Histoire merveilleuse d’un tigre amoureux

TigreLa belle et la bête, vous connaissez ?
Dès 7 ans

Histoire merveilleuse d’un tigre amoureux ♥

Shen Qifeng

Illustré par Agata Kawa

Traduit du chinois par Chun-Liang Yeh

HONGFEI (2022)

*****

Il était une fois, dans le pays de Qinchuan, au cœur de la Chine, une jeune fille qui s’appelait Huo Xiaoying. A 15 ans, elle avait la grâce d’un bouton de pivoine. Et elle était aussi douce et généreuse. Sa beauté n’avait pas échappé à Mr Xue, un voisin peu recommandable. Mais les parents de la jeune fille refusèrent de lui donner sa main. Celui-ci se vengea d’une terrible façon : il fit accuser le père de Xiaoying d’un méfait et le fit jeter en prison. Il en mourut. La jeune fille fit alors un étrange rêve. Quelqu’un réussissait à venger son père, la demandait en mariage et s’occupait avec dévouement d’elle et de sa mère.

*****

Vous pouvez vous douter de la suite. La famille sera vengée par un tigre, amoureux de la jeune fille. Mais je n’en dis pas plus, car là s’arrête la ressemblance avec “La belle et la bête”. Et c’est toute l’originalité de ce conte classique chinois du XVIII ème siècle, qui ne se termine pas comme on pourrait l’imaginer (comme moi je l’avais imaginé en tous cas…)

L’objet-livre est très beau et de belle qualité.

Le dos est en tissu avec les lettres du titre embossées (en “creux”) , les livrets sont cousus et le papier épais. Je le note parce que dans cette époque de “vite-fait”, on rencontre beaucoup de livres dont les pages se décollent (y compris chez de “grands” éditeurs…). Donc j’apprécie vraiment le soin apporté par certains éditeurs à leurs ouvrages. Et en plus, c’est vraiment plaisant visuellement et au niveau du toucher.

Que dire des illustrations ? Je les trouve magnifiques ! C’est très coloré (couleurs chaudes !) plein de détails, de fleurs, d’arabesques et de courbes, j’adore !!

Un très beau conte magnifiquement illustré.

A lire !

*****

N’hésitez pas à aller feuilleter quelques pages (site de l’éditeur)

Le site de l’illustratrice (qui est aussi plasticienne)

Son compte Instagram

Un conte qui participe à plusieurs challenges

2022 en classiques, Le Tour du Monde en 80 livres (Bidib) – Le challenge Contes et Légendes (Bidib)

2022monde légendes

Un album qui participe au Petit Bac d’Enna

3ème ligne – Catégorie Animal

Ouest

L’enfant renard de Laure Van der Haegen

L’enfant renard : Un superbe album pour apprendre à grandir

Album pour la jeunesse dès 7 ans

L’enfant renard

de Laure Van der Haeghen

Editions HongFei, ill. de Laure Van der Haeghen, octobre 2021, Hors-collection, 44 pages- 16,50 euros

Thèmes: amour, enfance, grandir, renard, socialisation

 

Présentation de l’éditeur: “Nous habitions une petite maison derrière laquelle se trouvait une grande forêt. C’est là que mon aventure a commencé.”

 

Cet album est magnifique! Véritable cri d’amour d’une mère à son enfant, les mots sont tendres et poétiques.

A travers ce récit, la protagoniste se livre à cœur ouvert sur sa relation complexe avec son jeune fils (un renard donc au début du récit).  Comme tout animal sauvage, le renardeau cherche à vivre en liberté; ce qui implique de quitter le foyer rassurant pour vivre au-dehors et faire ses propres expériences, loin de sa génitrice.

Aimante et compréhensive, cette dernière ne le retient pas à tout prix. Elle sait dans son cœur de mère que son petit lui reviendra d’une façon ou d’une autre. Et petit à petit, ils s’apprivoisent et apprennent à vivre ensemble.

Les illustrations, tout autant que le texte, valent le coup d’œil. D’une finesse remarquables, elles dépeignent à merveille l’univers clôt de ces âmes qui se cherchent. Laure Van der Haegen est une excellente conteuse!

Un très bel ouvrage , sensible et délicat, que je vous recommande chaleureusement!

 

~Melissande~

 

+ Un album un peu différent mais qui questionne sur la fin de l’enfance: L’amie en bois d’érable de Delphine Roux et Pascale Moteki

 

+Une belle découverte de Nathalie: Renard & renard de Max Bolliger et Klaus Ensikat

Hue ! Colette – Album Bébé

HueLes animaux et leurs cris
Album pour bébés

Hue ! Colette

Catherine Louis

HongFei (2021)

*****

Quand j’ai reçu ce livre, j’ai cru qu’il avait été abîmé pendant le transport à cause de ces traces blanches que l’on voit sur la couverture ! Mais pas du tout, c’est la technique utilisée, la gravure, qui donne ces nuances au noir.

A chaque double page, on voit la silhouette d’un animal avec son petit accompagnée d’une onomatopée représentant son “cri”. Puis une phrase courte donnant le nom de l’animal et de son cri. Dans l’image ci-dessous, c’est “La poule caquette et le poussin piaule”. (J’ignorais que le poussin avait un cri particulier !!)

Il y a 11 pages et 10 animaux présentés toujours sur le même modèle. Sauf pour les deux dernières pages, où il y a une petite “pirouette” amusante. Son petit format et ses coins arrondis sont parfaits pour les petites mains. Et parfois pour se faire les dents aussi…

Le fort contraste est idéal pour les tout-petits (qui voient mal à la naissance). Le tout en fait un très bon cadeau pour un bébé entre 0 et 1 an !

A lire : Un article sur le développement de la vision chez le tout petit (0-1 an).

*****

D’autres livres très contrastés (et pas forcement en Noir & Blanc) pour bébé : La trilogie des bébés de Florian Pigé – La collection Cartoons de Layla Benabid – L’univers de Milton (plus vers 2/3 ans)

Et l’excellente collection “Bon pour les bébés” de Thierry Dedieu (que je n’ai pas encore présentée, on se demande bien pourquoi ???)

*****

Un album qui participe au Challenge Petit Bac d’Enna

1ère ligne – Catégorie Ponctuation

Le poisson qui me souriait de Jimmy Liao

Le poisson qui me souriait est une très belle histoire d’amitié, hors du commun

Album pour la jeunesse dès 7 ans

Le poisson qui me souriait

de Jimmy Liao

Editions HongFei, mars 2021,
hors collection,
texte et illustrations de Jimmy Liao,
104 pages- 14,90 euros

 

Thèmes: poisson, mer, liberté, amitié

 

Après le magnifique Nuit étoilée, c’est sans aucune hésitation que je me suis plongée dans cette nouvelle histoire de Jimmy Liao. Dans Le poisson qui me souriait, il y a un côté délicieusement absurde que j’ai adoré. Rêve et réalité s’entrelacent savamment afin de faire vivre au lecteur une aventure hors du commun.

 

On sent que l’auteur a un lien étroit avec la nature. En effet,  le message véhiculé par Le poisson qui me souriait est un véritable appel à la liberté. Et la liberté, ce n’est pas tourner en rond dans un aquarium simulant un environnement aquatique…

 

Le poisson qui me souriait raconte l’histoire d’un homme attiré par un poisson qui, comme le titre l’indique, sourit constamment. Ce poisson semble heureux de sa condition. Mais au fur et à mesure, cette cohabitation singulière va permettre à l’homme d’ouvrir les yeux sur une situation affligeante.  Cette fois je n’ai pas mis le résumé de l’éditeur car il raconte comment l’histoire se termine. Et ce serait dommage de gâcher le plaisir d’une si belle lecture!

À l’instar de Nuit étoilée, le texte et les illustrations sont l’oeuvre de Jimmy Liao. Pour Le poisson qui me souriait, Jimmy Liao a principalement utilisé une palette de tons froids au début du récit. Par la suite, grâce à l’introduction de notes de jaune et de vert fluorescent, les bleus dominants font place à des couleurs plus lumineuses. Les décors sont assez minimalistes; seul le dessin de la ville est plus détaillé. Cette sobriété met parfaitement en valeur les personnages.

 

J’apprécie beaucoup l’illustration  de couverture. On y voit parfaitement le contraste entre la ville synonyme d’entrave à la liberté et l’immensité de la mer. C’est un album qui invite le lecteur à réfléchir sur diverses notions. Les sentiments de l’homme sont légitimes mais n’est-ce pas une forme d’égoïsme au final?

 

À lire!

 

~Melissande~

 

+ Sur le même sujet: Amélie et le poisson de Helga Bansch, présenté par Nathalie

+ Un album humoristique présenté par Nathalie: Totoche et le poisson malheureux de Catharina Valckx