A propos Nathalie

Passionnée de lecture depuis plus de… 40 ans !!
Est très heureuse actuellement d’effectuer un remplacement en médiathèque !

Le garçon qui se taisait – Lois Lowry

 Le garçon qui se taisait

Lois Lowry

Ed. L’école des Loisirs (2005)

Collection Médium

L’auteur : Lois Lowry est née en 1937 à Honolulu, dans l’île de Hawaï. Elle vit entre Boston et une vieille ferme à la campagne. Avant de se consacrer entièrement à son métier d’écrivain, elle a travaillé comme journaliste indépendante, écrivain et photographe. Son amour pour les enfants l’a poussée tout naturellement à écrire pour eux. (L’école des loisirs)

Elle a également écrit « Le passeur » (le film est sorti récemment, voir l’article) ou encore « l’élue« , deux livres que j’ai également beaucoup aimé… Un auteur à découvrir, si ce n’est pas encore fait !

L’histoire : Il ne parle pas, mais il est très fort pour imiter les bruits de la campagne, de la meule qui broie le grain à la traite des vaches. Il aime la compagnie des agneaux, des chevaux et des chiens. C’ele-garcon-qui-se-taisaitst lui qu’on charge d’éliminer les chatons en surnombre, à leur naissance. Comme il ne dit rien, on croit qu’il n’en souffre pas. Beaucoup de gens l’appellent le  » débile  » ou le  » détraqué « . Le docteur Thatcher, lui, dit que Jacob sait aller vers les choses qu’il aime et s’en approcher avec prudence, et aussi qu’il protège un monde bien à lui sous son éternelle casquette de tweed. Un jour, au lieu de le tuer, Jacob sauve un petit chat et l’offre à Katy, la fille du docteur.

Le livre commence en 1987 : Une vieille femme, le Docteur Katherine Thatcher, nous raconte une partie de sa vie quotidienne de petite fille, rythmée par l’école, les jeux avec les voisins, les discussions avec ses parents ou Peggy, la jeune bonne. Peggy l’emmènera un jour chez ses parents, à la ferme, pour lui montrer les animaux. Là, elle fera la connaissance de Jacob, jeune frère de Peggy, qui est, selon les gens « attardé » ou encore « débile ». Kathy, qui est une petite fille très éveillée et très observatrice (son père médecin, lui parle comme à un adulte et lui apprend beaucoup de choses) essaiera d’approcher Jacob, de lui parler, d’être amie avec lui.

Un petit livre (170 pages) dense et prenant, dont la fin, pourtant assez prévisible, m’a attristé…

Un livre qui permet d’imaginer la vie des gens (pauvres comme les parents de Peggy et Nelly/ou plus aisés comme la famille de Kathy) au début du siècle dernier, puisque l’histoire se situe entre 1908 et 1911. Mais qui montre aussi et surtout le peu de cas fait pour les personnes différentes, ici, les malades mentaux (Jacob étant probablement un enfant « autiste »).

Une vieille photo illustre chaque début de chapitre, donnant encore plus de force/de vie aux personnages. Un livre très bien écrit, plein de tendresse et d’humanité, que l’on quitte à regrets. Un vrai coup de cœur !

SignatureNat

♥ La pluie d’or – Livre CD ♥

♥ La pluie d’or ♥

livre-CD tiré du conte musical rap « La Pluie d’Or »

  Illustré par Gauthier Rebetez et écrit par l’auteure et comédienne Salima Drider

Préface de Mc Solaar

éditions Nuits d’Encre (collection ZikLu-2014)

Dans le nord de Paris, tout près de Montmartre, existe un quartier fabuleux, celui de la Pluie d’Or. Loin du tumulte parisien, les habitants de ce lieu onirique coulent des jours heureux depuis qu’une pluie d’or magique est tombée du ciel après une longue sécheresse persistante.

En souvenir de cet instant extraordinaire, les habitants de la Pluie d’Or décident de conserver une perle d’or autour du cou en guise de porte bonheur. Cette pluie magique et dolivre-CDrée apporte aux habitants chance et sérénité mais leur a surtout fait prendre conscience de la richesse qu’ils ont de vivre ensemble. Leur vie est passée de l’ombre à la lumière, de la tristesse à la joie. La jeune Fatma est un exemple de cette nouvelle vie. Avant la tombée de la pluie, elle n’était qu’une jeune fille malheureuse et perdue.

La Pluie d’Or lui a donné une nouvelle force et lui a permis, des années plus tard, de devenir la célèbre « Mère Fatma », connue dans le monde entier grâce à son plat mythique, le couscous, qu’elle seule sait cuisiner à la perfection. Malgré cette réussite, la Mère Fatma ressent un vide au fond de son cœur.

Elle rêve secrètement d’avoir des enfants. Le sage du quartier « Papi Moussa », lui conseille de se rendre à l’orphelinat où deux enfants lui semblent prédestinés. En arrivant là-bas, elle est conquise par deux jeunes enfants au regard triste, Asia et Noah. Malheureusement, l’arrivée de ces deux enfants n’enchante guère les habitants de la Pluie d’Or car, en les observant bien, les habitants découvrent qu’ils sont atteints d’un mal étrange, une lueur triste transperce les yeux des jeunes enfants. Les habitants de la Pluie d’Or se retrouvent submergés par la peur de voir de nouveau leur vie sombrer dans la mélancolie. La mésentente entre les uns et les autres s’accentue parmi les habitants du quartier qui ont peur de l’arrivée de ces étrangers. Asia et Noah rejetés, la Mère Fatma est contrainte de partir avec eux à la recherche d’un remède au mal qui les ronge. Ainsi débute un long voyage fantastique sur une route semée d’embûches et de magie.

La Mère Fatma trouvera-t-elle un remède à la mystérieuse maladie de ses enfants ? Vont-ils pouvoir retourner chez eux? L’entente sera-t-elle de nouveau possible au sein du quartier de la Pluie d’Or ? C’est ce que vous découvrirez en suivant la Mère Fatma dans ses aventures !

Mon avis : Une très jolie histoire qui parle d’espoir, de la peur des autres et comment la surmonter.

Un conte original et plein d’énergie qui plaira à tous ! Le cd qui accompagne le livre contient 10 chansons toutes plus dynamiques les unes que les autres. Je ne suis pas fan de Rap, mais j’ai beaucoup aimé ce CD ! Les paroles des chansons sont belles et intelligentes et la musique énergisante.

Mes préférées : les chansons n°1 (La pluie d’or) très gaie ! et la n°7 (voyager en chantant). La n°8 m’a donné froid… (Appelez-moi le vent) glagla ! Et j’adore le refrain de la n°9 (Smiley City) : « Bienvenue à tous, à Smiley City, la vie est douce / On flotte comme sur de la mousse / Bienvenue à tous, à Smiley City, la vie est douce / Il n’y a que des sourires sur nos frimousses… » C’est pas mignon, ça ? (et vous n’avez pas la musique)

Je vais peut-être me mettre à écouter du Rap, moi ? En tous cas, vos p’tits loups adoreront se trémousser sur ces chansons, c’est sûr !

♥♥♥

SignatureNat

Mon papa est comme ci

PapaMon papa est comme ci

De Sandrine Beau & Soufie

Aux éditions Limonade (2011)


Les auteures :  Après avoir été clown, réalisatrice de films vidéo, Miss Météo ou encore animatrice radio, Sandrine Beau est maintenant auteure de livres pour enfants. Soufie a toujours aimé le dessin. Après avoir fait des études en design et graphisme, elle se lance dans l’illustration jeunesse.
 
 L’histoire : Deux enfants discutent.
Le premier dit : « Mon papa, c’est le roi de la tarte aux mirabelles ! »
« N’importe quoi ! Les papas, ça fait pas des gâteaux ! Ou alors… Il est cuisinier ? »
« Non, il s’occupe de ma petite sœur. »
« Il fait chômeur alors ? »
(les hommes et femmes au foyer apprécieront !! ;))
ilFaitChomeur
 .
 Vraiment sans préjugés les petits ?? A lire cet album pour les 3/4 ans, on ne dirait pas…
Bref, un des petits garçons a vraiment du mal à imaginer qu’un papa qui change les couches de la petite sœur, fait la cuisine et des bouquets de fleurs soit vraiment un papa… Et l’autre petit garçon, il n’a vraiment aucun à priori ?
Un album très amusant et très mignon (j’aime beaucoup les illustrations, rondes et douces) pour aider à combattre tous les préjugés, dès le plus jeune âge ! Je vous laisse découvrir la fin, qui m’a bien amusée…
.
mon papa est comme ci 4
Dans la même collection, il y a aussi « Ma maman est comme ça », « Mon papy est comme ça » et « Ma mamie est comme ci »…
 SignatureNat

C’est quand la vie ?

CestQuandLaVie

C’est quand la vie ?

Paroles de jeunes, éclairage d’une psy

Sophie Braun

Ed. du Mauconduit (Oct. 2014)

  « Je n’ai pas ma place. » « Je ne vis pas ma vie, je fais semblant. » « Je ne sers à rien. »
« Je ne mérite pas qu’on m’aime. » « Je ne peux pas quitter ma mère, elle est seule … »

Combien de jeunes en proie à des sentiments de mal-être et d’angoisse aimeraient savoir où puiser leurs ressources pour aller mieux ? Ce livre, né de l’expérience quotidienne de la psychanalyse avec des adolescents et des jeunes adultes, leur propose des clés de compréhension pour élargir leur espace de liberté et prendre leur vie en main.

Chacun pourra le lire, dans l’ordre ou le désordre, en piochant à son gré parmi :

• les paroles des jeunes exprimant leurs conflits quotidiens, leurs doutes et leurs difficultés.
• les éclairages sur Freud, Jung, Winnicott et ce que ces psychanalystes nous expliquent des blocages intérieurs.
• des points d’appui concrets pour permettre à chacun de devenir plus attentif à soi-même.

Les questions sont abordées simplement et sans fausse pudeur. Qu’elles se posent dans la vie quotidienne (comment décider, apprendre à dire non, mobiliser son énergie et sa volonté…) ou qu’elles concernent des sujets plus graves (la honte, les fragilités familiales, la peur de la dépression, l’alcool, la drogue, la violence, l’autodestruction, la tentation du suicide…).
Se déployer et oser enfin vivre sa vie : un des rares ouvrages qui s’adresse aux adolescents et aux jeunes adultes avec autant de ferveur et d’empathie et qui les encourage à développer leur élan vital, leur fougue et leur créativité.

Ce que j’en pense :

L’introduction, ce n’est généralement pas la partie que je préfère dans les livres… C’est parfois barbant, parfois pompeux, parfois juste ennuyeux. Ici, ce n’est pas le cas. Elle est courte (4 pages) et donne vraiment envie de lire la suite.

On sent l’auteur proche des gens, concernée par ce qui leur arrive (on pourrait dire que pour un « psy » c’est normal, ben non, je vous rassure, il y en a qui font ça juste pour gagner de l’argent !! Cherchez pas, c’est du vécu.) Bref.

Ici, on ressent une réelle volonté de la part de l’auteur d’apporter son aide, d’aider les gens (ce livre s’adresse aux jeunes, mais… ne peut-il pas servir à tout le monde ?) et ça met en confiance pour la suite.

Ce livre est composé de deux grandes parties.

La première, propose des chapitres courts (4 à 6 pages) qui en quelques phrases « cernent » le problème et propose un questionnement pour arriver à un début de solution.

La deuxième, plus complexe, permet d’approfondir ce qui a été dit dans la première partie.

La mise en page est très claire, très sobre et aide à la compréhension (titres en gras, résumé du chapitre en italique…) on se repère facilement et pour ce genre de livre, vraiment, ça me paraît important.

J’ai trouvé ce livre très bien fait, très intéressant même si j’avoue ne pas avoir tout compris dans la deuxième partie !

La première partie pourra certainement aider certains ados, ne serait-ce qu’en leur montrant que leur problème n’est pas une fatalité et qu’il peut se résoudre… Après, il me paraît évident qu’un livre ne peut pas remplacer une discussion avec un psy, mais il peut être un premier pas pour y aller…

A réserver aux « grands » ados et jeunes adultes (je dirai à partir de 15 ans) ça me parait un peu difficile avant (surtout la 2ème partie).

SignatureNat