La Chasse à l’ours – DVD #Concours

Album et adaptation animée en DVD
pour enfants à partir de 3 ans

La Chasse à l’ours

de Michael Rosen

illustré par Helen Oxenbury

adapté par Joanna Harrison et Robin Shaw

Ecole des Loisirs / KMBO little
album paru en 1997
adaptation en film d’animation 2018, sortie en DVD 2019

L’avis de Mini hérissonne (4 ans et demi) et Sophie Hérisson

La Chasse à l’ours est un album devenu un grand classique des écoles maternelles depuis sa sortie en 1997. Dans cette histoire 5 enfants, frères et sœurs (dont un bébé), se lancent à l’aventure, à la chasse à l’ours. Ils vont traverser de nombreux paysages, par tous les temps… et peut être même trouver l’ours !

La Chasse à l'Ours

Ce qui fonctionne très bien dans cette histoire c’est que c’est une aventure à hauteur d’enfants, avec une fin qui rassure et surprend. Le côté répétitif, comptine, ainsi que les nombreux bruits rendent cette histoire vivante. Les enfants passent par toutes les émotions au cours de la lecture de cet album, servi par les illustrations réalistes d’Helen Oxenbury.

L’adaptation en film d’animation est fidèle au livre, elle en reprend à la fois le style graphique (tout en le modernisant largement), l’histoire et la chute, pas de surprises donc pour les enfants qui connaissent l’album, mais des yeux qui brillent devant cette histoire qui s’anime !

Mini hérissonne a « étudié » le livre en classe en PS2, et est allée voir ce programme au cinéma avec sa classe. Elle est revenue enchantée et était très heureuse de le revoir à la maison grâce au DVD.

Dans le DVD de la Chasse à l’ours, on trouve aussi deux courts-métrage aussi destinés aux tout-petits, Un printemps en automne, un adorable dessin animé sur la nature, avec notamment un petit hérisson et Le rêve de l’ours, là aussi autour de la nature. Ma mini hérissonne a moins accroché à celui-ci.

La collection Cinéma pour les tout petits est une jolie alternative à la télévision, avec des programmes choisis et des accompagnements pour ne pas rester simple spectateur !

L’avis de Melissande

Dans l’ensemble, j’ai aimé les trois courts-métrages même si je m’attendais à des histoires plus joyeuses. Cela dit, je trouve important de pouvoir aborder avec les jeunes enfants des thématiques telles que le deuil ou encore la maladie. Dans  »Un printemps en automne » et « La chasse à l’ours », j’ai ressenti beaucoup de mélancolie. « Le rêve de l’ours » est moins triste.

Concernant les techniques utilisées, j’ai adoré l’effet du papier découpé dans « Un printemps en automne » et « Le rêve  de l’ours ». Ça change des procédés d’animation auxquels je suis habituée.

« Un printemps en automne » met un scène un petit garçon qui se morfond en attendant le retour du soleil. Sa grande soeur décide de lui venir en aide en réveillant ce dernier. C’est un très beau conte, mêlant métaphores et allégorie (je pense notamment à la personnification du soleil). Cet animé de 10 minutes est très poétique.

Même si la technique est identique à celle du premier film d’animation, « Le rêve de l’ours » a un rendu complètement différent. Ce n’est pas du tout mon style de dessins mais je me suis laissée prendre au jeu et finalement je n’y ai plus du tout fait attention. Le narrateur est un enfant, le récit suit les codes du conte traditionnel. Les villageois et le narrateur en ont assez de l’hiver qui s’éternise. Il est donc temps de réveiller l’ours pour qu’il libère le soleil. En 6 minutes, Ruslan Sinkevich nous offre un récit insolite.

Mon film d’animation préféré reste malgré tout ‘La chasse à l’ours ». Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire l’album dont l’animé est tiré mais je connais déjà le travail d’Helen Oxenbury et le film reproduit fidèlement le style de l’illustratrice. La beauté de la campagne et des paysages que les enfants vont traverser dans leur chasse est à couper le souffle. De plus, les protagonistes reprennent en chœur des phrases: ce rituel devient très vite un couplet qu’ils scandent pour se donner du courage. J’ai trouvé la fin très triste, je m’attendais à tout sauf à ça. J’avoue être restée un peu perplexe mais en même temps cette fin ouverte permet de mieux réfléchir au récit  qui nous a été conté.

Autre point positif, le livre d’accompagnement est lui aussi très bien pensé. En plus d’y retrouver les secrets des films d’animations, l’éditeur propose deux activités amusantes à réaliser avec les petits ainsi que des jeux et une retranscription de la comptine présente dans « La chasse à l’ours ».

En somme, je vous recommande la collection Cinéma pour les tout-petits de Little KMBO (à découvrir dès trois ans).

~Melissande~

UN PRINTEMPS EN AUTOMNE, Tatiana Kublitskaya, Biélorussie, 10’, 2015.

L’automne a chassé le beau temps et apporté la pluie. Le petit Yanka s’est blotti au fond de son lit, mais sa grande sœur ne l’entend pas de cette oreille. La voilà partie à travers champs à la recherche d’un rayon de soleil !

LE RÊVE DE L’OURS, Ruslan Sinkevich, Biélorussie, 6’30, 2015.

Dans une forêt lointaine, là où le soleil se lève et se couche, vit un ours. À l’arrivée des premiers flocons, il emporte le soleil dans sa tanière et dort avec lui tout l’hiver. Un jour, un enfant impatient de revoir le printemps décide d’aller les réveiller…

LA CHASSE À L’OURS, Joanna Harrison et Robin Shaw, Royaume-Uni, 28’23, 2016.

Quand Papa et Maman partent chercher Grand-Mère, Rosie et ses quatre frères et sœurs se retrouvent seuls à la maison. Que vont-ils bien pouvoir faire ? Se chamailler, regarder la télévision, jouer au foot…? Et s’ils partaient à la chasse à l’ours ?

concours

Vous voulez le voir vous aussi ? Ça tombe bien KMBO nous offre la possibilité de vous faire gagner ce DVD !

Pour participer répondez à la question suivante en commentaire : 

Quel DVD de la collection Cinéma des tout petits vous tente le plus ou aimez-vous ? 

Pour ne pas manquer les prochains concours et les résultats, n’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram (j’y poste les copies d’écran et le résultat du tirage au sort)
Twitter
Facebook 
Une autre chance de gagner en participant sur Instagram !

Jeu concours ouvert à la France Métropolitaine, la Belgique et la Suisse, du 3 au 11 janvier 2020. Règlement des jeux concours.

 

 

Nous suivre et partager :
error0

La revanche de Sherlock Holmes-Téléfilm

revancheUn téléfilm plaisant dans les brumes de Londres

La revanche de Sherlock Holmes

De Simon Cellan Jones

Scénario d’Allan Cubitt

Produit par la BBC (2004)

Avec Rupert Everett, Ian Hart et Michael Fassbender

*****
Policier, Drame
Nationalité britannique

*****

Watson ayant remarqué que son ami Sherlock s’enfonçait de plus en plus dans des brumes opiacées, met sur sa route le cadavre d’une jeune femme trouvée sur les bords de la Tamise. En effet, ayant assisté à l’autopsie, il a remarqué plusieurs choses inhabituelles. Sherlock, en examinant le cadavre, découvre un bas de soie enfoncé dans la bouche de celui-ci. Ce corps, appartenant apparement à une jeune femme de la bonne société, porte des vêtements qui ne lui appartiennent visiblement pas… Sherlock et Watson se retrouvent sur la piste d’un dangereux criminel.

*****

La revanche de Sherlock Holmes est un téléfilm qui ne restera pas dans les annales si l’on en croit les quelques critiques que j’ai pu lire ici ou là. Pourtant, j’ai passé un bon moment devant ce film. Les décors sont beaux, la musique aussi. Les décors comme les costumes sont « réalistes ». Bref, on est bien dans l’ambiance brumeuse des bords de la Tamise propice aux enquêtes policières de Sherlock et Watson.

Il est vrai que le rythme est assez lent et que l’enquête patine au grand dam de Sherlock. Mais cela ne m’a pas gênée. Rupert Everett campe un Sherlock tourmenté et opiomane. Ian Hart quand à lui est un Watson moins « soumis » que dans d’autres films et qui possède plus d’humour. Un bon moment.

*****

Récompenses : Rupert Everett a été nominé deux fois pour son rôle dans ce téléfilm. La musique d’Adrien Johnston a été également nominée.

La bande annonce

Ce roman participe au Mois Anglais, organisé cette année (la 8ème !) par Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Et merci à Belette pour le choix de logos !!

Voir par ici l’article des lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais

Nous suivre et partager :
error0

BLACKkKLANSMAN J’ai infiltré le Ku Klux Klan

Klan

Un film basé sur une histoire vraie !

BLACKkKLANSMAN
J’ai infiltré le Ku Klux Klan
Un film de Spike Lee

Avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace

*****

Ce film est inspiré de la vie et du début de carrière de Ron Stallworth, le premier officier de police afro-américain à avoir infiltré le Ku Klux Klan. Contre toute attente, l’agent Stallworth (John David Washington) et son partenaire Flip Zimmerman (Adam Driver) vont infiltrer les plus hautes sphères du Klan, afin de l’empêcher de prendre le contrôle d’une petite ville du Colorado…

*****

Ce film est une adaptation du livre du même nom, écrit par Ron Stallworth, et qui raconte son expérience de premier policier afro-américain dans un commissariat d’une petite ville des États-Unis.

Aussi étrange que cela puisse paraître avec un tel sujet, il y a beaucoup d’humour dans ce film et le personnage principal du film, Ron Stallworth (le policier noir) est éminemment sympathique. Les adhérents du Ku Klux Klan sont montrés comme de parfaits abrutis, dangereux parce qu’armés, mais pour la plupart totalement idiots. Je pense, hélas, que ce n’est pas forcement le cas pour tous…

Les critiques

contre Trump ou contre les groupes racistes ne sont pas forcement très « fines », on sent la volonté d’avoir un film engagé, mais grand public ! J’ai adoré les costumes des années 70 (et la coupe de cheveux de J. D. Washington, on en parle de sa coupe de cheveux ???) et la musique.

Les passages qui font le plus peur dans le film et nous font comprendre que la menace existe toujours sont les 5 minutes du documentaire final, des images d’archives montrant ce qui s’est passé à Charlottesville*en août 2017.  Après avoir bien rigolé, on redescend sur terre.

Et j’avoue qu’après avoir vu ce film, je suis très admirative face au travail des policiers qui font de l’infiltration !

En bref : un film qui dure 2h09, mais je vous garantie que vous ne les verrez pas passer !!

J’ai adoré ! ♥ 

*****

*Article du Monde du 12/08/2017 qui explique ce qui s’est passé

Qui est Ron Stallworth ? (Merci Wiki)

Bande annonce du film

Grand Prix du Festival de Cannes 2018

Ce film a reçu 2 prix et 25 nominations

*****

au Challenge African American History Month chez Enna – 5ème participation

*****

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Mémoires de jeunesse – film

Mémoires

Un film à la fois féministe et pacifiste

Mémoires de jeunesse

De James Kent

Mars Films

Réalisé en 2014

Date de sortie en France : Septembre 2015

Sortie DVD : 2016

Avec Alicia Vikander et Kit Harington dans les rôles principaux

*****

Synopsis : Printemps 1914. Jeune femme féministe à l’esprit frondeur, Vera Brittain est résolue à passer les examens d’admission à Oxford, malgré l’hostilité de ses parents particulièrement conservateurs. Décidée à devenir écrivain, elle est encouragée et soutenue par son frère et sa bande d’amis – et notamment par le brillant Roland Leighton dont elle s’éprend. Mais les rêves de Vera se brisent au moment où l’Angleterre entre en guerre et où tous les jeunes hommes s’engagent dans l’armée. Elle renonce alors à écrire pour devenir infirmière. Tandis que la jeune femme se rapproche de plus en plus du front, elle assiste avec désespoir à l’effondrement de son monde.

*****

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1c/Vera_Brittain.jpg/260px-Vera_Brittain.jpg

Vera Brittain (1893-1970)

Ce film est tiré du roman autobiographique de Vera Brittain (1893-1970) « Testament of youth » (apparemment non traduit en français).

Il montre une jeune fille de bonne famille (Vera) qui choisit de devenir infirmière pendant la 1ère guerre mondiale parce qu’elle refuse de rester inactive pendant que son frère et ses amis sont partis au front.

Et cela, alors même qu’elle s’était battue pour aller étudier la littérature à Oxford, à une époque où les filles devaient surtout apprendre à tenir une maison pour leur futur mari…

L’histoire n’est pas très gaie vous vous en doutez, tous ne reviendront pas de la guerre… Un très beau film (tant pour la photographie que la musique ou le jeu des  acteurs) qui montre bien toute la bêtise de la guerre…

J’ai trouvé très intelligent et très émouvant le passage où Vera soigne des prisonniers allemands blessés.

Une histoire d’amour, de choix et de vies bouleversées.

Un film qui m’a beaucoup plu ! ♥

*****

Bio de Vera Brittain

Ce film est ma 1ère participation au Challenge Première Guerre Mondiale 2019 chez Blandine

Nous suivre et partager :
error0