La petite dame en son jardin de Bruges ♥

dameRoman belge

La petite dame en son jardin de Bruges

Charles Bertin

Coll. un endroit où aller

Actes Sud (1996)

*****

Le narrateur, un homme d’un certain âge, rêve une nuit qu’il va voir sa grand-mère. A son réveil, il se rappelle bien évidemment qu’elle est morte depuis 50 ans. Cette entrée en matière lui permet de retrouver et de nous conter un certain nombre de souvenirs. Ce sont tous ces moments de vacances passés à Bruges avec cette petit dame étonnante et qu’il aimait tant.

*****

Ce livre est dans ma pal depuis plusieurs années. Lors d’un concours, j’avais gagné un livre, et la blogueuse (Cynthia) qui me l’avait envoyé m’avait également envoyé celui-ci. Je n’ai hélas pas retrouvé le nom de son blog…

Et c’est bien dommage parce que j’aurai voulu la remercier pour m’avoir fait connaître ce petit bijou de douceur, de tendresse et d’écriture ! Je me suis régalée.

Extrait : Tout ce dont je me souviens, c’est de m’être éveillé au cœur de la nuit, d’avoir descendu l’escalier à pas de loup, et de m’être tapi dans l’ombre pour observer ma grand-mère aux prises avec son exercice de chercheur d’or. Elle avait laissé la porte de la cuisine entrouverte, si bien que du palier je pouvais l’apercevoir de profil, isolée au cœur de la pièce obscure sous le cône de lumière un peu rose que l’abat-jour festonné de faïence rabattait sur la table. D’instinct, elle avait retrouvé une posture d’écolière, le livre posé à plat devant elle entre ses coudes, les poings aux tempes, les pieds repliés sous la chaise. Une mèche échappée à l’ordonnance de sa coiffure pendait le long de sa joue, accentuant encore l’impression de jeunesse que dégageait son attitude.

C’est à la lumière de souvenirs comme celui-là que je comprends aujourd’hui pourquoi je l’ai tant aimé.

Dois-je vous dire qu’il faut le lire ?

*****

Un récit qui participe à deux challenges

Le tour du monde en 80 jours livres (Belgique) chez Bidib

monde

à l’Objectif PAL chez Antigone

Les suprêmes – Roman Feel-good

suprëmes

On rit, on pleure et on s’attache
Premier roman

Les Suprêmes

Edward Kelsey Moore

Actes Sud (2014)

*****

Lecture commune autour de l’auteur

J’ai lu le 1er tome, Enna le deuxième !

*****

Odette, Clarice et Barbara Jean ont la cinquantaine et sont amies depuis la fin des années 60. Tout le monde les appelle “Les Suprêmes” à cause du célèbre groupe de chanteuses des années 70 (je n’ai pas résisté à l’envie de vous mettre une petite vidéo tout en bas du billet).

Les trois amies sont très différentes. Odette, née dans un sycomore, est une femme très décidée. A ses heures perdues, elle converse aussi avec le fantôme de sa mère. Clarice, stoïque, endure les frasques répétées de son mari en résistant à l’envie de le tuer. Barbara Jean, quand à elle, est une belle femme sexy meurtrie par l’existence et recueillie par les deux autres.

Depuis qu’elles se sont rencontrées, ces trois là ne se sont plus quittées. Chaque dimanche, elles se goinfrent dans le restaurant où elles se retrouvent. Et en profitent pour se raconter leurs problèmes ou les derniers commérages.

*****

J’ai passé un très très bon moment avec ce livre.

Les 3 femmes (sans parler de leurs maris) ne sont pas exemptes de défauts (Odette est un peu trop directe, Clarice un peu “acide” et Barbara Jean picole dans son coin…) Mais ce sont de “belles” personnes, des amies fiables et drôles.

Il y a de l’amitié, de l’humour, de l’amour, de la tendresse, un peu de violence parfois mais c’est un livre vraiment positif au final, un “feel good” comme on dit en français – même si j’ai versé ma petite larme à plusieurs reprises !! On y parle finalement assez peu de ségrégation (c’est en “toile de fond”, ça fait partie de la vie…).

Lire les premières pages (site de l’éditeur)

*****

L’avis d’Enna sur le 1er tome

Un autre roman “feel-good” qui m’avait beaucoup plu : Beignets de tomates vertes

C’est ma 2ème participation de l’année au challenge d’Enna, le African American History Month

https://lh3.googleusercontent.com/NJnOLTnUE8fkiZsVl1i1izT7vOHXNGOPHLQjqRId1JpfEFqKWAcUwN5n7GBF_e58zQILzh0WGngvDgQS7ipzPnq9H67GtMd2qXxvM9zbKIbK_MQ3_JAAldd8gaT1e7A3aGkZOMXBvjNJgJZlVIaJ2ATzFmtXj99njz-Et0r3dZ4THrCRoy_YbsiQ7fSYXRv0jyFRP-cYo9yrOw1F__P_zwu6bT0jzmZMF14ZCqb6n9Zz3x0jbt7DYh3OG3VQtqiRyWq5rcm2oI3OQIRVT4GvZXKW-4SyeXbYRAcg5ULbp8QTzveC_2a3NHvwpM5qtgbC0z4XoSSvjTcmO1pxLDrTSFF5fiLh_k_XRaydonBbOofIkq454r8re2zHzgpCLyVwRsvlDPDOoDT_exPnPqM8PFBqZJIXEH_rIe8vt9pZ_3i-YNaqssjQ-ucvhjNVg3XWErvt3XlJpnpfxrU-YGBrykRPrtRiKfXdYecBMXdtE2aw55_lZbv94o058_3V7qw9ovoNWHlwZyTCIYj4YuVSsfkmZxfwrUgVt2WrY0OlW_o2X7JhdY6OlRkWvMobupkxBuGk5pWynXfj1bmXegYuyYl66dl4esZ-rJCgvH01dIMRZquQ28bawqjhlidFq8mkCOjRWrMW_Z46OeCQtp1sRNOt4aWUHVNz=w960-h480-no

ainsi qu’à l’Objectif PAL chez Antigone

Les Suprêmes (pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas !)

leurs enfants après eux – Roman

PRIX GONCOURT 2018
Roman

leurs enfants après eux ♥

Nicolas MATHIEU

Actes Sud (2018)

*****

LC avec Enna et Manika

*****

Août 1992. Heillange, une ville quelque part dans l’Est. Deux vies en parallèle. Celle d’Anthony, 14 ans, qui vit avec ses parents dans une petite maison et dont le père boit. Beaucoup.

Et celle d’Hacine, mineur aussi, qui vit avec son père en HLM, sa mère étant repartie au Maroc.

Il y a l’ennui des jours d’été, les pétards qui tournent, les bières fraîches que l’on ingurgite, le désir des garçons pour les filles et inversement. Il y a les potes avec qui l’on traîne. Le désœuvrement.

*****

En lisant mon résumé, je me dis que je ne “vends pas du rêve” et que je ne vais donner à personne envie de lire ce roman ! Pourtant, je l’ai adoré. Malgré ses 426 pages, je l’ai lu en 3 jours. On suit l’histoire de ces deux personnages sur 6 ans. Il y a de l’ennui, du sexe, de la drogue, de la violence et l’envie d’un ailleurs. Mais pas seulement. On voit aussi l’évolution de la ville, des mentalités. Il y a une vision du monde “cyniquement réaliste” et totalement décomplexée. Un roman beau et triste à la fois que certains pourront trouver déprimant. Moi j’ai trouvé qu’il jetait un rai de lumière cru sur la réalité.

Pas un feel-good c’est sûr, mais quel magnifique roman !
A lire !
*****

Prix “Goncourt présents sur ce blog :

Ceux que j’ai lu mais pas présenté sur ce blog :

  • Les noces barbares de Yann Quéffelec (1985) – Lu il y a longtemps, j’en garde le souvenir d’un livre terrible ! Mais j’avais bien aimé.
  • Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé (2004) ♥ J’ai adoré !
  • Trois jours chez ma mère de François Weyergans (2005) – Je n’en garde pas un très bon souvenir, je crois que je me suis ennuyée…

Et d’autres encore attendent gentiment dans ma PAL que je veuille bien leur prêter attention : Si une LC vous tente, n’hésitez pas !

  • Le feu d’Henri Barbusse (1916)
  • La condition humaine d’André Malraux (1933)
  • La vie devant soi d’Émile Ajar (alias Romain Gary – 1975)
  • Le rocher de Tanios d’Amin Maalouf (1993)
  • Un aller-simple de Didier VAN CAUWELAERT (1994)
  • Le Testament français d’Andreï Makine (1995)
  • Trois femmes puissantes de Marie NDiaye (2009)
  • Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari (2012)
  • Au revoir là-haut de Pierre Lemaître (2013)
  • Chanson douce de Leïla Slimani (2016)

Un roman que l’on m’a offert il y a déjà plusieurs mois…

Il participe donc à l’objectif PAL chez Antigone

Merci Blandine !

Dura Lex – Polar RL – Lectrices ELLE (16)

Dura

Dura Lex ♥

Bruce Desilva

Coll. Actes noirs

Actes Sud (2018)

*****

Fin des années 1980. Un jeune tueur en série, mineur, a assassiné plusieurs femmes et enfants. Selon le code pénal de l’époque il aurait du être libéré à 21 ans, mais il est toujours derrière les barreaux, à cause d’accusations bidons destinées à le garder en prison. Un jeune journaliste se met en tête de dévoiler tout ça, prenant donc le risque que le tueur soit relâché.

A t-on le droit de prendre des libertés avec la loi ? Pendant que Mason, jeune journaliste, enquête pour connaître et dévoiler la vérité, d’autres, tel Mulligan journaliste également, cherchent tout ce qui pourrait maintenir le tueur en prison…

*****

“Dura lex sed lex” locution latine, peut se traduire par “La loi est dure, mais c’est la loi“. Et c’est bien tout l’enjeu de ce roman policier. Peut-on “passer outre” la loi si c’est pour une “bonne” cause ? Sachant les crimes odieux commis par le tueur, dont on sait que non seulement il ne regrette rien, mais qu’il va recommencer à tuer dès sa sortie de prison, on est tenté de se dire qu’il est bien où il est…

Mais la loi peut-elle être différente selon les gens ? A t-on le droit de fabriquer des preuves sous prétexte que la loi n’a pas prévu tel ou tel cas ?

Un polar qui m’a bien remué

Ce tueur psychopathe paraît tellement réel qu’à un moment je me suis dit “heureusement je ne suis pas blonde !” Le tueur fiche vraiment la trouille (et c’est inspiré de faits réels…).

J’aime les enquêteurs un peu atypiques et je me disais que j’aimerai beaucoup retrouver le personnage du journaliste d’investigation, Liam Mulligan quand j’ai vu que ce roman était le 3ème avec ce personnage. Ce qui fait peur dans ce roman, c’est que tout paraît très vrai. Et c’est peut-être bien parce que l’auteur a longtemps été lui-même journaliste d’investigation…

Un gros coup de cœur que je vous conseille, il y a du suspense jusqu’au bout et le côté “réaliste” en fait un vrai “thriller” que vous ne voudrez plus lâcher !

Un auteur à suivre !!

*****

Sur le site de l’éditeur, vous pourrez lire les 10 premières pages.

ELLE

16ème lecture / 28

***

C’est ma 20 ème participation au Challenge 1% de la Rentrée Littéraire

Logo Challenge 1% Rentrée Littéraire 2018 – Picos/Shutterstock