Jusqu’ici tout va bien – Roman Ado

bien
Roman ado (14+)

Jusqu’ici tout va bien

Marie Colot

Éditions Alice (2017)

*****

On suit 24h de la vie mouvementée de Jozef. Il a 15 ans et c’est un jeune délinquant. Quand l’histoire commence, il vient de se faire arrêter. Et comme il n’y a plus de cellule de libre, il est assis par terre et menotté au radiateur.

Une seule chose l’obsède : sortir. Parce qu’il a rendez-vous avec Amel, la plus belle fille du quartier. Un rendez-vous qu’il ne doit pas, qu’il ne peut pas rater. Parce qu’il est follement amoureux de la belle.

Le problème, c’est que son complice, Darius, son ami de toujours, vient de le balancer. Du coup, tout se complique, parce que c’est le centre éducatif fermé qui l’attend pour plusieurs mois. Et ça, ce n’est pas possible. Il veut retrouver Amel. Il ne peut pas rater ça, il ne peut pas lui faire faux bond. Donc il faut qu’il sorte, qu’il s’échappe.

*****

Un roman lu en moins de 24h. Parce que je n’ai pas pu faire autrement hein, sinon je l’aurais lu d’une traite ! C’est une course haletante que celle de Jozef. Et cet ado, qui vole parce qu’il ne supporte pas la pauvreté, qui a décroché de l’école mais qui lit Rimbaud, qui se cherche, qui crâne mais qui n’est pas méchant pour un sou, est un bien joli personnage.

Une histoire à la fois poignante et réaliste qui m’a beaucoup plu. ♥

*****

Déjà présentés sur ce blog :

De Marie Colot : Je ne sais pas (15+)/ Flocons et Cie (7+)

Co-écrit avec Nancy Guilbert : Deux secondes en moins et Point de fuite (15+)

Le site de Marie Colot

***

Un livre qui participe à plusieurs challenges

Le tour du Monde en 80 livres (Belgique) chez Bidib

monde

Dans ma PAL depuis plus d’un an…

Il participe donc à l’Objectif PAL chez Antigone

Virée nomade – Collection Rester Vivant

ViréeVirée nomade

Alain Bellet

Éd. Le Muscadier (2016)

* * * * *

Maxou a d’abord été exclu du collège. Puis du lycée professionnel. Attiré par l’argent facile, il fait un premier, puis un second séjour en prison. Un juge des mineurs lui fait alors l’offre suivante : “Tu restes enfermé en préventive jusqu’à ton procès en assises, ou tu acceptes de jouer une nouvelle carte : l’aventure d’un centre d’éducation renforcé avec d’autres jeunes dans ta situation. Peut-être qu’une immersion totale au pays des Touaregs te remettre sur le droit chemin…” Maxou accepte la proposition et se retrouve en Afrique, aux portes du Sahara…

* * * * *

J’avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans cette “virée nomade”. Le style de l’auteur peut-être, le manque de dialogues aussi, sans doute… L’histoire paraît un peu forcée parfois, un peu trop didactique et j’ai trouvé que cela nuisait à la fluidité du texte. Ceci dit, c’est une histoire intéressante, qui, comme tous les romans de cette collection, amène une réflexion.

* * * * *

station

Présentation de l’éditeur : La collection Rester vivant est constituée de nouvelles et de romans qui parlent du monde d’aujourd’hui, en abordant sans détour les questions écologiques, sociales et éthiques qui émergent au sein de la société dans laquelle nous évoluons. Elle s’adresse en priorité aux pré-ados, aux ados… et plus généralement à tous les lecteurs qui résistent encore à l’asservissement des esprits, quel que soit leur âge. Ces livres ont pour ambition, en plus d’attiser l’imaginaire du lecteur, d’éveiller son sens critique et de poser un regard incisif sur nos comportements individuels et collectifs.

* * * * *

Éditions Le Muscadier

Lire les premières pages

De cette maison d’édition, nous vous avons déjà présenté plusieurs titres : Bêtes de pensée et Badalona, Jours de neige (un recueil de nouvelles), 40 jours d’automne, Station sous-paradis et les mains dans la terre.

* * * * *

Un autre avis ? Celui de Thalie du blog Parfums de livres

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer