à mains nues – Suzanne Noël

mainsElle redonnait un visage aux gueules cassées
BD Ado/Adulte

à mains nues

Leïla Slimani & Clément Oubrerie

Les Arènes BD (2020)

*****

T1 (1900-1921)

Le T2 est sorti le 30 septembre

*****

Suzanne Noël, comme toutes les filles de bonne famille de cette époque, se marie. Au départ, elle se satisfait de cette vie parisienne avec tout le confort moderne, les expositions, les sorties au théâtre avec son mari. Mais très vite, elle s’ennuie. Cette vie de femme au foyer ne lui suffit pas. Épaulée par son mari et par sa mère, elle reprend des études et passe son baccalauréat. Puis elle décide de continuer et de faire médecine. Mais ce qui l’intéresse plus que tout, c’est la chirurgie réparatrice. Elle deviendra la première femme chirurgien esthétique et avec la fin de la première guerre mondiale et son lot de “gueules cassées”, elle aura beaucoup de travail.

*****

Grâce à ses études, à son amour pour l’art et des mains précises, Suzanne Noël redonnera visage humain aux soldats durement touchés au visage. Elle estime que les demandes en chirurgie esthétique ne sont pas qu’une “coquetterie” ou une “frivolité” mais bel et bien un besoin. Et pas seulement pour les soldats que plus personne ne veut regarder !

Un beau portrait de femme, libre, intelligente et indépendante.

J’ai eu un peu de mal au premier abord avec les illustrations, que je trouvais un peu sombres. Mais je m’y suis vite habituée et j’ai été emportée par l’histoire.

*****

Ajout du 7 nov.2021 : Je viens de lire le tome 2 et comme Jérôme, je suis un peu déçue… Pour les mêmes raisons ! Les voyages s’enchaînent rapidement, et même la façon dont elle s’engage pour défendre les droits des femmes n’est pas très convaincante. Mais que cela ne vous empêche pas de lire le tome 1, qui lui est très intéressant et peut se suffire à lui-même.

*****

Une vidéo très intéressante qui parle de Suzanne Noël sur France Culture

Un article sur TV5Monde qui parle aussi du travail de Suzanne Noël

Les avis de Jérôme, Moka

Une bd jeunesse qui parle des gueules cassées : 14-18

*****

Cette semaine, nous sommes chez Noukette

Une BD qui participe aussi au challenge de Blandine sur la première guerre mondiale

Logo 1ere guerre 2021

40 ÉLÉPHANTS – Mois Anglais 7

ELEPHANTS

40 ÉLÉPHANTS

Kid Toussaint & Virginie Augustin (ill.)

& Hubert (couleurs)

Grand Angle

Bamboo

*****

T1 : Florrie, doigts de fée (2017) – T2 : Maggie, passe-murailles (2018) – T3 : Dorothy, la poinçonneuse (2019)

*****

T1 : Florrie, doigts de fée

Londres, 1920. Florrie vient d’arriver dans le quartier, elle se fait la main. Ou plutôt, elle fait les poches des gens qu’elle croise ! Elle ne tarde pas à être recrutée par un gang de voleuses, les 40 éléphants. Des femmes qui ont remplacé leurs maris dans leurs tâches (y compris criminelles !) pendant la guerre et qui ne comptent pas retourner aux fourneaux. Elle va vite se rendre compte que ces femmes ne pratiquent pas que le vol. Faux et usage de faux, prostitution, meurtres, ivresse sur la voie publique, escroqueries et enlèvement d’enfants font également partie de leur quotidien. Le gang est dirigé par Catherine Bishop appelée “la Reine”.

On se rend vite compte (au bout d’une quinzaine de pages tout de même) que Florrie n’est pas vraiment là par hasard…

*****

J’ai dévoré ce tome 1 !

D’ailleurs, je ne me suis arrêtée que pour écrire le résumé et je retourne lire la suite… ;)

Chaque tome parle plus particulièrement d’un personnage. Dans le tome 1, on a l’histoire de Florrie, et on comprend pourquoi et comment elle s’est retrouvée là. Le tome 2, lui, s’intéresse un peu plus à la jeune Maggie “passe muraille”, et dans le tome 3, c’est l’enfance de Dorothy, dite la poinçonneuse, qui va nous faire froid dans le dos…

J’ai passé un très bon moment avec ces “40 voleuses” ou “40 éléphants” puisqu’elles opèrent dans le quartier Elephant & Castle de Londres. L’histoire, riche en action, tout comme les illustrations m’ont beaucoup plu. Les personnages sont expressifs et les moments qui se déroulent à une autre époque ou un autre moment faciles à reconnaître car ils sont en gris.

Une série qui, je l’espère, ne s’arrêtera pas là !

*****

Pour feuilleter les premiers pages, c’est par ici

De Hubert et Virginie Augustin, nous vous avons déjà présenté : Mr Désire ?

Avec Virginie Augustin au dessin et Wilfried Lupano au scénario, j’ai également lu (et beaucoup aimé !) Alim le tanneur (non présenté ici)

Dans le cadre de la BD de la semaine, Jacques d’un Amour de BD nous avait présenté le tome 1 en 2017

*****

C’est ma 7ème lecture pour ce Mois Anglais 2020

organisé par Lou et Titine

et relayé sur Instagram par Lamousmé

Logo réalisé par Belette alias Cannibal Lecteur

Les histoires de Louise 1936 – Roman jeunesse

1936Que s’est-il passé en 1936 ?
A partir de 10 ans

Les histoires de Louise

1936

Catherine Le Quellenec

Collection “Histoire et Société”

Oskar (2019)

*****

Bretagne 1935 – Paris 1936

Aujourd’hui, comme d’habitude, Louise a passé la journée aux champs à garder les vaches avec son ami François. Il est l’heure de rentrer. Mais ce soir, Louise est un peu triste, elle traîne. Il faut dire que demain matin, elle va quitter sa Bretagne natale, son village, ses grands-parents et son ami François. Elle part pour Paris avec sa mère. Elles vont rejoindre le père qui travaille là-bas depuis plusieurs mois déjà…

*****

Une bien jolie histoire pour parler du Front Populaire et des grèves menées par les ouvriers pour améliorer leurs conditions de travail et avoir droit, entre autres, aux congés payés. Tout cela n’est pas très approfondi bien sûr, c’est un roman destiné aux enfants à partir de 10/11 ans. Mais cela donne déjà une idée de la vie que pouvait avoir nos (arrières) grands-parents par rapports à nos vies actuelles.

Et cela montre aux enfants que les choses changent/peuvent changer au fil du temps et des “batailles” menées par les travailleurs.

A la fin du livre, un lexique traduit les quelques mots de breton utilisés dans le texte. Il y a également une page documentaire accompagnée de photos d’époque.

Si j’ai bien aimé l’histoire, j’ai trouvé que la partie documentaire aurait pu être un peu plus étoffée. Mais bon, ce roman a déjà le mérite d’exister, car visiblement ce sujet n’est que très peu abordé en littérature jeunesse (voir lien ci-dessous)

*****

Sur Histoire d’en lire,  4 autres romans jeunesse sur cette période.

Dans cette collection “Histoire et Société”, nous vous avons déjà présenté : Les 9 de Little Rock, Au ghetto de Varsovie nous avons combattu, Oradour sur glane, Je suis un homme Martin Luther King

L’apache et la cocotte – T2 : Cléo

CocotteL’apache et la cocotte

T.2 : Cléo

Stéphane Betbeder & Hervé Duphot

Glénat (2017)

* * *

Une histoire en 2 tomes.

Mon avis sur le tome 1 est ici.

* * *

Si vous n’avez pas lu le tome 1, évitez de lire ce qui va suivre…

Le premier tome était, comme son nom l’indique, plus axé sur la vie du jeune homme, Ange. A la fin de ce premier tome, Cléo et Ange sortent ensemble, malgré les mises en garde de la Comtessa, une courtisane très populaire qui a pris Cléo sous son aile et qui est jalouse. Elle arrive d’ailleurs à les séparer, en emmenant Cléo avec elle à Vienne…

Au début du tome 2 :

nous retrouvons Cléo et la Comtessa à Prague, dans les cuisines du Grand-Duc. La Comtessa est d’une humeur exécrable, le Grand-Duc lui ayant expressément demandé de ne pas sortir… Puis on retrouve Cléo à Paris, à la recherche de son grand amour, Ange…

* * *

Ici aussi, il y a plusieurs parties, séparées par 3 « interludes » (chansons d’époques mises en images). Les dessins (et les couleurs !) sont toujours aussi beaux, en tous cas, je les aime beaucoup ! Ce deuxième m’a également énormément plu, même si j’avoue que cette fin... Arrgghh ! Je ne peux rien en dire sans la dévoiler et ce serait dommage !

Deux bien jolies bd, on retrouve bien le Paris de la “Belle époque” avec ses apaches, ses cocottes, ses roussins et ses bourgeois, cette ambiance si particulière de la belle époque (et son argot qui m’a toujours bien plu !)

* * *

Je n’ai pas trouvé d’enregistrement de la chanson du premier interlude.

La seconde est hyper connue : Fascination (je t’ai rencontré, simplement / Et tu n’as rien fait pour chercher à me plaire / Je t’aime pourtant d’un amour ardent…)

Chanson du troisième interlude : “Ne rendez pas les hommes fous” ou “la chanson du passant” : paroles ici

Le site de l’illustrateur

Lire les premières pages

La bd de la semaine

Cette semaine, c’est chez Stéphanie

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer