Contes du Cimetière avant l’orage

cimetièreDes contes parfaits pour Halloween !

https://assets.wprock.fr/emoji/joypixels/512/1f383.png

A partir de 9/10 ans

Contes du Cimetière avant l’orage

Yak Rivais

Nathan (2000)

*****

8 contes composent ce recueil. Ils sont tous différents, mais ont des points communs. Tous se déroulent dans le cimetière Saint-Patrick, où, c’est bien connu, les défunts sont très bavards. Et tous mettent des enfants face à des créatures pas franchement sympathiques.

Il y a le diable qui veut apprendre à jouer au foot, une goûle souhaitant qu’on lui fasse un shampoing, un poulpiquet trop gourmand, des korandons farceurs, une statue pas contente ou encore un défunt désagréable et pas très malin…

*****

Savez-vous ce qu’est un poulpiquet ? Et un Korandon ? Ou encore une goûle ou un goublin ? Et bien, après cette lecture, vous le saurez !

Il y a beaucoup d’humour dans ces contes. Et, même si les créatures font peur, sont méchantes, cruelles ou diaboliques, les enfants, plus malins, sortent toujours vainqueurs de ces faces à faces. Ils se retrouvent pourtant dans des situations où la peur est bien présente… De l’humour et même des jeux de mots font de ces contes du cimetière un vrai régal !

*****

Contes du Cimetière est une série de livres. En plus de celui-ci, il y a :

Contes du Cimetière :

après la pluie,

au vent d’automne,

dans le brouillard

Il y en a 7 en tout. Bref, de quoi s’amuser un peu ! Par contre je ne suis pas sûre que vous les trouviez neufs, je pense qu’ils ne sont plus édités. Mais vous pouvez facilement les trouver d’occasion (les liens amènent sur des sites d’occasions), alors n’hésitez pas !

*****

Un très bon roman à découvrir pour Halloween (et qui se passe aussi dans un cimetière) : L’étrange vie de Nobody Owens

*****

Un recueil de contes qui participe au #ChallengeHalloween2021

chez Lou et Hilde

https://lelivroblog.files.wordpress.com/2021/09/img-20210801-wa0000-01.jpg?w=378&h=377

Ainsi qu’au Challenge Contes et Légendes chez Bidib

Pour le thème d’Octobre “Halloween ! sorcières, fantômes et monstres en tout genre”

http://mapetitemediatheque.fr/wp-content/uploads/2018/11/challenge-contes-et-l%C3%A9gendes-239x300.jpg

Le Chant des revenants – Prix Lectrices ELLE (23)

revenants

Un roman au charme envoûtant

Le Chant des revenants ♥

Jesmyn Ward

Belfond (2019)

*****

Présentation de l’éditeur : Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère, qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…

*****

Que dire ? Que dire de ce magnifique roman pour vous convaincre de le lire ?

De vous laisser porter, emporter par cette histoire magique et tragique ? Belle et terriblement triste à la fois ?

Les personnages :

Ils sont tous tellement présents, tellement “réels“… Le grand-père, Papy, qui a vécu des choses abominables, pense à des revenants et qui ne revit que grâce à l’amour de sa femme et de celui qu’il donne à ses petits enfants, Jojo et Kayla.

La grand-mère, malade, qui essaie de laisser des provisions d’amour à sa fille et à son petit-fils avant de s’en aller. La mère, Leonie, perdue dans son amour pour Michael et incapable de s’occuper de ses enfants. Jojo, qui veille sur sa petite sœur Kayla, qui la porte tout au long du livre, comme il porte toute l’histoire.

A tour de rôle, Jojo, Leonie et Richie nous racontent leur histoire. Ils racontent les hommes, bons ou méchants, la chaleur et la moiteur du sud, le racisme, la bêtise, les croyances…

Une histoire qui, de toute façon, ne pourra pas vous laisser indifférent !

Un gigantesque coup de cœur pour ce roman envoûtant

*****

Extrait (p.29) :

“Richie, il s’appelait. Son vrai nom c’était Richard et il avait tout juste 12 ans. Il avait pris trois ans pour avoir volé de quoi manger : de la viande séchée. Ils étaient un paquet à être là pour avoir volé à manger parce que tout le monde était pauvre et crevait de faim, et même si les blancs pouvaient pas nous faire bosser à l’œil ils se débrouillaient pour qu’on ait ni contrat ni salaire.

Richie, c’est le garçon le plus jeune que j’ai vu à Parchman. Y’avait bien deux mille hommes répartis dans plusieurs fermes pénitentiaires sur je sais pas combien d’hectares. Pas loin de trente mille, je dirais. Parchman, c’est un endroit qui fait semblant de pas être une prison, quand t’arrives tu te dis que ça va pas être l’horreur, parce qu’il y a pas de murs. A l’époque, c’était juste une quinzaine de camps fermés par des barbelés. Pas de briques, pas de pierres. Nous, les détenus, on nous appelait les bandits et on bossait sous les ordres des tireurs, des détenus comme nous sauf que le directeur leur avait filé des armes pour qu’ils nous surveillent.”

ELLE

23ème lecture / 28 (+1)

*****

Un roman qui avait toute sa place au Challenge African American History Month chez Enna – Mais que j’ai lu trop tard !

*****

Say something – Roman ado/jeune adulte

saySay Something

Jennifer Brown
Albin Michel (2018)

*****

Au lycée, avec son nom de famille “féminin” -Judy- sa timidité et son allure chétive, David est la proie rêvée de certains plus costauds, plus sportifs, sûrs d’eux et de leur force et inconscients, sans doute, des ravages qu’ils occasionnent.

Cette année, plus encore que les autres années, David fait sa rentrée (en Terminale) la peur au ventre. Il faut dire que l’année précédente a été terrible, un déferlement de violence ayant eu lieu dans son lycée. David a passé l’été enfermé chez lui à essayer d’oublier. Impossible, d’autant qu’il “sait” des choses, des choses qu’il devrait dire à la police, mais il ne peut pas, il n’y arrive pas. Les mots refusent de franchir ses lèvres et, du coup, il culpabilise…

*****

En lisant ce roman, on a l’impression de vivre de l’intérieur, de ressentir, de comprendre ce que c’est que d’être quotidiennement moqué / insulté / harcelé par d’autres élèves au lycée. Ce sont toujours les mêmes insultes “Pédé. Tapette. Pédale. Tantouze.” Les mêmes vexations (baisse du pantalon, obligation de faire des pompes devant tout le monde). Pourtant, le ton n’est pas “pleurnichard”, David, s’il souffre de tout cela, ne s’en plaint pas. Il s’adapte (il ne mange plus le midi pour éviter qu’on crache dans son assiette par exemple), évite, courbe l’échine.

Étrangement, ce ne sont pas toutes ces persécutions qui le perturbe le plus, mais bien cette chose qu’il sait et qu’il n’arrive pas à dire. Le poids de la culpabilité.

Say something est un roman très court puisqu’il ne fait que 126 pages (les 24 dernières pages sont le début du roman précédent de l’autrice), mais il laisse un goût un peu amer. (c’est ça l’endroit où l’on envoie nos enfants s’instruire ?? Sans être trop naïf, ça fait quand même un peu peur.)

*****

Ce livre est un “complément” à Hate list (plus qu’une suite, c’est un autre point de vue). Je l’ai lu sans avoir lu “Hate list” et j’ai très bien compris l’histoire.

Lire quelques pages sur le site de l’éditeur

De cette autrice, Sophie vous a déjà présenté “Tornade