Rebelle de Caragh M O’Brien (Birth Marked T.1)

Rebelle

de Caragh M O’Brien

~Birth Marked T.1~

Roman de science fiction pour adolescent (post-apocalyptique dirais-je mais vous savez comme je suis douée pour classer les romans de science-fiction)

Mango,  2011
9782740427965, 18€

Thèmes : Sage Femme, Nouveau-né, Famille, Adolescence, Amour

Présentation de l’éditeur :

 » Dans le monde de Gaia, il y a les privilégiés, qui habitent derrière le mur de l’Enclave, et ceux, comme elle, qui vivent à l’extérieur.
Tous les mois, la jeune fille aide sa mère, sage-femme, à donner à l’Enclave trois nouveau-nés. Mais, un soir, les parents de Gaia sont brutalement arrêtés et conduits derrière le mur. À peine ont-ils le temps de lui confier un mystérieux ruban sur lequel est brodé un étrange code… »

Mon avis :

Avant de commencer à vous parler de l’intérieur du livre, il faut que je vous parle de l’objet livre. Comme vous pouvez le voir sur la couverture (qui est très belle d’ailleurs), il y a un bandeau rouge indiquant le nom de la série « Birth Marked ». Et bien ce bandeau est en fait un véritable ruban, tout doux, qui entoure le livre. Ruban qui n’est pas sans rapport avec l’histoire d’ailleurs… C’est tout bête bien sûr mais j’aime ce genre de petits à coté en forme de clin d’oeil!

L’histoire, c’est celle de Gaia, adolescente qui s’apprête à faire le même travail que sa mère, sage-femme. Même si nous n’avons pas tous les détails, surtout au début, son monde est bien particulier. A première vue il semble très peu évolué. Par contre si les habitants vivent en majorité dans des quartiers numérotés et peu pratique (pas d’eau courante par exemple) d’autres semblent mener la belle vie dans l’Enclave, une zone protégée de la ville.  Les habitants de l’extérieur doivent offrir les premiers bébés de chaque mois à l’Enclave, et ces enfants ne reviennent jamais… Je ne vous en raconte pas plus, car il faut vraiment découvrir par vous même ce monde et ces mystères, mais je trouve une petite ressemblance avec Hunger Games dans le type post-apocalyptique. Pas de jeux ici, mais des épreuves attendent pourtant Gaia, qui va découvrir le fonctionnement de l’Enclave et les secrets de ses parents…

Jusqu’à la moitié du livre, j’étais persuadée que ce serait un coup de cœur… je le présentais comme tel, j’étais sous l’emprise totale de la découverte de ce monde, de ces mystères. Le parcours de Gaia, les codes secrets, ses sentiments, son courage… Splendide, une narration très bien menée, des personnages vraiment bien décrits, attachants, et surtout Gaia…
Oui mais voilà dans la deuxième partie du livre de nombreux nouveaux personnages sont intégrés, et un en particulier n’a pas réussi à me séduire. Vous savez ce personnage masculin qui a généralement du potentiel dans les romans ados. Bon tant pis, cela dit je pense qu’il séduira d’autres lectrices, c’est juste moi je pense ! Cela dit il n’est pas inintéressant ce jeune homme, il a une histoire complexe, et il a une part importante dans l’intrigue… vous verrez !

Que dire de plus sur ce livre ? Il est prévisible par certains côtés, tellement surprenant par d’autres, c’est un plaisir d’avancer dans l’histoire, et une terrible frustration d’arrivée à la fin de ce premier tome ! Gaia évolue beaucoup dans ce premier tome, son statut d’enfant sur-protégée va voler en éclat en quelques pages, et c’est un véritable parcours initiatique qu’elle va devoir suivre. Son personnage a encore beaucoup à offrir et beaucoup d’épreuves à vivre… pour notre plus grand bonheur !

Au final ce n’est pas tout à fait un coup de cœur mais quand même, ça s’en rapproche dangereusement, et je vous invite très vivement à lire ce livre…

et à revenir me donner votre avis sur le jeune homme de ce livre
(dont je ne peux pas plus vous parler sans trop vous dire !!)

Birth Marked la Bande Annonce

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda

Le vieux qui lisait des romans d’amour

de Luis Sepulveda

Roman adulte, très accessible pour les adolescents

Points, 1999 (pour la présente édition)
EAN 9782020239301, 5€

Thèmes : Amazonie, Shuar,

Lorsque les habitants d’El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d’un homme blond assassiné, ils n’hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre.

Mon avis :
On entre dans cette histoire comme on tombe en amour, sans même s’en apercevoir. Quelques lignes, quelques pages et nous sommes déjà au fond de l’Amazonie nous aussi, prêt à accompagner Antonio José Bolivar, un homme hors du commun.

Est-ce parce que c’est basé sur des faits réels ? Est-ce parce que cet homme aime tellement lire même s’il ne sais que déchiffrer ? Est-ce grâce à cette écriture légère et fluide qui nous entraine ? Je ne sais pas vraiment pourquoi en fait, mais ce court roman est un vrai coup de cœur, une de ces petites perles qu’on a l’impression d’avoir toujours connu et qu’on n’oubliera pas tout de suite ! Tant de thèmes sont abordés ici, qu’il peut être recommandé à tous je crois… même si beaucoup l’on déjà lu! Il y a de l’amour, de la vie, de l’écologie, des peuples massacrés, des quêtes, des aventures, des cadavres, des animaux, de la politique et pourtant ce livre ne se veut pas donneur de leçon… à chacun d’y prendre ce qu’il souhaite.

C’est doux et langoureux et dans le même temps ça pulse à chaque page, il y a du danger et de l’action, entrecoupé de tendre moment de lecture ou de souvenirs. Quelle vie quand même que celle d’un homme comme Antonio José Bolivar, fuyant avec sa femme son village, puis apprenant auprès des Shuars, ce peuple sauvage, qui vit avec et de la nature, et enfin seul, reclus dans une vieille cabane, avec pour seule passion et occupation, la lecture… Envoutant !

Extraits :
« Le ciel était une panse d’âne gonflée qui pendait très bas, menaçante, au-dessus des têtes. Le vent tiède et poisseux balayait les feuilles éparses et secouait violemment les bananiers rachitiques qui ornaient la façade de la mairie. »
« Nul ne peut s’emparer de la foudre dans le ciel, et nul ne peut s’approprier du bonheur de l’autre au moment de l’abandon »
« Le problème c’est que je ne sais pas encore quels livres je veux lire. »

A votre avis, il lit quoi notre vieux comme livre ?

Moi je crois bien que ce sont des livres dignes des Harlequin :)

Livre lu dans le cadre d’une lecture commune avec Hathaway, Hélène et Anne et c’est un véritable coup de cœur!

Si tu m’entends de Sharon Dogar

Si tu m’entends

de Sharon Dogar

Albin Michel (Wiz), février 2011

ean 9782226208583, 15€

Roman pour adolescents
Thèmes : Accident, Adolescence, Amour, Famille, Vacances, Coma.

Présentation de l’éditeur :

Hal se sent étrangement connecté à sa soeur plongée dans le coma.
Le jeune homme croit même que Charley essaie de communiquer avec lui. En effet, c’est Hal qui a découvert la jeune fille
inanimée sur la plage de Cornouailles où ils passaient les vacances en famille. Maintenant qu’il est de retour sur les lieux de la tragédie, Hal se demande pourquoi il ne parvient pas à chasser sa présence de son esprit. Devant la plage, au son des vagues qui vont et viennent, Hal se laisse envahir par la voix de sa soeur.
Jusqu’à l’ultime vérité.

Mon avis :

Entre Charley et Hal, frère et soeur, il existe un lien très particulier. Pourtant Charley est dans le coma, suite à un mystérieux accident. Hal ne parvient plus vraiment à vivre, et retourner sur les lieux de l’accident va lui permettre d’être encore plus proche de sa soeur… au point de l’entendre.

Ce récit est à la fois poignant et léger, un mélange parfois supprenant et pourtant le tout est bien mené.  J’ai aimé les
interventions de Charley, ce coté complétement fantastique bien ancré dans la monde réel… tellement bien ancré qu’on a envie d’y croire…

C’est aussi l’adolescence qui est mise en avant, avec toute sa complexité et ses hésitations. Hal marche sur les traces de Charley, mais est-ce vraiemnt sûr ? L’accident de Charley en est-il vraiment un ? Quid des personnages secondaires, amis ou ennemis ?

Le roman, qui laisse la part belle aux dialogues, adopte un ton souvent léger. Des phrases courtes, des réflexions à demi
parfois, pour une lecture aisée… trop peut être vu le thème.

J’ai beaucoup aimé ce livre, cette histoire, la légerté de traitement est parfois surprenante, mais plutôt bien adaptée au
public. La fin cependant m’a un peu déçue, à la fois trop et pas assez, c’est difficile à expliquer. Sombre et joyeux, voilà qui pourrait définir ce livre. Malgré tout c’est une fin logique, qu’on sentait venir, et je ne peux pas vraiment le reprocher à l’auteur !

Un roman comme le dit Philip Pullman  » à la fois voluptueux et sombre ».

Un concours pour gagner ce livre a lieu sur le blog de Lilie.

Lancelot du lac d’Anne-Laure Bondoux et Joëlle Jolivet

 

 

Lancelot du lac


d’Anne Laure Bondoux 

illustré par Joëlle Jolivet

 

Tourbillon, 2010

Collection Légendaire

9782848014852, 9.95€

 

Roman jeunesse

 

Thèmes : Lancelot, Légende, héros, roi Arthur, Table Ronde,
aventure.

 

 

 

Présentation de l’éditeur :

« A 17 ans, Lancelot entre au service du roi Arthur, souverain de Bretagne.
Le voici chevalier de la Table Ronde. Il lui faudra bien du courage pour combattre l’injustice et honorer son rang ! Mais ce
courage lui permettra-t-il d’oublier ses sentiments pour Guenièvre, la reine ? Entre son amour pour la jeune femme et la promesse de loyauté faite au roi, Lancelot devra choisir. »

 

Mon avis :

J’aime beaucoup la plume d’Anne-Laure Bondoux, c’est ce qui m’a incité à lire ce petit roman de la collection Légendaire
(Tourbillon) : les destins extraordinaires des grands héros de la mythologie. Lancelot, le roi Arthur, j’aime bien l’époque sans pour autant vraiment connaître les versions les plus anciennes de
l’histoire, ce n’est donc pas avec un oeil de spécialiste que j’ai lu ce livre.

Ce roman se lit très vite, porté par l’écriture fluide et adaptée d’Anne-Laure Bondoux. On y découvre Lancelot, personnage
attachant qui semble courageux et qui fait de son mieux pour allier amour et loyauté !

J’ai aimé l’histoire la façon dont elle est menée, sans trop de fioritures mais assez de détails pour permettre d’apprécier les
personnages et de comprendre l’époque.

Pour bien comprendre ce contexte historique un petit encadré à la fin de chaque chapitre donne quelques pistes qui permettent de
découvrir l’attirail des chevaliers, les tournois, les relations entre roi et paysans… Les encadrés sont courts, informatifs, bien construits pourtant très rapidement je les ai laissé de côté
pour n’y revenir qu’à la fin du livre, emportée par l’histoire. Peut être est ce cependant mon point de vue d’adulte sur le livre puisque j’avais déjà des connaissances suffisantes pour
appréhender l’histoire, ce qui risque de manquer à des enfants… l’utilité des encadrés prend alors tout son sens.

Reste les illustrations. Elles collent bien à l’histoire et bien que je n’ai pas beaucoup apprécié le style donne un peu
l’impression de peintures d’époque, ce qui renforce le sentiment de légende !

 

Un ensemble maîtrise, qui donne envie de découvrir d’autres titres de la collection, le retour d’Ulysse et Dédale
l’homme-oiseau.