Au fil du temps de Guillaume Olive et He Zhihong #album

Au fil du temps est un voyage au rythme des saisons, en compagnie du Temps

Au fil du temps

Album pour la jeunesse dès 3 ans

Au fil du temps

de Guillaume Olive
et He Zhihong

Les éditions des éléphants,
illustrations de He Zhihong,
janvier 2021,
32 pages, 14 euros

***

Thèmes: temps, cycle des saisons, philosophie, amour maternel

 

Présentation de l’éditeur: “Le temps, quest-ce que cela veut dire? En interrogeant la nature autour d’elle, la fillette découvre qu’il n’y a pas qu’une seule réponse à sa question (…)”

 

Ce superbe album illustre à merveille la course du temps qui, inexorablement, transforme les êtres vivants tout en préservant les paysages. Ainsi la montagne subit-elle ses assauts sans conséquences tandis que l’arbre perd ses feuilles quand vient l’hiver.

 

Au fil du temps aborde de manière délicate les grands changements du cycle de la vie. Que ce soit le texte poétique de Guillaume Olive ou encore les sublimes illustrations de He Zhihong le lecteur est transporté dans un univers de douceur. Là où chaque instant se vit intensément, avec joie et gratitude. La délicatesse des traits et les tons pastels apportent réellement un plus au récit. J’aime beaucoup le travail de He Zhihong (que je ne connaissais pas).

Au fil du temps est donc un bon album pour faire découvrir aux jeunes enfants la notion du temps et du cycle des saisons. D’un point de vue philosophique, on y apprend que certains sentiments sont immuables.

En somme, Au fil du temps est un bel ouvrage à mettre entre toutes les mains!

~Melissande~

 

+ Deux autres albums sur le thème des saisons, présentés par Nathalie: Les souris des quatre saisons. Le printemps et L’été de Jill Barklem

+ Une bibliographie des autres oeuvres de He Zhihong sur le site ricochet-jeunes.org

“Un monde à inventer” de Stéphanie Demasse-Pottier et Magali Dulain

Un album en noir et blanc reflétant à merveille le pouvoir de l’imagination

Album pour la jeunesse dès 7 ans

Un monde à inventer
de Stéphanie Demasse-Pottier
et Magali Dulain

Editions L’étagère du bas, octobre 2020,
32 pages- 13,20 euros

***

Thèmes: art, imagination, expressions artistiques, monde intérieur

***

 

Présentation de l’éditeur: “Une petite fille se promène au gré de ses réflexions, de ses inspirations et de ses découvertes. Le chemin de la création est sans fin… Au fil de sa promenade, au milieu des arts, l’enfant finira-t-elle par trouver son propre chemin?”

 

Cet album en noir et blanc est une véritable ode à l’imagination. Il explore avec délicatesse les différentes formes d’expression artistique.

Sur la première double-page d’Un monde à inventer, une étrange petite fille à la chevelure sumontée d’un paysage se met en mouvement. Elle découvre un carnet sur le sol et s’interroge. Sur la page de garde, elle se saisit du carnet et l’aventure peut commencer…

Les décors sont sobres et stylisés. Notre héroïne évolue dans son propre monde, un univers qu’elle façonne au gré de ses envies et de ses besoins. C’est un très beau message que nous livrent les illustrations de Magali Dulain et le texte de Stéphanie Demasse-Pottier.

Pour animer cet album original, Magali Dulain a utilisé une seule technique: un crayon épais noir. Et cela a donné naissance aux dessins épurés d’Un monde à inventer. Quant au récit, il est simple et efficace. En effet, en quelques lignes, Stéphanie Demasse-Pottier parvient à donner corps aux plus belles formes de créativité. On y retrouve le dessin, la peinture ou encore la musique. La danse y est même représentée sur les 3ème et 4ème de couverture.

La petite fille (dont on tait le nom) s’initie donc à tous les arts, y compris la photographie. Elle se cherche en réinventant son monde.

Un monde à inventer est donc un ouvrage peu commun, poétique et novateur. Quelle meilleure manière de faire prendre conscience aux enfants qu’ils possèdent tous un don qu’il leur faudra exploiter afin de faire vivre leur monde intérieur?

En somme, une très belle découverte!

 

~Melissande~

 

+La chronique de Un monde à inventer, par Nicole Tharin sur ricochet-jeunes.org

+Un autre album évoquant la poésie de l’enfance:   Tu te souviens de Zoran Drvenkar et Jutta Bauer (présenté par Nathalie)

La naissance du printemps de Roxanne Marie Galliez et Eric Puybaret

La naissance du printemps est un très beau conte sur l’origine du monde. A découvrir!

Album pour la jeunesse dès 6 ans

La naissance du printemps

de Roxanne Marie Galliez

et Eric Puybaret

Editions Balivernes, avril 2019,
ill. d’Eric Puybaret,
32 pages, 14 euros

***

Thèmes: mythe, printemps, origines, amour

***

 

 

Présentation de l’éditeur: “L’Histoire commence bien avant l’arrivée des Hommes… Parmi toutes les divinités, Orithye la nymphe a le pouvoir de donner des couleurs à la vie et Borée est le vent sauvage, furieux et incontrôlable. Ces deux êtres si différents vont s’apprivoiser, se perdre, se retrouver et s’aimer. Et de leur union naîtra le printemps.”

 

Quel magnifique album ! Comme toujours, les éditions Balivernes se sont surpassés pour nous offrir une fable poétique et tendre. Le texte et les illustrations délicates de La naissance du printemps sont tout simplement sublimes !

 

L’histoire d’amour entre Orithye et Borée est peu commune, que voilà une jolie façon de faire naître le printemps! Et ces décors dignes des plus beaux contes de fées ravira petits et grands. Dans La naissance du printemps, c’est tout un univers mythique bien mystérieux qui se déploie sous nos yeux.

 

Eric Puybaret est un illustrateur de talent, ses dessins décrivent parfaitement les émotions d’Orithye. Tout en finesse, l’amour de ses deux êtres que tout oppose prend vie sous nos yeux. C’est un déploiements de formes et de couleurs fabuleuses. Le texte de Roxanne Marie Galliez est enchanteur, cet amour surprenant est une ode à la vie.

 

ill. Furet.com

Je ne connaissais pas du tout leur travail mais j’ai vu récemment que Roxanne Marie Galliez et Eric Puybaret ont collaboré sur un autre l’album intitulé “J’ai laissé mon âme au vent”. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire mais ça ne saurait tarder!

La naissance du printemps est donc un très bel ouvrage. Je vous le recommande chaleureusement!

 

~Melissande~

 

+Un album original sur un mythe célèbre, présenté par Nathalie: Le fil d’Ariane. Mythes et labyrinthes de Jan Bajtlik

+ Un autre mythe dans une version moderne, également présenté par Nathalie: Orphée et la morsure du serpent d’Yvan Pommaux

Le poisson qui me souriait de Jimmy Liao

Le poisson qui me souriait est une très belle histoire d’amitié, hors du commun

Album pour la jeunesse dès 7 ans

Le poisson qui me souriait

de Jimmy Liao

Editions HongFei, mars 2021,
hors collection,
texte et illustrations de Jimmy Liao,
104 pages- 14,90 euros

 

Thèmes: poisson, mer, liberté, amitié

 

Après le magnifique Nuit étoilée, c’est sans aucune hésitation que je me suis plongée dans cette nouvelle histoire de Jimmy Liao. Dans Le poisson qui me souriait, il y a un côté délicieusement absurde que j’ai adoré. Rêve et réalité s’entrelacent savamment afin de faire vivre au lecteur une aventure hors du commun.

 

On sent que l’auteur a un lien étroit avec la nature. En effet,  le message véhiculé par Le poisson qui me souriait est un véritable appel à la liberté. Et la liberté, ce n’est pas tourner en rond dans un aquarium simulant un environnement aquatique…

 

Le poisson qui me souriait raconte l’histoire d’un homme attiré par un poisson qui, comme le titre l’indique, sourit constamment. Ce poisson semble heureux de sa condition. Mais au fur et à mesure, cette cohabitation singulière va permettre à l’homme d’ouvrir les yeux sur une situation affligeante.  Cette fois je n’ai pas mis le résumé de l’éditeur car il raconte comment l’histoire se termine. Et ce serait dommage de gâcher le plaisir d’une si belle lecture!

À l’instar de Nuit étoilée, le texte et les illustrations sont l’oeuvre de Jimmy Liao. Pour Le poisson qui me souriait, Jimmy Liao a principalement utilisé une palette de tons froids au début du récit. Par la suite, grâce à l’introduction de notes de jaune et de vert fluorescent, les bleus dominants font place à des couleurs plus lumineuses. Les décors sont assez minimalistes; seul le dessin de la ville est plus détaillé. Cette sobriété met parfaitement en valeur les personnages.

 

J’apprécie beaucoup l’illustration  de couverture. On y voit parfaitement le contraste entre la ville synonyme d’entrave à la liberté et l’immensité de la mer. C’est un album qui invite le lecteur à réfléchir sur diverses notions. Les sentiments de l’homme sont légitimes mais n’est-ce pas une forme d’égoïsme au final?

 

À lire!

 

~Melissande~

 

+ Sur le même sujet: Amélie et le poisson de Helga Bansch, présenté par Nathalie

+ Un album humoristique présenté par Nathalie: Totoche et le poisson malheureux de Catharina Valckx