Le crime de Paragon Walk – Enquête

crimeLe crime de Paragon Walk

Anne Perry

Coll. Grands Détectives

Éd. 10-18 (1997/vo 1981)

*****

Résumé éditeur : Un crime sordide vient troubler la quiétude huppée de Paragon Walk. Tandis que l’inspecteur Pitt, chargé de l’affaire, se heurte à l’hostilité et au mutisme des résidents du quartier, son épouse Charlotte, assistée de sa sœur Emily, la charmante Lady Ashworth, ne se laisse pas intimider par cette omerta de classe. De garden-parties en soirées, elles font tomber un à un les masques de l’élite. Les façades respectables de Paragon Walk se lézarderont peu à peu pour exposer à cet infaillible trio de détectives leurs inavouables secrets et mensonges.

*****

Avec ce roman, je découvre un autre duo (et même un trio !) de détectives : L’inspecteur Pitt, aidé par son épouse Charlotte, elle même accompagnée par sa sœur Emily. Comme dans “le condamné de Noël” (lien plus bas) c’est bien un roman policier avec une enquête mais dans lequel on parle beaucoup des différences sociales de cette Angleterre victorienne.

Comme dans d’autres romans de cette autrice, la haute société est outrée qu’on puisse seulement la considérer comme potentiellement coupable ! Le responsable de ce crime terrible ne peut être qu’un vagabond de passage ou un domestique… Mais ce ne sera pas aussi simple et d’autres malheurs arriveront.

Je devrais penser à lire un roman d’Anne Perry quand j’ai une “panne” de lecture. C’est toujours un grand plaisir, quelque soit le détective, de plonger dans l’atmosphère tellement dépaysante de ses romans.

Une autrice que je vous recommande si vous aimez les polars et l’Histoire

Anne Perry a en effet écrit des romans policiers qui se passent à différentes époques, pour le moment je n’ai lu que ceux qui se passent dans l’Angleterre victorienne.

J’ai hâte de découvrir ceux qui se déroulent pendant la 1ère guerre mondiale : La saga des Reavley (tu connais Blandine ?)

*****

D’Anne Perry, j’en ai lu plusieurs et nous vous avons présenté :

Esclave du passé (C’est avec le détective Monk), Le condamné de Noël

*****

Un roman qui participe à plusieurs challenges

Le challenge British Mysteries chez Lou et Hilde

Le tour du monde en 80 jours livres (Angleterre) chez Bidib

monde

à l’Objectif PAL chez Antigone

Les soeurs Mitford enquêtent

MitfordLes sœurs Mitford enquêtent
T1 : L’assassin du train

Jessica Fellowes

Éditions du Masque (2018)

*****

1919 à Londres. Louisa vit avec sa mère. Son père est décédé récemment et sa mère fait ce qu’elle peut comme blanchisseuse pour payer le logement et la nourriture. L’oncle Stephen (le frère du père décédé et un homme dangereux) s’est invité dans leur petit logement. Il compte tirer profit du fait que sa nièce soit une jeune femme agréable à regarder pour payer ses dettes de jeu. Louisa ne voulait pas laisser sa mère seule, mais ne sachant comment échapper à son oncle Stephen, elle se fait engager comme nounou à la campagne, par la famille Mitford… Avec Nancy, l’aîné des filles, elle va mener l’enquête sur le meurtre d’une infirmière.

*****

Je sais que je vais m’attirer les foudres de certaines de mes collègues du Mois Anglais, mais j’avoue que je ne suis pas fan de tout ce qui concerne la royauté ou l’aristocratie anglaise (ou autre d’ailleurs !) Ceci dit, si nous sommes bien dans la “haute société” avec la famille Mitford, l’héroïne principale de ce roman, c’est la jeune Louisa Cannon, qui, elle, sortirai plutôt d’un roman de Dickens ! J’ai bien aimé le personnage de cette jeune fille, qui se débrouille comme elle peut pour survivre et échapper à la condition de blanchisseuse. Le personnage du policier, Guy Sullivan est intéressant aussi par son obstination à vouloir résoudre l’enquête. Et aussi pour son manque d’obéissance à sa hiérarchie !

La première guerre mondiale

Même si l’intrigue se déroule après la guerre (en 1919 et 1920), et que ce n’est pas le sujet principal, celle-ci est encore très présente. Avec le policier par exemple, qui souffre d’avoir été réformé à cause de sa mauvaise vue. Avec l’infirmière tuée, Florence Nightingale Shore (nièce de la fameuse Florence Nightingale) qui servait à Ypres, ville tristement célèbre pour ses batailles durant la première guerre mondiale. Ou encore avec le personnage de Roland Lucknor, officier à Ypres. On y entend parler de soldats qui font des cauchemars, de Trouble de Stress Post-Traumatique

Lu pour le mois anglais, c’est un roman policier que j’ai lu avec beaucoup de plaisir, notamment pour l’ambiance “so british” !

*****

L’auteur, Jessica Fellowes, est la nièce de Julian Fellowes, le créateur de Downton Abbey, la célèbre série !

Même si ce livre parle d’une famille qui a réellement existé, les Mitford et d’un meurtre jamais élucidé (celui de Florence Nightingale Shore), c’est avant tout un roman !

Un article de Wikipédia sur la famille Mitford

L’avis d’Eva

*****

Ce roman participe au Mois Anglais, organisé par Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Merci à Belette pour les logos !

Les lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais

Il participe également au Challenge Première guerre mondiale chez Blandine

La revanche de Sherlock Holmes-Téléfilm

revancheUn téléfilm plaisant dans les brumes de Londres

La revanche de Sherlock Holmes

De Simon Cellan Jones

Scénario d’Allan Cubitt

Produit par la BBC (2004)

Avec Rupert Everett, Ian Hart et Michael Fassbender

*****
Policier, Drame
Nationalité britannique

*****

Watson ayant remarqué que son ami Sherlock s’enfonçait de plus en plus dans des brumes opiacées, met sur sa route le cadavre d’une jeune femme trouvée sur les bords de la Tamise. En effet, ayant assisté à l’autopsie, il a remarqué plusieurs choses inhabituelles. Sherlock, en examinant le cadavre, découvre un bas de soie enfoncé dans la bouche de celui-ci. Ce corps, appartenant apparement à une jeune femme de la bonne société, porte des vêtements qui ne lui appartiennent visiblement pas… Sherlock et Watson se retrouvent sur la piste d’un dangereux criminel.

*****

La revanche de Sherlock Holmes est un téléfilm qui ne restera pas dans les annales si l’on en croit les quelques critiques que j’ai pu lire ici ou là. Pourtant, j’ai passé un bon moment devant ce film. Les décors sont beaux, la musique aussi. Les décors comme les costumes sont “réalistes”. Bref, on est bien dans l’ambiance brumeuse des bords de la Tamise propice aux enquêtes policières de Sherlock et Watson.

Il est vrai que le rythme est assez lent et que l’enquête patine au grand dam de Sherlock. Mais cela ne m’a pas gênée. Rupert Everett campe un Sherlock tourmenté et opiomane. Ian Hart quand à lui est un Watson moins “soumis” que dans d’autres films et qui possède plus d’humour. Un bon moment.

*****

Récompenses : Rupert Everett a été nominé deux fois pour son rôle dans ce téléfilm. La musique d’Adrien Johnston a été également nominée.

La bande annonce

Ce roman participe au Mois Anglais, organisé cette année (la 8ème !) par Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Et merci à Belette pour le choix de logos !!

Voir par ici l’article des lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais