Le Grillon : récit d’un enfant pirate

Roman pour adolescents

Le Grillon :

récit d’un enfant pirate

de Tristan Koëgel

Didier jeunesse, 2013
9782278059263, 12,00€

           Le Grillon c’est son nom. Celui d’avant, le vrai, il ne s’en souvient pas. Il a grandi sur un bateau de pirates. Pas avec Peter Pan, des perroquets et des épées. Avec des pirates modernes, vedettes et lance roquettes. Au large de la Somalie, au milieu d’hommes désabusés.  Ce roman est un récit touchant, à la première personne, qui permet d’entrer dans la peau du personnage principal, Le Grillon. Ce jeune garçon se dévoile à nous, dans l’ordre de ses souvenirs.

           Alors qu’il n’est plus au milieu de ses pirates mais sur la terre ferme il nous raconte les évènements qui l’ont amené ici, et ses peurs du présent paraissent alors plus raisonnées, plus proches aussi.  Un récit écrit avec beaucoup de justesse et de sensibilité mais sans être édulcoré. Pas de larmoyantes explications, le style est concis et rend cette histoire prenante et très tangible. Le narrateur ne sait pas lire ni écrire, l’auteur nous propose alors un récit très oralisé, parfois difficile à appréhender au début.

           Les découvertes du Grillon, notamment son inconscience parfois naïve font la beauté de ce livre. il semble tellement ne rien savoir et pourtant on est souvent surpris par la pertinence de ses réflexions sur le monde. Son amour pour l’océan, son imagination et sa lucidité sur ce que l’on ne voit plus, autour de nous, contribuent à créer un univers propre à ce roman. A travers sa découverte des livres, des images d’animaux terrestres et des hommes sa façon de prendre le monde évoluent, avec une méfiance salvatrice. Ce petit garçon n’est pas vraiment malheureux sur ce bateau de pirates, il ne connait que cela et va finalement y trouver une attention particulière. Certains pirates se prennent d’affection pour lui, et l’éduque à leur façon.

           Une découverte de la Somalie loin des sentiers battus, un point de vue politique reléguée derrière une prise de conscience de la nature, de la vie. Les personnages qui émaillent ce roman sont souvent fugaces mais ils accompagneront les lecteurs un peu plus longtemps une fois la dernière page tournée, car le grillon est aussi un livre qui invite à la réflexion.

A conseiller aux adolescents, en transition entre les romans jeunesses d’aventure sur les pirates qu’ils affectionnent et une littérature adolescente plus en prise avec l’actualité.

+ L’avis de Fantasia, celui de Sophie, celui de Pépita et celui de Nathan + celui de Jérôme

+ Un article d’Anne Laure Frémont pour le Figaro sur un pirate somalien

+ Challenge YA#45

Le coeur en braille – Pascal Ruter

Roman pour adolescents

Le coeur en braille

de Pascal Ruter

illustrations d’Anne Montel

Didier Jeunesse, 2012
9782278059249, 14,20€

 Jusque là, pour Victor, une année scolaire c’est du saut à l’élastique sans l’élastique. Ce qu’il préfère ? Écouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son drôle de père. Quand il ne s’amuse pas à planquer le PQ des toilettes des filles, il essaie d’échapper aux punitions qui pleuvent sur lui comme la foudre sur le paratonnerre.Mais lorsque Marie-José, génie absolue, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de math, c’est tout son univers qui implose.

Pourquoi soudainement cette première de la classe, violoncelliste de talent, va-t-elle avoir besoin de lui ? Une amitié étrange va naître entre ces deux ados que tout oppose.

Un véritable moment hors du temps que ce roman pourtant tout à fait ancré dans la réalité. Même si le titre en dit beaucoup je crois qu’il est préférable d’entrer dans ce roman sans rien en savoir pour vraiment plonger dans cette belle histoire.

Victor est un jeune cancre, pas qu’il soit bête, tout simplement rien ne l’intéresse autant que la Panhard de son père, cette vieille voiture, principal lien entre eux deux. Son meilleur ami Haïçam ne parle lui presque jamais, ou alors pour étudier, encore et encore une partie d’échec. Et puis il y a Marie-José, qu’on découvre peu à peu, par les yeux de Victor. Une jeune violoncelliste passionnée, un petit génie à l’école qui pourtant s’intéresse à Victor…

Ces personnages adolescents sont la force du roman et la plume de Pascal Ruter les fait vivre sous nos yeux. Impossible de ne pas s’attacher à ces petits héros si atypiques. Aucun d’entre eux ne tombe dans la caricature des adolescents de littérature, souvent uniquement préoccupé par leur physique et l’amour. Et pourtant l’amour n’est jamais loin dans ce roman.

Un roman très sensible mais qui ne manque pas d’humour ce qui permet de ne pas rentrer dans le pathos. Car le thème n’est pas si simple, et les problèmes d’adolescents sont souvent mis au second plan. Un personnage m’a vraiment fait mourir de rire, il s’agit de Lucky Luke, surnom donné au CPE. Cet homme passionné de vélo va se mettre à lire et vous allez voir, c’est épique!

J’ai regretté cependant quelques passages assez peu crédibles qui nuisent un peu à notre attachement aux personnages mais cela permet aussi de bien se souvenir que tout cela n’est qu’une fiction…

Un roman dont il est difficile de parler tant il doit se déguster du début à la fin, je ne peux que vous le conseiller car c’est un vrai bon moment de lecture !

+ Challenge YA#2

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

RDL # Albums divers et variés

Une nouvelle Ronde des Livres spéciale Albums avec Liyah et Noukette. Aujourd’hui des albums variés, sans thème commun, juste comme ça… Des avis rapides aussi parce que je n’ai plus ces albums sous la main, juste quelques notes… (oui j’avais encore oublié de préparer un article pour la ronde des livres -_-‘)

 Hop ! la balle de Martine Bourre

Un univers très coloré qui nous entraine dans un monde enfantin. Une balle rouge roule de pages en pages, au milieu d’enfants.

Si le texte m’a d’abord paru un peu inutile, tant les illustrations me semblaient suffisantes, la répétition finie par avoir son charme, et cela fait comme une petite comptine.

La chute est bien trouvée, elle permet au livre de prendre une autre dimension. Un livre qui peut être lu et relu, et qui plaira au tout petit grâce à ses couleurs franches et son univers de jeu.

Didier Jeunesse 2010 – 9782278064915, 10€90

Le cadeau de Daniel Mesquens

Un très bel album, très rêveur. De beaux sentiments surtout, avec un enfant qui veut à tout pris faire plaisir. Qui cherche le cadeau idéal, et ce n’est pas évident. Un univers à la limite de l’onorique donc, porté par des illustrations très typées. Pas vraiment mon style d’illustration d’ailleurs, et c’est sans doute pour cela que j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose à ce album, mais des illustrations qui servent l’histoire avec brio, et qui plairont à beaucoup j’en suis sûre.

Je ne connais pas trop Notari, mais je suis fan du nom de leur collection : L’oiseau sur le rhino. C’est à la fois enfantin, rêveur, nature, et c’est vraiment un beau nom de collection pour des albums jeunesses.

Edition Notari (L’oiseau sur le rhino), 2010 – 9782940408221, 13€

Dans l’herbe de Kamako Sakaï et Yukiko Kato

Difficile de ne pas être charmé par la couverture de cet album. On s’empresse donc de l’ouvrir et l’ensemble est plutôt sympathique. Pourtant je n’ai pas pu m’empêcher d’être déçu. Si les illustrations sont vraiment belles et poétiques, le texte m’a paru vraiment niais, sans doute n’a t’il pas supporté la traduction. Cette petite fille qui se perd dans les hautes herbes à la poursuite d’un papillon est pourtant charmante et charmeuse, l’ensemble est simple et mignon, avec des joies et des peurs…

A voir pour les illustrations tout de même, mais du même auteur on préférera Ecoute-moi ! ou Ne bouge pas.

L’école des Loisirs, 2011 – 9782211204507, 11€

 

 

Liyah nous parle aujourd’hui de Rita et Machin,

et Noukette  nous plonge sous la neige, avec notamment Emilie et son hérisson!!

————————————————

Beaucoup de concours sont encore ouverts, je vous laisse voir en page d’accueil.

Par ailleurs rendez-vous demain pour le concours final qui clôturera cette série et devrait vous plaire…

———————————————————————

Mercredi Albums : Ghislaine Herbera

Pas de bande dessinée aujourd’hui (même si j’ai gagné au loto BD chez Val – Encore merci à tous, j’ai reçu depuis Arzak de Moebus de la part de Mango, encore une BD qui ravie autant l’homme que moi, donc forcément un bon choix!), bref pas de BD aujourd’hui donc, puisque nous sommes le premier mercredi du mois, et que ça fait une éternité que je n’ai pas participé aux Mercredi de l’album de Fleur qui nous permet de découvrir ou redécouvrir des auteurs illustrateurs tous les deux mois.

En ce 1er février Gwen Le Gac et Ghislaine Herbera se partagent l’affiche.

Je vous ai déjà parlé de Monsieur Cent têtes et j’ai continué ma découverte de Ghislaine Herbera, c’est donc aujourd’hui de deux nouveaux titres d’elle que je vais vous parler.

La Poupée Cacahuète – Editions MeMo – 2011

Cet album m’a tout de suite plu avec ses tons doux et ses personnages aux formes très arrondies. Les dessins qui m’avaient peu plu dans Monsieur Cent têtes m’ont ici au contraire beaucoup attirés, et je me suis plongée dans cette histoire, là encore un peu étrange.
Je pense que l’étrangeté est la marque de fabrique de Ghislaine Herbera, une étrangeté qui freinera d’ailleurs de nombreux adultes mais qui au contraire plait bien aux enfants. La poupée Cacahuète d’autant plus car c’est une histoire douce et pleine de sensibilité, sur un thème de la parentalité et de l’enfance qui fera écho dans les maisons. Pas facile de devenir la grande soeur, et Nin l’illustre très bien avec son personnage attaché à sa poupée cacahuète.

Je ne veux pas vous raconter le déroulement de cette histoire mais c’est très bien tourné, vraiment très beau. La souffrance de Nin est bien décrite, sa solitude et ses inquiétudes sont mis en exergue et cela permet un album poignant et absolument magnifique niveau illustration.

Un très bel avis et des extraits chez Morgan Papier de Soie.

Le livre rouge ou les aventures de Pépin le glouton – Didier Jeunesse – 2011

Un jeune garçon se plonge dans un livre rouge, l’histoire de Pépin le glouton. Si le graphisme de Ghislaine Herbera a encore de quoi surprendre et m’a moins plu que dans la Poupée Cacahuète, le livre et surtout sa construction narrative m’ont totalement séduite.

Non seulement il montre un aspect très positif de la lecture, le rapprochement, puisque peu à peu le jeune garçon se retrouve entouré de nouveaux lecteurs, mais il nous offre aussi en parallèle (sur la page de gauche) l’histoire de ce Pépin le glouton. Rapidement les deux histoires se frôlent, se côtoient nous offrant une très belle mise en abîme, qui séduira les enfants qui pourront s’amuser de cette situation et en jouer à leur tour.

Un magnifique ouvrage une fois de plus, avec un très beau rapport au livre et à la lecture!

 

2 nouveaux albums pour le challenge, que je gère mais pour lequel je ne met jamais à  jour mes propres liens… shame on me!

Dans le cadre du Challenge Album, Edwyn nous a parlé de Le chat âme, à découvrir aussi.

 

 Et si vous aimez les albums rendez vous en fin d’après midi pour un concours!