Les naufragés de l’ile Tromelin

Roman adulte

Les naufragés de l’ile Tromelin

d’Irene Frain

Michel Lafon

Une minuscule bloc de corail dans perdu dans l’océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C’est là qu’échouent en 1761 les rescapés du naufrage de l’Utile, un navire français qui transportait une cargaison cladestine d’esclaves.

Voilà donc la situation de départ… enfin de départ c’est vite dit, parce qu’Irene Frain commence par nous présenter cette ile incroyable, cette ile qui est restée cachée des années, refusant de se montrer aux navigateurs qui la  cherchent pourtant… De rapports en témoignages, de lettres en interprétations on suit les aventures de cette ile, plus encore que des protagonistes parfois… Jusqu’à s’y perdre un peu au début, à se demander quand l’histoire va  commencer… Et puis ensuite ces naufragés, les blancs et les noirs, obligés de vivre ensemble, de s’aider…. une histoire humaine fabuleuse, avec une fin qui n’étonne pas, une fin digne de cette époque là…

L’histoire est racontée au plus près de la vérité (c’est une histoire vraie!), ce qui amène un départ assez lent… Mais ensuite les personnages prennent toute leur grandeur, leur intensité…
certains passages propre aux « Noirs » m’ont particulièrement touchés, l’histoire du conteur tout particulièrement… Au final ces passages sont trop peu nombreux, et c’est ce qui me fera dire que cette lecture ne m’a pas emportée aussi loin que je l’espérais… Un style qui s’éloigne trop du roman, et qui pourtant n’en fait pas un bon documentaire…

De magnifiques photos (entre autre ) > Voir le site du livre Les naufragés de l’ile Tromelin

Ce livre m’a été offert, j’ai lu beaucoup de critiques sur ces pratiques, j’avoue les comprendre, mais je trouve que c’est une opportunité pour des bloggeurs de découvrir de nouveaux livres… Ce n’est pas parce qu’on aime lire qu’on a une bibliothèque débordante… j’achète très peu de livres, et préfère les emprunter en bibliothèque… alors voilà un petit espace sur mon blog, dans une critique complétement réaliste, ça ne me semble pas grand chose tout de même…

La maison aux souvenirs de Nora Roberts

9782749911236FS.gifLa maison aux souvenirs

Nora Roberts


traduit par Joëlle Touati

 Michel Lafon, 05/11/2009
 978-2-7499-1123-6, 17,90€
328 p.

Thèmes : Secrets de famille, Souvenirs, Monde du spectacle, Rénovation / Décoration


« D’habitude, Cilla McGowan revend toujours les propriétés qu’elle rénove. Mais cette fois-ci, il s’agit de la maison de sa grand-mère, une célèbre actrice hollywoodienne, qui s’est donné la mort il y a près de trente ans. Cilla commence la restauration avec nostalgie ; elle a d’ailleurs l’intention de s’installer dans la magnifique villa que son aïeule aimait tant… Mais lorsqu’elle découvre un paquet de lettres jaunies au fond du grenier, lorsque sa voiture, puis sa maison sont saccagées et ses proches agressés brutalement, elle comprend que dans cette petite ville paisible, certains sont prêts à tout pour protéger les secrets du passé…« 

Cilla McGowan fait partie d’une famille de célébrité. Sa grand mère était une actrice, sa mère s’est essayée aussi au monde du spectacle, et a un succès bien moindre. Elle même a été entrainé par sa mère dès toute petite et a tenu un rôle à succès étant enfant. Tout un passé familial lourd, suivi par la presse. Cilla a pourtant renoncé complètement à cela, pour se lancer dans la restauration de maisons anciennes.

Est-ce par défi, pour apprendre à connaître sa grand mère (qui se serait suicidée dans cette même maison il y a bien longtemps, bien avant sa naissance) ou pour prendre enfin le temps de se connaître elle-même ? Car cette jeune fille m’a semblé complètement perdue. Perdue dans sa relation avec sa mère, dans sa relation avec son père et sa nouvelle famille, perdue dans ses relations avec les hommes. Cilla n’est pas très attachante comme personnage, elle est pourtant agréable à suivre. J’ai beaucoup plus apprécié son voisin d’en face, un auteur de roman graphique, qui va rapidement prendre une place importante dans l’histoire.

L’écriture est très simple, le livre se lit très rapidement, sans même y réfléchir. Peut être est il même un peu trop simple par beaucoup d’aspect, mais je comprends que ce livre puisse être un best seller ! Tous les ingrédients sont réunis pour plaire aux femmes, de l’ex super sexy, motard et attachant, à l’animal de compagnie « so cute »… et puis bien sûr ce suspense, pas foudroyant, mais qui nous tient tout de même en haleine… Des attaques, des dégradations, une accélération qui laisse présager le pire, une histoire qui se répète, entrecoupée par les pseudos souvenirs de sa grand mère.

Une réflexion intéressante sur la difficulté d’être enfant de personne célèbre, sur les secrets de famille. Quand une famille est touchée de près par un terrible accident, que la mort les entoure, rien n’est plus vraiment pareil, on le ressent bien dans ce livre.

Un peu d’action, quelques bagarres, un peu d’amour, un peu de sexe, pas mal de réflexion, du suspense… un bon mélange, très agréable à lire, et qui ne donne pas envie de reposer le livre une fois commencé.