Aesculapius de Andréa H. Japp

Aesculapius
– Les Mystères de Druon de Brévaux


aesculapius.gif
Auteur : Andréa H. Japp

Editeur : Flammarion
Date : 10/02/2010
Pages : 446 pages
Prix : 21 €
ISBN
978-2-08-122544-2

 
Roman historique (policier)

Thèmes :

Présentation de l’éditeur :

« Un comté de France, en ce début du XIVe siècle, où l’Inquisition fait rage.
Un médecin condamné à la  » Question pour avoir pratiqué des accouchements sans douleur. Une pierre rouge qui a fait couler beaucoup de sang et dont il faut percer le mystère. Des menaces sourdes.
Une peur tenace. Et si les ennemis du mire s’en prenaient à Héluise, sa fille, son élève et sa confidente ? Et puis la cabale, et puis l’exil intérieur, et puis la fuite. Héluise contrainte de
courir le pays. Druon de Brévaux, lui-aussi mire itinérant, obligé de battre la campagne pour proposer ses services.
Sans oublier Huguelin, garçonnet enlevé des mains sadiques d’une tavernière sans scrupules; la comtesse Béatrice en proie à un complot; une bête monstrueuse qui sème la terreur. Des traîtrises,
des revirements, des puissants qui se jouent des humbles, des innocents sacrifiés sur l’autel du pouvoir et tant de pièges à déjouer, d’énigmes à élucider. La Science arrivera-t-elle à déchirer
les voiles du mensonge et de l’obscurantisme? Aesculapius est la première aventure de Druon de Brévaux, médecin expert » du Moyen Âge pris dans les mâchoires d’une incroyable machination et en
proie à de nombreuses énigmes historiques et mortelles.
« 


Avis :

Ce roman nous plonge rapidement au coeur de l’action, avec Jehan Fauvel, mire (médecin) réputé. On commence donc
peu à peu à saisir les personnages, l’intrigue (une mystèrieuse pierre rouge, dont personne ne semble connaître les pouvoirs, mais que tout le monde tente de s’approprier) et l’époque, avec la
présence parfois opprésante de l’inquisition.

Pourtant après quelques chapitres, on bascule vers un autre personnage, sa fille, et commence là la véritable
histoire de Druon de Brévaux… pour notre plus grand plaisir, car ce personnage est attachant, intelligent, rusé, et bien accompagné, par Huguelin, petit bonhomme qui a tout à apprendre
!

L’écriture est à saluer, même si elle nécessite un temps d’adaptation, car elle plonge en plein dans cette époque
médiévale qui touche à sa fin. Cependant les notes de bas de page et le vocabulaire récurrent aide à se sentir rapidement à l’aise.

Druon de Brévaux c’est un peu le Sherlock Holmes du Moyen Age, car ce roman histoire est aussi un roman policier.
Des meurtres, des mensonges, des complots, des enherbements (empoisonnements) de quoi faire réfléchir notre héros (qui n’est d’ailleurs lui même pas toujours bien franc, mais c’est aussi ce qui
fait qu’on s’y attache… je ne peux pas vous en dire plus, même si on apprend tout cela rapidement!!)

Un roman historico-policier très réussi, que j’ai pris beaucoup de plaisir à dévorer, et auquel je n’ai qu’un seul
reproche à faire : il aura une suite, parce que de la pierre rouge, on n’en sait toujours pas plus !

Un très bon Andréa H Japp, auteur découverte au lycée, et que je prend plaisir à suivre depuis !


Starvation Lake

starvationlake.jpgStarvation Lake
de Bryan Gruley

traduit par Benjamin Legrand

Editeur : Le Cherche Midi
Date : 28/01/2010
Pages : 471 pages
Prix : 20 €
ISBN
978-2-7491-1530-6

Roman (policier)

Thèmes : Hockey sur glace, Journalisme

Présentation de l’éditeur :

« La nouvelle voix qu’on attendait dans l’univers du thriller. Un livre d’une rare humanité. »
George Pelecanos
Dans la lignée de Simenon et de Camilla Läckberg, enquête au coeur d’une petite communauté provinciale lourde de secrets.

L’État du Michigan, vaste étendue de la région des Grands Lacs à la frontière canadienne, connaît des hivers rigoureux, où l’ennui est souvent aussi mortel que le blizzard. C’est là, dans la ville de Starvation Lake où il est né et a grandi, que Gus Carpenter est revenu pour s’occuper du journal local après une brillante carrière dans un grand quotidien national.
Cette petite communauté où tout le monde se connaît est en état de choc le jour où la motoneige de l’ancien entraîneur de hockey disparu vingt ans plus tôt refait surface au milieu d’un lac gelé, criblée d’impacts de balles.
Ancien joueur de l’équipe, Gus va chercher à élucider ce mystère, qui le touche de près. Cette petite société qu’il croyait pourtant bien connaître ne va pas tarder à révéler des secrets tous plus sombres et sordides les uns que les autres.
Alliant une efficacité propre au thriller américain et un sens de l’atmosphère et des personnages proche de certains romanciers nordiques comme Henning Mankell ou Arnaldur Idridason, Brian Gruley nous offre, avec ce premier roman au suspense constant, salué par une critique unanime, un portrait sans concession d’une petite ville de province et de ses turpitudes. »

Avis :
Gus Carpenter passe auprès des autres pour un raté. Il a raté sa carrière de le hockey, il est revenu manu militari de Détroit où il travaillait comme journaliste, et il travaille maintenant comme journaliste dans le journal local de la petite ville de son enfance. Après une première partie, où l’auteur nous présente à la fois le lieu, les personnages, les liens qui les unissent, leur passé mais aussi le début de l’enquête, on se rend compte que Gus est quelqu’un d’intègre, qui ne prend pas toujours les décisions attendues, mais qui le fait par amour du journalisme et de la justice. Bien sûr cette première partie est assez lente, et j’ai parfois douté du mot thriller apposé sur la couverture. Mais l’histoire prend son essor dans la deuxième partie du livre, et nous entraine encore un peu plus loin dans l’univers du Hockey, dans les tréfonds du journalisme, et dans les recoins de cette petite ville, ou tout le monde semble avoir quelque chose à cacher.

Certains trouveront peut être les détails sur le hockey un peu rébarbatif, j’ai pour ma part beaucoup apprécié ce
monde là, que je connaissais très peu, d’autant plus qu’on ne rentre pas vraiment dans la technique de ce sport, plutôt dans l’esprit. On comprend comment un sport peut faire palpiter une ville, et la laisser un peu à l’abandon. C’est un policier très humain, où les principaux protagonistes ne sont pas de policiers. Des thèmes politiques et sociaux sont traités de façon à les rendre accessibles, sans les banaliser.

Le monde du journalisme quand à lui est vu sous un angle souvent néfaste, mais qui sonne vraiment juste…

C’est au final une histoire que l’on ne peut plus quitter, dont on veut connaitre le dénouement. Il y a du suspense, sans être effrayant et si on se doute souvent à l’avance d’une partie des réponses que l’on a, on se laisse malgré tout prendre au jeu de ce livre. Une vraie belle découverte dans cette rentrée littéraire de janvier 2010.

Lu également par : Cunéipage, Amanda et Adeline

 

Tolérance Zéro de Patricia Cornwell

Tolérance Zéro

tolerancezerocornwell.gif
Auteur : Patricia Cornwell

Traducteur : Jean Esch

Editeur : Livre de Poche
Date : 28/10/2009
Pages : 186 p.
Prix : 6,50 €
ISBN
978-2-253-11907-4

 
 

Roman (thriller)


Thèmes : Analyse ADN, Politique

Présentation de l’éditeur :
« L’inspecteur Win, détaché auprès du procureur du Massachusetts, est rappelé par Monique Lamont, une femme aussi séduisante que redoutable, qui lui annonce son intention de se présenter au poste
de gouverneur.
En guise de programme, elle veut promouvoir un nouvel outil de lutte contre le crime, baptisé Tolérance zéro, capable, selon elle, d’élucider  » n’importe quel crime, n’importe quand « . C’est en
fait une technique de pointe en matière d’analyse ADN. Très sûre d’elle, Mme Lamont décide de revenir sur un meurtre commis vingt ans plus tôt. Win est sceptique, mais il n’a pas le temps
d’exprimer ses réticences : la violence surgit, bouleversant leurs vies.

S’agit-il d’une coïncidence… ou d’une vengeance ? « 


Avis :

Dans ce nouveau Patricia Cornwell, on ne retrouve pas notre héroïne attachante Kay Scarpetta. Un nouveau
personnage, une enquête un peu plus éloignée de la médecine légale, un lien avec la politique… Une bonne recette, qui permet de se plonger dans ce thriller. Pourtant j’ai eu du mal à
appréhender ces nouveaux personnages. Win est un inspecteur séduisant (nous dit on…!) qui s’habille en grandes marques, beaux tailleurs… mais se sert dans les solderies et roule avec une
vieille guimbarde capricieuse, empruntée à sa grand mère. On s’éloigne donc du James Bond, pour approcher un héros plus vrai, avec les pieds sur terre, et un caractère absolument imbuvable! Il ne
mâche pas ses mots, ni ses décisions, et ne se sert (presque) pas de son charme… pourtant on tombe assez facilement sous son charme… Mais nous avons aussi : Monique Lamont, pour qui la
politique et l’ascension sociale sont plus qu’important; Sykes, sous le charme, qui aide Win à toute heure; Nana, la grand mère de Win, une petite vieille un peu devin, aux habitudes
fascinantes… Une belle galerie de personnages, qui mériteraient finalement un peu plus de place pour s’épanouir dans ce roman, que j’ai trouvé vraiment très court.  Moins de 200 pages,
c’est trop peu pour nous présenter les personnages et mener une enquête haletante… Du coup l’histoire est assez embrouillée, un peu trop facile, sans grand suspense finalement. J’ai eu
l’impression a plusieurs moment qu’on me donnait trop de réponses, trop tôt… C’est donc un roman agréable, mais qui n’est pas à la hauteur à mon goût des précédents romans de Patricia Cornwell,
notamment ceux avec Scarpetta! J’espère cependant avoir l’occasion de retrouver Win (et Nana!) dans d’autres enquêtes.

 


Extraits :
« Lamont ferme son parapluie d’un geste brusque et déboutonne son long imperméable noir en apercevant Win assis dans un canapé ancien qui semble aussi confortable
qu’une planche de bois.

– J’espère que vous n’avez pas attendu trop longtemps,
s’excuse-t-elle.

Si elle rechignait vraiment à le déranger, elle ne lui aurait pas ordonné de
sauter dans le premier avion pour être ici à l’heure du dîner, l’obligeant à interrompre sa formation à l’Académie nationale de médecine légale et à perturber son existence, une fois de plus.
Elle tient un sac en plastique portant le nom d’une boutique d’alcools. »

 

 

Merci à 
livraddict_logo_small.png
et 
logo.png
pour cette lecture.


Ils l’ont lu aussi :

Heclea, séduite
par Win elle aussi; Malou trouve aussi cela trop court… D’autres sur
Bibliomania !

La ronde des livres # 5 – 2 albums /Spécial Montreuil\

Alors que Montreuil bat son plein et que je suis en plein la tête dedans (en espérant que les pieds suivent la cadence!!) je vous aurais bien fait une petite ronde des livres spéciales princes et princesses… mais non, avec un petit clin d’oeil quand même avec un livre qui a obtenu le Baobab de l’album !

 

La règle d’or du cache-cache

de Christophe Honoré et Gwen Le Ga

Actes Sud Junior

 

 

« Il est difficile d’attraper un chat noir dauns une pièce sombre, surtout lorsqu’il n’y est pas. » Proverbe à vérifier.

Ainsi commence le livre, et tout est presque dit !

Katell (non une autre!!) est différente, elle voit des choses, du coup elle n’est pas comprise par les autres et elle en souffre.

Une histoire touchante, d’une petite fille qui voit de bien belles choses, et par la force des choses, apprend à grandir et à voir le monde tel qu’il est.

Alternance de ce qu’elle voit et de comment elle est vu, pages entièrement colorées, sombres ou claires, plus ou moins colorées, un beau mélange qui permet de rentrer dans le monde de Katell. Des animaux tels qu’on les connait, mais aussi d’autres bêtes, d’autres êtres… Des dessins type enfantins mais qui ne sont pas les siens, et un texte assez long qui réservera cet album à des enfants de fin de primaire (ou avant, mais accompagnés!)

 Cet album a beau avoir eu le Baobab de l’album, et malgré une histoire qui me plait énormément j’ai eu un peu de mal avec cet album, notamment à cause des textes écrits noir sur marron… C’est dommage quand même pour un bel album, grand format, au papier très agréable !

 

18€ ISBN 978 2 7427 9268 9

 

 

Et le nouveau Ponti, en souvenir d’un Salon du Livre de Montreuil où il était invité d’honneur, et où les poussins m’avaient accompagnés pendant 10 jours…

 

Soeurs et frères

de Claude Ponti

soeursetfreres.gif

 

Un album sous forme de documentaire sur les frères et soeurs, avec généralités, avertissements, sommaire, formulaires… tout :)

Attendez vous surtout à rire, car dès la première page, le sourire est apparu et il ne m’a pas quitté. Texte et Image sont formidables…

 » […] Ce sont alors des soeurs ou des frères non finis dont on ne peut rien faire. Il est impossible de les aimer ou de les haïr. Impossible de les battre où de les protéger.[…] De plus, les soeurs et frères à l’état de bébé ne savent rien faire d’autre que crier (brailler), manger (bouffer), dormir (ronfler), sentir fort (puer), faire pipi (beurk) et baver avec le nez qui coule (bavamorver). Les bébés sont inutiles et de plus dérangeants, voire emmerdouscailleurs. »

 

Il est question dans le livre de Hamster, de sorofrèrerie… mais surtout le livre présente tous les soeurs et frères existants, du OssibonKin-Nangebon au Kollanlant en passant par Len-Tredeue…

Une galerie de portrait tous plus drôle les uns que les autres, et j’imagine déjà les frères et soeurs se chercher dans les près de 80 pages du livres :) Pour ma soeur il y a un petit air de Poilo Poila Poilu mélangé à un Lolinpi-kopodiomme avec un poil de Labêt-Deciansse ;)

 Un album délirant, à partager, mais qui risque par son vocabulaire et ses jeux de mots de toucher plus facilement les grands enfants !

 

 

D’autres albums font la ronde chez Liyah et Noukette,