Kinderzimmer de Valentine Goby

Roman historique adulte
Rentrée Littéraire 2013

Kinderzimmer

de Valentine Goby

Actes Sud, août 2013
9782330022600, 20€

Thèmes : Seconde Guerre Mondiale, Camps, Allemagne, naissance, survie, maternité

Un thème dur, un livre dur.

1944, Seconde Guerre Mondiale. Mila, résistante à son échelle est arrêtée. Déportée à Ravensbrück elle s’aperçoit rapidement qu’elle est enceinte. Une bonne nouvelle en un sens mais surtout une terrible épreuve dans un camp. Elle décide de cacher cette grossesse, elle travaille, elle se bat, elle survie…

Ce roman est un témoignage historique magnifiquement documenté et terriblement poignant, une petite histoire dans l’Histoire. Un roman mais où les événements semblent à la fois très réels et malheureusement vrais. Trop réel parfois même et il est difficile de ne pas faire de pause dans ce roman pour respirer et revenir à la réalité d’aujourd’hui. Un livre qui donne parfois mal au ventre et au coeur, qui ne peut pas laisser indifférant. Mila reste pourtant assez extérieure à la douleur, on la découvre forte, presque détachée. Une façon de survivre, peut-être la seule, mais qui étonne et détonne parfois avec les événements.

Le vrai personnage principal de ce roman n’est peut être pas Mila finalement, mais toutes les femmes de ce romans qui font corps ensemble tant leur corps est affaibli. Un grand personnage, magistral, poignant, touchant.

Beaucoup d’allemand dans ce roman pour une réelle plongée dans ce monde où Mila ne comprends que peu à peu. Une découverte aussi pour le lecteur puisque tout n’est pas traduit… sauf que si comme moi le lecteur parle allemand l’effet tombe un peu à l’eau et finalement j’ai été dérangée de tout comprendre, car je n’avais pas ce ressenti de terre inconnue et menaçante.

Au final un roman bluffant car Valentine Goby réussi à surprendre avec le thème pourtant éculé de la seconde guerre mondiale, car les Kinderzimmer, chambre d’enfants, ne sont que rarement évoquées. Une découverte à la fois historique et littéraire à conseiller, malgré sa difficulté.

 

Retrouvez les avis de Noukette, Sandrine, Saxaoul , Val et Jérôme, compagnons de lecture commune, mais aussi ceux de Sophie et Cécile, qui ont publié leurs avis ici même en septembre. Stephie, Argalit, Cess, Clara, Claudia, Delcyfaro, Emilie, Jostein, krol, lili M, Lou, Mack, Mirontaine, Natiora, Sophielit,et  Valou  nous ont aussi parlé de ce livre dans le cadre du Challenge 1% de la rentrée littéraire

Partagez

A propos Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Lien pour marque-pages : Permaliens.

15 Commentaires

  1. Quelle belle lecture commune !! Moi aussi, je t’ai donné mon lien pour ce livre, lu en octobre je crois ;)

  2. Comprendre l’allemand ne m’a pas dérangée car la façon dont les mots étaient écrits permettaient bien de se rendre compte de cet inconnu. Un coup de coeur pour moi. LC avec toi également.

  3. tu as raison, on ne pensait pas qu’on pouvait faire du neuf avec la 2e guerre mondiale et pourtant…

  4. Je suis d’accord avec toi, ce « coeur » de femmes est bouleversant… Une lecture poignante que je n’oublierai pas de sitôt…
    Tu peux aussi rajouter les avis de Saxaoul, Sandrine et Valérie qui nous accompagnent aujourd’hui pour cette lecture, on ne sera jamais trop pour parler d’un tel livre !

  5. Bluffant c’est le mot. Valentine Goby réussit un véritable tour de force en maîtrisant parfaitement un sujet aussi casse-gueule. On ne peut qu’être admiratif devant le résultat final.

  6. Un livre qui fait vraiment l’unanimité !

  7. C’est sûr que ça fait envie.
    Bizarrement, je ne me lasse pas vraiment de lire sur la seconde guerre mondiale, surtout quand le sujet est bien maîtrisé par l’auteur.

  8. Un livre qui regroupe tant de commentaires élogieux, mais un thème si dur que j’ai un peu peur de m’y lancer

  9. Avec ce roman, on a vraiment l’impression de découvrir de près le quotidien de toutes ces femmes. Je ne connaissais pas l’existence de Kinderzimmer avant de le lire . Cet été, j’ai aussi découvert le programme Lebensborn avec « Max » de Sarah Cohen-Scali. Comme quoi, il est encore possible de découvrir des choses sur ce sujet.

  10. J’ai vraiment très envie de lire ce roman.

  11. Merci beaucoup ! Je le met dans ma liste des livres à acheter ;-)

  12. On peut même dire qu’il s’agit d’une des premières recensions autour des Kinderzimmer, qui d’ailleurs ne se comptaient qu’à Ravensbrück. Je crois me souvenir qu’elle disait cela dans l’ITW qu’elle m’avait accordée sur Paris-ci la Culture. Pour moi, ce livre reste une quête de la lumière au sein de la plus extrême obscurité.

  13. Merci bon article je pense que j’ai envie de lire ce roman !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *