Perdre est une question de méthode de Santiago Gamboa

Perdre est une question de méthode
Auteur : Santiago Gamboa
Editeur : Point (Ed. Métaillé 1999)
Collection : Roman noir
Date : novembre 2009
Pages : 346 p.
Prix : 7€
ISBN
9782757815731

Roman noir (thriller colombien)

Thèmes : Colombie, Obésité, mafia.

Présentation de l’éditeur :
« Victor Silanpa est détective, journaliste à ses heures, un brin escroc et franchement désabusé. Un matin brumeux, la découverte d’un cadavre crucifié et empalé sur les rives du Sisga ranime sa soif de justice. Aidé de Quica, une jeune prostituée qui le tient sous son charme, il enquête dans les bas-fonds de Bogota, allant jusqu’à déjouer la machination de puissants politiciens véreux… « J’ai perdu. J’ai toujours perdu. Perdre n’est qu’une question de méthode. » »

Attention cette présentation est erronée sur plusieurs détails…

Avis :

Je n’avais jamais lu de littérature colombienne, j’étais donc ravie de découvrir ce roman. Et puis l’histoire se
passe là bas, j’espérais donc voyager. En fin de compte très peu de détails sur le pays, on aurait pu situer l’action un peu n’importe où, avec une présence un peu mafieuse. Bon tant pis, le roman aurait pu se rattraper sur l’histoire, avec du suspense… ce n’était pas le cas non plus, l’histoire m’a paru embrouillé, j’ai failli m’endormir. Cela dit j’ai tenu à lire ce livre jusqu’au bout, pas tant pour connaître la fin de cette histoire de meurtre, car en fait pour faire simple, dans le livre, on s’en fiche un peu du mort. Ce qui nous intéresse c’est de démêler cette histoire de terrain à construire, où tous ont un intérêt. Sauf que bon voilà, il y a une kyrielle de méchants, que je n’ai pas réussi à savoir qui était vraiment qui, à part notre anti héros, journaliste névrosé, dépressif qui s’est fait largué par sa copine (qui est repartie avec son ex) et qui par déception fricote avec une prostituée tout juste majeure, s’incrustant chez elle, mais en continuant de la payer. Ah oui j’oubliai son objet fétiche est une poupée dans laquelle il range des petits mots… bon…. pourquoi pas… Mais au final dans ce livre c’est la multiplication des histoires qui m’a déplu. D’un coté ce meurtre, en parallèle la disparition d’un homme, recherché par son frère, et puis cette histoire d’amour déçu, la vie de la prostituée,
les relations entre méchants mafieux, et pour finir l’histoire de ce flic, obèse… et alors c’est vraiment la goutte d’eau qui m’a déroutée… Ce mec est plus que secondaire dans l’histoire, mais un chapitre sur trois environ lui est consacré. Il nous raconte sa vie, depuis son enfance, pourquoi il est devenu obèse… bon pendant un moment je me suis dit, il va y avoir un rapport avec l’histoire, quelque chose d’intéressant…. Non, même pas.

La seule chose que j’ai apprécié dans ce roman c’est qu’il y a quand même un minimum d’action, des courses poursuites, des planques, des meurtres… De l’action donc pour une histoire presque intéressante.

 

Santiago Gamboa est né en 1965 à Bogota. Après des études de philosophie et de littérature, il a été journaliste à Radio France internationale et correspondant du quotidien El Tiempo. Perdre est une question de méthode a été adapté au cinéma par Sergio Cabresa en 2004.

L’avis de Neph

 

http://idata.over-blog.com/2/49/72/39/Images-Divers/PlanisphereDefi.gif

Lu dans le cadre du Défi policier des 5 continents > Amérique du Sud

Nous suivre et partager :
error0

A propos Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Lien pour marque-pages : Permaliens.

13 Commentaires

  1. C’est vrai que l’histoire du flic est plaisante mais finalement reliée à rien du tout ! Le tout est quand même ultra confus… Merci pour le lien :)

  2. bonsoir Sophie
    mince je suis déçue, vu ta critique, moi qui aime le suspens … et surtout voyager .. m’évader .. bravo car je n’aurais surement lu cet ouvrage jusqu’à la fin, quand je n’accroche pas rien à faire je laisse le livre au placard, c’est génial ce que tu fais, la sélection est importante pour moi, je lis surtout en vacances, c’est un moyen pour moi de m’évader aussi, je choisi toujours mes livres avec soin, je n’aime pas me tromper .. doux week-end
    bisous 

  3. J’adore la collection Roman noir de Points et tu m’a conquise avec ce titre ! Je l’ajoute à ma PAL.

  4. coucou !  :D biEntot dE retOur au pAys pr Les fëtes ? :D
    Dit $Ophi£ beaucOup d AutEur rAcOntE Leur EnfAnce…rolalal iLs s En inspirE tOus!  :-)
    bOn weeK End !

  5. bonne nuit et a demain  pas un livre trop bien quoi !

  6. Merci de ta visite.
    Bonne Saint-Nicolas
    Gros bisous
    Violette c+

  7. Bonjour Sophie , heureux que tu ailles enfin mieux … Bof , ce livre n’a pas l’air terrible , si tu as failli t’endormir avec , moi , je m’endors juste en lisant le titre

  8. Belle journée de Dimanche et repose toi bien , amitiés et bisous de Thierry

  9. Même si ton commentaire n’est pas forcément élogieux, ce livre m’intrigue quand même… J’aime les histoire compliquées et les narrations enchâssées. Et puis je sors de Jonhatan Strange et Mr Norrell qui m’a complétement ennuyée. Maintenant, je suis rôdée !! 

  10. Pas plus tentée que cela. Bises et click

  11. Livre excellent. C’est drôle au possible, les situations sont caucasses. Gamboa changent vraiment les repères que l’ont peur avoir avec des romans plus classiques. Et puis, il ya vraiment deux ou trois répliques d’anthologie.

    Bonne lecture à tous

  12. Je me disais : chic, un polar ; mais non ! Tant pis, j’en ai pleins d’autres dans ma PAL.

  13. Tu as failli t’endormir sur ce livre ? Alors je vais éviter car en ce moment j’ai déjà tendance à m’endormir naturellement sur les livres, même les plus passionnants !  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.