Tolérance Zéro de Patricia Cornwell

Tolérance Zéro

tolerancezerocornwell.gif
Auteur : Patricia Cornwell

Traducteur : Jean Esch

Editeur : Livre de Poche
Date : 28/10/2009
Pages : 186 p.
Prix : 6,50 €
ISBN
978-2-253-11907-4

 
 

Roman (thriller)


Thèmes : Analyse ADN, Politique

Présentation de l’éditeur :
« L’inspecteur Win, détaché auprès du procureur du Massachusetts, est rappelé par Monique Lamont, une femme aussi séduisante que redoutable, qui lui annonce son intention de se présenter au poste
de gouverneur.
En guise de programme, elle veut promouvoir un nouvel outil de lutte contre le crime, baptisé Tolérance zéro, capable, selon elle, d’élucider  » n’importe quel crime, n’importe quand « . C’est en
fait une technique de pointe en matière d’analyse ADN. Très sûre d’elle, Mme Lamont décide de revenir sur un meurtre commis vingt ans plus tôt. Win est sceptique, mais il n’a pas le temps
d’exprimer ses réticences : la violence surgit, bouleversant leurs vies.

S’agit-il d’une coïncidence… ou d’une vengeance ? « 


Avis :

Dans ce nouveau Patricia Cornwell, on ne retrouve pas notre héroïne attachante Kay Scarpetta. Un nouveau
personnage, une enquête un peu plus éloignée de la médecine légale, un lien avec la politique… Une bonne recette, qui permet de se plonger dans ce thriller. Pourtant j’ai eu du mal à
appréhender ces nouveaux personnages. Win est un inspecteur séduisant (nous dit on…!) qui s’habille en grandes marques, beaux tailleurs… mais se sert dans les solderies et roule avec une
vieille guimbarde capricieuse, empruntée à sa grand mère. On s’éloigne donc du James Bond, pour approcher un héros plus vrai, avec les pieds sur terre, et un caractère absolument imbuvable! Il ne
mâche pas ses mots, ni ses décisions, et ne se sert (presque) pas de son charme… pourtant on tombe assez facilement sous son charme… Mais nous avons aussi : Monique Lamont, pour qui la
politique et l’ascension sociale sont plus qu’important; Sykes, sous le charme, qui aide Win à toute heure; Nana, la grand mère de Win, une petite vieille un peu devin, aux habitudes
fascinantes… Une belle galerie de personnages, qui mériteraient finalement un peu plus de place pour s’épanouir dans ce roman, que j’ai trouvé vraiment très court.  Moins de 200 pages,
c’est trop peu pour nous présenter les personnages et mener une enquête haletante… Du coup l’histoire est assez embrouillée, un peu trop facile, sans grand suspense finalement. J’ai eu
l’impression a plusieurs moment qu’on me donnait trop de réponses, trop tôt… C’est donc un roman agréable, mais qui n’est pas à la hauteur à mon goût des précédents romans de Patricia Cornwell,
notamment ceux avec Scarpetta! J’espère cependant avoir l’occasion de retrouver Win (et Nana!) dans d’autres enquêtes.

 


Extraits :
« Lamont ferme son parapluie d’un geste brusque et déboutonne son long imperméable noir en apercevant Win assis dans un canapé ancien qui semble aussi confortable
qu’une planche de bois.

– J’espère que vous n’avez pas attendu trop longtemps,
s’excuse-t-elle.

Si elle rechignait vraiment à le déranger, elle ne lui aurait pas ordonné de
sauter dans le premier avion pour être ici à l’heure du dîner, l’obligeant à interrompre sa formation à l’Académie nationale de médecine légale et à perturber son existence, une fois de plus.
Elle tient un sac en plastique portant le nom d’une boutique d’alcools. »

 

 

Merci à 
livraddict_logo_small.png
et 
logo.png
pour cette lecture.


Ils l’ont lu aussi :

Heclea, séduite
par Win elle aussi; Malou trouve aussi cela trop court… D’autres sur
Bibliomania !

La ronde des livres # 5 – 2 albums /Spécial Montreuil\

Alors que Montreuil bat son plein et que je suis en plein la tête dedans (en espérant que les pieds suivent la cadence!!) je vous aurais bien fait une petite ronde des livres spéciales princes et princesses… mais non, avec un petit clin d’oeil quand même avec un livre qui a obtenu le Baobab de l’album !

 

La règle d’or du cache-cache

de Christophe Honoré et Gwen Le Ga

Actes Sud Junior

 

 

« Il est difficile d’attraper un chat noir dauns une pièce sombre, surtout lorsqu’il n’y est pas. » Proverbe à vérifier.

Ainsi commence le livre, et tout est presque dit !

Katell (non une autre!!) est différente, elle voit des choses, du coup elle n’est pas comprise par les autres et elle en souffre.

Une histoire touchante, d’une petite fille qui voit de bien belles choses, et par la force des choses, apprend à grandir et à voir le monde tel qu’il est.

Alternance de ce qu’elle voit et de comment elle est vu, pages entièrement colorées, sombres ou claires, plus ou moins colorées, un beau mélange qui permet de rentrer dans le monde de Katell. Des animaux tels qu’on les connait, mais aussi d’autres bêtes, d’autres êtres… Des dessins type enfantins mais qui ne sont pas les siens, et un texte assez long qui réservera cet album à des enfants de fin de primaire (ou avant, mais accompagnés!)

 Cet album a beau avoir eu le Baobab de l’album, et malgré une histoire qui me plait énormément j’ai eu un peu de mal avec cet album, notamment à cause des textes écrits noir sur marron… C’est dommage quand même pour un bel album, grand format, au papier très agréable !

 

18€ ISBN 978 2 7427 9268 9

 

 

Et le nouveau Ponti, en souvenir d’un Salon du Livre de Montreuil où il était invité d’honneur, et où les poussins m’avaient accompagnés pendant 10 jours…

 

Soeurs et frères

de Claude Ponti

soeursetfreres.gif

 

Un album sous forme de documentaire sur les frères et soeurs, avec généralités, avertissements, sommaire, formulaires… tout :)

Attendez vous surtout à rire, car dès la première page, le sourire est apparu et il ne m’a pas quitté. Texte et Image sont formidables…

 » […] Ce sont alors des soeurs ou des frères non finis dont on ne peut rien faire. Il est impossible de les aimer ou de les haïr. Impossible de les battre où de les protéger.[…] De plus, les soeurs et frères à l’état de bébé ne savent rien faire d’autre que crier (brailler), manger (bouffer), dormir (ronfler), sentir fort (puer), faire pipi (beurk) et baver avec le nez qui coule (bavamorver). Les bébés sont inutiles et de plus dérangeants, voire emmerdouscailleurs. »

 

Il est question dans le livre de Hamster, de sorofrèrerie… mais surtout le livre présente tous les soeurs et frères existants, du OssibonKin-Nangebon au Kollanlant en passant par Len-Tredeue…

Une galerie de portrait tous plus drôle les uns que les autres, et j’imagine déjà les frères et soeurs se chercher dans les près de 80 pages du livres :) Pour ma soeur il y a un petit air de Poilo Poila Poilu mélangé à un Lolinpi-kopodiomme avec un poil de Labêt-Deciansse ;)

 Un album délirant, à partager, mais qui risque par son vocabulaire et ses jeux de mots de toucher plus facilement les grands enfants !

 

 

D’autres albums font la ronde chez Liyah et Noukette,

La mort en embuscade d’Ngaio Marsh

lamortenembuscademarsh.gif

Roman policier

La mort en embuscade


Ngaio Marsh

 10/18, 01/03/1996 (1942) 

Grands détectives, 381 p.
2-264-02362-7, 7,40€

Thèmes : huis clos

Présentation de l’éditeur :
« Réunir, dans le huis clos de son vieux manoir enneigé, sept personnes qui se détestent cordialement, tisser une subtile toile de rancoeurs inexprimées et de secrets morbides, Jonathan Royal
trouve l’idée amusante.
Mais lorsque sa mise en scène tourne au drame, il n’a de cesse que de faire arrêter le coupable. Il sait exactement lequel de ses invités a commis l’ignoble crime. Arrivé sur place, l’inspecteur
Alleyn procède pourtant à la redistribution des rôles… »

Avis :

Un huis clos anglais, pour ce roman néo zélandais , qui ressemble par beaucoup d’aspects à un Agatha Christie.

Jonathan Royal est un personnage haut en couleur, qui pensait tout prévoir… Les autres personnages eux aussi
sont tous très particuliers… il faut dire aussi qu’on nous les décrit en long en large et en travers. Parfois même un peu trop. Car il faut bien l’avouer les nombreuses déscriptions, le manque
d’action, ce n’est pas trop mon fort… je me suis parfois ennuyée, pourtant les personnages m’ont beaucoup plu, et cette enquête était intéresante mais le tout m’a semblé manquer de punch…
Surement suis je plus faite pour des romans actuelles, qui ne laissent pas de répis au lecteur.

L’ambiance est tout de même sympathique et propice à ce roman plus psychologique que policier : un manoir isolé,
une tempête de neige…

Un roman qui raviera sans doute de nombreux lecteurs… mais pas moi !

 

Extraits :
« Le lendemain, Mandrake trouva son hôte dans un état d’excitation extrême. En dépit de sa méticulosité et de ses maniérismes quelque peu précieux de vieille
fille, personne, pas même son pire ennemi, n’eût qualifié Jonathan d’efféminé. Cependant, il avait un tas de petites manies inhabituelles pour un homme. Ainsi, il s’intéressait passionnément aux
préparatifs menés dans la maison. Il savait composer de délicieux bouquets, et, à l’arrivée de trois caisses provenant de chez le fleuriste de Great Chipping, il se précipita vers elles,
impatient comme une fourmi. »

Lu dans le cadre du défi littéraire policiers des 5 continents : (Océanie)
http://idata.over-blog.com/2/49/72/39/Images-Divers/PlanisphereDefi.gif

 

Encore grand merci à Marie (Soie)  pour ce
prêt!
Voilà, avec ce livre s’achève pour moi ce défi littéraire policiers des 5 continents… avec 2 belles découvertes :
La librairie Tanabe et Mma Ramotswee