Trous noirs et espace-temps – Doc Ado

TrousL’espace vous fait rêver ?
Ados / Adultes

Trous noirs et espace-temps

Aurélien Barrau

Les petites conférences

Bayard (2018)

*****

Présentation de l’éditeur : Les trous noirs sont des objets fascinants. Nous sommes aujourd’hui pratiquement certains qu’ils existent et qu’il y en a des centaines de millions dans notre Galaxie. L’espace et le temps y sont très différents de ce que nous connaissons, ils peuvent même se changer l’un en l’autre ! Comment les trous noirs se forment-ils et quels sont les phénomènes étranges qui se passent autour d’eux et en eux ? De nombreuses questions se posent encore et de nouvelles idées un peu folles émergent. Nous verrons comment les théories récentes conduisent à un incroyable scénario d’étoiles en rebond, d’accélérateur vers le futur.

L’auteur : Aurélien Barrau est un jeune astrophysicien, chercheur au CNRS de Grenoble, spécialiste de la physique des multivers et des trous noirs.

*****

Dans l’introduction de ce livre, il est indiqué que ces petites conférences s’adressent aux enfants à partir de 10 ans. Mais 10 ans ça me paraît un peu juste pour comprendre les connaissances abordées dans cet ouvrage. Je n’ai plus 10 ans depuis très longtemps et je n’ai pas tout saisi… Même si Aurélien Barrau donne des exemples, toutes ces notions restent très complexes. A la fin de la conférence cependant, la partie “Questions/Réponses” , les réponses étant posées par les participants, amène des réponses plus “simples” à comprendre.

En tous cas, si l’espace, les trous noirs, le fonctionnement de l’univers vous intéresse, vous aurez certainement plaisir à lire cet ouvrage ! (même si vous avez plus de 10 ans, je vous rassure !) Et vous apprendrez sûrement un ou deux trucs au passage…

*****

Du même auteur : Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité (Ado/adulte)

Cosmogonies, le blog de vulgarisation d’Aurélien Barrau

Son blog professionnel avec ses cours

Sa chaîne Youtube (vidéos sur l’espace, les trous noirs mais aussi le véganisme ou encore l’écologie)

*****

Ce doc traîne dans ma pal depuis presque un an… (ou j’ai honte !)

Il participe donc au Challenge Objectif PAL chez Antigone

Le complexe du chimpanzé

Le complexe du chimpanzé

T.1 : Paradoxe / T.2 : Les fils d’Arès / T.3 : Civilisation

de Marazano et Ponzio

Dargaud (2008/2010)

§§§

le complexe du chimpanzé Le complexe du chimpanze Le complexe du chimpanze

L’espace, les étoiles, les planètes, le fait que l’homme soit allé sur la lune et envisage d’aller un jour bien plus loin, qu’on arrive à poser de petits appareils sur des comètes pour les ausculter, tout ça a pour moi un côté merveilleux et magique. J’aime beaucoup la SF, que ce soit en films, en romans ou en bd. Tout ça pour dire que ce n’est pas le genre qui m’a déplu ici.

Car j’avoue avoir été un peu déçue. Pour être tout à fait honnête, je n’ai tout simplement rien compris à cette histoire !

Au départ, il y a une femme, astronaute, passionnée par son métier, qui n’a qu’une envie : aller sur Mars. Mais c’est aussi une mère, dont la fille voudrait bien que sa mère soit plus présente et s’occupe plus d’elle. Pas de chance, on trouve une capsule spatiale, habitée de surcroit, et la mère doit aller parler aux occupants de la capsule en question. C’est le tome 1. Jusque là, je suivais.

Ensuite on passe au tome 2, j’arrive encore à suivre plus ou moins, selon les pages… Puis le tome 3 où franchement je ne comprends plus rien ! Sans vouloir forcement “tout” expliquer, je trouve que l’auteur aurait pu donner quelques pistes.

En plus, je n’ai pas vraiment apprécié le dessin. Trop sombre, trop de noir, trop de gros plans ou de petites cases. Le tout donnant une atmosphère assez étouffante et étriquée, mis à part quelques jolis paysages lunaires ou martiens !

Bref, une grosse déception d’autant plus que des bonnes séries de science-fiction, en bd, il n’y en a pas tant que ça…

Mais que cela ne vous empêche pas d’essayer, d’autres que moi ont aimé, voir la critique de planetbd ou encore celle de actusf.

La bd de la semaineCette semaine, c’est chez Yaneck