Combat d’hiver de JC Mourlevat

Le combat d’hiver de Jean Claude Mourlevat.- Gallimard jeunesse, 2006

Présentation de l’éditeur :

« Dans un pays imaginaire, des jeunes gens, tous orphelins, sont détenus dans un internat qui ressemble à une
prison. Cet hiver-là, une lettre mystérieuse leur révèle qu’ils sont les enfants d’une génération d’hommes et de femmes éliminés, une quinzaine d’années plus tôt, par la faction totalitaire qui a
pris le pouvoir. Quatre d’entre eux, deux garçons et deux filles, vont s’évader et reprendre le combat perdu naguère par leurs parents. Mais il leur faut déjà échapper aux terribles
« hommes-chiens » lancés à leur poursuite dans les montagnes glaciales…

La beauté et l’amour entre les personnes peuvent-ils triompher de la barbarie ? La lutte héroïque de quatre
adolescents épris de liberté dans un monde noir et fascinant. »


Je ne vous en révèlerai pas plus sur l’histoire (je trouve déjà que ce résumé en dit enormément…), de peur de vous en dire trop… En tout cas cette histoire m’a absolument fascinée quand je l’ai
lu à sa sortie… Elle n’avait rien de si extraordinaire, mais j’étais en train de préparer le CAPES quand je l’ai lu, et j’avais du mal à me concentrer sur un livre… Celui ci m’a captivé, et m’a
fait beaucoup de bien!
L’histoire est à la fois fantastique, et pourtant très ancré dans notre réalité, comme dans un futur probable… Les personnages, des adolescents, sont très attachants, et leur histoire dans
l’histoire pleine de sensibilité!
L’écriture de JC Mourlevat est toujours très fine, pleine de poésie, sans pour autant se révéler ardue… je l’ai même trouver les légères, et les 300 pages se dévorent rapidement…
Avis à nuancer peut être pour un adolescent… la lecture étant posible dès 11, 12 ans!

Je vous parle de ce livre parce que je l’ai relu il y a peu afin de préparer quelques lectures à haute voix pour la rentrée.

Pour écouter un extrait du roman,
ICI

Pour ma part c’est un vrai coup de coeur, même s’il s’est atténué avec le temps!

Biographie de Jean Claude Mourlevat  (Gallimard)
Jean-Claude Mourlevat est né en 1952 à Ambert en Auvergne, de parents agriculteurs. Il est le cinquième enfant de six (trois frères et deux soeurs).
Il exerce le métier de professeur d’allemand en collège pendant cinq ans avant de devenir comédien de théâtre. Il est notamment l’auteur et l’interprète du clown muet nommé « Guedoulde », spectacle
joué plus de six cents fois en France et à l’étranger. Il met en scène de nombreuses pièces de Brecht, Cocteau, Shakespeare.
Depuis 1997, il publie des ouvrages pour la jeunesse. Il écrit tout d’abord des contes, puis un premier roman, La Balafre.
Jean-Claude Mourlevat réside près de Saint-Étienne, avec sa femme et leurs deux enfants.

[il habite donc tout près de chez moi, c’est d’ailleurs l’oncle d’une de mes élèves. Elle m’a d’ailleurs déjà vanté les mérites de son prochain roman]

Défense de lire ce livre de Pat Moon

Défense de lire ce livre de Pat Moon.- Flammarion (Tribal), 2002

defensedelirecelivre.gifGenre : Récit de vie

Ce roman jeunesse est l’histoire d’Olive Penny (Finch), une jeune fille âgée de 13 ans. Sous forme d’un journal intime, Olive nous raconte sa vie, entre sa mère Debbie et sa grand-mère Nolly. Elle
n’a jamais connu son père car il est mort dans un tragique accident juste avant sa naissance.
Son meilleur ami, Graeme, est un petit lapin blanc. Mais elle a aussi Cassie, sa meilleure amie depuis la maternelle.

Le 21 juin elle commence son journal dans un cahier offert par Nolly. Tout va très bien dans sa vie… sauf que voilà les « tragédies » se succèdent : sa mère trouve un nouvel ami, sa grand mère a
une santé vacillante, et Cassie obtient l’autorisation de sa mère  d’aller au collège Sainte-Monica, une école pour filles très haute gamme, où Olive ne pourra pas aller…

C’est l’histoire quotidienne de cette jeune fille que l’on suit, entre journal et discours narratif, une histoire sans grandes surprises… et sans grand intêret à mon goût.
Je l’ai lu rapidement, mais ça ne m’a pas inspiré plus que ça… Une histoire typiquement adolescente, qui plait peut être à certaines d’entre elle…. mais pas toutes, puisque ma soeur (16 ans)
n’a pas plus apprécié que moi!

Un petit mot pour finir sur le titre du livre, qui est une bonne action marketing, puisque c’est ce qui m’a fait emprunter ce livre. « Défense de lire ce livre » il n’y a pas à dire, il n’y a pas
mieux pour donner envie de le lire…

Biographie

Pat Moon est née à Bromley dans le Kent en Angleterre, mais elle habite actuellement à Norwich avec son époux et ses trois enfants. Enseignante pendant de nombreuses années, elle abandonne ce
métier pour se consacrer à l’écriture en 1991 et à des ateliers d’écriture pour la jeunesse. Elle a écrit son premier ouvrage « Double Image » en 1993. Ses deux premiers ouvrages ont obtenu des
nominations pour des prix de littérature jeunesse. Elle écrit à la fois pour les jeunes enfants et pour les lecteurs plus âgés. (source : livres à gogo)

Mots clés : journal intime, adolescence.

Deux pour une d’Erich Kästner

Deux pour une d’Erich Kästner.- Livre de Poche Jeunesse (Histoires de vies)

« L’histoire folle de Louise et LOtte, deux soeurs jumelles que leurs parents ont séparés à la
naissance, et qui se rencontrent en colonie de vacances. Et si Louise et Lotte échangeaient leur rôle? »

Une histoire simple, sensible et drole à la fois que celle de ces deux soeurs séparées à la naissance, mais qui décident d’échanger leur rôle. Quelques couacs, des changements, des différences,
et puis une idée de fond, celle de réconcilier leur parent…
C’est vraiment mignonnet, un peu d’un autre temps, quand les romans pour la jeunesse finissaient toujours bien, que les parents divorcés se remettaient ensemble… Mais ça fait parfois du bien,
une histoire joyeuse!

J’aime bien l’écriture de Erich Kästner (dont vous connaissez peut être Emile et les detectives) parce qu’il a une façon bien à lui de prendre à partie le lecteur, de lui poser des questions, que
je trouve intéressante.

Extrait :

 » A la fin surgit dans l’encadrement de la portière, avec son saint frusquin, la vingtième filette. Un petit bouchon au regard grave. […] Une fois à terre, elle regarde à la ronde avec un
sourire embarassé. Tout à coup, d’étonnement, elle écarquille les yeux. Elle reste là, immobile, à fixer Louise. Et voici que Louise, à son tour, ouvre ses quinquets tout ronds. Avec effroi elle
dévisage la nouvelle. Les regards des autres enfants vont avec perplexité de l’une à l’autre. Le chauffeur rejette sa casquette en arrière, se gartte derrière l’oreille et demeure bouche bée.
Pourquoi donc?
Louise et la nouvelle se ressemblent à s’y méprendre. Il est vrai que l’une a de longues boucles et l’autre des nattes serrées mais c’est là réellement tout la différence. »

Ce roman m’a attiré parce que je me souviens avoir vu il y quelques années le film tiré de ce roman, un téléfilm sans doute…

Après quelques recherches, il s’agit d’un film de Walt Disney > A nous quatre! Réalisé par :Nancy Meyers Avec : Lindsay Lohan, Dennis Quaid,
Natasha Richardson, Elaine Hendrix

A noter que le film se passe de nos jours, et non pas au milieu du 20ème siècle comme dans le livre.

(((d’autres adaptations existent : Petite mamnan de Josef Von Baky  (1950), La fiancée de papa de David Swift (1961) et Charlie et Louise de Joseph Vilsmaier (1993)))

Ce qui est marquant aussi dans ce roman, c’est qu’il est pour le moins totalement inofensif, qu’il ne prone aucune idée politique… et qu’il a pourtant été interdit et brulé par Hitler…

Biographie :

Erich Kästner est né à Dresdes en 1899. Il écrivit des poèmes puis des romans pour les enfants et les adultes, enfin des souvenirs d’enfance. Humoriste, il tenta, aves plusieurs écrivains
allemands de l’époque de défendre par la satire la liberté menacée. En 1933, Hitler fit bruler ses livres, comme beaucoup d’autres. Pourtant Kästner ne quitta pas son pays où il mourut en 1974.
Ses oeuvres ont été publiées à des millions d’exemplaires et il a reçu en 1960 le prix Hans Christian Andersen, grand prix international de littérature enfantine.

ATTENTION LE CONCOURS EST FINI! LES RESULTATS SERONT PUBLIES DES QUE J AURAIS ACCES A LA SAUVEGARDE DU
BLOG ORANGE!!

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Le pacte des marchombres : T2 Ellana l’Envol

Le pacte des marchombres

 T2 Ellana l’Envol

de Pierre Botero


        Ellana dans ce deuxième tome est toujours une apprentie marchombre. Elle obéit aveuglement à son maître Jilano, continuant à escalader des tours hautes et
vertigineuses… entre autre. Mais l’Empire est emprunt à des troubles, tant à ses frontières où il est attaqué, que dans son organisation interne où les traitres sont nombreux. Ellana fera tout ce
qu’elle peut pour aider l’Empire, contre ceux qui l’attaquent, des marchombres comme elle parfois, contre ceux qu’elle aime aussi…

        Un deuxième tome tout aussi prenant que le premier, qui nous laisse essoufler, et une fois de plus avide de continuer…. Mais là un soucis se pose à moi… est ce que je continue par le tome 3 d’Ellana, où bien est ce que je relis pour le plaisir la Quête d’Ewilan?
En effet comme j’ai du le dire en parlant du tome 1, Ellana est LA marchombre de la quête d’Ewilan, cette jeune femme fantastique, souvent en arrière plan mais à laquelle on s’attache. Dans ces deux premiers tomes on a suivi sa vie AVANT la rencontre avec Ewilan, mais le tome 2 s’achève sur cette rencontre…
Le tome 3 quant à lui, reprends beaucoup de personnages de l’ensemble de ces livres, tout en restant centré principalement sur Ellana…. Dilemme donc… qu’avez vous fait pour ceux qui l’ont lu?

 

Je vous conseille le blog de Jean Louis Thouard pour ceux qui aiment les couvertures :
http://lebaron-rouge.blogspot.com

La carte de Gwendalavir :


Pour les fans, il existe une édition spéciale de ce tome 2, commenté par Bottero lui même. En voici l’avant propos fait par l’éditeur :
« NOTE DE L’ÉDITEUR
Vous êtes sur le point de découvrir, en avant-première, Ellana L’Envol, le deuxième tome de la trilogie de Pierre Bottero Le Pacte des marchombres. Mais auparavant, si vous le voulez bien, remontons un peu le temps…
Voilà bientôt sept ans que, chez Rageot, nous cheminons aux côtés de Pierre. Sept années au cours desquelles il nous a initiés à la fantasy et entraînés jusqu’au cœur de son roman-monde. Un roman-monde où l’imagination défie les frontières, où l’écriture arpente de vastes territoires inconnus et met en scène des personnages qui, pour différents, étranges, voire effrayants qu’ils
soient, n’en deviennent pas moins singulièrement familiers et attachants. Nous attendons chacun de ses nouveaux textes avec impatience, nous les dévorons avec gourmandise, nous les travaillons ensemble avec passion avant de les laisser sereinement trouver refuge entre les mains du lecteur.
Personnage secondaire de  La Quête d’Ewilan, Ellana est devenue l’héroïne de sa propre  histoire dans la trilogie Le Pacte des Marchombres. Quoi de plus logique quand, chez Pierre, chaque personnage est traité avec le même respect et possède le droit absolu, inaliénable, de clamer son intégrité, d’exister par et pour lui-même, voire même de s’émanciper ! Ellana, un personnage qui nous est proche quoique… Aucun lecteur ne peut prétendre connaître le nom que lui ont donné ses parents. Surnommée « Grenouille » par son père ou « ma princesse » par sa mère, « Ipiu » par les Petits, elle développe d’abord sa personnalité ictionnelle qui déterminera ensuite son nom. Un nom qui commence bien sûr par un « E » comme celui de toutes les héroïnes signifiantes de Gwendalavir : Ewilan mais aussi Élicia (la mère), Ellundril (le modèle), Erylis (l’autre) ou Éléa (la némésis).
Ellana, sans doute à ce jour la plus libre et sûrement la plus complexe des héroïnes de l’auteur, son pari romanesque le plus audacieux. Voilà donc bientôt sept ans de magie partagée et à partager. Et d’idées un peu folles qui foisonnent et se concrétisent autour des trilogies : un « making of » dans L’île du destin, un site dédié à Ewilan, une triple fin pour La huitième porte, un concours de poésie marchombre, un guide pour « arpenter leur voie » dans Ellana… Bref, une recherche incessante de bonus et de clins d’œil, témoins du plaisir renouvelé de travailler, d’imaginer et d’offrir ensemble.
Dans cette édition très spéciale, l’idée est de donner carte blanche à Pierre pour intervenir quand il le souhaite au fil des pages. Une version commentée en direct du processus de création de ce deuxième tome  en quelque sorte.
Il est grand temps de vous laisser en sa compagnie… »

40 p.  de notes environ… un extrait :
« LES NOMS
Comment faire pour que le lecteur, une fois franchie la porte conduisant à mon monde, ait la sensation de se trouver ailleurs ? Ce n’est pas parce que le roman est catalogué fantasy que le dépaysement est assuré. Pour que l’effet fonctionne, il faut insérer des éléments dans la narration qui, insidieusement ou, au contraire, avec brutalité, vont convaincre le voyageur qu’il n’est
plus chez lui.
Placer à chaque page des montagnes hautes de vingt kilomètres, des bestioles à vingt-six pattes pesant trois tonnes, ou des hordes gobelinesques assoiffées de sang ne suffit néanmoins pas toujours.
Voire donne envie de vraiment se trouver ailleurs tant le résultat est pesant.
Tout est question d’équilibre.
Des monstres, certes, mais pas trop, des hordes gobelinesques savamment dosées et la certitude qu’une montagne haute de vingt kilomètres interpellera beaucoup plus le lecteur si elle est mythique.
Y compris dans le roman.
Les noms, ceux des personnages, des créatures ou des lieux, obéissent à la même règle.
La règle de l’équilibre. »

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :