Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
(To kill a mockingbird)

Harper Lee
Couverture : The Dorothea Lange Collection, Musée de Californie, Oakland.

Postface d’Isabelle Hausser

Editeur : Le livre de Poche
Original : Editions de Fallois

1960 (édition originale) – 23/08/2006
Pages : 447 pages
Prix : 6,50 €
ISBN
2-253-11584-3

Roman

Thèmes : Racisme, Etats Unis, Enfance, Droit

Présentation de l’éditeur :
« Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout.
Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.

Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques -,
connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux Etats-Unis et dans bien d’autres pays. C’est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise – les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal.
Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier. »

Avis :
Dans cette Amérique tourmentée des années 30, où le racisme est à son apogée, Scout, 8 ans est vraiment la narratrice idéale. Ses yeux d’enfants et sa naïveté (souvent passagère) vont mettre en valeur les personnages de ce roman fort et touchant, sur l’égalité et la justice. Pendant 3 années nous allons suivre cette petite fille, son père Atticus, son frère Jem, Dill leur ami, et tous les habitants d’un petit village d’Alabama.

Les portraits sont très justes, et ce regard d’enfant les rend à mon goût encore plus touchant. On va dans un
premier temps faire connaissance avec tous ces personnages et leurs préjugés, en suivant Scout et son frère. Leur éducation pour l’époque est très poussée, et Scout s’intéresse avec application aux nouvelles et au droit. Quand un Noir est accusé d’avoir violé une Blanche, leur père est commis d’office pour le défendre… et il compte bien s’acquitter de sa tâche…

 

Après avoir eu quelques soucis à me plonger dans l’histoire, dû en partie à mes essais infructueux de lire ce
livre dans les transports en commun, et donc une première partie qui ne m’a pas toujours passionnée (une petite centaine de page disons…) j’ai vraiment été happée par cette histoire, qui si elle n’est plus d’actualité me semble sans nul doute très juste. Des idées humanistes très bien portées par cette histoire, ancienne, mais qui devrait être lu par tous, notamment certains de mes élèves… (sifflote discrètement…)

 

J’ai lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune avec Ys, Deliregirl, et Belle de Nuit si elle a eu le temps de finir! Allez vite voir ce qu’elles en ont pensé!

 

Extraits :
« – Vous avez tout à y perdre, Atticus, absolument tout.
– En êtes-vous certain ?
Lorsque Atticus posait cette question, c’était qu’on se trouvait en mauvaise posture. « Tu es certaine de vouloir aller ici, Scout? » Pif, paf, pof, et l’échiquier se vidait de tous mes pions. […]
– Link, ce type finira peut-être sur une chaise électrique, mais pas avant que toute la vérité n’ait été faite.
Atticus parlait d’une voix égale :
– Et la vérité, vous la connaissez.
Un murmure s’éleva parmi les hommes, qui devint menaçant lorsqu’Atticus recula
et que les hommes se rapprochèrent de lui.
Soudain Jem cria :
– Atticus, le téléphone !
Les hommes sursautèrent un peu et s’éloignèrent ; il y avait parmi eux des gens
que nous voyions tous les jours, des commerçants, des fermiers qui habitaient la ville, le docteur Reynolds était là, Mr Avery aussi.
[…]
Jem le regarda regagner son fauteuil et y reprendre son journal.
[…]
– C’est à toi qu’ils en voulaient, non? interrogea Jem. Ils allaient t’emmener, n’est-ce pas ?
Atticus abaissa son journal et le dévisagea : – Nous n’avons pas lu la même histoire.
Il ajouta doucement : – Non, mon garçon, ces gens sont nos amis.
– Ce n’était pas un…. une bande ?
Jem l’observait du coin de l’ œil.
Atticus essaya de réprimer un sourire sans y réussir.
– Non, nous n’avons pas de bandes de voyous à Maycomb. Je n’ai jamais entendu parler de ça ici.
– Le Ku Klux Klan s’en est pris aux catholiques, à une époque.
– Je n’ai jamais non plus entendu parler de catholiques à Maycomb, dit Atticus. Tu confonds avec autre chose. »

 

Mais aussi:

* D’après une enquête réalisée aux Etats-Unis sur les livres qui ont changé la vie de leurs lecteurs, ce livre
arrive en seconde position, après la bible. C’est malheureusement le seul livre de cette auteure.

+ Edit du 3/02/2015 : Un communiqué de presse américain vient d’annoncer la sortie d’un nouveau livre de l’auteur, un roman écrit avec Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, avec comme héroïne notre jeune Scout, alors adulte ! Parution le 14 juillet 2015 de Go Set a Watchman.

Partagez

A propos Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Lien pour marque-pages : Permaliens.

25 Commentaires

  1. Chouette résumé, belle photo pour la 1ère page, ça me motive à le découvrir. Bisous, bon dimanche et clic.

  2. OOh:!  tOuchant ce Livre! :D Enfin pLus d actualité po partout dans le Monde… allez ze file au marché, c est moi qui fait la popotte a midi! et toi aussii ? :D  bOn dimanche! hi! hi! :D

  3. Tout a fait le genre de livre que j’adore! Une époque (1961, c’est MON année..Ü), Un lieu, Les USA, un combat, les droits civiques… Tout cela me parle beaucoup. Je le note, d’autant qu’il y a quand même peu de livres qui peuvent se vanter d’avoir changé la vie des gens, surtout des Américains..
    Bon dimanche!
    PS: tu t’es levée à quelle heure aujourd’hui?..Tôt, pour un dimanche, non?..Ü

  4. J’ai très envie de sortir ce livre de ma PAL où il sommeile depuis bien longtemps !

  5. Je l’ai aimé et adoré, ce bouquin ! Contente qu’il t’ait « happée », finalement !

  6. Dis-donc, tu n’étais pas sensée nous rejoindre pour la lecture de 84, Charing Cross Road aujourd’hui ?!

  7. C’est vrai que j’ai souvent entendu parler de ce livre, je devrais sans doute le lire un jour :)

  8. Un de mes coups de coeur de l’année dernière ! Excellent moment de lecture… ;-)

  9. J’ai vu que Ys avait eu un peu de mal avec la 1ère partie aussi mais néanmoins, j’ai toujours très envie de lire ce livre.

  10. Ce livre m’attend dans ma PAL.

  11. Ca y est mon avis est en ligne sur mon blog. Et au final, on en pense la même chose les unes et les autres…

  12. Je me serais bien jointe à vous car ce livre someille sur mes étagères depuis plusieurs mois mais j’avais deux autres lectures en cours. Cela devrais être pour bientôt en tout cas. :-)

  13. Bonjour,

    Je suis passé par là pour voir les blogs qui parlent de livre et je suis tombé sur le tiens. Super, enfin encore des gens qui aiment lire…ouf.
    Bonne journée.
    Florel

  14. Bonjour, je suis passée par ton blog(je participe au swap mille feuilles).
    Ce livre a été mon coeur de coeur de l’été dernier, m’a beaucoup touchée.

  15. Bonjour Sophie , un seul livre et trente millions d’exemplaires , dur de faire mieux après , ce livre doit être très bien

  16. Belle journée de Dimanche et bisous clic clic

  17. Marrant mon tit pierrot Il fait sa gym du matin

  18. J’avais beaucoup aimé ce livre.

  19. Je pense qu’il est vraiment incontournable!

  20. Comme je l’ai dis chez Ys, ce livre est mon coup de coeur de l’année 2009. J’ai aimé les deux parties, ça m’a renouée avec la littérature américaine que j’avais un peu délaissée

  21. Comme toi, j’ai eu du mal au démarrage (même si je n’étais pas dans les transports en commun !). J’ai vu le film ensuite, qui vaut vraiment la peine (ah, Gregory Peck !). Dis, ton avis est écrit en tout petit riquiqui, c’est normal ?

  22. Ys m’avait déjà convaincue pour cette lecture, ton billet confirme la qualité de ce livre !

  23. J’ai honte de l’avouer mais… je n’ai pas du tout aimé ce livre. Je crois que je suis à peu près la seule personne sur terre à ne pas le considérer comme un chef-d’oeuvre. Il m’a laissé un goût de frustration, peut-être parce que j’en attendais énormément. J’ai eu le sentiment d’un roman inabouti. Non, ne me lynchez pas, je vais essayer de le relire !

    • Je ne lynche personne heureusement, et tout le monde n’a pas les même goûts. Et c’est vrai que les chef-d’oeuvre sont souvent tellement mis en avant qu’on est déçu quand on les découvre après avoir beaucoup lu sur eux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *