Gemma Bovery de Posy Simmonds

Gemma
Emma ou Gemma ? Bovary ou Bovery ?
Roman graphique Adulte

Gemma Bovery

Posy Simmonds

Denoël Graphic (2014)

*****

Dès le début de l’histoire, on le sait, Gemma Bovery est décédée. Petit à petit, grâce aux cahiers laissés par Gemma et volés par Joubert, le boulanger, on remonte le temps. Avec la rencontre de Gemma et Charlie un soir de Noël. Soirée qui marque la fin de la liaison de Gemma avec Patrick. Plus tard, la présence quasi quotidienne de Judi, l’ex-femme de Charlie, dans leur vie, va donner des boutons à Gemma. Et des envies de déménagement ! De Londres, ils passent à Bailleville petit village tranquille de Normandie. Et au début, tout va bien. Les légumes du marché sont magnifiques, le pain du boulanger « authentique », bref, les premiers mois sont un paradis. Mais…

*****

J’ai été assez surprise en ouvrant cette bd. C’est très « bavard » ! J’entends par là, que c’est vraiment plus un roman graphique qu’une bd, avec beaucoup de texte. Certaines pages contiennent en effet plus de texte que d’illustration. Mais c’est tellement bien écrit et entrainant que j’ai très vite accroché. Et pourtant, ce n’était pas gagné !

Gemma Bovery étant une adaptation de Madame Bovary comme tout le monde l’aura compris (ou pas !), je n’étais pas super enthousiaste à la base, même si j’avais lu de très bonnes critiques chez les copains de la BD de la semaine. En effet, je n’ai jamais réussi à lire le « Madame Bovary » de Flaubert. J’ai essayé 2 ou 3 fois et le bouquin me tombait à chaque fois des mains tellement je m’ennuyais (encore plus que Mme Bovary elle-même !).

Pourtant, cette adaptation graphique a réussi le tour de force de me donner envie de me réessayer à cette lecture !

Suite au prochain épisode… (relira/relira pas ?)

Ajout du 12/12/19 : J’ai vu le film hier et j’ai bien aimé, c’est dans le même esprit que la bd, même si celle-ci est sans doute un peu plus amusante…

*****

Du même auteur, nous vous avons déjà présenté un album : Le buffle en colère

Un film a été adapté de cette bd

D’autres avis : Karine

Cette semaine nous sommes chez Stephie pour Mille et une frasques

 

Nous suivre et partager :
error0

Les deux vies de Pénélope – BD ♥

viesBande dessinée

Ado/Adulte

Les deux vies de Pénélope

Judith Vanistendael

Le Lombard (2019)

*****

Pénélope est une femme mariée et la mère d’une jeune fille de treize ans. Mais elle est aussi une chirurgienne, un médecin qui travaille pour une organisation humanitaire. Après un séjour à Alep au cours duquel elle a perdu un patient, un enfant gravement blessé dans un bombardement, elle rentre chez elle. Mais « quelque chose » pour ne pas dire « quelqu’un » l’a suivie. Et elle a un peu de mal à retrouver une vie « normale »… Deux vies très différentes à gérer, deux vies que Pénélope aime, même si ça devient de plus en plus dur.

*****

Une bd qui parle de sujets d’actualité. Le rôle de la femme, de la mère dans la société. Les choix qu’elle peut faire. Pénélope a un métier qu’elle aime et qui est très important pour elle (pour ceux qu’elle soigne aussi d’ailleurs). Ici les rôles « classiques » sont inversés. C’est le père qui est à la maison, qui s’occupe de leur fille au quotidien et la mère qui est au loin. Et pourquoi pas ?

Être une mère/être une femme ne devrait pas empêcher d’exercer le métier que l’on aime… Pourtant on sent bien que c’est difficile pour elle comme pour son mari et sa fille. En plus, vivre une partie de l’année dans un pays en guerre, rend le quotidien d’un pays en paix tellement futile !

Un roman graphique qui m’a beaucoup plu, tant pour son histoire originale et malheureusement toujours d’actualité que pour les illustrations. L’aquarelle adoucit les passages difficiles du début. Une bd féministe ? Oui mais pas seulement. Une histoire tout simplement humaine. On sent la réflexion sincère.

A lire, sans hésiter !   ♥ ♥ ♥

*****

Feuilleter les 30 premières pages sur le site de l’éditeur

Les avis de : Chez Madame, Mes pages versicolores, Les lectures de Mylène

Cette semaine nous sommes Au milieu des livres chez Moka

Et cette bd participe également au Challenge Lire 1% de la Rentrée Littéraire

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Journal d’un enfant de lune – BD

journalXeroderma Pigmentosum* ??
BD à partir de 12 ans

Journal d’un enfant de lune

Chamblain & Nalin

Kennes éditions (2017)

*****

Cette bande dessinée a reçu de nombreux prix, dont « Facile à lire Bretagne » en 2019.

*****

Morgane, ado de 16 ans, vit plutôt mal le récent déménagement de la famille. En plus, pendant que ses parents font les travaux dans la maison, elle doit s’occuper du « microbe », son petit frère, ce qui ne l’enchante guère. En s’installant dans sa chambre, elle découvre le journal intime d’un garçon de 17 ans, Maxime. Il est atteint d’une maladie génétique rare, le Xeroderma Pigmentosum qui l’empêche de sortir le jour. Maxime est un enfant de la lune.

*****

Une bande dessinée jeunesse qui parle d’une maladie rare de cette façon (sans tomber dans le pathos) je trouve que c’est une excellent idée ! Les personnages sont plutôt réalistes (Morgane est peu l’ado « clichée » mais est-ce si loin de la réalité ?) et attachants.

Et surtout, on comprend bien que le quotidien des enfants de la lune n’est pas vraiment facile…

Une bd qui m’a bien plu, tant pour son scénario, ses illustrations que son sujet !

*****

Le blog de l’illustratrice

D’autres avis sur cet album : Un amour de BD, Enna, BlogOnoisettes, Un petit bout de bib(liothèque), Le petit carré jaune, Lasardine, Les lectures de Caro, Les lectures d’Azilis

Du même auteur, Sophie vous avait déjà présenté : Les Carnets de Cerise T1, le tome 2, le tome 3 et aussi Enola et les animaux extraordinaires T1 et 2 et tome 5. Et moi, toute la série des Carnets de Cerise.

Le site de l’association « Enfants de la lune »

Sur ce même sujet des enfants de la lune, le roman Susan Hopper et une des nouvelles du recueil « Sur le dos de la main gauche« .

* Cette maladie, qui s’appelle en réalité « xeroderma pigmentosum » est une maladie génétique rare (plus de 70 personnes touchées en France) mais très handicapante car les personnes atteintes de cette maladie ne peuvent pas sortir durant la journée (ou alors avec chapeau, gants, foulards, lunettes de soleil + de l’écran total) bref, difficile de scolariser des enfants dans ces conditions là ! Il n’existe à priori pas de traitement actuellement.

Dans cette vidéo, le quotidien de Thomas, enfant de la lune

Cette semaine nous sommes accueillis par Moka, Au milieu des livres

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Le patient – BD

patientRoman graphique

LE PATIENT

Timothé Le Boucher

Glénat (2019)

*****

Une ville, la nuit. Des jambes nues, couvertes de sang, puis une main ensanglantée qui tient un couteau, plein de sang également. Vu du ciel, on voit que c’est une jeune fille/jeune femme qui marche au milieu de la rue. Elle est interpellée par la police. Elle se laisse faire, ne dit rien. Les policiers la reconnaissent alors : « C’est la petite Grimaud. Celle qui est débile ? Tu sais où elle habite ? Une maison rue des Corneilles. J’y suis allée une fois pour une histoire de vol. Bien… Appelle des renforts, je le sens mal ! »

Quand les policiers arrivent dans la maison, ils découvrent un véritable massacre… Je ne vous ai résumé que les 10 premières pages, le point de départ de l’histoire. Ensuite, on suit le lent rétablissement d’un patient, Pierre Grimaud, seul rescapé (qui s’éveille après un coma de 6 ans) et ses discussions avec une psychologue, Anna Kieffer, qui tente de l’aider.

*****

Saurez-vous démêler le vrai du faux ?

C’est un roman graphique avec relativement peu de texte (certaines pages n’en ont pas du tout, mais on s’en passe très bien). L’atmosphère est assez flippante par moments et les personnages assez étranges, que ce soit Pierre, Laura, Anna la psychologue ou l’enquêteur. C’est en tous les cas une histoire qui m’a captivée et une fois commencée, je ne l’ai plus lâchée ! Et cette « BD » fait quand même presque 300 pages…

Un album original dans lequel il est difficile de démêler le vrai du faux. J’ai trouvé la fin frustrante… Parce qu’en fait je crois que je ne l’ai pas vraiment comprise !!

Vous l’avez lue ? N’hésitez pas à venir me dire comment vous interprétez la fin de l’histoire…

*****

Découvrir les premières pages sur le site de l’éditeur

Du même auteur : Ces jours qui disparaissent

Les avis de : Jacques, Sabine et Noukette

Cette semaine nous sommes chez Stephie pour Mille et une frasques

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0