Danbe d’Aya Cissoko et Marie Desplechin

Danbe

d’Aya Cissoko et Marie Desplechin

Roman adolescents / adulte

Calmann-Lévy, février 2011
9782702141755, 15€

Thèmes : Immigration, Intégration, Boxe, Volonté, Famille

Une petite fille immigrée grandie heureuse à Ménilmontant, frappée par une série de deuils familiaux, devient championne de boxe puis étudiante à Sciences Po : le parcours hors du commun d’Aya, raconté avec force et justesse par Marie Desplechin.
Danbé est le résultat d’une longue conversation entre Aya Cissoko et Marie Desplechin. Quand elles se sont rencontrées chez des amis communs, le projet d’écrire une « vie d’Aya » était déjà ancien ; Aya en avait posé les grandes lignes sur le papier. Il pouvait sembler curieux, voire prématuré, de se lancer dans un récit autobiographique, quand son auteur avait tout juste une petite trentaine d’années.
Mais son destin à la fois exemplaire et particulier justifiait la démarche. Fille de parents maliens venus d’un village pour s’installer à Paris, Aya connaît les conditions de vie difficiles d’une famille pauvre et déracinée.

Mon avis
Cette autobiographie est menée de mains de maître par Aya Cissoko et Marie Desplechin. J’avoue bien volontiers que c’est le nom de Marie Desplechin, auteur jeunesse que j’affectionne, qui m’a poussé vers ce livre. Je ne connaissais pas du tout Aya Cissoko… et tant mieux finalement, car j’ai pu découvrir son histoire petit à petit, au fil des lignes. Je suis entrée tout entière dans ce récit, j’ai eu peur, j’ai eu les larmes aux yeux, le sourire aux lèvres, envie de crier… mais surtout l’envie de tourner les pages, de continuer à découvrir ce destin si particulier, tellement plein de force et de dignité.
Un parcours exemplaire ? Pas vraiment en fait, et je ne le souhaite à personne, sauf que ce sont ces épreuves qui ont fait d’Aya Cissoko une femme aux talents multiples…

Dans ce livre nous découvrons la France, et Paris, sous les yeux d’une petite fille, puis d’une adolescente qui n’a pas choisi de vivre là où elle vit, mais qui s’y adapte. Alors non ce n’est pas un roman sur les « quartiers », pas vraiment, mais ce qui y est évoqué est intéressant, car même dans les situations dramatiques, il y a des lueurs d’espoir. « L’avantage » d’une autobiographie contrairement à un roman, c’est qu’on ne peut rien épargner au personnage principal… Même si ce récit est celui d’une réussite, multiple d’ailleurs, ce n’est pas que cela, il y a aussi les trous noirs, les difficultés, la pauvreté, la mort… Le tout est superbement maitrisé, car on ne tombe jamais dans le pathos. Un témoignage admirable d’une jeune femme qui continue d’avancer, et de réussir!

Alors un grand bravo à Aya tout d’abord, pour cette force, cette leçon de vie, et ses réussites… et mes félicitations à Marie Desplechin aussi, qui a prêté sa plume et son talent à ce récit! Une autobiographie qui est à lire, à transmettre, et à faire lire, notamment aux adolescents, mais pas que!

Une rencontre a eu lieu à Paris, certains adolescents vont avoir la chance des les rencontrer (c’est ça aussi d’avoir 2 supers nanas comme profs :)
L’avis plus qu’enthousiaste de Stephie, qui a en plus assisté à la rencontre parisienne. Mais aussi les avis de Noukette, Constance93, et Chiffonnette !

Extrait :
 » Grandir enfant français de parents africains donne un regard particulier sur l’Histoire, un regard ironique, un peu méfiant. Je ne sais pas si l’Afrique a un problème avec l’Histoire. Mais je suis à la bonne place pour constater que l’Histoire a un problème avec l’Afrique. »

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

A propos Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Lien pour marque-pages : Permaliens.

14 Commentaires

  1. Je ne connais pas Aya Cissoko mais Marie Desplechin, oui.
    Très belle critique d’une autobiographie qui donne envie de découvrir. Merci pour ce billet !
    Bonne journée.

  2. Ton billet donne très envie, alors que d’habitude je ne suis pas très « récits de vie », souvent misérabilistes. Mais je suis d’accord avec toi, Marie Desplechin est toujours un gage de qualité.
    Ils en ont vraiment de la chance ces jeunes de rencontrer l’auteur ET le sujet… pas fréquent comme situation.

  3. Bon ben une fois n’est pas coutume ! Je suis tentée … je note … :-)

  4. Ping :Danbé d’Aya Cissoko et Marie Desplechin « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  5. Je l’ai dévoré du début à la fin et j’ai noté pleins d’extraits. Billet d’ici la fin de la semaine….

  6. je l’ai entendue en interview sur France Info récemment (Femmes d’exception, chronique/interview le samedi ou le dimanche je crois) et je l’avais trouvée très intéressante.

  7. Je suis de plus en plus fan. Je suis retournée les saluer au Salon et ça y est, mon collège va les recevoir en mai, normalement !!!

  8. Ah oui et il y a eu une chouette émission sur la 2 la semaine dernière, tu l’as vue ?

  9. La rencontre approche, j’ai hâte !!! ;-)))

  10. Je ne l’ai pas vraiment aimé : le récit comporte des qualités mais l’écriture m’a posé problème. J’ai vraiment eu du mal avec cette plume.

  11. Ping :Moi, Gulwali ⋆ Délivrer Des Livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.