Le pays du fond de la classe – Album

paysOde à la rêverie…

Album

Le pays du fond de la classe ♥
Didier Lévy & Barroux

Éd. Frimousse (2017)

*****

« J’habite un pays lointain, près de la plante verte et des dictionnaires. Le pays du fond de la classe. J’y suis bien, presque transparent. Pour être presque transparent, il ne faut surtout pas essayer de se cacher de la maîtresse. Il suffit d’être là et de faire comme si de rien n’était. Pas un bruit. Pas un geste brusque. Respirer tranquillement… »

*****

Voilà une histoire qui m’a beaucoup plu !

Ayant moi-même assez souvent la tête dans les nuages, je suis très vite partie à la suite de ce petit garçon rêveur. A travers les quelques traits de son visage, on sent son plaisir, le bonheur qu’il a à se laisser porter par ses rêveries… Il se sent léger et nous aussi ! Il voyage, plane, survole les villes, les champs et les mers. Et il va de plus en plus haut, de plus en plus loin. Il rencontre d’autres voyageurs, d’autres rêveurs…

Évidemment, la maîtresse, pas dupe, va se charger (gentiment !) de lui ramener les pieds sur terre. Mais… Chut ! Je ne vous dis rien, vous verrez bien !!

Les illustrations sont un mélange de couleurs vives (beaucoup de vert et d’orange à l’image de la couverture) et de personnages juste esquissés au crayon (ou au stylo ou à la plume, je ne sais pas !). Le mélange des deux est amusant et participe à cette impression de légèreté.

Un bel album que je vous invite vivement à lire et / ou à offrir !

*****

Du même auteur : le magnifique « Tangapico » que j’avais adoré !

Illustré par Barroux, nous vous avons déjà présenté : Ogre, cacatoès et chocolat (2ème album de l’article)

Lien vers le site de l’illustrateur, Barroux.

L’avis de Blandine

*****

Il participe au challenge « Je lis aussi des albums 2019 ».

Nous suivre et partager :
error0

Les petites distances – BD adulte

distances

Une jolie bd, triste et drôle à la fois…

Les petites distances ♥
Camille Benyamina & Véro Cazot

Casterman (2018)

*****

Max a un problème. Sa petite copine a oublié qu’il existait lorsqu’elle a rencontré un autre homme. Ses collègues de boulot ne se souviennent jamais de son prénom. Max se sent inconsistant, voire inexistant… Et plus ça va, plus il devient « transparent ».

Léonie a aussi un problème. Elle voit des choses. Des choses qui, à priori, n’existe pas (en tous cas, elle seule les voit !) et elle est aussi un peu maniaque.

*****

J’ai lu, ici et là, qu’il s’agissait d’une comédie romantique. J’avoue ne pas être tout à fait d’accord. Pour une comédie, ce n’est pas franchement drôle, même si pas mal de passages sont plutôt amusants. Et ce n’est pas si léger qu’on pourrait le croire… Sinon, je trouve qu’il y a bien plus de sexe que de romance !

Max a des problèmes pour s’affirmer et il finit par disparaître tellement il manque de « corps » comme lui dit sa psy (qui est la 1ère à l’oublier !). Et que dire de Léonie, qui est visiblement malade (schizophrène ?) puisqu’elle voit des choses qui n’existent pas ? C’est la partie pas drôle.

Ce qui est plus réjouissant, ce sont les discussions entre copines… Je vous passe les détails, vous irez lire ! Quelques pages érotiques font qu’on réservera cette bd aux adultes (ou grands ados !)

Une histoire originale et pleine de sensibilité qui m’a beaucoup plu, entre réalité et fiction, entre maladie et imaginaire. Et j’ai adoré les illustrations ! Cet orange rayonnant qui va si bien à Léonie, ces couleurs et ce trait tout doux, ces dessins parfois sans « cases », tout m’a plu !

Une bd qui m’a charmée par ses illustrations et sa douceur !


https://www.casterman.com/casterman_img/Produits_planches/9782203099975/9782203099975_5.jpg

Pour feuilleter quelques pages sur le site de l’éditeur

Le site de l’illustratrice Camille Benyamina

Une bd vue chez Moka et LePetitCarréJaune

Cette semaine, ça se passe chez Moka, Au milieu des livres

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

L’Auberge de Nulle Part – Innocenti

AubergeL’Auberge de Nulle Part

J. Patrick Lewis & Roberto Innocenti

Gallimard (2002)

* * *

Par un morne après-midi, un artiste s’aperçut qu’il avait perdu son imagination. Mais était-elle juste égarée ou réellement perdue ? Lui, l’artiste, le peintre, qu’allait-il devenir sans elle ? Il décida donc de partir à sa recherche… Il rangea, puis ferma, sa petite maison et monta dans sa 4L rouge, qui, étonnement, semblait savoir où elle allait… Après plusieurs heures de trajet, la 4L finit par s’arrêter devant une extraordinaire auberge battue par les flots.

* * *

Et me voilà béate d’admiration (et d’envie !) devant cette magnifique double-page montrant une vieille maison de pierre posée sur le sable, devant une mer déchaînée qui n’est pas sans rappeler « la vague » d’Hokusai. Un ciel nuageux dans le soleil couchant, quelques mouettes et macareux complétant le tableau. Et notre peintre, indécis, qui se tient devant le perron, sa valise à la main…

J’ai tout aimé dans cet album : l’histoire et les illustrations bien sûr, mais aussi l’ambiance, les couleurs et toutes ces références à d’autres imaginaires ! Si vous ne trouvez pas tout, la postface vous aidera à reconnaître tous les invités de cette histoire comme « la petite sirène », « Huckleberry Finn », « le baron perché » ou encore « Antoine de Saint-Exupéry » (et bien d’autres !) Un album qu’on peut bien sûr lire aux enfants, mais dans lequel les parents verront bien d’autres choses…

Ce que j’ai « entendu » dans cette histoire, c’est que notre imaginaire se nourrit de celui des autres ! Autrement dit, lisez, regardez, soyez curieux ! 

* * *

Roberto Innocenti a reçu le prix Hans Christian Andersen en 2008 pour l’ensemble de son œuvre.

De cet illustrateur, je vous ai déjà présenté « La petite fille en rouge » et « La maison » (2ème album présenté) et Rose Blanche.

Une interview de l’illustrateur Roberto Innocenti sur le site du CRILJ (Centre de Recherche et d’Information sur la Littérature pour la Jeunesse)

Quelques recherches sur l’auteur et cet album m’ont permis de découvrir l’existence du Musée de l’illustration jeunesse qui se trouve à Moulins. Une bonne raison de plus pour aller en Auvergne !

* * *

Petit commentaire de Sophie : « J’ADORE Innocenti, et surtout cet album!!!  »

Réponse de Nath : Moi aussi, j’ADORE Innocenti et cet album ! ;)

* * *

D’autres que nous l’aiment aussi (et en plus elles ont mis plein de photos !) : Le bazar littéraire, Colimasson

challenge albums 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre et partager :
error0

2017 : ce mois-ci, j’ai lu aussi…

201720172017

* * * * * * * * * *

Les filles au chocolat T.1 : Cœur cerise : Bd fidèle au roman

De Raymond Sébastien et Anna Merli – éd. Miss Jungle (2017) – Adapté par V. Grisseaux d’après le roman de C. Cassidy

Cherry et son père Paddy s’installent en Angleterre chez Charlotte, sa nouvelle compagne qui a quatre enfants. Cherry est ravie de faire partie d’une famille nombreuse. Mais à peine arrivée, elle va craquer bien malgré elle pour Shay, le petit copain de Honey. Voilà qui ne va pas arranger la cohabitation déjà difficile avec Honey, la seule à ne pas accepter son nouveau beau-père ! Alors que tous participent à la création d’une fabrique artisanale de chocolats, Cherry se retrouve partagée entre l’affection pour ses nouvelles sœurs et le charme irrésistible de Shay…

J’ai lu le premier tome de cette série en roman et je dois dire que, selon mes souvenirs, cette bd est tout à fait fidèle au roman. Par contre j’avoue ne pas avoir tellement accroché aux dessins (un peu trop style « manga ») et couleurs (trop sirupeuses pour moi !! Et pourtant, j’aime le rose.)

* * * * * * * * * *

Manga : Les aventures de Tom Sawyer

De Mark Twain & Aya Shirosaki (ill.) – Éd. Nobi Nobi ! (2015)

Garnement espiègle, Tom Sawyer n’a rien contre l’école, surtout quand on y croise de jolies filles comme Becky Thatcher. Seulement, à choisir, il préfère de loin faire les 400 coups et partir à l’aventure avec son ami Huck le vagabond pour jouer aux pirates ou aux bandits. Mais un soir, dans un cimetière désert, les deux compères sont les témoins d’un crime bien réel ! Cette expérience va bouleverser leur quotidien, car le terrible Joe l’Indien, avide de vengeance, court toujours…

Si je ne suis pas fan de manga (j’essaie pourtant, mais rien à faire, je bute sur le sens de lecture et sur le style des dessins !), j’adore, par contre, les aventures de Tom Sawyer ! Mais j’avoue que je préfère de très loin la version roman… Tant mieux si cette version permet de faire connaître cette jolie histoire !

Sur le site de l’éditeur, vous pourrez voir les premières pages.

* * * * * * * * * *

Ourse et lapin T.1 : Drôle de rencontre

De Julian Gough & Jim Field – Éd. Flammarion Père Castor (2017)

En plein hiver, Ourse se réveille en sentant l’odeur du miel, du saumon et des larves de hanneton. Elle est surprise de voir qu’il neige et que le printemps est encore loin, mais décide de profiter de l’occasion pour faire un bonhomme de neige. En roulant une boule de neige, elle rencontre un lapin grincheux et savant.

J’ai bien aimé cette petite histoire d’amitié qui est fraîche, tendre et très drôle ! Les illustrations sont, de plus, très originales (N & B et vert) et donnent une grande impression de douceur.

Sur le site du magazine « petit quotidien » vous pourrez faire défiler les premières pages.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre et partager :
error0