María Elena Walsh, la diva de la littérature jeunesse argentine

A Buenos Aires, la Féria du livre jeunesse ne désemplit pas chaque année et séduit petits et grands ! Cette année, elle aura lieu du 13 juillet au 1er août 2015 dans la capitale argentine. Je n’aurai pas la chance d’y aller, mais accompagnez moi tout de même dans un petit voyage argentin, à travers les mots…

 

L’Argentine, c’est d’abord le pays de milles histoires contées oralement, et chantées à travers le son d’une guitare. Mais le pays est aussi devenu au cours de ces dernières années la caverne d’Ali Baba en termes de livres ! En effet, c’est après la dictature que la liberté d’expression a repris le dessus, permettant ainsi aux auteurs et aux amateurs de littératures de s’exprimer, de se replonger dans la lecture et l’amour des livres.

Avec environ 500 librairies dans la capitale argentine, vous n’avez que l’embarras du choix ! Romance, ouvrages de psychologie, humour, scénarios mélodramatiques mais aussi livres de jeunesse pour nos petites têtes blondes vous attendent à chaque coin de rue! Alors que les enfants sont chéris de tous, il va de soi que des auteurs ont pris du temps et du plaisir à narrer des histoires à leurs façons. Un écrivain a retenu notre attention.

Description de cette image, également commentée ci-après

          María Elena Walsh nait le 1er février 1930 à Buenos Aires d’un père irlandais et d’une mère andalouse, elle fait ses études supérieures à l’école des beaux Arts de Buenos  Aires. Dans les années 50, elle s’exile à Paris, et devient une poétesse, romancière et musicienne argentine reconnue. Elle commence alors à se pencher sur l’écriture de livres de jeunesse. En effet, María créait des personnages attachants et drôles au fils de ses histoires comme Manuelita la Tortuga (dessin animé connu de 1999). Ses livres comme Tutu Maramba, El reino del revés (le royaume de l’envers), et notamment Dailan Kifki, l’eléphant volant connaissent un grand succès. L’histoire de Dailan Kifki traite d’un éléphant, « une énorme montagne grise » comme elle l’indique, qui va changer la vie de toute une famille avec son arrivée. L’histoire est racontée de manière parfois hilarante, et compte 48 chapitres qui mêlent le quotidien et l’extraordinaire, l’imaginaire aussi.

Maria, à travers ses ouvrages, est qualifiée par ces amis écrivains comme une grande auteure qui a su renouveler la littérature hispanique pour enfants, en combinant l’ironie, le paradoxe, le lyrisme et l’absurde. Aujourd’hui, ces histoires fantastiques peuplent les rêves des petits et des adultes qui n’oublient pas leur enfance. Révolutionnant la manière selon laquelle on perçoit et comprend la relation entre poésie et enfance, María Elena Walsh s’est éteint le 11 janvier 2011.

Retrouver plus d’information sur la littérature argentine en vous rendant sur le site de l’agence Argentina Excepcion, une agence de voyage sud américaine passionnée !

 

Nous suivre et partager :

A propos Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Je ne connais pas du tout la littérature Argentine ! A un ou deux auteurs près très connus tel Jorge Luis Borges (que je ne connais que de nom !) ou Quino le papa de Mafalda (que j’adore !)
    Sympa le lien vers le site de l’agence de voyages…

  2. je connais un peu la littérature “adulte” mais pas celle pour enfant, merci pour cette mise en lumière!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.