Ueno Park d’Antoine Dole #RL2018

Huit adolescents, huit récits, huit destins sous les cerisiers en fleurs de Ueno Park au Japon.

Ueno ParkRoman pour adolescents – dès 14 ans
Rentrée littéraire 2018

Ueno Park

d’Antoine Dole

Actes Sud Junior, 22 août 2018
9782330108273, 13,50€
Disponible en numérique epub 9,99€

Thèmes : Japon, adolescence

Ueno Park est un grand parc de Tokyo, où les habitants et touristes viennent chaque printemps pour Hanami : admirer les sakura, les cerisiers en fleur. C’est cet évènement qui rassemble dans ce récit huit adolescents. Un roman choral avec huit histoires à la première personne, pour huit destins d’adolescents japonais.

“À la sortie de la gare, Ueno Park n’est qu’à quelques minutes. Un cerisier immense accueille les visiteurs. Un éclatement de douceur contre le paysage de béton froid. Vu d’ici, Tokyo n’est plus cette capitale immense qui mâche les corps et les recrache. Cette ville qui m’a tant fait peur ces derniers mois semble retenir son souffle. Tout au long du trajet qui m’a menée ici, j’ai la sensation d’avoir marché sur la pointe des pieds, en effleurant à peine le sol. À chaque pas, mon coeur sur le point de lâcher.”

Bien qu’Antoine Dole soit un auteur français, c’est une vraie plongée au Japon que fait le lecteur grâce à ce Ueno Park. Avec ces huit protagonistes on entre dans les questionnements de la jeunesse actuelle, avec une partie de questionnement très universels, mais aussi des choses typiquement japonaises, dans l’air du temps. Avec ces huit jeunes nous sommes nous aussi au Japon, et on en comprend mieux de nombreux aspects.

Pas d’adolescent guilleret caricature de manga ici, mais huit jeunes en mal-être, qui se sentent seuls. Impossible de vous décrire chaque personnage, chaque histoire, mais avec Ayumi, Haruto, Noriyuki, Sora ou Aïri nous plongeons dans un univers tokyoïte un peu décalé. Certains maux sont très liés au Japon, comme un orphelin du tsunami de 2011, ou un genderless kei, d’autres sont plus universels, comme une fan obsessionnelle, un malade du cancer, un sans-abri ou une hikikomori (vivre reclus chez soi). Huit adolescents pour huit solitudes qui portent grâce à la plume d’Antoine Dole.

Ueno Park n’est un roman que grâce à son dernier paragraphe qui boucle la boucle, mais il s’apparente plus à un recueil avec ces huit personnages bien distincts et leur huit histoires personnelles. 130 pages seulement mais des mots puissants, des destins touchants. Peu de temps, un instantanné de vie, cette fête d’Hanami qui invite à se réunir. Nos huit protagonistes se racontent en faisant le point sur leur vie, leurs espoirs. Ces jeunes sont différents de ce que l’on attend d’eux généralement, ou de ce qu’ils voudraient être. Cela donne des personnalités attachantes, des sentiments forts, pour un recueil véritablement touchant.

Antoine Dole nous offre une promenade atypique dans Ueno Park, où les cerisiers ne sont que spectateurs des vies qui se trament à leur pied. Un récit fort, poignant, qui se déroule pourtant avec une douceur incroyable et une absence totale de jugement. Huit destins à découvrir en même temps que cette vision différente du Japon qu’ils proposent.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Tu ne sais rien de l’amour : un roman souvenir

Tu ne sais rien de l’amour est un roman touchant sur l’amour, les amours, qui entremêle amitié, adolescence, famille et secrets.

Tu ne sais rien de l'amourRoman pour adolescents dès 14 ans

Tu ne sais rien de l’amour

de Mikaël Ollivier

Thierry Magnier, 2016
Collection Grands Romans
9782364749522, 15,90€
240 pages
Disponible en epub numérique

Thèmes : amour, souvenir, amitié, famille, secret

***

!! Attention, ne lisez pas la 4ème de couverture de ce roman, trop explicite, pour préserver le suspense !!

Nicolas est médecin, sa garde commence dans quelques heures quand un mail de sa mère vient troubler sa nuit. Il hésite à l’ouvrir. Ce mail est aussi adressé à Malina, alors il se met à penser à elle, à son enfance, son adolescence. Peu à peu, entre présent et passé, on suit le fil de la vie de Nicolas, mais aussi celle de cette Malina. Cette petite voisine, orpheline de mère, qui venait tout le temps chez eux, partait en vacances avec eux, au point qu’à deux ans déjà, ils étaient inséparables.

Au fur et à mesure du récit, des secrets apparaissent, des révélations. Des histoires secondaires qui aident à mieux comprendre les protagonistes de ce récit, et notamment les parents de Nicolas. Ses parents qui selon les périodes du récit sont de simples toiles de fond ou de vrais acteurs au coeur de l’intrigue. Enfin Malina est un personnage que l’on a du mal à cerner, tout au long de ce récit, et qui pourtant hante complètement le héros.

Plusieurs passages font facilement écho à des expériences personnelles… celui-ci m’a touché :

C’était à l’époque du premier arrêt maladie de mon père, quand je me suis mis à fermer moi-même les volets, le soir. Période – je ne m’en rends compte qu’aujourd’hui, avec le recul des années – étrange et fébrile, durant laquelle je savais inconsciemment que quelque chose de grave était en marche, dont personne ne me parlait, et dont je n’avais d’ailleurs pas du tout envie que l’on me parle, bien trop agrippé à l’égocentrisme de l’enfance. Pourtant, je ne pouvais manquer de m’apercevoir que ma mère était nerveuse et tendue.

L’alternance entre deux périodes, avec ce Nicolas adulte est intéressante, mais elle rend les personnages finalement moins attachants. Un détachement se crée entre le lecteur qui s’attache assez facilement aux adolescents que l’on suit, et le personnage adulte dont la réflexion plus mûre vient troubler les jolis souvenirs. Car ce récit oblige à une vraie réflexion sur l’amour et la famille. Une réflexion difficile, parfois dérangeante, mais dans l’air du temps. Proposer un récit double permet aussi d’apporter une fin bien plus construite et profonde.

Tu ne sais rien de l’amour est un récit poignant à la chute surprenante, qui touche le lecteur et marque sa vision de l’amour. Rien de choquant dans ce récit pour un lecteur adolescent, mais sa lecture réclame je pense une certaine maturité pour l’apprécier, 14-15 ans sans doute…


+ De Mikaël Ollivier nous vous avons déjà présenté :

Petit poche : – Jack est là   et   Trop fort, Victor

petitetropfortvictor

+ D’autres romans de Mikaël Ollivier à découvrir (et que j’ai beaucoup aimé) :
La vie en gros
Tu sais quoi ?
Le monde dans la main

 

Avez-vous déjà lu des titres de cet auteur ?

Je ne sais pas – roman ado/jeune adulte

Je

Je ne sais pas

Marie Colot

Coll. Le chapelier fou
Alice Éditions (2016)
^^^^^

Au milieu de la nuit, de sa fenêtre du 3ème étage, Clara a été témoin d’une scène hyper violente. Une des prostituées de la rue s’est fait tabasser, elle est à l’hôpital dans un état grave. Une autre prostituée a désigné la fenêtre de Clara aux policiers chargés de l’enquête. Interrogée, Clara est incapable de sortir le moindre mot.

^^^^^

En une douzaine de petits chapitres (2/3 pages), Marie Colot nous fait remonter dans le temps, le temps de Clara. Son enfance, ses traumatismes (petits ou grands) à 6 ans, 7 ans, 10 ans… On découvre les différents moments de sa vie qui ont conduit à ce mutisme, à cette incapacité de communiquer.

Petit à petit, on comprend pourquoi/comment Clara en est arrivée à ne plus s’exprimer, comment elle s’auto-efface du monde… Comment, à un moment donné, les mots ne suffisent plus à expliquer les maux.

Un roman petit (70 pages) mais costaud qui m’a beaucoup plu !

^^^^^

Un extrait :

« Je. Ne. Sais. Pas. Quatre mots. Juste quatre mots. Et je n’arrive même pas à les prononcer. C’est dommage. Ils arrêteraient peut-être avec leurs questions, si je les disais.

– Pourquoi tu te tais ?

– Pourquoi tu n’as rien fait ? Clara, enfin, pourquoi ?

Pourquoi ? Pourquoi ? Ils n’ont que ce mot à la bouche. Ils peuvent continuer encore et encore. Je ne leur parlerai pas. Ce n’est pas que je ne veux pas, c’est que je n’y arrive pas. J’ai déjà essayé cent fois ou presque.

Il y a du sang trois étages plus bas. Il paraît que c’est de ma faute. Enfin, en partie. Juste un peu. Assez pour m’empêcher de dormir – comme pas mal d’autres choses d’ailleurs. »

^^^^^

De cette auteure, je vous ai déjà présenté « Deux secondes en moins » co-écrit avec Nancy Guilbert

Le site de Marie Colot

Dans cette collection « Le chapelier fou » je vous avais déjà parlé du très dur mais très intéressant « Un courant d’air » de Laurie Cohen

Éditions Alice jeunesse

Questions à Nancy Guilbert & Marie Colot

Questions

DEUX SECONDES EN MOINS

Magnard (2018)

***** 

Nos avis sur ce roman : Pauline / Blandine / Nathalie

*****

  • Nancy et Marie, pourriez-vous raconter à nos lecteurs la genèse de votre roman, Deux secondes en moins ? Était-ce un projet que vous aviez chacune de votre côté, et qu’une rencontre/discussion a permis de réaliser à quatre mains, ou était-ce votre souhait de base ?

Nancy : J’ai fait la connaissance de Marie au salon de Sainte-Odile, à Lambersart. J’ai été attirée par ses romans, son écriture, mais aussi par son charisme et son sourire !

Après l’avoir lue, je suis revenue vers elle l’année suivante pour lui proposer d’écrire un roman à quatre mains sur le thème du mal-être adolescent, un thème qui me tenait à cœur depuis un moment. Marie m’a fait confiance car, contrairement à moi, elle n’avait encore jamais écrit avec une autre autrice et n’avait pas, je pense, envisagé cette possibilité.

Marie : J’ai vraiment été ravie par la proposition de Nancy qui présageait une expérience d’écriture inédite pour moi ! Sur base du thème qu’elle a amené, nous avons échangé nos idées. Quand je lui ai parlé du personnage masculin, défiguré et pianiste, que j’avais en tête depuis longtemps, et de l’envie de l’assoir en bonne compagnie pour un duo, Nancy a tout de suite été séduite. Nous avons senti que ce que nous voulions chacune aborder s’articulerait et se complèterait très bien dans cette situation romanesque. Sans compter qu’un morceau à quatre mains faisait écho avec un roman écrit sur le même principe. Restait à préciser pas mal de choses et à discuter de la manière de procéder.

Nancy : Nous avons partagé sur la façon dont nous envisagions cette écriture, sur la bienveillance et la sincérité nécessaires dans cet exercice et avons commencé une ébauche de scénario en septembre. Nous hésitions encore, surtout moi, car mon personnage n’était pas encore bien défini, lorsque des évènements dramatiques survenus au lycée de ma fille ont précipité notre écriture, dans un sentiment d’urgence. J’ai envoyé le premier texte à Marie le 13 janvier 2017.

Marie : J’ai découvert, pleine d’émotion, les premières lignes écrites par Nancy où j’entendais la voix et la douleur de Rhéa. J’ai écrit, dans les jours qui ont suivi, un texte qui évoquait l’histoire et la situation d’Igor, devenu ensuite le début du roman.

  • Comment avez-vous choisi les prénoms d’Igor et de Rhéa ?

Nancy : Je connais une Rhéa dans mon entourage, c’est une jeune fille dont j’apprécie énormément les qualités humaines et le rayonnement. Je savais qu’un jour, l’un de mes personnages porterait son prénom, même si la Rhéa du roman n’a pas la même histoire.

Marie : De mon côté, le prénom d’Igor s’est imposé en même temps que le personnage. Il correspond, selon moi, assez bien à sa personnalité, teintée d’une douceur cachée derrière la colère. Certain.e.s y ont vu une référence au fils de Frankenstein, mais cela devait être inconscient ! Je n’y ai pensé qu’après.

  • Les deux narrateurs ont-ils été une évidence ?

Nancy : Oui, dès le début.

Marie : Nous avions conscience des différences de nos écritures et préférions, pour une première ensemble, alterner les narrateurs. C’était d’ailleurs très cohérent par rapport à l’histoire que nous avions construite.

  • Un autre personnage est prégnant dans votre roman : la musique. Pour vous, est-elle aussi un personnage à part entière ?

Nancy : Je crois, oui. Etant musicienne (pianiste), elle revient souvent dans mes livres.

J’admire Marie qui a donné l’illusion qu’elle maîtrisait parfaitement les ressentis et la technique d’un musicien. Dans mon entourage, les lecteurs sont persuadés qu’elle est pianiste !

Marie : Si j’y suis parvenue, c’est aussi grâce aux indications et aux conseils de Nancy ! Je l’ai parfois sollicitée à ce sujet. Je me suis aussi documentée, car je n’y connaissais rien, même si j’apprécie beaucoup le répertoire classique. C’est la première fois que la musique a une place si importante dans un de mes romans.

  • Comment s’est-elle imposée / les avez-vous choisies ?

Marie : Avant de nous lancer dans l’écriture, nous avons choisi le morceau qu’interprétaient Rhéa et Igor. C’est Nancy qui a fait une première sélection de pièces à quatre mains. Quand j’ai entendu la Fantaisie de Schubert, elle m’a donné des frissons. Nancy la trouvait aussi très belle et nous n’avons pas tergiversé longtemps. Quant aux autres morceaux travaillés par Igor (ceux de Satie, principalement), je me suis laissée guider par ce que je connaissais de lui et de son état d’esprit au cours de l’histoire.

Nancy : Le plus difficile était de trouver le morceau fédérateur mais comme l’explique Marie, le choix s’est fait très vite, finalement. Ensuite, j’ai cherché les morceaux au fur et à mesure selon ce que Rhéa vivait ou ressentait. Le lecteur qui se donne la peine d’écouter chaque morceau en lisant peut ainsi doublement vivre le moment avec elle et les personnages qu’elle rencontre tout au long du roman.

  • Pourquoi avoir choisi des personnages aimant la musique ?

Marie et Nancy : L’idée de base du roman impliquait bien sûr qu’ils soient musiciens. Les deux personnages ont besoin de la musique pour partager et apprivoiser leur souffrance. Elle leur permet de l’exprimer puisque les mots ne suffisent pas ou plus.

  • Avez-vous écouté les musiques mentionnées dans le roman en l’écrivant (pour ma part oui, en le lisant, écrivant ma chronique et ces questions – Blandine)

Nancy : Sans arrêt, surtout la Fantaisie, forcément, mais toutes les autres aussi.

Marie : Pendant toute l’écriture, j’ai écouté la Fantaisie et les morceaux de Satie. Désormais, tout le monde les connait sur le bout des doigts à la maison !

  • Pouvez-vous nous confirmer que l’écriture de ce livre a été thérapeutique et exutoire ? C’est le sentiment que nous avons eu. (Pauline + Blandine + Nathalie)

Marie : Je préfère que Nancy en parle. De mon côté, je n’ai pas été confrontée à ces événements dramatiques récemment et aucune plaie ne devait se cicatriser.

Nancy : Oui, l’écriture m’a permis de relier ce que je vivais en direct avec la fiction, de poser des mots sur la violence, d’entourer Rhéa (et Igor) comme j’aurais voulu entourer certains jeunes confrontés à ces drames.

  •  Un roman sur ces thèmes n’est pas anodin et puise peut-être/certainement son origine dans des faits réels et récents. Comment avez-vous appréhendé cette proximité avec la réalité ? Comment cela s’est-il traduit dans votre écriture ?

Nancy : Je crois que les chroniqueurs.ses l’ont presque tous.tes ressenti : les mots sonnaient justes, l’émotion était sans doute palpable mais authentique, puisqu’inspirée des drames vécus par ces jeunes autour de moi, de leurs doutes, de leurs remises en question, de leur sentiment de culpabilité.

Mais j’ai aussi élargi le personnage de Rhéa en puisant ailleurs, dans mon imaginaire et dans les lectures que j’ai pu faire sur le thème du suicide et du mal-être adolescent.

Paradoxalement donc, c’est ce réel qui m’a aidée et poussée à trouver la force pour écrire.

Marie a été un grand soutien puisqu’elle était moins impactée : elle savait me dire à quel moment je pouvais supprimer les phrases qui en « disaient trop ».

Marie : Je pense que c’est un des grands avantages de l’écriture à quatre mains. Nancy et moi sommes, je crois, réellement complémentaires et avons été capables de poser un regard juste sur les mots écrits par l’autre afin d’améliorer le texte et le déploiement de l’histoire. Si je lui ai suggéré de supprimer certains passages, elle m’a, de son côté, aidée à en développer certains et à aller au plus profond de l’émotion.

  •  Concernant la couverture, qui rappelle la musique mais aussi un lien, un passage (Blandine), qui l’a choisie ? Aviez-vous une idée de ce que vous vouliez ?

Marie : La direction artistique de notre maison d’édition, Magnard, nous a proposé cinq couvertures. Nous trouvions celle-ci la plus réussie, la plus accrocheuse et la plus symbolique. Comme toujours lors de ce projet, Nancy et moi étions sur la même longueur d’ondes.

Nancy : Au départ je voyais quelque chose de plus doux, mais Marie et l’éditrice ont su me convaincre que cette couverture avait une force d’accroche importante, et elles avaient raison !

  •  Vous avez déjà eu plusieurs retours sur votre roman. De qui émanent-ils surtout, parents d’ado ou non, adolescents ?
  • Les différents profils des lecteurs permettent-ils de dire que ce roman est accessible à tous, quel que soit son âge (ou presque !), sa situation familiale, et que tous peuvent y trouver une résonance ?

Nancy : Beaucoup de retours viennent de libraires, chroniqueurs.ses, enseignants et parents. C’est plutôt positif et rassurant qu’un roman estampillé « ado » parvienne à toucher les lecteurs plus adultes.

Mais nous avons également quelques premiers retours d’ados qui l’ont vraiment apprécié, présenté en classe pour des rallyes lecture. Dernièrement, ce sont des CM2 (11 ans) qui m’ont passé commande. Dans ce cas-là je crois que le dialogue avec les parents est indispensable pendant ou après la lecture, mais encore une fois, c’est extrêmement positif !

Chacun peut effectivement trouver une résonance, qu’il ait traversé ces drames (suicide d’un proche ou accident) ou pas, car les thèmes abordés sont vastes et s’adressent à chacun : relation enfant/parent, culpabilité, mal-être…

Marie : Je pense qu’au-delà de ces thèmes, « Deux secondes en moins » est universel : il traite de l’espoir qu’on essaie de retrouver après des drames, du sens de la vie, si difficile à discerner quand elle déraille et, surtout, de la relation à l’autre qui est souvent salvatrice. Chacun.e peut donc être touché et interpellé par le roman.

  •  Nancy, il s’agit de votre premier roman pour adolescents. Pensez-vous en écrire bientôt un autre ?

Les hasards de l’édition font que c’est mon premier roman ado publié mais ce n’est pas le premier que j’ai écrit. Ce dernier devrait sortir à l’automne 2018.

  •  Des rencontres autour de ce roman sont-elles déjà prévues ?

Marie et Nancy : Nous avons déjà reçu quelques invitations pour des salons et les interventions scolaires qui ont lieu généralement dans ce cadre.

  • Marie et Nancy, avez-vous des projets en cours dont vous aimeriez nous parler ? Des sorties ? Que nous ouvrions notre agenda !

Nancy : Depuis vos questions, un peu de temps s’est écoulé et pour ma part, quelques albums sont sortis (L’ourse bleue, Voyages/travels, C’est l’histoire d’un loup, L’arboretum et le 3ème tome d’une série de romans première lecture) ainsi qu’un livre-CD ( autour de la musique et des émotions).

Les autres suivront à l’automne.

Marie : Deux nouveaux romans sortiront à l’automne. Le premier est illustré et pour des jeunes lecteurs, le second est adressé aux adolescents. Ma série « Le jour des premières fois » (Alice Jeunesse) va également se poursuivre avec deux nouvelles aventures à destination de lecteurs à partir de 9 ans.

 Nous souhaitons à votre roman, comme à vos autres livres, de connaître le succès qu’ils méritent et avons hâte de vous lire à nouveau !

 Merci pour vos réponses !

 

Marie et Nancy : Un très grand merci à vous, Pauline, Nathalie et Blandine, tout d’abord pour vos chroniques sur vos blogs respectifs, ensuite pour cette interview aux questions pertinentes et enfin, pour votre intérêt pour Deux secondes en moins.

*****

Blog de Nancy : http://revedeplume.blogspot.fr/

Blog de Marie : http://www.mariecolot.com/