La ballade de Dusty – Diptyque

ballade

La ballade de Dusty
T1 : Bertha wagon à bestiaux

Ducoudray & Aris

Grand Angle
Bamboo (2018)

*****

Dorothy, Dusty pour les intimes, attend le retour de son père avec impatience. Voilà 10 mois qu’il est parti pour Washington pour parler ahttps://media.nouvelobs.com/ext/uri/ureferentiel.nouvelobs.com/file/15403873.jpgu Président Roosevelt. Et cela fait maintenant 4 mois que Dusty, ses frères et sœurs et sa mère n’ont plus du tout de nouvelles.

Ce jour là, c’est le pompon. La banque vient saisir leur maison et tout ce qu’elle contient, c’est à dire pas grand-chose… Ils sont recueillis par des voisins compatissants, mais Dusty décide alors de partir à la recherche de son père, à Washington. En chemin, elle va rencontrer des vagabonds du rail, les hobos, le modèle d’une photographie qui deviendra mondialement célèbre, rencontrer deux bandits très connus et immortalisés par Gainsbourg, ainsi que Tom Joad, des raisins de la colère (interprété par Henri Fonda – Magnifique !)… Et beaucoup d’autres clins d’œils encore !

*****

Il y a beaucoup d’action, de rebondissements, trop peut-être.

 

On n’a pas le temps de faire vraiment connaissance avec les personnages, Dusty mis à part, puisqu’on la suit en permanence, mais même elle, on ne la « connait » pas. Et je trouve que c’est un peu dommage…

Beaucoup des personnages rencontrés ont existé, ou sont des personnages connus aux États-Unis. Bertha « wagon à bestiaux » par exemple, est un personnage de film et de roman : Bertha Thompson dite Boxcar (wagon de marchandises).

J’ai bien aimé le dessin et les couleurs, même si par moments j’ai trouvé les expressions un peu « figés ». J’avais été attirée par la couverture.

En bref, j’ai passé un bon moment, c’est divertissant, mais je regrette vraiment le manque de profondeur des personnages. Je lirai quand même le tome 2, en espérant qu’il soit plus approfondi que le premier !

Une belle histoire et beaucoup de rencontres, hélas trop brèves.

*****

Cette semaine nous sommes chez Stephie, pour Mille et une frasques…

Une bd qui participe également au Challenge Petit Bac chez Enna – catégorie Prénom

Nous suivre et partager :
error0

Winged Mermaids #manga

Une série fantastique autour de l’aviation et de guerres géo-politique, terminée en 3 tomes. Un peu complexe dans la narration, mais intéressante !

winged mermaids

Manga dès 12 ans

Winged Mermaids

de SHIONO Etorôji

Doki-Doki, 2017
9782818941874, 7,50
208 pages

Thèmes : avion, combat, guerre, politique, fantastique, aventure

Winged Mermaids est un manga au rythme particulier, qui oscille entre narration et flashback. Comme nous sommes en train d’écrire un manga avec mes élèves (dans le cadre d’un club), j’ai apprécié de voir beaucoup de narration car cela m’a permis de leur donner des exemples qui collent plus facilement à l’histoire qu’ils ont choisi que les mangas d’actions où il y a surtout des dialogues.

La narration est cependant complexe, oscillant entre plusieurs époques et avec des personnages qui se déguisent, ce qui demande une vraie attention pour comprendre l’histoire géo-politique des guerres de ce monde.

Winged mermaids visual 1

Comme souvent dans les manga il y a quelques exagérations de l’auteur sur les formes féminines, notamment avec la tenue des apprenties pilotes qui se compose d’une sorte de chemise et d’une simple culotte. Rien de choquant pour les élèves pour autant mais rien de bien nécessaire non plus… Sinon les dessins sont soignés, avec une vraie attention portée aux vêtements et costumes, qui sont vraiment très détaillés. Les avions sont aussi au centre de cette histoire, mais je ne suis pas spécialiste. Ces avions sont ce qui m’a intéressé dans ce manga, car j’ai beaucoup d’élèves qui me demandes des livres avec des avions, et je pense que ce thème ajouté à l’univers de politique et de guerre du livre devrait leur plaire. Ils ont notamment bien aimés Zero pour l’éternité, qui ajoute un côté historique.

Un premier tome assez plaisant et prometteur, mais une histoire un peu complexe ! Série terminée en 3 tomes, je tente ce tome 1 au CDI de mon collège, on verra bien !

+ Sur le site de l’éditeur

 

Nous suivre et partager :
error0

Nos embellies – BD « feel good » ♥

embellies

Nos embellies
Gwénola Morizur & Marie Duvoisin

Bamboo (2018)

*****

Histoire complète

*****

Lily et Félix sont un jeune couple. Elle est photographe, il est musicien, ils ont une vie un peu précaire. Ce matin là, ils sont tous deux porteurs d’une grande nouvelle : Lily vient d’apprendre qu’elle est enceinte d’un mois et demi et Félix vient de décrocher un contrat avec un label américain. Il est tellement heureux que Lily ne veut pas l’embêter avec « son problème ».

Il y a juste un petit souci, il doit commencer à enregistrer dès le lundi suivant, jour où doit arriver son neveu de 7 ans, Balthazar, en provenance du Québec où ses parents sont en train de divorcer. C’est donc Lily, en pleine réflexion pour savoir si elle veut garder ou non son bébé, qui va finalement accepter de s’en occuper. Tous deux vont vivre une belle aventure.

*****

Tout m’a plu dans cette bd !

L’histoire, une tranche de vie belle et sensible sans être mièvre, les personnages qui sont gentils et bienveillants (ici il n’y a pas de « méchants » certains sont juste un peu « à côté de la plaque »), les illustrations (même si j’ai trouvé que certains personnages se ressemblaient un peu trop, Lily et Balthazar par ex, mais ce n’est pas gênant pour la lecture), les couleurs utilisées, le côté « réaliste » (on n’esquive pas les problèmes, chacun à les siens !) et le ton résolument optimiste !

Et le personnage de Pierrot, cette chaleur humaine, quel bonheur ! J’aimerai rencontrer des gens comme ça tous les jours. Humain, compréhensif et gentil… Un vrai plaisir.

Seul hic : ça m’a vraiment donné envie de voir la neige !!!

*****

De Gwénola Morizur, nous vous avons déjà présenté « Bleu pétrole » (sur le naufrage de l’Amoco Cadiz au large des côtes bretonnes)

Feuilleter les premières pages

Les avis de : Sabine, Brize, SylireBlandine

Cette semaine nous sommes chez Moka, Au milieu des livres

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Bleu pétrole -BD Ado / Adulte

bleu40 ans après le naufrage de l’Amoco Cadiz

BLEU PÉTROLE
Morizur & Montgermont

Grand Angle
Bamboo (2017)

****
Préfacé par Georges Pernoud
*****

40 ans après le naufrage du pétrolier Amoco Cadiz et la terrible marée noire qui en a découlé (la plus grande du siècle !), cet album revient sur le combat d’un homme, Alphonse Arzel, agriculteur et maire de sa commune, Ploudalmézeau. Son combat, qui devient vite celui de tous les élus des communes concernés, débouchera sur un procès tout d’abord (il va durer 14 ans) mais également sur la création d’un organisme « Vigipol » qui existe toujours.

Mais il n’y a pas que ce combat dans cet album. Il y a aussi l’histoire de toute une famille, durablement impactée par cette catastrophe.

*****

Si je ne suis pas totalement fan des illustrations (pas de raison particulière, juste une histoire de goût !) je suis par contre totalement convaincue de l’utilité de parler encore et toujours de ce genre de catastrophe ! Et la façon dont l’histoire est racontée, à travers cette famille, est très prenante.

J’habite en bord de mer

… et j’ai eu, il y a quelques années, la désagréable surprise de sentir une odeur nauséabonde en ouvrant ma porte… Un cargo maltais s’était échoué sur la plage en pleine nuit, à cause d’une tempête comme il y en a souvent par ici. Bref. Pourtant cette fois-ci ce n’est pas le pétrole qui a causé le plus de dégâts, mais bel et bien les curieux qui sont venus en masse pendant des semaines pour voir le cargo et le prendre en photo (et qui ont un peu massacré les dunes !!)

Il n’en reste pas moins que des bateaux s’échouent encore sur les côtes de Bretagne et qu’il est primordial que les gens sachent les dégâts que cela entraîne (et pour combien de temps). Il est de plus en plus fréquent que la bd s’empare de sujets documentaires ou d’actualité. Je trouve ça très intéressant parce que cela permet en prime de toucher un autre public.

*****

A la fin de l’albumhttps://www.angle.fr/images/bannieres/Prix-Artemisia-large.png, une dizaine de pages documentaires reviennent sur l’origine de cette histoire.

*****

Cet album a reçu la Mention spéciale du Documentaire 2018 du Prix Artémisia  

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

L’avis de Sabine du blog le Petit Carré jaune

Cette semaine nous sommes Au milieu des livres, chez Moka

Nous suivre et partager :
error0