Phobie scolaire – Un roman jeunesse

PhobiePhobie

Fanny Vandermeersch

Coll. Rester Vivant

Édition Le Muscadier

* * * * * *

Sophia a toujours été une très bonne élève. Plutôt douée, du genre qui n’a pas spécialement besoin de bosser à la maison, elle écoute en cours et ça suffit pour qu’elle soit parmi les premiers de la classe. Elle est curieuse, aime apprendre, aime l’école et mémorise facilement les choses. Pourtant, à son arrivée au collège, tout change. Progressivement, les notes chutent. Sophia a du mal à se lever le matin. Il y a beaucoup plus de monde au collège, s’intégrer n’est pas facile, organiser son travail non plus. La fin de l’année scolaire est enfin là, Sophia respire mieux. Mais septembre arrive, c’est la rentrée en 5ème. Le stress, les malaises, le mal-être réapparaissent de plus belle…

* * * * * *

station

Voici encore un roman très intéressant de cette collection Rester Vivant. On commence à trouver pas mal de témoignages, d’actions, de conseils pour tout ce qui concerne le harcèlement en milieu scolaire. Mais la phobie scolaire n’est pas un thème que l’on trouve très souvent (pas à ma connaissance en tous cas ! D’ailleurs, si vous connaissez d’autres romans sur ce thème de la phobie scolaire, n’hésitez pas à mettre les titres en commentaires.)

Tout au long du roman, qui est en fait le journal intime de Sophia (les chapitres, du coup, sont très courts) on suit la progression de cette peur, cette angoisse même, qui monte au fil des jours, jusqu’au jour où Sophia se révèle incapable de passer le portail du collège…

La phobie scolaire, ce n’est pas l’envie d’être en vacances ou la flemme d’aller à l’école, on le comprend très bien en suivant le calvaire vécu par Sophia jour après jour.

Un roman qui a toute sa place dans les bibliothèques et les CDI (c’est toujours rassurant de savoir mettre des mots sur ce qu’on ressent !)

En annexe, un petit texte signé Eudoxie Larose-Devarenne, Vice-Présidente de l’association Phobie scolaire (créée en 2015, c’est très récent !) nous explique ce qu’on entend par là et les symptômes qui sont engendrés par cette peur.

* * * * * *

Interview de l’auteure par Au féminin.com

Le blog de l’auteure, « les billets de Fanny« 

Éditions Le Muscadier

Feuilleter les premières pages

De cette maison d’édition, nous vous avons déjà présenté plusieurs titres : Bêtes de pensée et Badalona, Jours de neige (un recueil de nouvelles), 40 jours d’automne, Station sous-paradis, les mains dans la terre et Virée nomade.

* * * * * *

Une lecture commune avec Blandine du site Vivrelivre dont vous retrouverez l’article ici.

D’autres que nous ont apprécié : Noukette, Jérôme, Lirado ou encore Bricabook

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

J’aime mon meilleur ami qui aime ma meilleure amie

j'aime mon meilleur ami qui aime ma meilleure amieRoman pour jeunes adolescents
Niveau CM2 – Sixième

J’aime mon meilleur ami qui aime ma meilleure amie

de Dominique Souton

Ecole des Loisirs, 2016
9782211230094, 9€

Sous ce titre ne se cache pas vraiment un roman d’amour, mais plus un récit de collégienne. NAt est en 6e au collège, et le voir par ses yeux est vraiment drôle (et toujours très réaliste), comme son vocabulaire. Elle essaye de faire comme les autres, alors forcément TROP, DARON et CHELOU sont des indispensables à mixer à toutes les sauces.
Et puis, bien sûr, il y a des histoires d’amitié et d’amour, digne du primaire pour le coup, mais plutôt mignonnes. Difficile d’avoir plusieurs meilleurs amis, encore plus difficile quand on tombe amoureux de son meilleur ami.

Au collège, on ne dit plus « bizarre », mais « chelou », on doit présenter son carnet toutes les cinq minutes, il y a au moins dix profs pour remplacer la maîtresse, et certains demandent de drôles de trucs comme d’adopter un œuf à la maison !

J’aime mon meilleur ami qui aime ma meilleure amie est un roman pétillant qui montre bien comme les jeunes peuvent s’inquiéter de détails plus que du collège, mais surtout qui offre un récit réaliste et sympathique. Seule la partie numérique, bien que d’actualité, est moins intéressante dans son traitement, sans poser problème pour autant… Mais ce qui est finalement le plus drôle je crois, c’est qu’en tapant le titre du livre dans Google, vous trouverez dans les premiers résultats des discussions entières de forum sur ce thème…

Ce roman, avec sa jeune héroïne, est parfait pour les « petits » sixième, notamment en début d’année, voire avant la rentrée pour découvrir le collège. Une histoire qui plonge dans le grand bain du collège, avec son vocabulaire et ses règles bien particulière, mais tout en humour et avec même une histoire d’amour !


+ Ces personnages ont commencé leurs aventures dans Ma meilleure amie a une meilleure amie, en CE2.
+ Challenges : Rentrée Littéraire 2016YA#6
cof

Le coeur en braille #ciné #concours

coeur en brailleAdaptation ciné d’un superbe roman pour ados

Le coeur en braille

un film de Michel Boujenah

avec Alix Vaillot, Jean-Stan du Pac, Charles Berling.

à partir du roman de Pascal Ruter – Didier Jeunesse
Sortie le 28 décembre au cinéma.

Synopsis : Marie est une adolescente passionnée de violoncelle et très douée à l’école. Victor est un garçon sympathique, dynamique, mais qui connaît quelques difficultés scolaires. {…}

Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir Le coeur en Braille, mais je peux déjà vous en parler un peu, car j’ai lu le roman en 2012 et j’avais vraiment beaucoup aimé, de même que la suite.

Le roman éponyme, Le coeur en braille, pour adolescents, est un savant mélange de sentiments, d’humour, d’amitié. Des tranches de vies avec des personnages haut en couleur, auxquels on s’attache.

Un roman dont il est difficile de parler tant il doit se déguster du début à la fin, je ne peux que vous le conseiller car c’est un vrai bon moment de lecture !

Voilà comment j’ai conclus mon avis sur le Coeur en Braille à l’époque, et j’ai un peu envie aujourd’hui que ce soit pareil. Alors j’ai volontairement coupé le synopsis, et j’ai envie que vous ne regardiez pas la bande annonce, même si je la mets juste là, sous vos yeux. A vous de voir si vous préférez la surprise, ou si vous avez besoin d’être convaincu par les thèmes abordés ! Dans tous les cas, je vous conseille la lecture du livre, et je vous donnerai dès la sortie (ou presque…) mon avis sur le film !

Vous me faites confiance et vous voulez aller voir le film ? Vous avez de la chance, en partenariat avec Gaumont, je vous offre 5*2 places valables dans toutes les salles pour aller voir le film !

Pour participer, il vous suffit de répondre à ces deux questions en commentaire :
1- Comment est surnommé le CPE dans le roman Le coeur en braille (indice)
2- Avez-vous regardé la bande-annonce ? Pourquoi ?
:)

+ 1 chance en partageant ce concours (laissez un commentaire supplémentaire avec le lien de partage)

Vous pouvez suivre Délivrer des Livres sur les réseaux sociaux, vous y verrez les résultats et les prochains concours, ainsi que toutes nos chroniques ! Merci !

Concours ouvert du 21 au 30 décembre 2016. France Métropolitaine. Règlement.

EDIT :
Bravo à Charly, Caroline Danet, farfouillette, Jeneen, Aurélie LEMOINE

La fille quelques heures avant l’impact

la fille quelques heures avant l'impactRoman pour adolescents

La fille quelques heures avant l’impact

Hubert Ben Kemoun

Flammarion jeunesse, 2016
9782081373822, 13€

Impact, fracas, colère, feu… Titre, couverture, premier chapitre, rien ne laisse de doute, c’est le chaos. Un chaos que l’on va sentir venir, peu à peu, au fil du déroulement de la journée qui précède tout cela.

Annabelle, Fatou, Thierry, Fabien, Moktar, des adolescents, et Isabelle, leur professeur. La journée s’ouvre sur cette dernière, professeur de français, qui tente de gérer son cours tout gérant les pics que se lancent deux élèves de troisième.

Violence, c’est vraiment la violence et la colère qui transpirent de chaque page de ce roman. Racisme, Trahison, Colère. Attentat.

L’ouverture du roman, pleine de suspense, permet de garder le lecteur en haleine. Plusieurs passages, en italique, contribuent à renforcer cet effet catastrophe. Le reste du temps, les protagonistes alternent à la narration, nous permettant de voir les différents points de vue. De sentir la tension monter…

Les premiers chapitres sont durs, à l’image d’une grande partie du roman, choquants parfois. Cette professeur un brin paumée, trop prise par sa propre histoire, et ces adolescents tellement violents, tellement en colère. Leurs mots sont durs, presque plus que dans la réalité de ce que l’on croise en collège. Cependant ce sentiment de trop, d’accumulation dramatique, est souvent présent à l’esprit du lecteur adulte.

Les personnages sont le point fort de ce roman, avec leurs caractères entiers. Ils sont dérangeants, vrais, ils sonnent justes. Un peu à coté de la plaque, trop émotifs, trop volontaires, trop manipulables. Ils sont dans les extrêmes, des personnages justes mais qu’on ne croisent pas tous les jours, des spécimens, même, pour certains. Fabien, fils du maire, raciste par héritage, est un exemple frappant.

Et le point d’orgue, le concert, la salle de spectacle, l’attentat. Un écho douloureux aux événements de novembre 2015, mais pas un récit d’après, qui raconte. Dans sa postface, l’auteur nous explique avoir terminé ce livre en janvier 2015. Il est donc teinté d’attentats, pas de ceux que l’on a en tête. La fille quelques heures avant l’impact ne cherche pas à raconter les événements français, mais plus à comprendre certaines des dérives actuelles, du racisme, de la rage.

Un roman incisif, qui touche à des non-dits, et qui n’hésite pas à mettre ses héros en danger. De la littérature jeunesse, oui, mais de la littérature noire aussi. Une façon intéressante de montrer aux adolescents les conséquences des petites habitudes qu’ils trouvent souvent drôle au collège (mais pas avant la 4ème, ou pour lecteurs avertis…) !

 

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :