Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan

Rien ne s’oppose à la nuit

de Delphine de Vigan

Roman de la rentrée littéraire 2011

JC Lattès, 2011
9782709635790, 19€, 436 pages

 

Présentation de l’éditeur :
Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre.
Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence.

Mon avis :

Quelle claque que ce roman de Delphine de Vigan! Alors que le thème peut paraître vu et revu, puisqu’elle y raconte sa mère, je me suis laissée totalement emporter dans ce livre.

Bon commençons d’abord pas les points négatifs, il y en a peu, ça sera fait!
J’ai eu beaucoup de mal dans la première partie du livre avec les interventions de Delphine de Vigan, ses états âmes pendant l’écriture, ses recherches… Dans la première partie, on suit l’enfance de sa mère, et je me suis tout de suite attachée à cette petite fille, j’étais donc déçue de revenir « à la réalité » de l’auteur… Par la suite l’intervention de l’auteur et le changement de point de vue ont fait que le tout tourné bien ensemble, et que je n’aurais pas vu l’un sans l’autre.
Pourtant un long passage m’a paru plus obscure et m’a moins intéressé, une période de la vie de la mère de l’auteure plus troublée. Si dans la première partie Delphine de Vigan ne fait que raconter ce qu’on lui a appris, dans la deuxième partie ses propres souvenirs se mêlent, et c’est terriblement plus délicat… Pourtant ensuite dans une troisième partie en quelque sorte, l’ensemble bien que toujours troublé se révèle plus clair pour le lecteur. On sent que l’auteur nous livre ses souvenirs d’adulte, avec plus de recul…

Ce qui m’a plu c’est justement ce retour de l’auteur sur la vie de sa mère. Ce travail sur elle même, ce travail pour sa famille, et puis la vérité, sa vérité, qu’elle nous dévoile peu à peu! Les mots sonnent juste et on se laisse totalement prendre dans cette histoire. Totalement. Trop peut être même, car sans trop s’en rendre compte on compare forcément avec sa propre histoire… et c’est peut être pour cela, ou peut être pas, mais j’ai tellement pleuré à la fin de ce livre que j’ai bien pensé que jamais je ne serai capable d’écrire un billet. J’ai d’ailleurs attendu une semaine. Est-ce plus facile ? Non, mais le recul permet de ne plus mélanger histoire de l’auteur et histoire personnelle.

La partie sur l’enfance, la plus tendre et la plus légère, permet d’entrer dans le roman en douceur, de connaître et d’apprécier les personnages principaux et d’avancer vers une fin inexorable, qu’on connaît dès les premières pages. L’auteur nous entraine dans sa quête, et nous ne pouvons pas nous empêcher de chercher nous aussi le pourquoi de cette conclusion… Lucile (ainsi nommée dans le livre en tout cas), sa mère, nous apprenons à la connaître et si la quête semble vaine tant la conclusion est inéluctable, c’est avec beaucoup de pudeur que Delphine de Vigan nous livre sa vérité, dans un livre qui est pour moi un véritable hommage, parce qu’il ne cherche pas à plaire, juste à dire la vérité, dans ce quelle a de plus troublant, de plus dérangeant.

Dans ces lignes nous suivons Lucile mais c’est aussi l’auteur que nous apprenons à découvrir autrement, à lire ou relire autrement aussi, puisqu’elle nous y parle parfois de ses livres… Ainsi que l’on connaisse ou non l’auteure, ce livre est une belle perle de cette rentrée littéraire, qui donne envie de dire Je t’aime un peu plus…

Extrait :
« J’écris ce livre parce que j’ai la force aujourd’hui de m’arrêter sur ce qui me traverse et parfois m’envahit, parce que je veux savoir ce que je transmets, par ce que je veux cesser d’avoir peur qu’il nous arrive quelque chose comme si nous vivions sous l’emprise d’une malédiction, pouvoir profiter de ma chance, de mon énergie, de ma joie, sans penser que quelque chose de terrible va nous anéantir et que la douleur, toujours, nous attendra dans l’ombre. »

 

+ Le site de l’éditeur
+ Les avis de Antoine et ViolaineCanel, Chocolat, Clara, Leiloona, Mango, Sophie, …

 

Nous suivre et partager :
0

A propos Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Lien pour marque-pages : Permaliens.

22 Commentaires

  1. Une lecture qui doit être vraiment belle.

  2. Qu’est-ce qu’il me tente celui là !!! Vite, vite !!

  3. j’ai lu ton billet un peu rapidement car je dois recevoir ce roman et je préfère me laisser surprendre, mais je reviendrai te lire après ma propre lecture !

  4. Ça finit par me faire peur tous vos billets enthousiastes! Mais ça me donne aussi sacrément envie!

  5. Je viens de me l’acheter. Il fera partie de mes prochaines critiques; (j’avoue avoir du retard). Très bonne vision d’ensemble du bouquin. @+

  6. Ping :Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  7. Ho la la celui là passera entre mes mains!
    Merci Sophie!

  8. Je l’attends avec impatience celui-là !

  9. Je te rejoins sur ta remarque concernant la 1ere partie et les digressions de l’auteur qui parle de ses états d’âmes, ça coupe le récit et on a du ml à reprendre le fil.

    Nous sommes nombreux (ses) à avoir apprécié ce livre, qu’en penseront les jurys des prix littéraires cet automne?? :-)

  10. Comme tu le sais peut-être, ce livre ne m’a pas interpellée du tout…

  11. Bonjour,
    Voici mon 2ème album du challenge des albums.
    Le premier n’a pas dû être validé, à moins qu’il soit passé entre les mailles du filet de com ! ^.^
    Titre : Ma maman a besoin de moi
    Edition : Bayard.
    Voilà !
    Bonne journée !

  12. je vais l’acheter ce week end, depuis le temps qu’il me fait envie !

  13. Comme l’Irrégulière, j’attends de le lire avec impatience ! Je crois que je vais me régaler.

  14. Oui, on fait effectivement des parallèles avec notre propre histoire. :/
    Je n’ai pas pu m’endormir sereinement une fois la dernière page tournée.

  15. pour moi comme tu le sais un énorme coup de coeur, de bout en bout…et comme toi, une attente de plusieurs jours avant d’écrire un billet, mais finalement l’émotion s’est encore renforcée depuis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.