Papeete, 1914 – BD Ado/adulte

Papeete Papeete Papeete, 1914

Didier Quella-Guyot & Sébastien Morice
EPéditions (2014)
*****

T.1 : Rouge Tahiti / T.2 : Bleu Horizon

*****

Tahiti, 1er aout 1914, Simon débarque à Papeete. Dès le départ, on sent qu’il n’est pas là en vacances, qu’il cherche quelque chose ou plutôt quelqu’un…

Parallèlement, les militaires s’agitent, la guerre serait imminente, mais l’Europe est si loin et sans T.S.F, difficile d’être tenu au courant des dernières informations sur ce qui se passe à 18 000 kms… Et puis, est-on vraiment concerné ?

Il semblerait que oui, avec deux navires allemands qui se dirigent vers l’île.

A la fin de chaque tome, une petite partie documentaire nous raconte la guerre à Tahiti et comment cette bd a vu le jour.

*****

J’ai lu cette bd parce que j’avais adoré « Facteur pour femmes » des mêmes auteurs.

Mais j’avoue qu’à la fin du tome 1, j’étais un peu déçue… Ce qui ne m’a pas empêché de me précipiter sur le tome 2 !

Les illustrations sont toujours aussi belles et colorées, mais j’ai trouvé l’histoire du tome 1 un peu embrouillée… Il y a une enquête (liée à une histoire d’héritage) assortie d’une histoire d’amour, le tout sous couvert historique puisque c’est la 1ère guerre mondiale qui débute. A cela s’ajoute une seconde enquête puisque qu’il y a eu meurtre et des histoires de jalousie. Bref, un peu trop de choses mêlées. Vous savez quoi ? Je crois que je vais les relire !! ;)

Papeete

*****

Cette semaine, nous sommes chez Stephie

Une bd qui participe également au challenge « Première guerre mondiale » chez Blandine

Naissance des cœurs de pierre : deux destins tragiques

Naissance des cœurs de pierre est un roman puissant, qu’on lit d’une traite et qui nous anéanti… en nous donnant envie de vivre et d’aimer !

NaissanceRoman pour adolescents
Rentrée Littéraire 2017

Naissance des cœurs de pierre

d’Antoine Dole

Actes Sud Junior, 2017

***

Il est rare sur ce blog de voir un livre en doublon. Avec Nathalie on s’arrange, on surfe, on se laisse la place… et puis il y a des livres, comme Naissance des cœurs de pierre, qui méritent deux articles. Parce que vous avez peut-être manqué l’avis de Nathalie, et qu’il serait vraiment dommage de passer à côté de ce livre !

Jeb, 12 ans, doit rentrer dans le programme. C’est la loi du Nouveau monde. Un monde sans guerre, sans violence apparente. Une injection, des pillules, et tout le monde vit dans le calme. Pourtant Jeb n’est pas convaincu. Inquiet,  peu sûr de lui. Il entretient des rapports étranges avec sa mère, puisque celle-ci ne montre aucune émotion. Difficile de se construire dans ces conditions. Ce qu’il va découvrir dans le programme va l’inciter à douter.
En parallèle, dans l’Ancien monde, on suit Aude, lycéenne. Harcelée, elle se réfugie dans les bras de Mathieu, surveillant.

Deux destins qui font frissonner tant ils sont tragiques. Deux enfances perdues, qui mettent en perspective la part des émotions. Nouveau et ancien monde, la solution ne semble pas satisfaisante.

Antoine Dole réussi le tour de force dans Naissance des cœurs de pierre de superposer deux destins liées en nous cachant l’essentiel. Quand a chute s’ouvre à nous, on ne peut qu’être rattrapé par l’horreur. On a du mal à caser ce roman qui se présente comme de la dystopie. Si les indices sont là peu à peu le lecteur ne comprend que tard, trop tard.

Deux histoires révoltantes, deux ados attachants, deux adolescents déchirés, délaissés, repoussés. Parfois un seul mot peut tout changer. Impossible d’en dire plus, j’espère même avoir su me canaliser, car Jeb, Aude, Niline… sont vraiment des personnages à découvrir.  S’il y a des l’amertume dans ecs pages, il y a aussi une étincelle, un espoir, une volonté de dire les émotions. Vivre, aimer, souffrir. Dire, pour vivre vraiment.

Naissance des cœurs de pierre est un roman puissant, qu’on lit d’une traite et qui nous anéanti… en nous donnant envie de vivre et d’aimer !

Rage – Roman ado / adulte

rageRAGE ♥

Orianne Charpentier
Coll. Scripto
Gallimard Jeunesse (2017)
*****

On ne sait pas vraiment qui elle est, ni quel âge elle a, ni d’où elle vient. Une fille avec qui elle a fini par se lier d’amitié l’a surnommé « Rage ». Elle ne veut pas se souvenir de son nom d’avant, trop de violence, de peine, de souffrance s’y rattache. On sait qu’elle a vécu la guerre, subit la violence des hommes, qu’elle a été contrainte à l’exil, pour sauver sa peau. Partie avec sa famille, elle se retrouve seule, dans un pays qu’elle ne connait pas, la France, et dont elle ne connait pas la langue.

Elle est seule, traumatisée, se méfie de tout, de tous, et surtout des hommes. Un soir, elle récupère un chien blessé et maltraité. Elle tentera tout pour le sauver.

*****

A travers le parcours de Rage, c’est celui de tous les immigrés poussés hors de chez eux par la guerre que l’on peut suivre. Des gens obligés de quitter leurs foyers, leurs villes, leur pays, leur famille ou leurs amis pour seulement pouvoir survivre… Ils avaient une vie, un travail, des loisirs / Ils se retrouvent isolés par la barrière de la langue, mais aussi à cause de tout ce qu’ils ont vécu, de toute cette violence qu’ils ont subi.

« Rage » est un petit roman (100 p. environ) mais c’est un roman « coup de poing » qui prend aux tripes.

Lu dans le cadre d’une formation (j’avoue que le titre et l’illustration de couverture ne m’attiraient pas du tout !!), j’ai beaucoup apprécié cette histoire réaliste et tout à fait d’actualité, qui aidera peut-être à la compréhension de « l’autre », l’étranger, l’immigrant…

*****

Pour lire les 20 premières pages

D’autres avis : Bob et Jean-Michel, Lecture jeunesse

D’autres liens sur des livres aux thèmes similaires dans ce billet

Un océan d’amour – Bd sans texte

Océan OcéanUn océan d’amour ♥

Lupano & Panaccione
Delcourt/Mirages (2014)
*****

Nous sommes en Bretagne. Un pêcheur se lève, mange la galette aux œufs et au lard préparée par sa bigoudène de femme, écoute la météo (voir planche de droite) , termine de se préparer, puis s’en va. Il fait encore nuit. Il réveille son second, endormi sur un cordage et c’est parti, ils larguent les amarres…

Début de matinée, la pêche n’est pas bonne, beaucoup de détritus mais pas de poissons. Le temps de boire un café, pour se réchauffer et faire une pause et… Le choc ! Le petit bateau de pêche est pris dans les filets d’un énorme bateau-usine…

Le soir, la femme du pêcheur l’attend au port, en vain.

*****

J’avais vu ce roman graphique à sa sortie, mais la couverture ne m’attirait pas du tout. Mais alors, vraiment pas du tout !! Ce qui fait que malgré le fait que j’ai entendu moult bonnes, voir très bonnes critiques sur cette bd, je n’arrivais pas à me décider à la lire… Et en plus une bd sans texte ? Pffouuu…

Et puis, dernier jour de boulot, je cherche ce que je vais prendre pour lire pendant mes vacances… Et je tombe sur… Un océan d’amour. Bon allez, on verra bien !

Mais qu’est-ce que je suis bête parfois ! Je me donnerais des claques… Je sais pourtant que la personne qui m’a parlé la première de cette bd est une super conseillère (oui Béa, je parle de toi !) Pourquoi est-ce que je ne l’ai pas écoutée avant ???

*****

Un océan d’amour est tout simplement une superbe bande dessinée, à côté de laquelle vous ne pouvez pas, vous ne devez pas passer !! Du texte on ne peut rien dire, il n’y en a pas. Mais il y a bel et bien un scénario et il est magnifiquement mis en image par Grégory Panaccione que je ne connaissais pas, mais dont j’aime beaucoup le trait, tout en rondeur, en douceur et plein d’humour.

Quelle magnifique bd !!! ♥ Un gros coup de cœur !!

Encore une que j’ai relu en écrivant cette présentation…

Une que je note d’acheter pour offrir, tellement elle est pleine d’amour (et d’humour !)

Océan

http://images.huffingtonpost.com/2015-01-15-580x100PrixBDhuff.jpg

Du même auteur, Lupano, nous vous avons présenté : Le singe de Hartlepool présenté par Sophie puis, plus récemment par moi, Les vieux fourneaux, Ma révérence

Le blog de l’illustrateur Grégory Panaccione

Pour voir une chouette bande annonce russe présentée et mise en musique c’est par ici

Les avis de : Jacques, Noukette, Mo’, Le petit carré jaune et Moka

parenthèse

C’est Moka qui nous accueille cette semaine !