Ama le souffle des femmes – BD ♥

AmaAma, les sirènes du Japon
Bande dessinée Ados/Adultes

ama

Le souffle des femmes

Franck Manguin & Cécile Becq

éd. Sarbacane (2020)

*****

Japon, 1962. Nagisa arrive de Tokyo. C’est la nièce d’Isoé, une ama de l’île d’Hegura. Jeune fille de la ville, elle va mettre un certain temps à s’acclimater. Au départ, on ne sait pas pourquoi elle est là. On sait juste que sa mère a écrit à sa sœur -perdue de vue depuis 20 ans- pour lui demander de l’accueillir.

Les ama sont des femmes libres, avec un franc parler, elles vivent nues et ce sont elles qui font vivre le foyer grâce au produit de leur pêche. A l’opposé donc du rôle traditionnel de la femme japonaise. Malgré le décalage avec sa vie de citadine, Nagisa va s’accrocher, s’habituer à la vie sur l’île et devenir une vraie pêcheuse. Jusqu’au moment où…

*****

Au premier abord, cette couverture assez “froide” ne m’attirait pas plus que ça. Mais plusieurs camarades de la BD de la semaine l’ont lue et m’ont convaincue de la lire !

Et je ne regrette pas du tout, ça a été une très belle découverte ! J’ai vraiment passé un très bon moment avec cet album dépaysant. Le trait délicat de Cécile Becq m’a beaucoup plu et les couleurs vont très bien avec cette histoire qui se passe au bord la mer. Le scénario est découpé en plusieurs chapitres correspondants à 4 époques : 1962, 1966, 1968 et 2003. J’ai juste trouvé l’épilogue un peu rapide, mais j’étais déçue d’être déjà arrivée à la fin de l’histoire, j’aurai bien lu encore quelques pages… Car les pêcheuses ont de sacrés caractères !

Une jolie découverte que je vous recommande. ♥

*****

Un article sur les dernières Amas du Japon

*****

Voir plusieurs planches sur le site de l’éditeur

D’autres avis : Fanny,

Et d’autres livres pour continuer le voyage au Japon : Les carnets de voyage de Florent Chavouet

Cette semaine, nous sommes chez Noukette

Facteur pour femmes – BD Ado/adulte

Facteur  Facteur pour femmes ♥

Didier Quella-Guyot & Sébastien Morice

Grand Angle
Bamboo (2015)

^^^^^

Quelque part en Bretagne, sur une île. 28 juin 1914, la mobilisation générale est déclarée, tous les hommes valides doivent partir faire leur devoir. Maël ne le sait pas encore, mais c’est une nouvelle vie qui commence pour lui.

Maël a un handicap, un pied tordu. Sa vie jusqu’à présent c’était aider son père à la ferme, se promener en vélo sur les chemins et repeindre les statues de l’église. Tous les hommes étant partis au front, il est le seul à pouvoir faire le facteur, à relier toutes les fermes, à porter à toutes les femmes de l’île des nouvelles de leur père, leur mari, leur frère…

Il va leur apporter des nouvelles, de l’espoir et même un peu plus que ça…

^^^^^

Facteur

C’est une bd qui se déroule pendant la 1ère guerre mondiale, mais pour autant, on ne la “voit” jamais ou presque. Les couleurs sont éclatantes, lumineuses, chaleureuses.

Pas du tout ce à quoi on s’attend dans une bd qui parle de cette période. Le cadre est original, puisqu’il s’agit d’une île bretonne qui ne “subit” donc pas la guerre sur son sol (même si tous les hommes, ainsi que la plupart des bêtes ont été réquisitionnés).

L’histoire est passionnante : on voit ce jeune homme murir, s’épanouir au contact de ces femmes. Il devient plus sûr de lui, peut-être même un peu trop !

 ^^^^^

J’ai aimé : Les illustrations, les couleurs, l’histoire, tout m’a plu !!

Je n’ai pas aimé : que ça se termine ! ;)

Facteur

^^^^^

Feuilleter quelques pages sur le site de l’éditeur

D’autres que moi ont aimé : Jérôme, Le petit carré jaune, Noukette, Les lectures de Caro, Lecturissime, Blandine

parenthèse     

Cette semaine, c’est chez  Moka  / Cette lecture participe aussi au Challenge 1ère guerre mondiale chez Blandine

Souvenirs perdus 1. Etrangère

souvenirs perdusSouvenirs Perdus
1. Etrangère

de Samantha Bailly

Roman pour adolescents
Aventure – Fantastique

Syros, 2014
9782748514124, 16,95€
disponible en epub 12,99€

Souvenirs perdus commence sur une île, Enfenia, coupée du monde par un Leviathan. Une communauté y vit en autarcie. Nel, fille du chef, sérieuse et réservée, se prépare pour la grande prière annuelle au Léviathan. Une tradition ancestrale afin que ce monstre marin les laisse en paix, et parte, libérant enfin un passage vers le reste du monde. Autant elle est calme et mâture, autant Syon est aventurier. Fils d’un homme disparu en mer en essayant de quitter l’île, Syon ne rêve à son tour que de prendre la mer.

L’un comme l’autre sont pourtant tout aussi surpris quand on découvre sur la plage une jeune fille aux cheveux blancs, une étrangère. Comment a-t-elle fait pour échapper au léviathan ? Une sortie est-elle aussi possible ?

L’intrigue de Souvenirs perdus nous entraîne alors, avec Isil, cette étrangère, à la découverte d’un monde fantastique, intrigant mais dangereux, où il est difficile de savoir à qui faire confiance. La Lueur, dirigeant tout puissant dans le monde que découvre nos héros, semble bien mystérieux…

Souvenirs perdus présente des personnages intéressants, notamment parce qu’ils ne sont pas figés dans un rôle. Isil, Syon et Nel évoluent au fil du récit et des rencontres qu’ils font. On ne peut que s’attacher à ces adolescents perdus mais volontaires, qui vont de découvertes en surprises, et se révèlent bien plus courageux que prévu.

Samantha Bailly réussi à créer un monde intrigant, bien construit, que ce premier tome ne suffit pas à appréhender dans son entier. En refermant ce livre on a une seule hâte, découvrir la suite… et bonne nouvelle, la trilogie est terminée, les tomes 2 Cendres, et 3 Pluie, sont déjà parus !

+ un petit aperçu de la suite de la trilogie, les belles couvertures :
Samantha Bailly - Souvenirs perdus Tome 2 : Cendres. Samantha Bailly - Souvenirs perdus Tome 3 : Pluie.

+ le site de Samantha Bailly

Shadowland 1 – Kate Brian

ShadowlandRoman YA & adolescents
Thriller fantastique

Shadowland 1

de Kate Brian

traduit de l’anglais par Pascale Jusforgues

Bayard, avril 2016
97827470483090, 15,90€

Une jeune fille qui semble sans défense, un tueur en série sûr de lui, un bois sombre et isolé au petit matin… Ainsi commence ce roman. Shadowland est l’histoire de ces deux narrateurs. Rory, agressée, réussi à s’enfuir, mais le FBI en est certain, Steven Nell, ce tueur en série ne la laissera pas tranquille. Elle et sa famille doivent fuir, se cacher.

Shadowland est un roman à l’atmosphère souvent étouffante et pesante, comme les pensées de Rory, traquée. Le fait que le tueur en série intervienne aussi dans la narration ne fait que renforcer ce sentiment et crée un page-turner d’une grande intensité.

Shadowland est donc un thriller entre course poursuite et traque psychologique. Les peurs de Rory ne lui permettent pas de s’adapter facilement sur l’île où le FBI l’exile. Pourtant, elle rencontre de nombreux jeunes sur cette île, sort même pour faire la fête, mais quelque chose cloche. Steven Nell semble toujours à l’affût, elle se sent observer…

Ce roman entretient de nombreux mystères grâce à son atmosphère, mais les indices sont nombreux et à moins de 100 pages je m’étais déjà forgée une opinion sur la fin de ce livre. Mes suspicions se sont vérifiées mais j’ai douté tout au long du récit quand même… et surtout je n’avais pas imaginé que l’auteur nous entraîne dans un deuxième tome ! Mes soupçons sont donc d’un intérêt moindre, puisque les pages m’ont permis de m’attacher à Rory, de la voir évoluer, et j’ai maintenant très envie de découvrir la suite de ses aventures, pour le moins effrayantes !

Malgré cette ambiance glaciale, où le brouillard n’aide pas, Rory reste une adolescente, de même que sa soeur, et l’auteur mêle donc ce thriller à des histoires de famille, d’amour et d’amitié. C’est d’ailleurs la force de ce récit que de réussir dans un parfait équilibre à proposer autant d’éléments d’univers différents.

Un récit prenant, surprenant parfois malgré de trop nombreux indices, qui entraîne le lecteur dans un univers sombre et froid, pourtant peuplé de beaux adolescents…

Extrait :

Il marcha sur une autre branche, exprès cette fois, et la brisa net en deux. La fille s’immobilisa de nouveau. À présent le goût de sa peur était palpable, il l’avala tout rond, se délectant de cette saveur si particulière, en même temps salée et acidulée. La fille se mit à courir. Quand elle se retourna – car elles se retournaient toujours pour regarder derrière elles –, il s’avança et se planta en travers du chemin. Il ne vacilla pas lorsqu’elle se cogna contre lui. Elle ne pesait quasiment rien. Lorsqu’elle cria, il sentit sa poitrine se gonfler d’une indicible joie.

Une bande annonce anglaise :

 + Challenge YA et Petit Bac