La vie de Régis de Sa Moreira

Roman adulte – Rentrée Littéraire 2012

La vie

de Régis de Sa Moreira

Au Diable Vauvert, 22 août 2012
9782846264426, 15€

« Je suis sortie sur le parking, il faisait froid, c’était agréable, un homme m’a demandé mon numéro de téléphone, je ne sais pas ce qui m’a pris, je lui ai tout de suite donné… C’était la première fois que j’osais aborder une inconnue et il a fallu que ce soit la bonne. Nous nous sommes mariés deux mois après. Tout ce travail sur ma timidité pour un seul numéro, j’aurais bien voulu en profiter un peu plus, au moins tenter ma chance avec la fille de l’agence de voyages…
Il passait devant l’agence tous les jours, presque toujours à la même heure. Je ne le connaissais pas mais quand il a cessé de passer, je me suis inquiétée. Qu’est-ce que ça veut dire connaître les gens ? Je ne suis même pas sûre de connaître l’homme avec lequel je vis… Encore heureux. Je suis sûr que si elle me connaissait elle partirait en courant. D’autres l’ont fait avant elle… « .

Un principe simple, celui du marabout (Marabout, Bout de ficelle, Selle de… ) est transposé à ce livre, pas vraiment un roman donc, plus un ensemble de phrase, comme des instantanés de la vie. Des vies qui se croisent, et nous qui regardons. Au début on cherche à trouver des personnages qui reviennent, former une histoire… mais c’est une quête veine car comme la vie les mots coulent et les personnages passent. Des histoires qu’on ne fait que pressentir, qu’on imagine, qu’on aimerait tellement continuer parfois.

J’ai lu Le libraire, du même auteur, que j’avais trouvé à la fois intéressant et étrange, ce livre me fait un peu le même effet!

Voici un livre que j’ai commencé par trouver terriblement frustrant. Comme si on ne faisait que lire des incipit de romans sans jamais pouvoir lire la suite. Pourtant au bout d’un moment on se laisse prendre au jeu, on rouvre le livre au hasard, on dévore quelques nouveaux textes… Une incitation à faire plus attention aux gens qui nous entourent finalement, pour créer nous même quelques lignes de plus dans ce texte…

C’est plaisant à parcourir, l’idée est sympathique et j’ai apprécié, mais cela reste tout de même simple et répétitif.

Régis de Sa Moreira met en scène la vie dans ce qu’elle a de plus effrayant finalement : son éphémérité !

 

 + Si vous le souhaitez je peux faire voyager ce livre !

+ Ce roman sort aujourd’hui mais vous pouvez déjà lire de nombreux avis sur la toile :

Cynthia, Gwordia, Shangols, Corboland, La livrophile, …

+ La vidéo de présentation du livre par l’auteur.

+ Challenge Rentrée littéraire 2012 1/7

 

 

Nous suivre et partager :
error0

A propos Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Lien pour marque-pages : Permaliens.

22 Commentaires

  1. Le principe m’intéresserait bien… pour des ateliers d’écriture ! De fait Le libraire était un petit objet livre étonnant…

  2. On ne peut avoir des coups de coeur à tous les coups (de coeur)

  3. Bonjour Hérisson, j’avais beaucoup aimé Le libraire mais je n’ai rien lu d’autre de lui. S’il voyage, ça m’intéresse ! Bonne rentrée littéraire à toi et aux participants.

  4. Si le coeur t’en dit, un petit tag t’attend chez moi.

  5. Oui je pense que c’est vraiment la répétition dans la forme qui m’a gênée et, du fait de l’absence d’histoire, cette impression de n’avoir rien retenu de ma lecture…

  6. intriguant comme concept… et j’imagine très bien la frustration qui peut venir de prime abord en le lisant

  7. le faire voyager … pourquoi pas ! :D

  8. Je dois tout de même avouer que ce « concept » de petites histoires et de bouts de vies m’intrigue ! Je note !

  9. Tu sembles l’avoir mieux aimé que moi… J’ai trouvé le type d’écriture sympa au début, mais vite répétitif et lassant… Bonne journée!

  10. Lu mais pas encore chroniqué. Je suis tout à fait d’accord avec ton anlyse, surtout concernant l’aspect répétitif de l’exercice.

  11. J’avais trouvé son précédent moyen. Je passe mon tour pour celui-ci vu ton avis !

  12. Ping :La vie, Régis de Sa Moreira « Là où les livres sont chez eux

  13. je l’ai reçu aussi, je suis curieuse de le lire à mon tour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.