Les Indes fourbes – BD picaresque ! ♥

indesRoman graphique picaresque
Ado/Adulte

LES INDES FOURBES

ou une seconde partie de l’histoire de la vie de l’aventurier nommé “Don Pablos de Ségovie”, vagabond exemplaire et miroir des filous

A. Ayroles et J. Guarnido

Delcourt (2019)

*****

Inspiré par le roman de Francisco de QuevedoEl Buscón, la vie de l’aventurier Don Pablos de Ségovie” (1626).

*****

Pablos de Ségovie, né pauvre, condamné à mendier ou à voler, n’a qu’un rêve : améliorer sa condition. Et pour cela, une fois ses parents disparus, il décide de partir pour le Nouveau Monde, Les Indes (bon en fait c’est l’Amérique latine…) Ses parents d’ailleurs, parlons-en. De sa mère, il a gardé le goût de transformer les mésaventures les plus cuisantes en savoureuses anecdotes. Et de son père ? “Ne pas crever” était son 1er commandement. “Ne jamais s’abaisser à travailler” le 2ème.

*****

Déjà, la couverture,  à la manière d’un tableau de Maître, m’avait attirée grâce au visage de fripouille du jeune homme représenté (je trouve qu’on sent la malice dans https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/818i81OxEWL.jpgson regard et son sourire !). Ensuite quand j’ai vu les noms des deux auteurs, il fallait absolument que je lise cette bd !

Alain Ayroles

Auteur de la superbe série “De cape et de crocs” (12 volumes, à lire)

Juanjo Guarnido

Illustrateur de Blacksad (magnifique série policière en 5 tomes à lire également)

Il est bien évidemment fortement recommandé de lire ces deux séries si vous ne les connaissez pas, ce sont des “classiques” incontournables !

Que dire ? J’ai lu d’une traite en fin de journée ce roman graphique de 160 pages et j’en ai même oublié de manger !! (Ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas chose courante…)

C’est excellent. Vraiment très drôle (j’ai ri plusieurs fois et pas seulement souri !!) C’est très bien écrit, très bien ficelé et on se fait manipuler d’un bout à l’autre de l’histoire. Quand aux illustrations, elles participent bien évidemment à nous faire rêver et voyager.

Bref, je me suis régalée !

C’est une aventure abracadabrantesque mêlant conquête et filouterie, et qui va vous faire sillonner les Indes, vous faire rire, vous emmener dans un autre temps et vous changer radicalement les idées !

Un énorme coup de cœur pour moi ! ♥

C’est une bd que l’on m’a prêté, mais que je vais acheter parce que j’ai déjà envie de la relire…

*****

Récompenses : 2020 – Prix des libraires de bande dessinée, 2020 – Prix BD Gest’ du meilleur récit court Europe, 2019 – Prix Landerneau, 2020 – Prix Le Parisien de la Bande dessinée

Lire les premières pages

Cette semaine, nous sommes chez Noukette

Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda

Le vieux qui lisait des romans d’amour

de Luis Sepulveda

Roman adulte, très accessible pour les adolescents

Points, 1999 (pour la présente édition)
EAN 9782020239301, 5€

Thèmes : Amazonie, Shuar,

Lorsque les habitants d’El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d’un homme blond assassiné, ils n’hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre.

Mon avis :
On entre dans cette histoire comme on tombe en amour, sans même s’en apercevoir. Quelques lignes, quelques pages et nous sommes déjà au fond de l’Amazonie nous aussi, prêt à accompagner Antonio José Bolivar, un homme hors du commun.

Est-ce parce que c’est basé sur des faits réels ? Est-ce parce que cet homme aime tellement lire même s’il ne sais que déchiffrer ? Est-ce grâce à cette écriture légère et fluide qui nous entraine ? Je ne sais pas vraiment pourquoi en fait, mais ce court roman est un vrai coup de cœur, une de ces petites perles qu’on a l’impression d’avoir toujours connu et qu’on n’oubliera pas tout de suite ! Tant de thèmes sont abordés ici, qu’il peut être recommandé à tous je crois… même si beaucoup l’on déjà lu! Il y a de l’amour, de la vie, de l’écologie, des peuples massacrés, des quêtes, des aventures, des cadavres, des animaux, de la politique et pourtant ce livre ne se veut pas donneur de leçon… à chacun d’y prendre ce qu’il souhaite.

C’est doux et langoureux et dans le même temps ça pulse à chaque page, il y a du danger et de l’action, entrecoupé de tendre moment de lecture ou de souvenirs. Quelle vie quand même que celle d’un homme comme Antonio José Bolivar, fuyant avec sa femme son village, puis apprenant auprès des Shuars, ce peuple sauvage, qui vit avec et de la nature, et enfin seul, reclus dans une vieille cabane, avec pour seule passion et occupation, la lecture… Envoutant !

Extraits :
“Le ciel était une panse d’âne gonflée qui pendait très bas, menaçante, au-dessus des têtes. Le vent tiède et poisseux balayait les feuilles éparses et secouait violemment les bananiers rachitiques qui ornaient la façade de la mairie.”
“Nul ne peut s’emparer de la foudre dans le ciel, et nul ne peut s’approprier du bonheur de l’autre au moment de l’abandon”
“Le problème c’est que je ne sais pas encore quels livres je veux lire.”

A votre avis, il lit quoi notre vieux comme livre ?

Moi je crois bien que ce sont des livres dignes des Harlequin :)

Livre lu dans le cadre d’une lecture commune avec Hathaway, Hélène et Anne et c’est un véritable coup de cœur!