Lignes de vie de Graham Joyce

 

Un chef-d’œuvre!

Roman fantastique adulte

Lignes de vie
de Graham Joyce

Editions Stéphane Marsan,
octobre 2018, 20 euros.

Thèmes: famille, amour, magie, guerre.

 

Présentation de l’éditeur : « Elle était persuadée que le monde ne laisserait pas grandir un si beau petit garçon; que des forces obscures se rassembleraient désireuses de le voir périr; que le monde ne permettrait jamais aux gens purs et beaux de semer une graine de lumière dans un endroit si sombre. »

A Coventry, après la Seconde Guerre mondiale, chacun essaie de retrouver une vie normale. C’est le cas de Martha Vine, matriarche aussi charismatique qu’elle est tendre avec ses sept filles. Cassie, la plus jeune d’entre elles, n’a pas le courage de confier à des parents adoptifs le fils de père inconnu auquel elle vient de donner naissance. Le petit Frank sera donc élevé à tour de rôle par chacune des sœurs de cette famille singulière. Ainsi l’enfant sera-t-il le témoin privilégié de ces vies qui empruntent des chemins si différents, dans les drames et les illusions de l’après-guerre. Mais Frank est un enfant unique en son genre, doué d’intuitions étonnantes ; tout comme sa jeune mère, qui a la faculté de voir au-delà du visible, et comme sa grand-mère, qui a un don de prémonition…

 

 

Une fois de plus, Graham Joyce a prouvé qu’il était un grand écrivain. Lignes de vie fait partie de ces romans sont on ne ressort pas indemne (dans le bon sens du terme), mêlant habilement une légère touche de fantastique au quotidien d’une famille peu banale. Ici pas de créatures ou de pouvoirs hors du commun mais plutôt des sens humains plus aiguisés, des instincts plus primaires, presque oubliés. Les personnages sont vrais dans leurs qualités et leurs défauts, l’auteur a le don de montrer l’être humain sous différents aspects selon son vécu et ses aspirations.

Cassie est peut-être une jeune écervelée, bizarre par-dessus le marché mais elle n’en reste pas moins un être humain avec ses espoirs et ses rêves. Sa mère et ses sœurs ont-elles aussi leur lot de manies et de bizarreries mais chacune d’entre elles est attachante à sa manière. On ne peut que louer la clairvoyance et l’esprit pratique de la matriarche.

Comme dans la plupart des ouvrages de Graham Joyce, sexe et magie sont étroitement liés. On retourne aux instincts primaires comme je l’ai expliqué plus haut, c’est comme si la magie de l’ancien monde perdurait au sein de notre société moderne.

J’ai passé un très bon moment en compagnie de cette incroyable famille et je ne peux que vous recommander chaudement de lire ce livre.

 

~Melissande~

 

+ Prix obtenus :

– Grand Prix de l’Imaginaire, prix Jacques Chambon de la traduction en 2007

– Grand Prix de l’Imaginaire, roman étranger en 2007

– World Fantasy, meilleur roman en 2003

– Masterton, roman étranger en 2006

– Masterton, prix spécial en 2009

 

+ le site de l’éditeur 

+ l’avis de Melisande du blog Accroc des livres

Réédition de ce texte déjà paru chez Bragelonne (2005) et en Folio SF (2015).

– livre offert –

Les immortalistes – Roman américain

immortalistes

LES IMMORTALISTES

Chloe Benjamin
Éd. Stéphane Marsan (2018)

######

New York – 1969. Daniel ayant entendu parler d’une diseuse de bonne aventure qui est capable d’annoncer à chacun la date de sa mort, lui, son frère Simon et leurs deux sœurs Klara et Varya vont la consulter. Ils sortiront de cette visite quelque peu déboussolés…

Après un premier chapitre concernant la famille Gold et donc ses 4 enfants, nous suivrons tour à tour les vies de Simon, Klara, Daniel et enfin Varya.

######

Les immortalistes est un roman que j’ai failli abandonner. Au départ, la narration qui mélange les temps, une fois au présent, une fois au passé composé ou encore au passé simple, m’a semblé bizarre (une histoire de traduction ?)… Et puis vers les pages 50/60, il y a un passage assez « cru » qui m’a surprise, je ne m’attendais pas à ça (c’est clairement un roman pour adulte ! ;)).

Mais passé ce moment de surprise, j’ai été embarquée par l’histoire de cette famille et je n’ai plus lâché ce livre de 400 pages, qui, au final, m’a beaucoup plu ! Beaucoup de sujets sont abordés : la croyance (en un dieu, en la magie, en la destinée…), le libre arbitre, les liens familiaux, l’homosexualité à San Francisco dans les années 80 (et donc le Sida) ou encore la peur de la mort…

Et la question qu’on ne peut s’empêcher de se poser, une fois le roman refermé : Si on vous proposait de vous donner la date de votre mort, accepteriez-vous ? Ou plutôt, auriez-vous la force de résister à la tentation ? Car une fois cette date connue, pensez-vous que vous l’oublieriez ? Ou qu’elle vous poursuivrait et guiderait vos faits et gestes jusqu’à ce moment fatidique ?

Un roman intéressant qui se lit sans difficulté (âmes trop prudes s’abstenir) et même avec avidité, mais qui laissera sans doute assez longtemps des traces dans ma mémoire…

immortalistes