Ce que j’ai oublié de te dire – Joyce Carol Oates

Roman pour grands adolescents

Ce que j’ai oublié de te dire

Joyce Carol Oates

Albin Michel, 2014
Wiz, 341 pages
9782226252586, 15€

Joyce Carol Oates est une auteur que je ne suis qu’en littérature jeunesse, et chaque fois je me demande si le fait que les personnages soient des adolescents en fait vraiment un roman jeunesse. Ce que j’ai oublié de te dire ne fait pas exception.

Merissa, Nadia, Tink, trois jeunes filles qui rythment ce roman. Merissa et Nadia racontent, chacune leur tour, le lycée, la vie, mais surtout la mort. Celle de Tink, celle qui les comprenait si bien et qui s’est suicidée six mois plus tôt. Tink était une fille étrange qui a changé leur vie. Mais sans elle Merissa ne sait plus vraiment qui elle est, ni si ce qu’elle a toujours voulu l’intéresse toujours. Elle veut exister et la seule solution qu’elle trouve est dans la douleur. Nadia, quant à elle se sent seule et rejetée et c’est dans l’amour pour un de ses professeurs qu’elle se sent vivante.

Dans ce roman à la première personne, avec trois parties et trois narrateurs, la vie est la quête essentielle. Vivre, savoir vivre, réussir à vivre encore, se sentir vivante… Nos personnages ne sont pas des écorchées vives, pas vraiment. Si la vie ne leur fait pas que des cadeaux, sans le suicide de Tink elles auraient continué leur vie sans grand remous.

Tink, personnage central de ce roman, elle et ses secrets, ses non-dits. Elle, fantômatique pour répondre aux interrogations de ses amies encore vivante, souvenir tenace. Elle, qui a su les changer, leur faire voir la vie autrement, pour repartir presque aussi vite. Un personnage que l’on a du mal à saisir pendant tout le roman.

Merissa et Nadia sont deux jeunes filles détestables et attachantes. Ces jeunes filles à qui tout réussi mais qui recherche à exister sont extrêmement fragile, même si leur entourage ne le remarque pas. C’est en nous immissant dans leur pensées les plus intimes que l’on comprend et partage leur douleur.

Ce roman aborde des thèmes variés mais difficiles. Le divorce, l’indifférence parentale, la solitude, l’amour d’un professeur, la maladie, mais encore anorexie, scarification, suicide. Rien n’est épargné à nos adolescentes et pourtant, malheureusement, tout semble si vrai. L’écriture de Joyce Carol Oates nous mène dans ces tréfonds de l’être humain avec brio, toujours à la première personne et sans jamais porter de jugement. Pas vraiment de solution non plus.

Si ce roman est absolument superbe il n’en demeure pas moins un récit extrêmement difficile. S’il peut être salvateur pour certains adolescents en péril, il pourrait aussi en faire couler d’autres tant les personnages semblent plus heureux dans la solution qu’ils trouvent à leur malheur.

Enfin un détail m’a légèrement dérangé, celui du poids des adolescentes en question. Pour une taille d’1m65, un poids de 45 kg semble normal, un poids de 55 kg vraiment énorme. On voit même son ventre ! Bien sûr cela permet de mieux visualiser les difficultés de représentation d’elles-même et des autres qu’ont ces jeunes filles, pour un regard adulte, mais je pense qu’il faut être très prudent avec ce genre de sujet sur nos adolescentes… Un roman à conseiller aux plus grands adolescents, et surtout pas comme « livre médicament ».

+ Challenge YA#3

+ + Challenge Rentrée littéraire d’hiver de Valérie

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Partagez

A propos Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Lien pour marque-pages : Permaliens.

27 Commentaires

  1. J’aime beaucoup Oates,si j’ai l’occasion je lirai ce roman. Mais je ne le conseillerai pas à ma fille. Ce n’est pas assez positif, j’aurais bien trop peur des « mauvaises idées ». Les adultes qui s’occupent d’ados devraient le lire peut-être.

  2. J’aime beaucoup Joyce Carol Oates mais il est vrai que ses romans sont très noirs. Je ne suis souvent pas d’accord avec le fait de classer certains de ses livres en littérature ado, je trouve qu’ils sont beaucoup trop durs et que le style d’écriture rend difficile la prise de recul avec ce que vivent les personnages.

  3. Contrairement à toi je n’ai encore lu aucun roman ado de Oates même si j’ai « quelque part où se cacher » (ou quelque chose comme ça !) et je crois que « Nulle et grande gueule » est aussi catalogué ado. L’univers de Oates est noir et c’est sûr que ces romans ado doivent être mis entre les mains d’ado avertis. En tout cas tu m’as donné envie de le découvrir.

  4. J’aurai du mal à le recommander vu ce que tu en dis…

  5. Je ne connais pas cet auteur, mais ce que tu en dit me donne envie de la découvrir.

  6. Je l’ai pas encore lu mais il va falloir que je le lise… Un jour… :-/

  7. merci beaucoup pour la découverte de cet auteur :) , je pense que mes prochains livres seront ceux de cet auteur .
    Par contre il est vrai , que je ne le conseillerais pas à ma petite sœur de 15 ans 1/2 car elle est très influençable ^^

  8. Merci pour cette découverte et toutes ces mises en garde … si je le croise. En ce moment je lis « entre Dieu et Moi c’est fini  » de Katarina Mazetti un peu le même sujet … mais peu crédible … un post bientôt

  9. J’ai cru avoir raté un roman, mais tu es à la pointe des sorties ! J’aimerais beaucoup le lire ; tu as raison aussi de faire la petite mise au point dans ton dernier paragraphe !

  10. Ton billet fait que je le rajoute à ma liste. Je ne connais Oates qu’en « version » adulte.

    • Je n’ai lu qu’un seul roman adulte, alors que j’ai lu une bonne partie de ces romans jeunesses, mais je pense vraiment qu’il ne faut pas s’arrêter au terme jeunesse car il s’agit surtout de personnages principaux adolescents mais les adultes y trouveront pour beaucoup leur compte aussi! :)

  11. Oates écrit des choses très dérangeantes. Il faut que je la lise en jeunesse

  12. Je trouve l’écriture de Oates difficile et sombre, je ne pensais pas qu’elle écrivait pour la jeunesse.

  13. J’ai parfois un peu de mal avec Joyce Carol Oates mais je note tout de même ce titre.

  14. Je n’ai jamais lu de livres ados de cette auteure. Ils semblent aussi noirs que ceux pour adultes.

  15. C’est étrange, je pensais avoir lu tout les WIZ mais lui je le connaissais absolument pas… Cela doit venir du fait qu’il est très sombre…Je dois avouer que j’adoore le titre…Un peu moins la couverture mais le titre… *_*

  16. Merci pour les mises en garde :-)

  17. Ping :[Challenge jeunesse / young adult] Bilan #12 | Muti et ses livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *