Action ou vérité – Annika Thor

Roman pour adolescents

Action ou vérité

Annika Thor

Casterman, 2014
réédition,
120 pages

Annika Thor est une auteur jeunesse suédoise reconnue dans son pays (elle a notamment obtenu le prix Astrid Lindgren) qui a fait parler d’elle en France pour sa série Une île trop loin (Thierry Magnier), un coup de coeur pour moi.

Casterman réédite avec une couverture plus moderne Le jeu de la vérité sous le titre Action ou vérité. Un roman qui a plus de 15 ans mais qui pourtant semble terriblement d’actualité, réseaux sociaux en moins….

Nora, la narratrice entre en cinquième. Après des vacances loin de sa meilleure amie elle pense que tout va reprendre, comme les années précédentes. Pourtant, Sabina semble l’avoir oublié, elle ne lui parle presque plus, l’ignore. Elle a trouvé une autre meilleure amie, de celle que Nora n’apprécie pas. Nora est prête à tout pour redevenir amie avec Sabina. A tout, même à laisser dire, à laisser faire.

Nora change pendant cette année de 5ème, et la narration est partagée entre celle qu’elle était en ce début d’année, et celle qu’elle est finalement. Les voix de Nora alternent, créant un flou qui, s’il permet de créer une tension narrative, n’est pas toujours facile à comprendre. Ces passages, qui nous laissent entrevoir la fin, sont, je trouve, trop nombreux. Si le procédé est intéressant, on tombe ici dans un excès qui dessert finalement l’histoire en nous éloignant des personnages.

En effet, dans ce roman, les personnages ne sont que peu attachants. Nora, la narratrice, est sympathique, mais tellement incapable de penser par elle-même et de dire non. Sabina semble encore plus suivre le mouvement, une vraie adolescente avec des problèmes familiaux… Fanny est hautaine, imbuvable, et c’est bien voulu. Et puis il y a Karin, une jeune fille qui manque cruellement d’estime d’elle-même.

Alors à quoi les mèneront remarques, mesquineries et jeux, sous forme d’action ou vérité ? Nora découvre peu à peu le monde des adultes, un monde noir et peu engageant. L’amitié semble bien loin et quand l’amour commence à pointer son nez, Nora se sent encore plus loin des préoccupations de ses amies. Elle tente de comprendre le monde qui l’entoure, mais se perd parfois.

Un roman d’actualité malgré son âge puisque le gouvernement tente d’enrayer le harcèlement à l’école, véritable problème des cours d’école… Pourtant, la fin est toute caractéristique de nombreux romans similaires et j’aimerais vraiment finir par trouver autre chose, une autre conclusion. Evidemment la prise de conscience est déjà un très bon point, mais il faut qu’un auteur aille plus loin…

Un roman intéressant sur le thème du harcèlement, malgré la narration troublante, qui peut offrir une prise de conscience pour certains adolescents…

 

petit+

+ Le roman a été porté à l’écran en 1997 par la réalisatrice suédoise Christina Olofson.
Une image du film :

+ Les avis de Orbe et Melisande

+ Challenge YA + Challenge Bookineurs en couleurs

+ première parution en France en 2000 sous le titre Le jeu de la vérité. Paru en allemagne sous le titre I hätte nein sagen können (je déteste dire non)

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

RDL – Les sorcières de Skelleftestad / La balafre / Ma vie a changé

3 romans fantastiques pour adolescents, totalement différents mais ont su me toucher, l’un par le rire, l’autre par l’émotion, le troisième par ses personnages!

Les sorcières de Skelleftestad, Tome 1 : L’étrange mariage de Nils Swedenborg

 Un roman très surprenant, notamment par son humour que je n’attendais pas du tout dans un récit qui me semblait fantastique. Il y a bien des Sorcières mais tout est décalé et c’est absolument superbe!

Johanna nous raconte la rencontre entre ses parents. Son père donc et surtout sa mère, une sorcière. Les personnages sont irrésistibles, tant le père, crédule mais attachant, que la mère et ses besoins de magie. Leur rencontre donc, avec les pensées de sa mère, puis sa naissance (dans un oeuf)… peu à peu l’histoire se révèle, et on sent une certaine tension entre Johanna et sa mère…

A lire, pour les bons mots et surtout pour rire tout du long!

+ Les avis d’Alice, Fantasia, Eidole

La balafre de Jean-Claude Mourlevat

Une histoire qui commence très simplement. L’histoire d’un jeune garçon qui doit déménager suite à la mutation de son père. Un nouvel environnement, un nouveau collège, des voisins un peu étranges… Mais voilà qu’un soir Olivier en se promenant se fait attaquer par le chien des voisins. Heureusement que celui ci est derrière une grille. Pourtant personne ne veut le croire, car la maison est abandonnée. Et en effet pas de trace du chien le lendemain matin, ni les jours suivants.

Olivier, persuadé qu’il n’a pas rêvé, va chercher à comprendre qui est ce chien et quelle est l’histoire de cette maison. Cette enquête le mènera à déterrer de vieilles histoires, des histoires difficiles de juifs, de délation, de regrets…

Un petit roman qui se lit très vite mais qui continue de nous trotter dans la tête une fois les pages retournée tant cette histoire touche et interpelle sur une partie de l’histoire qu’on cache souvent, par honte. Une autre manière de parler de la seconde guerre mondiale, avec un brin de fantastique qui accroche le lecteur.

Premier roman de Jean-Claude Mourlevat – Prix du Livre Jeunesse de la Ville de La Garde 1999, Prix littéraire des écoliers de Rillieux-la-Pape 1999, Prix J’ai Lu-J’élis (Angers) 1999, Prix Roseau d’or (Trignac) 2000.
Un roman qui compte donc pour le Challenge A tous Prix de Laure

 

 

Ma vie a changé de Marie Aude Murail

Une superbe couverture qui cache un roman très drôle ! Une chouette documentaliste (oui c’est toujours chouette une doc, mais quand même, je le précise…) Madeleine Bouquet donc, nous raconte sa vie. Son CDI, sa petite stagiaire, son fils… et les choses anormales s’accumulent. Des affaires qui disparaissent, une étrange odeur de muguet… Sa vie est chamboulée par un elfe, Timothée, qui a un petit air de Dobby dans ses mauvais jours… mais attachant comme lui!

Outre cette jolie histoire fantastique le rapport aux livres est très présent dans tout le livre, avec les déboires de cette pauvre documentaliste, qui s’arrache les cheveux entre son principal qui ne jure que par les classiques, le prof de français, son fils et ses voisins !
C’est avant tout cette tranche de vie de documentaliste, pleine d’humour que j’ai beaucoup aimé!

+ L’avis de Li-t-rature

+ Challenge YA#2

Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda

Le vieux qui lisait des romans d’amour

de Luis Sepulveda

Roman adulte, très accessible pour les adolescents

Points, 1999 (pour la présente édition)
EAN 9782020239301, 5€

Thèmes : Amazonie, Shuar,

Lorsque les habitants d’El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d’un homme blond assassiné, ils n’hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre.

Mon avis :
On entre dans cette histoire comme on tombe en amour, sans même s’en apercevoir. Quelques lignes, quelques pages et nous sommes déjà au fond de l’Amazonie nous aussi, prêt à accompagner Antonio José Bolivar, un homme hors du commun.

Est-ce parce que c’est basé sur des faits réels ? Est-ce parce que cet homme aime tellement lire même s’il ne sais que déchiffrer ? Est-ce grâce à cette écriture légère et fluide qui nous entraine ? Je ne sais pas vraiment pourquoi en fait, mais ce court roman est un vrai coup de coeur, une de ces petites perles qu’on a l’impression d’avoir toujours connu et qu’on n’oubliera pas tout de suite ! Tant de thèmes sont abordés ici, qu’il peut être recommandé à tous je crois… même si beaucoup l’on déjà lu! Il y a de l’amour, de la vie, de l’écologie, des peuples massacrés, des quêtes, des aventures, des cadavres, des animaux, de la politique et pourtant ce livre ne se veut pas donneur de leçon… à chacun d’y prendre ce qu’il souhaite.

C’est doux et langoureux et dans le même temps ça pulse à chaque page, il y a du danger et de l’action, entrecoupé de tendre moment de lecture ou de souvenirs. Quelle vie quand même que celle d’un homme comme Antonio José Bolivar, fuyant avec sa femme son village, puis apprenant auprès des Shuars, ce peuple sauvage, qui vit avec et de la nature, et enfin seul, reclus dans une vieille cabane, avec pour seule passion et occupation, la lecture… Envoutant !

Extraits :
« Le ciel était une panse d’âne gonflée qui pendait très bas, menaçante, au-dessus des têtes. Le vent tiède et poisseux balayait les feuilles éparses et secouait violemment les bananiers rachitiques qui ornaient la façade de la mairie. »
« Nul ne peut s’emparer de la foudre dans le ciel, et nul ne peut s’approprier du bonheur de l’autre au moment de l’abandon »
« Le problème c’est que je ne sais pas encore quels livres je veux lire. »

A votre avis, il lit quoi notre vieux comme livre ?

Moi je crois bien que ce sont des livres dignes des Harlequin :)

Livre lu dans le cadre d’une lecture commune avec Hathaway, Hélène et Anne et c’est un véritable coup de coeur!  

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Lundi découverte 6 – Les éditions Thierry Magnier

 

 

Les éditions Thierry Magnier

 

ETM-logo.jpg

 


            Cette maison d’édition, longtemps taxée de « petite maison
d’édition » est devenue à mon goût une maison de bonne taille, et qui, me semble t’il, est aujourd’hui connue de tous. Cependant en en parlant il y a peu avec une collègue, je me suis rendue
compte que ce n’est pas tout à fait le cas. Il s’agit donc de remédier à cela aujourd’hui !

Cette maison d’édition, je la suis depuis mes premières années en étude de métiers du livre, quand Thierry Magnier nous offrait
des cours passionnants sur le monde de l’édition, c’était en 2003, la maison avait déjà 5 ans! Retour en arrière….

 

Histoire de la maison d’édition :


thierry-magnier.jpg
Crée en 1998 par Thierry Magnier, cette maison d’édition jeunesse indépendante a connu un vif succès grâce à ses ouvrages très actuels bien que souvent décalés, comme l’imagier
Tout un monde. De nombreux auteurs ont participé à ce succès, comme Mikaël Ollivier, Jeanne Benameur, Rachel Hausfater, Antonin Louchard, et Katy Couprie.

En 2005 la maison perd son indépendance en s’associant à Actes Sud, sans perdre son identité !

 

L’histoire du Logo :

« Le logo, un petit ange lecteur est un écho au personnage de Solange et l’ange, album illustré par
Georg Hallensleben et publié chez Gallimard Jeunesse peu de temps avant son départ [ndlr : Thierry Magnier travaillait chez Gallimard J. avant de créer sa maison d’édition]. C’est
naturellement que Thierry demande à Georg de dessiner ce logo, qui représente son idée du lecteur : « Un ange, ça n’a pas de sexe, pas d’âge ». » citation tirée du site
Internet

 

L’équipe :

7 personnes travaillent actuellement dans cette maison d’édition, une maison à taille humaine donc, comme j’ai pu le voir il y a
quelques années à l’occasion de salon. Décor, installation, vente, tout le monde participait alors, et c’est dans une ambiance conviviale que les auteurs étaient accueillis.

Deux éditrices, Valérie Cussaguet pour les albums, Soazig Le Bail pour les romans, aidées de deux assistantes Florie Briand et
Claire Beltier.

Les étapes de promotion et de contact presse sont gérées par Amélie Annoni et Maud Laumonnier.
Tous les contacts directement sur le site.

 

Le site Internet :

Une intro flash sympa, qui change régulièrement, une présentation des nouveautés et du catalogue, la possibilité de commander en ligne (via librairie Dialogues Brest), les contacts… Un site bien construit, coloré
et illustré. J’ai particulièrement bien aimé la page de liens, qui regroupe des sites ou blogs d’auteurs et illustrateurs, une magnifique promenade cybernétique…

 

Le catalogue :

Près de 600 titres pour ce catalogue qui grossit de jour en jour.

C’est en fait 16 collections différentes, qui permettent de plaire à tous, des tout petits aux adultes !

On retrouve en effet une collection d’albums, mais aussi une d’albums adultes, des premières lectures aux textes
riches (Petite Poche), des romans ado mais aussi des romans adultes. Quelques collections particulières sont à signaler :
 

– les Contes du Louvre, en association avec le musée du Louvre, et qui reprend de grandes oeuvres.


http://g-ec2.images-amazon.com/images/I/510HVA284FL._AA240_.jpgSignes, des albums sous forme d’imagiers bilingues.
Les mots sont écrits, traduits en Langue des Signes Française (L.S.F.) et illustrés en images.

http://4.bp.blogspot.com/_Jvx0SRtQ_nc/S-QibJpNpQI/AAAAAAAAB-E/3IqlGFhgAO4/s1600/9782844205230.jpg


Photoroman : des écrivains se prêtent au jeu d’écrire à partir de photographies qui leur sont données.

 

 

 

 

Les incontournables (mes chouchous!) :


 

Tout un monde

Tout un monde

Katy COUPRIE
Antonin LOUCHARD
 décembre 1999 

256 pages
978-2-84420-063-1

16,50 €

Cet imagier de 256 pages est une petite merveille, pour les yeux, pour l’imagination, pour les enfants, pour les
adultes… Et ce n’est pas pour rien qu’il a eu un tel succès. Enfin un imagier qui sortait de l’ordinaire. Pas d’image figée, suivie d’un mot, d’une légende en quelques sortes. Rien que
des photos, mais pas au hasard. Elles ont des liens, des associations d’idées, des raisons d’être… Des photographies du monde au quotidien, qui permettent de belles découvertes. Pas
d’âge, ni minimum ni maximum pour cet imagier qui convient à tous, avec des lectures différentes en fonction de l’expérience et de la vie…

Cet imagier a contribué au succès de la maison d’édition, notamment auprès des prescripteurs de livre.

 

 

 

Prince de naissance, attentif de
nature


princedenaissance.jpg

 

Jeanne BENAMEUR
Katy COUPRIE
 Album
octobre 2004

32 pages
978-2-84420-319-9 / AS2756
18,00 €

 » C’était un petit garçon plein d’attention.
Il faisait attention à ne pas marcher sur la traîne de la reine, sa mère.
Il faisait attention à ne pas cogner dans le spectre du roi, son père.
Car il était prince de naissance et attentif de nature.
On le voyait même faire de grands détours pour éviter de marcher sur les fourmis. « 

Cet album est plein de poésie, avec des illustrations pleines pages magnifiques. J’aime beaucoup à lire et relire cet
album qui porte en lui un très beau message.

Cet album me plait d’autant plus que j’ai une superbe reproduction de l’atelier de travail de Katy Couprie lors de cet
album dans mon appartement, une superbe décoration qui me suit depuis quelques années…

 

Un album à découvrir, et faire découvrir. Ici encore la lecture sera différente selon l’âge…

 

 Pourquôôâa pourquooaa.gif 

VOUTCH
 Tête de lard
mai 2006

24 pages
978-2-84420-074-7
 6,50 €

 

 

Pourquôôâââ est un album cartonné de la collection Tête de Lard. De petits cartonnés, carrés, intelligement conçu pour
les petites mains, et avec des histoires et des illustrations qui changent des cartonnés un peu niais que l’on croise souvent (mais qui ont aussi des points positifs!)

Ici c’est un magnifique jeu entre le lecteur et l’enfant qui s’instaure, grâce à un magnifique Pourquôôââ qui poursuit
le lecteur bien longtemps après la lecture !

 

 

 

En fait il y en a bien d’autres aussi, mais cet article est déjà bien long, et peu vont le lire jusqu’au bout, si?! Alors mieux
vaut arrêter là pour le moment!

 

Je vous fait découvrir régulièrement des sites, des éditeurs… mais ce serait beaucoup plus sympa si d’autres bloggeurs
participaient, on découvrirait ainsi beaucoup plus de chose… ce peut être des sites, des éditeurs, des collections, des auteurs, des illustrateurs… Vous avez envie de participer ? N’hésitez
pas, dites le moi simplement en commentaire, que je puisse faire un lien ici.

Ah oui, une dernière chose : aucune obligation de publier chaque semaine, ce peut être une seule fois, une fois par mois…
c’est vous qui voyez!!

Isleene est partante ! Qui d’autre ?

 


Les lecteurs sont arrivés en cherchant :