Les Tchouks – Bd jeunesse

♥ Les Tchouks ♥

On a fait un tour de manège ! (tome 4)

Benjamin Richard & Kerascoët

Ed. Rue de Sèvres (2015)

Tchouks

A partir de 4 ans

Les Tchouks ont passé la journée à la fête foraine. Mais c’est bientôt l’heure de rentrer et il reste juste assez de sous pour un dernier tour de manège. A cette idée, tout le monde se met à courir vers le beau manège et surtout, surtout, vers sa superbe voiture rouge ! Tout le monde la voulait, mais c’est Tchoukrik qui est arrivé le premier. Alors, vite, vite, il a fallu trouver une autre monture pour la course ! Attention au départ…

Les-Tchouks-On-a-fait-un-tour-de-manege-4

TchouksVoitureRouge

Une petite bd adorable, qui m’a vraiment beaucoup plu. Les dessins sont très colorés (des couleurs vives et bien pétantes), ils sont simples et amusants à la fois. Quand au texte, très drôle, il m’a bien fait rire. Ce n’est pas compliqué, j’ai fait la course avec eux ! (Lisez, vous comprendrez).

Un vrai coup de cœur pour cette petite bd !

Pour celles et ceux, qui, comme moi, ne connaissaient pas les Tchouks, il existe 3 autres titres :

Le 1er : On a fait une cabane / Le 2ème : On a vu la mer / Le 3ème : On a attaqué un château !

SignatureNat

RDL ~ BD 2013

Comme pour les romans et albums, voici un article pour rattraper un peu mon retard de chroniques de bandes dessinées et mangas.

La Quête d’Ewilan

1 d’un monde à l’autre

de Lylian et Laurence Baldetti
d’après l’histoire de Pierre Bottero

Je ne suis généralement pas fan des adaptations en bande dessinée, souvent très loin de mon imaginaire. Et puis dans le roman La Quête d’Ewilan les quelques illustrations de Thouard avaient déjà donné le ton. Pourtant j’aime tellement ce roman que je n’ai pas pu m’empêcher de dévorer cette bande dessinée. Et j’ai finalement bien fait car l’ensemble est à la fois fidèle et agréable!

On suit de façon très littérale le premier tome de la Quête d’Ewilan, et tous les événements et personnages importants sont là, sous nos yeux. Les auteurs ont réussi de la pari de s’approprier cet imaginaire tout en restant totalement dans l’esprit du roman. Bien sûr les descriptions de Bottero manquent un peu, bien sûr la poésie est moins présente, mais ce premier tome est une réussite qui permet de replonger dans l’univers d’Ewilan!

Glénat, 2013

Fanfulla 

de Mino Milani

et Hugo Pratt

Fanfulla da Lodi est un personnage qui prend place en 1527, pendant la 7ème guerre d’Italie. Il s’engage ensuite dans les ordres, avant de reprendre de nouveau les armes. Une histoire qui prend place dans l’histoire italienne, en suivant sont cours.

Hugo Pratt et Mino Milani colaborent pour raconter cette histoire dans une publication par épisode, dans un journal italien. Cette nouvelle édition de Rue de Sèvres, avec une mise en couleur, permet de mieux appréhender cette histoire.

Si le personnage de Fanfulla est plutôt attachant, j’ai toujours beaucoup de mal avec les albums d’Hugo Pratt et celui ci n’a pas fait exception. Si l’ensemble est très rythmé, avec de l’action et une réflexion sur la société les illustrations sont souvent brouillons, les personnages difficiles à reconnaitre. Voilà qui ne correspond pas du tout à mon peu de mémoire visuelle.

Un album intéressant mais qui n’a pas su m’enchanter.

Rue de Sèvres, 2013

+ L’avis de Mo 

 

Pietrolino : l’intégrale

de Jodorowsky

et Boiscommun

Pietrolino, mime, lutte silencieusement contre l’occupation de la France. Cet album hommage de Jodorowsky au mime Marceau est touchant. Les illustrations subliment cette histoire qui nous fait découvrir l’histoire d’un homme ravagé, un homme amoureux. Il est très difficile d’en parler tant cet album double regorge de petites merveilles d’illustrations qu’il faut voir. Les visages des personnages notamment rendent parfaitement les expressions.

Un hommage magnifique, touchant et en même temps la découverte d’un homme et d’une époque. A découvrir!

Les Humanoïdes Associés, 2007
2011 pour l’intégrale

Rouge Tagada

de Charlotte Bousquet

et Stéphanie Rubini

Une jolie couverture rouge, une tranche rouge, des pages roses entre les chapitres, le ton est donné, celui de l’amour. L’intrigue se place dans une classe de 4ème. Notre narratrice nous raconte sa vie quotidienne, sa vie d’élève mais surtout son amitié avec Layla et leur passion pour le théâtre.

Layla et moi on était différentes […] ça se voyait sur notre visage qu’on était dans une bulle, une bulle qui sentait  le caramel et le pain d’épice, les fous rires et les déguisements, les rêves éveillés, les histoires de princesses et d’exploratrices, de grande photographe et de comédienne la plus célèbre du monde.

Alex et Layla. Layla et Alex. Deux inséparables mais pourtant avec l’adolescence l’amour pointe son nez, sous la forme d’un garçon au nom de caleçon. Le petit ami de Layla, le cauchemar d’Alex. Un garçon qui les sépare, pourtant les sentiments restent intacts.

Un magnifique album tant pour ses illustrations très expressives que pour son histoire, touchante et qui permet d’aborder, délicatement, l’homosexualité. A découvrir et faire découvrir!

Gulf Stream éditeur, 2013

Ils en ont parlé aussi  #LetterBee #Liyah #jerome #Thalie #Mlle Mathilde

 

 Bonne résolution 2014 !

Pour éviter que cela ne se reproduise en 2014, je vais essayer de me motiver à faire chaque dernier jour du mois une ronde des livres avec les livres dont je n’aurais pas eu le temps de vous parler et qui risque de passer à la trappe sans cela. Joignez-vous à moi, il est bien connu que les bonnes résolutions ne peuvent se tenir qu’à plusieurs ;)

Une histoire d’hommes de Zep + Concours

Bande dessinée adulte
Rentrée Littéraire

Une histoire d’hommes

de Zep

Rue de Sèvres, 2013
18€

~

Un ancien groupe de rock se retrouve plusieurs années après chez l’un d’entre eux. L’occasion de faire le point sur leur vie mais surtout sur ce qui les a séparé…

La musique, des frères, des amis, de la réussite. Leur petit groupe avait tout pour réussir, pourtant du jour au lendemain plus rien n’a été, ils se sont séparés, l’un réussissant de son côté et les autres retournant à une vie plus paisible. Quand ils se retrouvent bien des années plus tard chez Sandro, celui qui a réussi, les souvenirs ont un goût de musique, d’amertume et de tristesse infinie. La vie les a marqué et le bilan laisse voir des fêlures et des regrets…

Zep nous entraîne dans un univers d’adulte, bien loin de son personnage de Titeuf, et il nous surprend par un album où l’humour est n’est pas le thème principal. Dès les premières pages j’ai retrouvé le Zep découvert dans la bande dessinée Chanson pour les yeux, autour de Goldman. On comprend mieux aussi ce pseudonyme de Zep, comprendre Led Zeppelin. La musique donc comme point de départ, comme lien entre les personnages et pourtant un album qui ne s’arrête pas non plus à cela.

En découvrant les personnages nous découvrons à la fois leur histoire présente et leur souvenir grâce à des flash-back. Deux époques se superposent nous permettant de comprendre ces protagonistes qu’aujourd’hui tout oppose. L’auteur n’hésite pas à jouer sur l’aspect dramatique avec le décès d’un fils et la séparation de deux frères… L’ambiance est parfois pesante mais jamais à l’extrême, nos personnages sont de bons vivants et l’on passe un agréable moment avec des anciens rockeurs un peu fous-fous.

Avec les illustrations on sent bien la touche de Zep, les couleurs vives et caricaturales en moins. Il s’agit même ici d’un récit noir et blanc assez classique, avec un ajout de teintes douces qui colorent le fond des bulles et jouent des nuances pour donner un aspect plus vivant. Le papier est épais, très agréable, le format idéal pour vraiment apprécié cette histoire et ces traits.

Une bande dessinée touchante et très belle, très loin des bandes dessinées humoristiques de Zep, un vrai changement mais au final le succès sera-t-il autant au rendez-vous que pour Titeuf ? J’en doute car le public est bien différent et il faut bien l’avouer, cette histoire n’a rien de très original!

 

 

+ une lecture commune avec Liyah, elle aussi enthousiaste.

+ le site Une histoire d’hommes

Zeporama et Zep sur Facebook

Rue de Sèvres sur Facebook

+ L’avis de Mo’

+ Mercredi Bd de Mango

~ ~ ~

Cet article est aussi l’occasion de vous faire découvrir Le Dindon ! Il ne s’agit pas vraiment d’un gallinacé mais d’un site internet spécialisé dans les cadeaux. Des petits cadeaux drôles et atypiques pour tous et notamment les lecteurs ! Dans le Coin des lecteurs on trouve une sélection d’articles sélectionnés spécialement pour plaire aux lecteurs. Marque page, serre livres et stylos originaux et design côtoient donc les autres objets de la boutique qui plairont notamment aux geek (un peigne micro-processeur ou haut parleur pac-man).

Mes préférés pour les lecteurs :

Le serre livre évolution, ou comment montrer l’intérêt des livres

La fermeture éclair, pour habiller nos livres

Le marque page petit pied, un petit gardien pour nos livres

 

Concours 

Lot 1 Marque page petit pied (lot offert par Le Dindon)

Lot 2 Une histoire d’hommes de Zep

 

Pour participer répondez en commentaire aux deux questions personnelles suivantes :

1- Quel est votre objet préféré dans la boutique Le Dindon ?

2- Quelle est votre bande-dessinée préférée ?

+ 1 chance si vous partagez ce concours sur les réseaux sociaux (liens)

Concours ouvert du 25 septembre au 6 octobre, France Métropolitaine. Règlement.

 

Tirage au sort 

Bravo au numéro 17  zerdad qui gagne le marque page offert par le Dindon

zerdad n’ayant jamais répondu à mon mail, nouveau tirage, il s’agit du numéro 14 Djahann!

et Félicitations au numéro 27 Misstyk qui gagne Une histoire d’hommes

Je vous ai envoyé un mail !

 

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Giacomo Foscari de Mari Yamazaki #Manga

On va buller cette semaine avec une programmation spéciale Bande dessinée et manga sur Délivrer des Livres !

Manga Adulte

Giacomo Foscari

de Mari Yamazaki

Rue de Sèvres, 2013
9782369810070, 12,50€

~

Thèmes : Japon, Italie, années 60

~

Tout le monde s’est extasié devant la série Thermae Romae, sauf moi, pourtant je n’ai pas hésité à tenter l’expérience avec cette nouvelle série de Mari Yamazaki car c’est avant tout l’angle de traitement de la civilisation romaine qui me dérangeait et ici, on change de registre. Au final une belle découverte mais je ne suis pas totalement convaincue non plus.

Giacomo Foscari, le personnage principal de ce manga, est italien. Né dans les années 30 nous allons le suivre en parallèle à travers ses souvenirs. Dans son enfance italienne donc, mais aussi dans son séjour au Japon. Un professeur dans la sphère intellectuelle du Tokyo des années soixante. A travers son nouveau séjour à Tokyo il nous livre ses souvenirs. Ceux de la beauté qu’il aime en chaque chose. Ceux de Mercure cette statue léguée par son père et qui marque sa façon de voir les autres. Ses pensées, ses amis, sa vision des choses et de l’histoire. Son irrésistible attirance pour un jeune serveur dans lequel il voit les traits de Mercure.

Un manga très intimiste sur les souvenirs d’un homme, ponctué d’aller retour dans le temps qui ne permettent pas toujours de bien comprendre le personnage principal, de saisir ce qu’il voit dans ce monde qui l’entoure. Ce personnage on ne s’y attache pas, on ne le comprends pas… Un voyage dépaysant dans l’histoire de ce siècle mais surtout une histoire dont certains passages intriguent et incitent à continuer. La beauté de la couverture se retrouve dans certains traits, dans certaines scènes à l’aspect magiques qui donnent envie de reprendre ce livre une deuxième fois sans s’attarder sur l’histoire.

Difficile de parler de ce manga qui nous incite à la contemplation, à l’amour de l’art et de la beauté sous toutes ses formes. Une découverte intéressante mais décalée, difficile à appréhender et pourtant séduisante !

~

+ Rue de Sèvres, entre maison d’édition et collection de bande dessinée, lancée à la rentrée par l’Ecole des Loisirs, avec plusieurs titres adultes.

+ Les avis indécis de Noukette et Stephie et celui totalement emballé de Mo’

+ Challenge 1% Rentrée Littéraire #BD