendres. Des petits mots dans lesquels on ressent leur plaisir à l’idée de cette rencontre. Leur impatience, mais leur peur aussi. Et leur plaisir d’écrire et de lire les mots de l’autre.

*****

Les illustrations sont amusantes, colorées (de couleurs vives !), enfantines et parfois aériennes.

Mais ce qui m’a vraiment plu dans cet album, c’est le texte. Dans ces petits mots que s’envoient ces deux personnes, on sent vraiment tout un tas d’émotions. Deux personnes qui ne se connaissent pas, qui attendent de se rencontrer. Un petit moment de vie, une semaine,  fait de fébrilité, de désir, d’appréhension, de petits secrets révélés, de petites histoires un peu folles, de poésie et de tendresse.

Au passage, s’il ne les connaît pas encore, votre enfant pourra apprendre les jours de la semaine !

Un album que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire !!

*****

Du même auteur, Sophie vous a présenté un roman ado « Juste une étincelle« .

Le blog de Thomas Scotto

L’album n’était plus édité, il a bénéficié d’une campagne Ulule en 2017. Voir sur le site de l’auteur pour le commander.

*****

Et il participe au challenge « Je lis aussi des albums 2019 » bien entendu !!

Un livre qui participe aussi  à l’objectif PAL chez Antigone

Nous suivre et partager :
error0

Fuir encore – thriller ado

FuirUn polar captivant !

Roman à partir de 11/12 ans

FUIR ENCORE…
Pascale Perrier

Oskar éditions (2018)

*****

Présentation de l’éditeur : De son enfance, Romane garde l’image d’une fuite permanente. Mais pourquoi déménage-t-elle si souvent ? Pourquoi change-t-elle de nom à chaque fois ? Pourquoi ne sait-elle rien sur son père ? Sa mère lui a toujours expliqué qu’elles vivaient toutes les deux sous le régime de la protection des témoins. Et si Romane courait de graves dangers ?

*****

Fuir encore… est un polar original et captivant que l’on n’a pas envie de lâcher une fois commencé ! L’écriture est dynamique, il y a de multiples rebondissements et on ne s’ennuie pas une minute. Le secret qui entoure la vie de Romane et de sa mère gâche l’existence de la jeune fille, l’empêchant de vivre une vie normale. Et je n’ai pu m’empêcher d’avoir de la peine pour Romane, qui n’est pas responsable du passé de ses parents mais qui en subit les conséquences… A lire !

*****

Un extrait (p.5) : « De mon enfance, je garde l’image d’une fuite permanente, d’écoles dans lesquelles je suis toujours considérée comme « la nouvelle », de cartes d’identité découpées en petits morceaux avant d’être jetées à la poubelle, des secrets et de codes à apprendre par cœur, pour le cas où les choses tourneraient mal. Au fil des semaines et des déménagements, mon nom et mon prénom changent. Je m’appelle successivement Agathe Chaix, Lina Liez, Camille Vendrennes, Laure Triaize, et tant d’autres. L’histoire officielle de ma vie évolue en fonction des villes où nous nous installons. Tout est mouvant, jusqu’à ma date de naissance. A vrai dire, je ne me souviens plus de mon nom véritable. Ma mère dit que c’est sans importance ; il suffit que je me rappelle l’actuel. A la croire, ce qui compte, c’est le présent. »

*****

De la même autrice j’ai également beaucoup aimé : « Là-bas, tout ira bien »

Le blog de Pascale Perrier

Nous suivre et partager :
error0

Soldat Peaceful – Roman jeunesse

peaceful

Soldat Peaceful
Michael Morpurgo

Gallimard Jeunesse (2004)

*****

Tout au long de cette nuit, au cours de laquelle il ne veut pas dormir, Tommo Peaceful va se souvenir. Il se souvient de son premier jour d’école et de son grand frère Charlie qui s’occupait de lui et le défendait. Mais aussi de Big Joe, leur frère plus âgé qui n’est jamais allé à l’école et qui chante tout le temps « Oranges et citrons » (une comptine anglaise). De leur mère aussi, si heureuse avant la mort de leur père. Il se souvient aussi du trio qu’il formait avec Charlie et Molly, dont ils étaient tous deux amoureux… Il veut oublier où il se trouve, oublier ce qu’il va se passer demain. Oublier le futur, le présent. Se laisser bercer par le passé et les jours heureux.

*****

Pffouu… Qu’il est beau ce livre !

Mais qu’il est dur aussi !! On sent tellement l’amour qu’il y a dans cette famille, on partage leurs moments de joie et de tristesse. Et puis il y a la première guerre mondiale. Et le départ des frères pour cet enfer. L’entraînement d’abord, difficile, fatigant, pénible, mais qui n’est rien par rapport à ce qu’ils vont vivre ensuite dans la boue des tranchées. On visualise bien leur quotidien, fait d’un mélange de proximité, de fatigue, de peur, de stress, le tout dans le froid et la boue… J’ai toujours beaucoup de mal à comprendre comment ces hommes ne sont pas devenus fous !

Le livre en lui-même est très beau. Il ressemble à un vieux journal tâché, fermé avec une ficelle, un *bleuet glissé dessous.

*Bleuet : Le surnom de bleuet fut donné par les poilus de la Première Guerre mondiale aux soldats de la classe 1915, qui n’avaient pas connu les pantalons garances des uniformes de l’armée française porté par les soldats dès 1870 et qui fut remplacé cette année-là par le nouvel uniforme bleu horizon. (Merci Wikipédia)

C’est devenu un symbole commémoratif de la première guerre mondiale.

A lire !

*****

Du même auteur, également présentés sur ce blog : Le plus grand peintre du monde, Notre Jack et Cheval de guerre

*****

Ce roman participe au Mois Anglais, organisé par Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Merci à Belette pour les logos !

Les lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais

Il participe également au Challenge Première guerre mondiale chez Blandine

Et à l’objectif PAL chez Antigone

Nous suivre et partager :
error0